Rendez-vous ethnologique 2016 : Vies et morts des objets du quotidien

Par Jean-Yves Durand, Instituto de Ciências Sociais, Universidade do Minho, CRIA-UMinho, (Braga, Portugal)

2e édition, jeudi 21 et vendredi 22 avril 2016


Longtemps, les ethnographes emplirent des musées. Ils pensaient que des collections de choses (qui pouvaient être des objets physiques mais aussi des mots : contes, légendes, etc.) étaient suffisantes pour offrir une représentation de la culture. Ces accumulations pouvaient être gardées pour des études ultérieures, inévitablement centrées bien plus sur les propriétés formelles des artefacts et des discours que sur leurs modalités de production et d’usage. Puis l’anthropologie commença, à des rythmes différents selon les pays, à considérer qu’il convenait de prêter plus d’attention au contexte d’origine, de fonctionnement et de consommation des objets, et même aux conditions de leur collecte, afin de mieux en percevoir toutes les significations, y compris celles qu’ils acquièrent lorsqu’ils intègrent des représentations muséographiques — ce qu’il est devenu habituel de désigner comme « la vie sociale des objets ».


Les musées ethnographiques furent plus lents à parcourir un chemin semblable, mais les objets eux-mêmes finirent pourtant par les guider vers les mêmes préoccupations. Les choses de la « société de consommation » dont parlait le roman de Georges Perec en 1965 n’étaient en effet plus celles de la société rurale traditionnelle ou des univers coloniaux, notamment du fait de leurs matériaux, leur production industrielle en grandes séries, souvent délocalisée, et de leurs fonctionnalités très sophistiquées. Et même les musées d’art ont dû repenser les frontières, autrefois nettes, entre l’objet d’art et l’artefact industriel, voire entre l’art et le geste d’utiliser un objet. Pour certains musées, les objets en eux-mêmes n’ont plus une importance absolument centrale. Un même intérêt à l’égard de l’usage, de la consommation, de la performance rapproche donc à nouveau muséologues et anthropologues. Et qu’il s’agisse d’écrire, de filmer, de collecter ou de faire des expositions, les uns et les autres se confrontent à de semblables difficultés de représentation. De plus, les sciences sociales manifestent une attention croissante à l’égard des objets, notamment dans certains de leurs développements théoriques récents centrés sur les réseaux d’interaction entre les humains et tous les éléments de leur environnement, soulignant la capacité que ceux-ci ont d’intervenir dans l’existence des premiers.
Un musée tel que Salagon, dont on sait qu’il fut d’abord pensé pour être un conservatoire ethnologique, n’échappe pas aux profondes incertitudes qui accompagnent ces évolutions, dont les implications sont discutées depuis longtemps : les questions soulevées par exemple dans un numéro d’Ethnologie Française (Culture matérielle et modernité, dirigé par Martine Segalen et Christian Bromberger) paru en 1996 sont toujours d’actualité 20 ans plus tard. Hésitation entre étude de l’action technique ou de l’usage ; identification des moteurs principaux des processus d’innovation ; pertinence relative des diverses échelles d’observation ; incertitude de l’idée de « contemporain » ; validité de la distinction entre l’objet comme « document » ou comme « œuvre », proposée par Jean-Claude Duclos ; paradoxe du geste muséographique qui, tel un baiser qui tue, décontextualise, voire dénature pour protéger.
Les problèmes sont nombreux et vastes, d’autant que les objets sont omniprésents dans notre vie et investis de valeurs de tout ordre. En 2015, la 1ère édition du Rendez-vous ethnologique avait abordé les collectes, collections et inventaires. En portant maintenant le regard sur les Vies et morts des objets du quotidien, il s’agit bien-sûr de poursuivre l’échange amorcé l’année dernière entre acteurs de musées professionnels et amateurs, grands et petits, connus et discrets, à propos du traitement qu’ils donnent, ou aimeraient pouvoir donner aux objets qu’ils reçoivent – objets du quotidien plutôt qu’objets exceptionnels, afin d’occuper le champ d’observation le plus habituel de l’ethnologie, mais sans oublier toutefois qu’une œuvre d’art peut détenir un rôle important dans le
quotidien de son propriétaire. À son arrivée au musée, qu’il soit acquis, reçu en donation ou prêté, l’objet sera traité à l’aune d’un système très égalitaire, mais les conditions exactes de sa mort en un quotidien et renaissance en un autre ne mériteraient-elles pas, au moins dans certains cas particulièrement éclairants ou au contraire très banals, une attention plus soutenue et explicite qu’une simple mention discrète au bas de l’étiquette ? Ne sont-elles pas des facteurs importants dans l’élaboration de nouvelles significations d’une pièce, qui eux aussi mériteraient parfois d´être exposés. Quelles sont les potentialités et les limites d’une telle proposition ? Et puis la muséalisation représente-t-elle toujours nécessairement un stade terminal ? Outre que les trajectoires des objets muséalisés peuvent être très diverses, entre leur placement en réserves perpétuelle et leur mise en vedette, la possibilité de leur aliénation, qui fut longtemps un tabou au moins en ce qui concerne les collections publiques, leur ouvre la perspective de cycles de vie ultérieurs.
La resignification de tout objet, banal ou exceptionnel, qui entre au musée est inévitable mais plus ou moins profonde selon la distance le séparant de notre univers culturel. Un pot à graisse, déjà fêlé et ébréché, qu’un enfant brisa par mégarde il y a 5728 ans, devient, patiemment reconstitué après une longue dormance de ses tessons, la pièce maîtresse d’un petit musée archéologique, illustration parfaite d’une certaine typologie de céramique, confirmation d’une hypothèse de diffusion d’une technique, peut-être emblème touristique de la localité, éventuellement aussi source d’un vertigineux sentiment de proximité esthétique. Les participants du Rendez-vous pourront quant à eux partager leur expérience de l’effet de mise à distance qui se produit lorsque le musée ethnographique (ou d’art) se risque à l’exposition d’ustensiles contemporains.
Il faudrait aussi tenter de mieux distinguer, en amont de la mise en musée, la pluralité des relations qui se nouent autour des objets qui, avant même d’entrer au musée puis encore après, peuvent vivre plusieurs vies et mourir plusieurs morts puisqu’ils peuvent entretenir de nombreuses relations individualisées, être utilisés par de nombreuses personnes en simultané ou au long du temps. Cassés, perdus, volés, ils peuvent être collés, trouvés, retrouvés, vendus, réappropriés, bricolés, adaptés… Nous entendrons des ethnologues qui observent ces moments charnières de l’existence, des ruptures de l’existence que des objets mettent à profit pour s’évanouir de notre quotidien tandis que d’autres s’y glissent : séparation, voyage, deuil, déménagement… Ce sont là autant d’occasions d’évaluer la force de nos liens à certains objets familiers ou d’anticiper l’attachement à un objet convoité. Exceptionnels, ces moments sont néanmoins une part ordinaire de la vie de tout un chacun et la vie, justement, se charge de les lisser.
La rencontre avec un objet inconnu ou l’effort de ressuscitation d’un objet comateux acquièrent-ils par contre une saillance particulière pour qui est spécialiste de ce genre de situation ? En fonction de quoi les huissiers de justice, les commissaires-priseurs, les techniciens de restauration, les égoutiers, les fonctionnaires des « objets trouvés », les réparateurs… ne donnent-ils peut-être pas tous la même place dans leur vie aux innombrables objets en situation liminaire, entre mort et réanimation, qui leur passent entre les mains ?
Donner donc aussi la parole à des professionnels, ce sera respecter la tradition, déjà longue pour le Séminaire d’ethnobotanique automnal, encore jeune pour le Rendez-vous ethnologique printanier, qui veut qu’à Salagon le monde universitaire s’ouvre large aux échanges avec la société. Et ce sera permettre que ce Rendez-vous puisse être une riche leçon de choses.

Publication du RDV 2016

De décombres en souvenirs. Archéologie du déchet industriel et anthropologie de la mémoire familiale, Thierry Bonnot

Crédit photographique : Photo by Ajeet Mestry on Unsplash

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search