Collections en chantier : les textiles du musée de Salagon

Un chantier participatif départemental

Un premier chantier participatif a été organisé avec succès en 2018 à Colmar les Alpes (Alpes-de-Haute-Provence). Ce dispositif avait permis d’aider la maison-musée du Haut-Verdon à inventorier et nettoyer une partie de ses collections (du matériel scolaire ancien exposé afin évoquer une salle de classe). Il a été reconduit cette année au musée de Salagon, qui a réuni les 6, 7 et 8 novembre 2019 une quinzaine de professionnels venus des musées et associations de sauvegarde du patrimoine du département (Centre Giono de Manosque, association Bastido de Manosco, musée de Forcalquier, Maison Nature & Patrimoines de Castellane, Secrets de Fabriques)

Pourquoi ce chantier ?

Image issue des collections de Salagon. ©JMDagruma

Il s’agit d’abord de mener un travail d’équipe sur toute une chaîne opératoire de façon à inventorier la collection de textiles. Les différentes étapes sont : le nettoyage par aspiration, l’identification, la photographie, le constat d’état, le marquage, et enfin la saisie sur une base de donnée informatique. Ce chantier a aussi d’autres objectifs : faire se rencontrer les professionnels des musées du département afin d’échanger sur les pratiques de chacun, former et sensibiliser à la conservation préventive, médiatiser le travail de fond du musée que représente un chantier des collections, permettre à un musée, grâce à cette aide ponctuelle, d’avancer rapidement sur son travail d’inventaire.

Les incontournables de la conservation préventive

Les fibres textiles sont parmi les matériaux organiques les plus fragiles de par leur nature, leur forme et l’usage qu’on en fait. Les textiles ont souvent été affaiblis par un usage répété et un entretien domestique régulier. Dans les collections, ils constituent des objets particulièrement vulnérables aux manipulations et à l’ensemble des agents de dégradation. On prévient leur détérioration par une mise en réserve adéquate et un bon contrôle du milieu ambiant.

Les ennemis des textiles :

  • La lumière, qui peut altérer de façon irréversible les textiles, notamment la soie; c’est pourquoi il importe de maintenir les textiles dans l’obscurité totale au sein des réserves et de limiter le temps d’exposition à la lumière lors de la sortie des réserves pour une exposition.
  • L’humidité excessive peut provoquer une détérioration des éléments métalliques, décors ou attaches qui peuvent se corroder et tacher durablement le tissu, ou encore favoriser l’apparition de moisissures et la migration de couleurs instables. Au contraire, une humidité relative inférieure à 20% peut entraîner l’assèchement des fibres et les fragiliser.
  • Les moisissures, dont les spores sont en suspension dans l’air croissent dans un milieu combinant une humidité relative supérieure à 65%, une température élevée et de l’air stagnant. Les micro-organismes laissent des taches, brisent les fibres et parfois même les détériorent complètement.
  • Les insectes peuvent aussi faire des dommages irréparables, notamment les mites et les attagènes des tapis. Seules les larves causent des dégâts mais les adultes volent et propagent l’infestation. Les lainages, les fourrures et les plumes sont des nourritures de prédilection pour certaines larves. Les tissus sales constituent toujours de meilleurs appâts que les tissus propres.
Image issue des collections du musée de Salagon. ©JMDagruma

Que faire pour prévenir ?

  • Il est important d’examiner et de dépoussiérer les nouvelles acquisitions dès leur arrivée au musée et de les mettre en quarantaine si nécessaire . Au besoin, on peut laver les textiles en coton ou en lin en bon état. Dans le cas des collections patrimoniales des musées labellisés “musées de France”, cette opération est réservée aux restaurateurs. Il faut faire des inspections régulières et maintenir les lieux propres et bien ventilés.
  • L’alcalinité ou l‘acidité peuvent provenir de l’atmosphère mais surtout des matériaux d’emballage qui sont directement en contact avec les objets. On s’assure que ces matériaux sont des produits inertes et à pH neutre. Les fibres textiles sont vulnérables à l’acidité provenant du bois, du carton ou du papier journal par exemple qui fait jaunir les tissus. Il faut donc débarrasser l’objet de tous les papiers d’emballage autres que le papier de soie sans acide, en particulier les papiers de couleur qui risquent de déteindre sur le textile. Attention à ne pas perdre d’informations sur l’objet ! Si l’emballage est d’origine on le conserve séparément. Supprimer également les épingles et les agrafes qui exercent une tension sur le textile et qui finissent toujours par rouiller. On ne conserve pas les textiles dans des étagères ni des armoires en bois (privilégier des meubles en métal recouvert de peinture Epoxy).

Identifier et ranger

Image issue des collections de Salagon. ©JMDagruma
  • Appliquer le numéro d’inventaire : on utilise un ruban de coton écru qui ne contient ni colorant, ni produit de blanchiment, sur lequel on écrit le numéro avec des crayons feutre permanents et indélébiles. Ce numéro est cousu à la main. Quelques points suffisent à le maintenir en place. On commence et on termine l’aiguillée par quelques points arrière plutôt que de faire des nœuds. Il est important de coudre les numéros toujours au même endroit, de façon discrète mais facilement repérable;
  • Ranger les textiles dans des penderies munies de portes, dans des tiroirs fermés ou des caisses en plastique fermées. Il est important de reporter le numéro d’inventaire sur une étiquette en papier ou en Tyrec1, ou sur le papier de soie d’emballage. Lorsque les vêtements sont dans un bon état de conservation et qu’ils peuvent supporter leur poids, on peut les suspendre sur des cintres en bois vernis ou en plastique au préalable matelassés avec de la bourre de polyester ou de la ouate de coton recouverte de coton écru afin de réduire les tensions. Les vêtements trop délicats pour être suspendus (trop lourds, trop fragiles, affaiblis aux épaules) sont rangés à plat. On utilise des tiroirs ou des boîtes en plastique. Le but est d’éliminer les tensions, de protéger les textiles de la poussière, de la lumière et des manipulations. Il faut rembourrer le vêtement  (placer par exemple du papier de soie froissé neutre dans les manches) pour éviter la formation de plis. Pour protéger les vêtements de la poussière et du contact avec les autres vêtements, on peut coudre des housses en coton ou Tyvec Pour envelopper les vêtements, utilisez du papier de soie neutre ou du tissu de coton écru prélavé qui ne contient ni colorant, ni produit de blanchiment.

  1. Le Tyvek est un textile non-tissé de fibres de polyéthylène haute densité (HDPE) d’une épaisseur entre 0,5 et 10 μm. Après extrusion, les fibres sont disposées de façon aléatoire et non-directionnelle et ensuite consolidées sans liant sous pression par un procédé thermique. Source Wikipédia []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search