La tradition de la barre fleurie

Un rite de passage lors des mariages

Selon Arnold Van Gennep1, il semble assuré que cette tradition se retrouve dans toute la Provence et les régions alpines : Hautes-Alpes, Dauphiné, Vaucluse, Var, Alpes-de-Haute-Provence plus particulièrement. Son origine, sous des formes diverses, remonte vraisemblablement au Moyen-Âge. Nous pouvons relever chez plusieurs auteurs des descriptions qui précisent avec quelques variantes le déroulement des cérémonies de mariage 2.

Metre la barro : barrer le chemin à de nouveaux mariés, jusqu’à ce que l’époux ait acquitté le droit de peloto. Cette pratique a lieu dans certains lieux comme à Beaucaire, par exemple lorsqu’un étranger prend une femme du pays ou quand l’époux est allé chercher une femme hors de la localité. La barre qui est enguirlandée de laurier ou même remplacée par un ruban est mise ordinairement en travers de la porte de l’église au moment où les époux vont sortir. « Nous ajudara à pourta la barro« ,  » tu nous aideras à porter la barre « , dit-on à un nouveau marié.

Frédéric Mistral, dictionnaire provençal-français, Trésor du Félibrige, 1878.

A Corbières (Alpes-de-Haute-Provence) : Lors des mariages, à la sortie de l’église, les nouveaux mariés et tous les invités devaient sauter une barre garnie de fleurs. L’été on y ajoutait des épis de blé, l’hiver on la garnissait de buis ou de houx. Deux enfants la tenaient de chaque côté et le jeune couple, leurs parents puis les invités la franchissaient. Le saut était symbolique. Il annonçait le changement de vie. ( p. 149)

Évelyne Jouval, Traces de mémoire, Editions Transbordeurs, 2004

Les cloches sonnent de nouveau, c’est la sortie, le moment le plus émouvant, les amies de la mariée ont passé toute la journée à construire « la barre » sur laquelle devra passer le cortège, les mariés en tête. C’est une tige de bois recouverte de fleurs et de feuilles. Maintenant Élise est au bras de son mari. Les demoiselles d’honneur soulèvent la traîne. On baissera la barre pour que passent les grands parents tout émus […]. (p.216-217). ( vallée de Thoard, près de Digne-les-Bains).

Marie-Hélène Le Cossec, Paroles de nos grands-mères provençales, Éditions de Provence, 1994

La tradition de la barre serait issue de l’usage du « droit de barrière ». Jadis lorsqu’un époux prenait femme dans une commune étrangère à la sienne, les jeunes gens de cette commune exigeaient de l’époux une rançon, sous peine de se voir barrer le passage le jour des noces . La barrière avait été interdite dès le milieu du XVI ème siècle, comme abusive et troublant l’ordre public, mais la coutume s’était maintenue malgré tout ce qui avait été fait pour la détruire et, vers 1840, elle était toujours en vigueur dans notre département, sauf les cantons d’Orpierre, Tallard et Oze. […] Le plus souvent, les jeunes gens tendaient un ruban devant le cortège, à la sortie de l’église. […]. Lorsque le cortège arrivait devant la barrière, il s’arrêtait, la jeunesse entourait les époux, récitait parfois un compliment, et invitait les mariés à boire un verre de vin ou un doigt de liqueur et à goûter aux friandises. ( p.177-178).

Laurence Wylie, Un village en Vaucluse, Gallimard, 1979

A la sortie de l’église, en traversant le village, le cortège est arrêté par une longue perche décorée de fleurs et de rubans que les gens du village ont dressée en travers de la rue. La tradition veut que les jeunes mariés paient leur passage en distribuant des bonbons et des pièces de monnaie. Aujourd’hui on ne distribue plus guère que des pièces de monnaie au lieu de bonbons. Une fois la barrière franchie, les enfants continuent à courir après le cortège en criant « Vivent les novi ! » (« Vivent les mariés! ») et la noce doit leur lancer encore quelques pièces.

Henry Thivot , La vie privée dans les Alpes de-Haute-Provence, Gap, 1996

Une charmante coutume qui se perpétue dans plusieurs villages de la région ( mais à Peyruis surtout) est celle de la barre fleurie que l’on place sur le passage du cortège nuptial et que les novi doivent sauter ou mieux franchir d’un pas alerte. cette coutume date de la reine Jeanne de Provence. Les nouveaux mariés d’alors sautaient une barre décorée d’épines ( et non de fleurs) qui déchiraient la traîne de la mariée dont les invités se disputaient ensuite les lambeaux, les épines symbolisaient les épreuves de l’existence que les époux devaient surmonter allègrement la main dans la main. Bérard3 en a traduit le sens en quatre vers :  » A questo barro vous invite A la sauta galoi, uni N’atrouvarès tant din la vido!… Couragé, unien, amour e vivo l’aveni. »4

Jules, Reymond, Histoire de Peyruis, Association Vivre à Peyruis, 1998

Le saut de la barre était pratiqué couramment il y a une vingtaine d’années. Après la cérémonie, sur la route qui borde le parvis de l’église, les mariés enjambaient une planche appuyée sur deux petits tabourets recouverts d’un linge blanc dans lequel on piquait des fleurs avec leurs initiales. Le marié enjambait le premier la planche et, tenant la main de son épouse, il aidait cette dernière à poser un pied sur la planche et à franchir ainsi l’obstacle. La famille et ceux qui le voulaient pouvaient en faire autant.

Jean-Pierre Le Goff, La fin du village, Gallimard, 20125. p.75


A propos de témoignages plus contemporains

Parmi les témoignages plus récents que l’on peut encore recueillir dans les Alpes- de-Haute-Provence, celui d’une femme qui raconte son expérience dans les années 2000.

L’idée m’est venue pour mon mariage d’évoquer une coutume que j’avais observée étant petite dans les années 1975 -1980 dans mon village natal, une coutume que je n’avais plus revue depuis cette époque. Mes parents, lorsqu’ils se sont mariés, dans les années 60, ont eux-même passé la barre fleurie.
Cet acte, c’est l’expression d’un passage, c’est se dire,ça y est nous avons « passé le pas ». En passant le pied au-dessus de la barre, on franchit une nouvelle étape dans la vie, on est reconnus par tous comme mariés, adultes, responsables et assumant nos choix. Normalement ce sont des dames du village qui font la barre fleurie, mais personne n’a voulu, alors c’est moi qui l’ai fabriquée le matin avant la cérémonie. J’ai pris un manche à balai autour duquel j’ai enroulé des branches de buis attachées avec de la ficelle. Mes cousins et cousines avaient cueilli du buis sauvage et des branches de chêne. Ma mère avait commandé des fleurs chez le fleuriste (roses rouges et fleurs blanches, je ne me souviens plus lesquelles). J’ai ensuite piqué les fleurs dans le buis.

La barre fleurie a été installée à la sortie de la mairie accrochée aux barreaux de petites chaises d’enfants fabriquées par mon père, artisan en chaise d’art. Traditionnellement, deux jeunes enfants se placent de chaque côté. Sur une des petites chaises on a posé un plateau avec deux verres de liqueur. A la sortie de la mairie, nous avons passé la barre et l’un des enfants nous a offert à boire.

Les archives sonores

Cette tradition a été abordée par deux chercheuses dans leurs enquêtes de terrain : Claude Martel6 en 1980, Danielle Musset7, en 2010, et une étudiante en ethnologie à Aix-en-Provence, Armonie Brémont8 en 2014. Les enregistrements ont été déposés à la phonothèque de la MMSH et consultables en ligne sur la base de données Ganoub. Voici la liste des enquêtes :

Crédits photographiques : les photographies proviennent des collections déposées à Salagon par l’Association Alpes de Lumière9 .

  1. Les Hautes-Alpes traditionnelles, tome I, Editions Curandera,1990 []
  2. informations relevées dans le dossier documentaire de Danielle Musset déposé à Salagon []
  3. poète de Peyruis []
  4. Cette barre vous invite à la sauter gais et unis. vous trouverez tant d’obstacles dans la vie ! Courage, union amour et vive l’avenir. []
  5. à propos du village de Cadenet, Vaucluse []
  6. linguiste dialectologue au CREHOP, Centre de recherche et d’étude sur l’histoire orale et les parlers régionaux et Présidente de l’association Alpes de Lumière []
  7. ancienne directrice du musée de Salagon et ethnologue rattachée à l‘IDEMEC []
  8. stage réalisé sous la direction de Danielle Musset []
  9. A ce jour nous manquent les n°d’inventaire de ces photographies, inaccessibles à distance, cela sera indiqué ultérieurement []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Lisa Haustrate dit :

    Une lecture très intéressante. Dans mes recherches je n’avais pas trouvé de photos. Celles-ci sont très belles et touchantes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search