C’est quoi, l’ethnobotanique ?

C’est la question posée lors du séminaire d’ethnobotanique de Salagon, qui s’est tenu à Forcalquier du 5 au 6 octobre 2017. Tous les ans depuis 2001, le séminaire réunit plus d’une centaine de participants : chercheurs, universitaires, étudiants, jardiniers, paysagistes, membres d’associations ou passionnés d’ethnobotanique. Cet évènement est organisé grâce au soutien du ministère de la Culture (Direction du pilotage de la recherche et de la politique scientifique). Les actes du séminaire de Salagon représentent une collection d’ouvrages ethnobotaniques uniques en France.

Les actes du  du séminaire ont été publiés au mois de juillet 2019 et les communications tentent de répondre à la question posée. C’est la discipline elle-même qui est interrogée ici. Pierre Lieutaghi, ethnobotaniste, fondateur du séminaire avec Danielle Musset1 revendique cette identité après “quinze ans de séminaire d’ethnologie à prétexte végétal”2. L’auteur prétend que l’occasion est venue de “voir un rapport explicite à une discipline où ce qui revient au végétal est rarement explicité”3.

Quoiqu’il en soit, selon Pierre Lieutaghi,  l’heure était venue d’entamer une démarche réflexive et de faire que “les ethnobotanistes se regardent en faisant de l’ethnobotanique” ((page 14)). Pour découvrir comment les participants ont répondu à la question posée, vous pouvez consulter les actes du séminaire au centre de documentation du musée de Salagon  ou vous le procurer à la librairie du musée.


Crédit photographique image 1 : Pierre Lieutaghi, 2003.

  1. ethnologue, directrice du musée de Salagon de 2000 à 2014 []
  2. page 12 []
  3. page 14 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search