PATREM

Portraits d’Acteurs des Territoires Ruraux et Maritimes (PATREM)

Initié par le pôle “Agriculture et Alimentation” du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), le dispositif PATREM s’est déroulé pendant quatre années scolaires de 2014 à 2018. Il s’agit d’un projet d’éducation artistique et culturelle fondé sur la pluridisciplinarité,dans lequel l’élève est pleinement acteur tout au long d’une année scolaire. Les élèves, principalement de lycées agricoles de la région PACA, ont en effet réalisé des portraits d’acteurs de leur territoire à partir d’entretiens de type ethnographique: agriculteurs, producteurs, artisans ont ainsi raconté leur professions et les savoir-faire associés. Ces portraits ont été filmés, photographiés par les élèves avec des professionnels du son et de l’image. Certains portraits ont aussi fait l’objet d’une transposition artistique.

A Salagon, PATREM a été mis à l’honneur aux cours de plusieurs années scolaires. En 2016/2017, deux lycées, le lycée agricole des Calanques de Marseille (classe de 1ère STAV) et le lycée Les Iscles de Manosque (classe de 1ère S SVT-SI), ont participé au projet. En 2017/2018, PATREM a été cette fois-ci mené avec une classe de 1ère STAV du lycée agricole François Pétrarque d’Avignon.

Un projet se déroulant tout au long d’une année scolaire

Pour chaque édition, le projet s’est décliné au cours d’une année scolaire à travers une série de séances. Les élèves ont pu d’abord découvrir les coulisses d’un musée avec une visite des réserves du Mucem, le CCR1, en étant sensibilisés aux moyens techniques et humains mis en œuvre pour conserver ces collections. Ce sont les collections agricoles qui ont été particulièrement montrés, également lors d’une visite de la Galerie de la Méditerranée. La seconde séance a quant à elle été consacrée à l’ apprentissage de la méthode ethnographique. En classe, les élèves ont été initié à cette méthode et ont découvert une nouvelle discipline pour eux. Ils ont fait le choix de leur futurs “terrains”. Par exemple, dans les Alpes-de-Haute-Provence, les sujets proposés par Salagon ont été la culture de l’amande, des plantes aromatiques, l’oléiculture ou encore la production de safran. Les élèves ont élaboré un questionnaire d’enquête centré sur le parcours de la personne, les savoir-faire liés au métier concerné, sa transmission, son vécu et son quotidien. Au cours d’une autre séance, les élèves se sont entraînés à mener des entretiens à travers des jeux de rôle. Puis, un atelier avec les artistes vidéastes leur a permis de faire connaissance avec eux et d’apprendre quelques techniques de tournage et de montage. Les phases suivantes ont concerné les enquêtes à proprement parler auprès de professionnels qui avaient bien entendu accepté d’être interviewés. Là, sur le terrain, généralement dans des exploitations agricoles, les élèves ont mené l’enquête selon une logique de groupe: chaque groupe a interrogé un producteur en lui posant des questions, tout en réalisant des photographies et des rush avec les artistes vidéastes. Plus tard, les élèves ont accompli un travail de sélection avec les vidéastes pour finaliser les portraits filmés. En fin d’année, à l’occasion d’une séance de clôture, les élèves ont présenté leur travaux et les portraits ont été diffusés dans les établissements. Les parents et l’ensemble des personnes ayant participé au projet étaient conviés.

Les intérêts d’un projet où l’élève est partie prenante

A travers PATREM, les lycéens se sont mués en apprentis ethnologues et ont pu mettre en œuvre des compétences personnelles, relationnelles, professionnelles en termes d’organisation, de travail en équipe, d’engagement personnel dans une aventure collective. Ces portraits rendent compte de parcours de vie singuliers, qui offrent à chacun de ses acteurs une image valorisée, donnée à voir et à entendre, des métiers de la terre, de l’élevage et de la mer. Ces acteurs du territoire défendent avec conviction la nature, leur environnement et s’appliquent à appliquer des modèles économiques en phase avec leurs idéaux. Le projet PATREM a permis sur un temps court, de constituer une galerie de portraits qui sont désormais intégrés aux collections des musées. A travers ce projet, les élèves ont donc contribué à une collecte ethnographique contemporaine tout en découvrant des professions, des savoir-faire, des lieux et des paysages parfois ignorés appartenant pourtant à leur territoire. Par sa pluridisciplinarité, PATREM permet de mettre en lien un ensemble de personnes venant d’horizons différents, favorisant ainsi des rencontres humaines enrichissantes.

A noter : Le projet PATREM a pu se faire grâce à l’association de plusieurs partenaires institutionnels. Il s’inscrit dans la convention entre les ministères de la Culture et de l’Agriculture signée en 2008 entre la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) Paca et la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la Forêt (Draff) de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Il a été mené en partenariat avec le Complexe Régional d’Information Pédagogique (Cript) et l’Académie d’Aix-Marseille.

PATREM exposé

Outre les séances finales de restitution dans les lycées, les travaux des élèves ont été exposés au sein de plusieurs musées. Les portraits réalisés au cours de l’année 2016/2017 (Lycée des Iscles de Manosque et Lycée des Calanques de Marseille) ont donné lieu à une exposition au musée de Salagon, du 22 septembre au 15 décembre 2017. L’exposition “Portraits ruraux” montrait les portraits filmés et photographiés mis en perspective avec une sélection d’objets agricoles. D’autres musées de la région PACA ont par ailleurs choisi d’exposer l’ensemble des portraits filmés dans la région, toujours avec une série d’objets agricoles: le Musée des Alpilles de Saint-Rémy de Provence ou encore le Musée Muséum départemental de Gap au cours de l’été 2019, qui a même édité un catalogue.

Les portraits de 2016-2017

Les portraits relatifs aux Alpes-de-Haute-Provence ont été effectués avec les artistes du collectif L’Omnibus, basé à Volx (04). Ceux qui concernent l’arrière-pays marseillais et la ceinture verte d’Avignon ont été conçus avec le photographe et vidéaste marseillais Philippe Houssin (Protis TV).

Les portraits de 2017-2018

Crédits photographiques : Photo by Gabriel Jimenez on Unsplash

  1. Centre de conservation et de ressources []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search