Les savoir-faire liés au parfum en Pays de Grasse : histoire d’une inscription au Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité par l’UNESCO

Jean-Pierre Leleux

Monsieur Jean-Pierre Leleux , maire Honoraire de GRASSE, ancien sénateur des Alpes-Maritimes, président de l’association « Patrimoine Vivant du Pays de GRASSE » a présenté lors du stage PCI 2020 la formidable entreprise de patrimonialisation engagée sous son égide, avec le soutien de nombreux acteurs de la filière.

« Cultiver les fleurs, les transformer en extraits et créer un parfum. »

Le 28 novembre 2018, lors de la réunion du Comité Intergouvernemental de Sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel, qui s’est tenu à Port-Louis en République de Maurice, les « savoir-faire liés au Parfum en Pays de Grasse » ont été inscrits sur la Liste Représentative du PCI de l’Humanité. La nouvelle de cette inscription a suscité une réaction enthousiaste de la population grassoise, tant elle était espérée. Elle fut reçue, tant par les cultivateurs de plantes à parfum, que par les experts en matières premières naturelles, et les artistes-parfumeurs eux-mêmes, comme un hommage, puissant et mérité, à toutes ces générations passées qui ont fait de Grasse et du Pays de Grasse ce qu’ils sont aujourd’hui.

Qu’est-ce que le Patrimoine Culturel Immatériel ?

Logo du PCI français.

Depuis fort longtemps, l’opinion est familiarisée avec la notion de « patrimoine ». La prise en compte intellectuelle du patrimoine en tant qu’héritage, légué par les générations passées, détenu par la génération présente, et transmis aux générations suivantes, est d’ailleurs de plus en plus vive dans le cœur de nos concitoyens. Preuve en est la popularité et la fréquentation croissantes des « Journées du Patrimoine », des musées et des monuments historiques. Le concept de « Patrimoine immatériel » est, lui, plus récent. Car, si l’UNESCO dès 1972 a su faire partager au monde la même idée de « valeur universelle » d’un patrimoine culturel, architectural ou paysager et la nécessité de le sauvegarder, ce n’est qu’en 2003 que fut adoptée la « Convention internationale pour la sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel ». La France a ratifié la convention de 2003 en 2006, comme l’ont fait, depuis son adoption, 175 États membres. Chaque année, l’Assemblée Générale de l’UNESCO inscrit sur la « Liste représentative du Patrimoine Culturel Immatériel de l’humanité », des « éléments » (c’est ainsi que l’on appelle le patrimoine concerné), sélectionnés dans divers pays du monde. Cette Liste Représentative compte aujourd’hui 314 éléments. La France, quant à elle, compte, depuis décembre 2019, 18 éléments inscrits. Parmi lesquels désormais, les « savoir-faire liés au parfum en pays de Grasse ».

L’idée grassoise fondatrice d’une démarche vers une reconnaissance

Cueillette du jasmin, hier.
Cueillette du jasmin aujourd’hui.

Une histoire grassoise ancrée dans les mémoires

Campagne grassoise 1930.

J’ai grandi, dans les années 50 dans cette ruralité grassoise, encore majoritairement complantée de champs de fleurs odorants, de roses, de jasmin, de tubéreuses. Mon enfance a été marquée – fortement – par ces senteurs nocturnes, ces cueillettes matinales, ces voyages « à l’usine ». Même si je ne mesurais pas à l’époque, les enjeux patrimoniaux de ces savoir-faire ancestraux et les menaces qui pouvaient peser sur eux. J’ai vu, dans les années 60/70, se réduire les champs de fleurs comme peaux de chagrin, des fleurons industriels fermer leurs portes, une économie forte de plusieurs siècles de transmission des savoirs menacée de disparition. Devenu maire de Grasse, en 1995, j’ai touché de plus près ces menaces. J’ai entendu ces familles, ces communautés de praticiens, agriculteurs notamment, s’attrister devant la disparition progressive de certains éléments de la filière, constater que les plantes à parfum historiques du Pays de Grasse se produisaient de plus en plus à l’étranger, au Maroc, en Égypte, en Bulgarie, en Turquie, en Inde et que, ce faisant, disparaissaient progressivement de notre environnement local. Dans le même temps, de grands groupes industriels  ont commencé à convoiter les usines grassoises. En 2008 c’est grâce à la rencontre de Nadia BEDAR, productrice à France-Télévision, à qui j’avais confié la réalisation audiovisuelle d’un film sur la transmission des savoirs dans le domaine du parfum, que l’idée de lancer un procédure de reconnaissance auprès de L’UNESCO fut émise.

Les « Savoir-faire liés au parfum en Pays de Grasse » : Une reconnaissance légitime d’une histoire séculaire

Grasse hier.
Grasse aujourd’hui.

Dès le Moyen Âge, légèrement en recul par rapport au littoral, sur les flancs de collines, bénéficiant d’un microclimat favorable et d’un nombre considérable de sources et de petits cours d’eau, le Pays de Grasse fait de la tannerie son activité principale. Au XVIe siècle, la mode des gants parfumés, venue d’Italie, donne le coup d’envoi d’un essor inattendu d’une coopération entre les tanneurs, les gantiers et les paysans qui distillaient sur place les plantes aromatiques sauvages. La corporation des « gantiers-parfumeurs » est ainsi créée. Au XVIIIe siècle, les corporations des tanneurs et des gantiers disparaissent et laissent la place à celle des parfumeurs à part entière qui, sous une forme artisanale d’abord et industrielle ensuite, n’auront de cesse de se développer jusqu’au XXe siècle.

L’habit du parfumeur sculpture en bronze de Tomek Kawiak, d’après une gravure de1697, devant le Musée International de la Parfumerie.

Dans l’image populaire, Grasse est devenue le « berceau mondial de la parfumerie contemporaine ». Ses atouts sont nombreux et solides : une pratique ancestrale de la culture et de l’usage des végétaux parfumants, une culture de plus en plus extensive de plantes à parfum, une connaissance et une expertise de la transformation des matières premières naturelles forgées au cours des siècles. Cette pratique a été étayée par des générations d’artisans, d’abord, puis de capitaines d’industries parcourant le monde à la conquête soit de nouveaux végétaux soit de nouveaux marchés. Enfin cette notoriété est née des générations de parfumeurs-créateurs issus des familles grassoises à la tête de grands groupes de parfums de luxe. Après avoir connu son apogée dans les années 1930, l’activité grassoise a connu une forme de déclin, notamment dans l’exploitation des matières premières végétales locales. Les causes en furent nombreuses : la dureté exigeante du travail des cultivateurs, la concurrence étrangère, peu onéreuse en coûts salariaux, la spéculation foncière sur une Côte d’Azur attractive, le développement des compositions parfumées de synthèse, la fermeture et/ou la délocalisation de groupes industriels familiaux grassois connus dans le monde entier tels que Chiris, Roure, Lautier, Mero & Boyeau et bien d’autres. Le déclin pressenti a peut-être été à l’origine de notre démarche.

Dès 1995, à la tête de la municipalité, j’ai initié des actions en faveur de la relance de l’activité de la parfumerie grassoise. Nous avons entrepris la rénovation et l’extension du Musée International de la Parfumerie, mis en place, par la Communauté d’agglomération, un observatoire des plantes à parfum, adossé au Musée de la Parfumerie, encouragé l’exploitation de plantes à parfum par de jeunes agriculteurs, accueilli des structures de formation dans les domaines de la parfumerie et de la transformation des matières premières, et créé un parc industriel dédié pour retenir ou accueillir les usines de transformation.

Une procédure complexe et longue…mais si enthousiasmante !

Dès 2009, l’étude de faisabilité a été lancée, même si le premier contact auprès du Ministère de la Culture n’était pas très encourageant, on nous avait dit alors que l’entreprise était très compliquée et que le parfum, produit de luxe, n’intéresserait pas l’UNESCO. Il s’agissait pourtant de porter le regard au-delà du flacon, et découvrir tout ce patrimoine caché. Pendant mes douze années de mandat parlementaire, j’ai connu huit ministres de la Culture, mais tous m’ont remarquablement reçu et encouragé. Nous avons été soutenus avec enthousiasme par son Exc. Philippe Lalliot, alors Ambassadeur de France délégué auprès de l’UNESCO. Il en fut de même de son successeur, Son Exc. Laurent Stefanini. Ils sont venus plusieurs fois à Grasse et en Pays de Grasse et nous ont, plus tard, ouvert les portes des délégations étrangères et de leurs ambassadeurs délégués auprès de l’UNESCO.

Les principales étapes de la démarche.

Première phase

La création de l’association « Patrimoine Vivant du Pays de GRASSE »1 en juillet 20132 et l’inscription à l’inventaire national sont réalisées. En effet, le dépôt d’une candidature à l’UNESCO se fait conjointement entre l’État membre et les communautés porteuses du projet. Il faut donc, dans un premier temps, que l’élément soit inscrit à l’inventaire national des PCI de l’État membre. Au fil de la phase dite de faisabilité, les nombreux contacts avec les praticiens de la filière, nous avaient conduits à structurer notre élément « les savoir-faire liés au parfum en pays de Grasse », autour de trois axes :

  • La culture des plantes à parfum
  • La connaissance des matières premières naturelles et leur transformation
  • L’art de créer le parfum.

Les buts de l’association ont été : de réaliser l’inventaire du PCI qui comprend tous les patrimoines vivants du pays de Grasse, d’encourager à sa préservation, de faire découvrir ces patrimoines au plus grand public et en favoriser l’accès, de porter le projet de candidature au PCI de l’Humanité des « savoir-faire liés au parfum en Pays de Grasse et de favoriser la reconnaissance du métier de parfumeur aux métiers d’art.

Un premier colloque, eut lieu  le 17 octobre 2013, célébration symbolique du dixième anniversaire de la convention. Ce fut une journée mémorable, dans la salle du Conseil Municipal de Grasse, ancienne salle du Chapitre des évêques de Grasse3, au cours de laquelle les praticiens de la communauté, tous collèges confondus, se sont exprimés sur leurs motivations, leurs joies de voir rassemblé l’ensemble de la corporation, leur amour de leur histoire commune et leur volonté de protéger et transmettre le patrimoine immatériel dont ils sont les détenteurs dépositaires.C’est ce jour-là que le dossier de demande d’inscription à l’inventaire national des PCI fut officiellement remis aux représentants du ministère de la Culture, Bruno Favel et France Quémarec, en présence de Jean Audouze, président du comité français du PCI. Ce fut également l’occasion d’ouvrir nos travaux à l’international avec la présence, en qualité d’invités, de représentants permanents auprès de l’UNESCO avec notamment Son Exc. Alexandre Savov, ambassadeur de Bulgarie, Apoorva Srivastava première secrétaire de l’ambassade de la République de l’Inde et le représentant de l’ambassade du Pérou. Le 23 avril 2014, le Comité du Patrimoine Ethnologique et Immatériel du Ministère de la Culture, inscrivait à l’Inventaire National « les savoir-faire liés au parfum en Pays de Grasse ».

Deuxième phase : En route pour l’UNESCO !

Désormais, l’action de l’association PVPG s’est tendue vers l’objectif ambitieux de convaincre l’UNESCO du bien fondé de notre candidature et de son acceptabilité tant sur le plan du fond que de la forme. Entre 2013 et 2018, quatre grands axes ont guidé notre action :

La rédaction collective du dossier de candidature. Ce dossier4 à la demande d’inscription au PCI de l’humanité est particulièrement normé et exigeant. Cela se comprend quand on sait le nombre de candidatures examinées par les instances de l’UNESCO, la préoccupation indispensable de bien répondre aux critères prévus dans la convention de 2003 et de sensibiliser des instructeurs issus de nationalités, de cultures et de langues différentes en vue d’un jugement équitable. La réalisation, en français et en anglais, de l’ensemble de ces documents est extrêmement encadrée par les normes de l’UNESCO (nombre et choix des mots par item, vocabulaire spécifique, qualité des films et photos, qualité des témoignages. Plusieurs centaines de lettres de témoignage et de soutien furent annexées au dossier constitué de 7 volumes représentant près de 500 pages.

L’organisation des colloques d’Octobre. Chacun de ces colloques portait une thématique propre à une région du monde, ce qui nous permettait de recevoir des praticiens d’autres pays, dont une part de l’activité est liée à notre sujet et qui, au fil du temps sont devenues des partenaires du Pays de Grasse, considéré par eux comme une référence dans les savoir-faire liés au parfum . Lors des colloques d’octobre, notre association a ainsi accueilli : en 2013, la Bulgarie (Remise du dossier national), en 2014, l’Inde (Se parfumer, un acte d’humanité), en 2015, l’Egypte (Trésors humains parfumés), en 2016, les Amériques (Parfums d’Amérique), en 2017, les Pays de la Méditerranée (Sens et essences en Pays de Grasse), en 2018, l’Afrique (Parfums d’Afrique).

L’accueil des délégations étrangères et institutionnelles en Mai. Au mois de mai, en pleine période d’exploitation de la Rose Centifolia en Pays de Grasse, ce fut, chaque année, l’occasion de recevoir et de sensibiliser les délégations diplomatiques étrangères déléguées auprès de l’UNESCO. Nous avons été frappés par le fait que tous les ambassadeurs ou délégués de l’UNESCO sont repartis de Grasse avec une idée toute autre que celle qu’ils avaient en arrivant sur le parfum, son histoire et ses savoir-faire. Ces actions ont été d’une importance première dans l’appropriation par les délégués de la pertinence de notre démarche. Tous se sont montrés passionnés par leur visite en Pays de Grasse. Certains même, comme le président exécutif de l’UNESCO, Michael Worbs, ont acheté une résidence secondaire en Pays de Grasse. D’autres, comme le conseiller du ministre argentin, Miguel Angel Hildmann, envisage de se lancer dans la culture de la plante à parfum ! Tous, en tous cas, ont gardé un souvenir ému de leur visite. Nous avions permis à leur regard de « traverser le flacon » et de découvrir les hommes et les femmes, les héritiers des savoir-faire historiques, leurs passions, leurs expertises et leur volonté de les transmettre pour les sauvegarder.

Messe provençale du jasmin.
Icône de Notre Dame des parfums.

L’animation du territoire. Au-delà de ces deux importantes manifestations, l’association mettait en place une série d’évènements tendant à sensibiliser la population du Pays de Grasse à la démarche et aux enjeux du Patrimoine Culturel Immatériel, ainsi qu’à la diffusion des valeurs de diversité et d’harmonie promue par l’UNESCO (Cycle de conférences, présence d’un stand dans toutes les manifestations publiques liées à la culture et au Patrimoine, fêtes traditionnelles et votives héritées de l’histoire spécifique tels que le pèlerinage au Sanctuaire de Valcluse, le 8 novembre, tradition forte liée à l’histoire du Pays.

Troisième phase, enfin : La reconnaissance universelle

C’est la ministre de la Culture, Audrey Azoulay, qui, en novembre 2016 m’a annoncé que notre dossier serait celui présenté par la France au prochain Comité Intergouvernemental de l’UNESCO qui devait se tenir en 2018 en République de Maurice. Notre dossier, finalisé et remis à jour une dernière fois a été déposé officiellement auprès de l’UNESCO, le 16 février 2017, directement confié à Tim Curtis, Directeur Général du PCI, en présence de Son Exc. Laurent Stéfanini, ambassadeur de France et les représentants du ministère de la Culture.

Remise officielle du dossier à Tim CURTIS, Directeur Général du PCI à l’UNESCO

La réunion du Comité Intergouvernemental à Maurice, et l’annonce du vote unanime en faveur de notre inscription a soulevé une vague d’enthousiasme sans précédent à Grasse et en Pays de Grasse. Cette reconnaissance universelle, tant attendue, a été ressentie comme un hommage aux anciens, à tous ces « dos courbés » dans les champs, à tous ces experts, humbles, des matières premières, à tous les créateurs et à tous leurs ancêtres qui ont su transmettre, années après années, siècles après siècles des savoir-faire et des techniques spécifiques à notre territoire. Cette reconnaissance a été célébrée, à Grasse, dans la liesse, le 15 décembre 2018. Le 11 juin 2019, nous organisions au sénat, sous la présidence de Gérard Larcher, et en présence du Ministre de la Culture, Franck Riester, du Secrétaire général de l’UNESCO et de nombreuses délégations étrangères, une très belle cérémonie, avec les praticiens de la filière, pour remercier tous les partenaires qui nous ont accompagnés dans la démarche.

Et maintenant ?

Que fait-on de ce cadeau ? Quelle suite donner à cette reconnaissance ? Quelles sont les retombées attendues ? Pour ma part, la démarche qui a abouti à la reconnaissance des « savoir-faire liés au parfum en Pays de Grasse » a atteint les objectifs que j’espérais . Cela a permis de raviver la fierté locale autour d’une histoire commune, de rendre un hommage aux générations passées qui ont fait de Grasse et de Pays de Grasse ce qu’ils sont aujourd’hui, et enfin de focaliser vers Grasse un regard positif et respectueux de sa noble histoire. Désormais, ce sont trois organes qui assureront le suivi de notre aventure :

Logo de l’association PVPG.

L’association « Patrimoine Vivant du Pays de Grasse », que je préside toujours, a porté haut et fort la démarche vers la reconnaissance par l’UNESCO. Fortement soutenue et accompagnée par la collectivité locale, la ville de Grasse et la Communauté d’agglomération du Pays de Grasse, elle est composée des communautés de praticiens, des experts, des historiens sociologues et anthropologues, des élus locaux et de la population. Elle porte la responsabilité de la mise en œuvre et du suivi des mesures de sauvegarde proposées dans notre dossier de candidature. Elle porte aussi la responsabilité d’une utilisation, raisonnable et encadrée, de l’information et de la communication autour de l’UNESCO et de son label. C’est pourquoi, elle doit poursuivre son action en installant et coordonnant le travail des deux organes suivants.

Le comité de suivi des mesures de sauvegarde. Le comité de suivi a été installé. Il a travaillé, jusqu’à présent, en visioconférence, selon 7 thématiques : l’animation et médiation, le développement du fonds documentaire, la communication, le soutien à la filière agricole, la transmission des savoirs, l’attractivité économique et touristique, les relations internationales. Dans le souci de rendre irréversible ce travail, et d’en assurer la pérennité, ces 7 pôles, sont coordonnés par des cadres de la collectivité locale.

La commission d’octroi du label et de l’emblème. Sous le contrôle de l’UNESCO et du Ministère de la Culture, la communication autour de la reconnaissance, et l’utilisation de l’emblème, sont rigoureusement encadrées, afin que nulle exploitation commerciale ne puisse s’en inspirer, la composante culturelle des savoir-faire étant au cœur de cette reconnaissance. La commission d’octroi a donc pour objectif de faire connaitre et partager la doctrine, la charte d’usage, le cahier des charges et les conditions de l’utilisation du label explicitant la reconnaissance de nos savoir-faire au Patrimoine mondial. Ces trois instances vont travailler dans le long terme, comme des laboureurs, ce qui nous va bien.

L’emblème de la démarche

En guise de conclusion, je veux exprimer ma profonde gratitude à toutes celles et tous ceux qui ont apporté leur contribution, leur soutien et leur travail bénévole dans notre démarche. Bien sûr, à mon successeur, le maire de Grasse, Jérôme Viaud, président de la Communauté d’agglomération du Pays de Grasse et ses équipes, les élus du Pays de Grasse « historique », le bureau, le Conseil d’administration et les membres, bénévoles et praticiens, de l’association, à Mme Nadia Bedar avec laquelle s’est catalysée ma décision de lancer cette démarche et que j’avais missionnée à la communauté d’agglomération pour l’animer à mes côtés, aux ministres de la Culture qui ont soutenu notre dossier et, plus particulièrement à Mme Audrey Azoulay, désormais Directrice Générale de l’UNESCO, la Direction des Patrimoines du Ministère.

  1. L’association, présidée par Jean-Pierre Leleux est composée de plusieurs collèges, le collège des cultivateurs de plantes à parfum, le collège des experts en matières premières naturelles et de leur transformation, le collège des parfumeurs-créateurs, le collège des praticiens étrangers en soutien à notre candidature, le collège scientifique (conservateurs, ethnologues, historiens, universitaires, etc.…), le collège des acteurs de la transmission (formelle et informelle), et le collège des élus et de la société civile. []
  2. Les deux présidents d’honneur sont Patrick de Carolis, journaliste, écrivain, créateur de l’émission bien connue « des Racines et des ailes », et Pierre Rabhi, paysan, écrivain et penseur, pionnier de l’agriculture écologique en France. []
  3. Grasse fût le siège de l’évêché pendant plus de cinq siècles jusqu’à la révolution française []
  4. Le dossier comprend : le formulaire officiel d’inclusion à l’inventaire national, le formulaire officiel d’inclusion à l’inventaire national, un film de 10 minutes, 10 photos récentes représentant l’élément, le livre de consentement des communautés. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search