Les collections d’objets du musée de Salagon

Cécile Brau, Responsable des collections

Historique des collections

Le Mouvement Alpes de Lumière, association culturelle régie par la loi de 1901, a été fondé en 1953 et reconnu d’utilité publique en 1984. Avec l’appui de la Mission du patrimoine ethnologique du Ministère de la culture, l’Association Alpes de Lumière a créé le « conservatoire du patrimoine ethnologique de la Haute-Provence » en 1981 au sein du prieuré de Salagon. Ce terme était alors employé pour désigner ce lieu culturel comprenant outre les jardins, un centre de recherche avec une bibliothèque et un espace muséal.

Soucieuse d’assurer la pérennité et la bonne conservation de ses collections, l’association Alpes de Lumière sollicita en 1984 auprès de la Direction des Musées de France le statut de musée contrôlé de première catégorie et de fait la tutelle scientifique et technique de l’État sur la gestion du musée. Ce qui lui fut accordé en 1985, après la modification des statuts concernant l’inaliénabilité des collections et la dévolution des collections en cas de dissolution de l’association. Le fonds constitutif du musée associatif, hormis la bibliothèque, la photothèque et la sonothèque, comprend alors 3412 numéros (au 1er janvier 1985). Avec l’aide de ses adhérents, l’association va multiplier les collectes, constituant progressivement une collection estimée à environ 20000 objets, relevant quasi exclusivement de la discipline ethnographique à l’exception du matériel archéologique trouvé lors des travaux de restauration du prieuré de Salagon. Cette activité de collecte s’est développée grâce aux relations de Pierre Martel et aux campagnes menées par les bénévoles dans les granges, les hangars ou les décharges publiques. Les acquisitions sont en majorité des dons manuels à titre gratuit, nombreux et disparates pouvant concerner des domaines variés (vie domestique, agriculture, artisanat, dévotions…).

Pierre Martel pendant une collecte en 1991. Photo : Alpes de Lumière.

Les collections constituées par le Conseil général des Alpes-de-Haute-Provence pour Salagon ont commencé à la prise de fonction du premier conservateur départemental, Claude Badet, en mars 1989. La thématique reste identique à celle voulue par les initiateurs de la collection. Les acquisitions importantes ont été la plupart du temps soumises au petit conseil des musées de France. Elles sont enregistrées manuellement dans un registre d’inventaire normalisé. La seule différence réside dans le fait que ces acquisitions sont généralement des achats. Le département préfère acquérir des ensembles importants comme la forge Reynaud, la collection d’outils d’Elie-Marcel Gaillard avec l’aide du Fonds régional d’acquisition pour les musées (F.R.A.M.), l’atelier de Louis Mougin le dernier tonnelier d’Aix-en-Provence, un atelier de modiste de Saint-André-les-Alpes des années 20-30 ou encore des objets isolés dans le but de combler des lacunes.

En 2000, le Conseil général prend la gestion complète de Salagon. Les collections de l’Association Alpes de Lumière dans leur ensemble (objets, bibliothèque, photothèque, sonothèque et vidéothèque) sont alors mises en dépôt selon une convention conclue le 17 juillet de cette même année. Cette convention précise les droits et obligations du dépositaire et du déposant en matière de conservation, restauration, prêt temporaire, reproduction et assurance. La gestion par le Conseil général a permis une restructuration comprenant l’aménagement de réserves et le lancement de l’inventaire informatisé grâce à l’achat du logiciel de gestion des collections Flora et du récolement décennal entrepris par Marie-Christine Braillard, conservatrice départementale, afin de se mettre en conformité avec la loi du 4 janvier 2002 relative aux muses de France. Restait un problème : le statut des collections, disparate, avec deux propriétaires. La régularisation du statut a commencé en 2011 avec la signature du premier transfert de propriété.

Provenance géographique et datation des objets

La faiblesse de la documentation et le marquage déficient ne permettent pas une cartographie précise de l’origine géographique des objets. Avec le temps et les multiples déménagements des objets, les étiquettes portant les numéros d’inventaires se sont détachées et le lien avec les fiches documentaires manuscrites dont beaucoup ont été rédigées par Pierre Martel sont devenus difficiles à établir. C’est une énorme documentation qui n’intéresse pas seulement les objets récoltés mais aussi le patrimoine local. Il n’apparaît pas possible de les rapprocher des objets de la collection car elles ne comportent ni numéro d’inventaire ni photo susceptibles de permettre l’identification. En revanche, ce sont de précieux témoignages des méthodes de collecte et des objectifs de sauvegarde de ceux qui les ont menées. On constate malgré tout que les objets proviennent majoritairement du département des Alpes-de-Haute-Provence. On observera que les collections entrées plus récemment, provenant de Lourmarin dans le Vaucluse ou d’Aix-en-Provence, appartiennent à des métiers (forge et tonnellerie) peu soumis aux particularismes locaux. La période représentée par les collections est très circonscrite. A l’exception des vestiges archéologiques découverts sur le site, ou de rares pièces achetées soit par l’Association comme un briquet du 18e siècle acquis par Pierre Martel chez un brocanteur à Forcalquier soit par le Conseil général comme des pièces de textiles de la fin du 18e ou du début 19e siècle achetées chez une antiquaire marseillaise, la période est limitée à la première moitié du 20e siècle jusqu’aux années 1960, avec une majorité datant des années 1930-1950. La méthode de collecte utilisée par l’Association consistait à faire la tournée des décharges et des hangars avant destruction ou disparition totale du matériel. Collecte d’urgence donc, ayant pour but de sauver de l’oubli les objets jetés ou abandonnés par leurs propriétaires du fait de leur vétusté, de leur état trop usagé ou de leur obsolescence. Cette méthode explique la faiblesse de la documentation rattachée à ces objets. Leur intérêt tient donc à leur fonctionnalité.

Les thématiques

La conception des savoirs défendue par Alpes de Lumière dans ses jeunes années est fortement marquée par la formation, l’héritage et les curiosités intellectuelles de Pierre Martel. Il s’agit d’une conception humaniste de la connaissance, qui doit être globale, non compartimentée, car tous les domaines du savoir s’articulent, s’alimentent l’un l’autre au sein d’une même cohérence. La compréhension du monde qui nous entoure est au prix de cette saisie globale. Le cabinet de curiosités renvoie aux pratiques des collectionneurs humanistes des XVIe et XVIIe siècles, tel le provençal Nicolas Peiresc. Dans son esprit, le cabinet de curiosités caractérise parfaitement les pratiques du chercheur Pierre Martel, infatigable amasseur de « curiosités ordinaires », tirées aussi bien des entrailles de la terre que des poubelles des hommes. Lui seul parvenait à déceler les liens intimes qui nouaient chacune d’entre elles et à bâtir, à partir de leur rencontre, le récit du monde.

Texte de Karine Basset pour l’exposition Récits d’un territoire, 2004, à l’occasion du cinquantenaire de l’Association Alpes de Lumière

Fourche à trois dents fabriquée à partir d’une branche de micocoulier. Une des dents est consolidée avec une bande de tissu.
Les Mées. Première moitié du XXe s. Photo : Jean-Michel D’Agruma, Conservation départementale.

Pierre Martel et l’Association Alpes de Lumière en privilégiant la société rurale traditionnelle ont donné beaucoup d’importance à la collecte d’objets en lien avec l’agriculture, l’élevage, l’artisanat, la chasse, la vie quotidienne (ustensiles culinaires, textiles…). Les collections sont surtout attachées à illustrer l’agriculture avant le machinisme et ont très peu pris en compte la mécanisation des techniques, un trieur à amandes électrique excepté. On dénombre de nombreux outils à bras : houes, pioches, bêches, fourches, faux, faucilles, serpes, râteaux. Dans l’ensemble l’outillage agricole de petite ou moyenne dimension a perdu les informations concernant sa provenance précise et son historique hormis son appartenance au territoire de la « Haute-Provence », ce qui a pour conséquence une utilisation à titre documentaire ou démonstratif de l’objet. L’étude typologique de ces séries importantes et la comparaison avec des collections comparables n’a pas été entrepris jusqu’à présent. Les collections relevant de la section « agriculture » concernent deux domaines majoritaires : les travaux liés à la culture des céréales, la récolte et la distillation des plantes à parfum. En ce qui concerne l’élevage, on constate que, comme pour la section agriculture, la modernisation et l’industrialisation de l’élevage sont absentes des collections.

Éloge de la simplicité : l’invention rurale

On peut dater de 1968 et des années de crise personnelle – Pierre Martel quitte l’Eglise -, qui ont suivi une inflexion très nette dans le discours tenu par Alpes de Lumière sur les savoirs capables de « régénérer » le territoire. La cause en est probablement tout d’abord une perte de foi dans l’inéluctabilité du progrès humain : trop de désastres écologiques, trop d’inégalités sociales et culturelles, trop de défaillances de la démocratie. Alors la culture traditionnelle rurale, magnifiée, apparaît-elle comme seule susceptible de remédier au désastre : « nous avons à apprendre d’eux que nous avons condamnés à mourir ». Cette idée devient à elle seule un programme d’action. Il faut désormais témoigner de la pertinence des savoirs détenus par les ruraux ; car d’eux seuls, de l’Invention rurale, on peut espérer le salut.

Texte de Karine Basset pour l’exposition Récits d’un territoire, 2004, à l’occasion du cinquantenaire de l’Association Alpes de Lumière.

La richesse de cette collection disparate réside aussi dans cet ensemble d’objets bricolés, inventés, qui ont fait l’objet d’une exposition en 1980, L’invention rurale qui a fait date. Constitués d’éléments hétérogènes assemblés avec ingéniosité, les objets manipulés, transformés, réparés avec imagination sont par leur imperfection des « objets uniques ».

Hachoir à betteraves utilisé à Dauphin pour la préparation de l’alimentation du bétail. Seconde moitié du XXe s.
Photo : Jean-Michel D’Agruma, Conservation départementale.

Ce hachoir alimentaire à main de fabrication domestique est confectionné avec une plaque de serrure et une lame de faux usagée montées sur un assemblage en bois. Cet objet fut montré en 1980 dans l’exposition « L’invention rurale », imaginée par Pierre Martel, le fondateur du mouvement Alpes de Lumière, puis en 2011 dans l’exposition « Objets rafistolés, rapetassés, bricolés ». On y présentait ces « objets de peu », bricolés pour un besoin particulier à partir de matériaux de récupération hétéroclites. Ces objets étaient pour Pierre Martel le reflet d’un monde où l’on ne jetait rien, une société de « non gaspillage », où tout pouvait être réutilisé, où l’absence de moyens financiers mais aussi une morale de l’épargne suscitaient l’invention.

Patère trouvée dans une ruine à Saint-Geniez. Seconde moitié du XXe s. Photo : Jean-Michel D’Agruma, Conservation départementale.

Ce porte-manteau est bricolé avec un pied de verre cassé maçonné dans un mur en ciment. Ce procédé était courant dans la société rurale, « société de non gaspillage ». Le manque de moyens obligeait les paysans à tirer partie de tout. Pierre Martel avait réussi à susciter l’attention sur ces « objets de peu », jugés dignes d’intégrer les collections d’un musée.

Les collections de Salagon correspondent à un musée du paysan et de l’artisan tel qu’une association patrimoniale des années 1960-1980 le concevait. Elle a rassemblé, à partir des années 1950, des témoins des savoirs et des techniques d’un monde en train de disparaître, mais n’a pas voulu intégrer ni la société dominante ni les mouvements migratoires. C’est ce choix volontaire et affirmé de ses fondateurs qui fait la cohérence et l’originalité de cette collection qui ne présente aucun objet « rare et précieux » dans le sens « arts et traditions populaires », aucune pièce majeure ou exceptionnelle mais essentiellement des objets qui ont « servi » et c’est ce qui en fait tout l’intérêt. La valorisation de « l’invention rurale » n’est pas propre à Salagon, elle s’inscrit au contraire dans le mouvement des musées de société, qui rassemble les musées d’art et tradition populaire et les écomusées. Consciemment ou pas, les collecteurs de Salagon se sont inspirés des démarches lancées par Georges-Henri Rivière en les modelant pour servir leur projet.

De l’ethnologie de sauvetage à l’étude du contemporain

Les collections relèvent d’une ethnographie rurale qui a connu son heure de gloire dans les années 70 à 90 mais sont à présent mal aimées. Malgré tout leur intérêt, le risque est grand d’en faire un objet de nostalgie envers une société passée idéalisée, peu ou pas en prise avec le monde contemporain vers lequel tente de se tourner à présent le monde des musées. C’est un modèle à réinventer, pas seulement au niveau de Salagon, mais plus largement avec les autres musées possédant ce type de collection partout en France. Les collectes sur la base du don volontaire ont été arrêtées depuis plusieurs années. Le travail en cours sur les collections ainsi que le manque de place dans les réserves obligent le musée à limiter sa politique d’acquisition. Il n’est plus question d’acquérir sans réflexion, même si les propositions de don restent fréquentes. Cependant, le musée peut accepter dans ses collections patrimoniales certains objets qui répondent aux critères suivants :

  • Compléments d’une donation.
  • Objets manquants dans la collection et particulièrement symboliques de la société rurale traditionnelle haute-provençale, pourvu qu’ils soient documentés et en bon état.
  • Objets rares et /ou d’importance symbolique de la société rurale traditionnelle haute-provençale en bon état et bien documentés, même si le même type d’objet est présent dans la collection.
Cape de berger. Photo : Jean-Michel D’Agruma, Conservation départementale.

Cette cape de berger a été donnée au musée de Salagon en 2016 en prévision de l’exposition temporaire de 2017 consacrée aux mouvements de populations dans les Alpes de haute-Provence. Elle avait été achetée par le père de la donatrice. Il la portait lors de ses promenades lorsqu’il séjournait dans la maison familiale des Mées. La cape témoigne de deux phénomènes particuliers aux Alpes de Haute-Provence, le métier de berger, avec les foires qui s’y rattachent, et le départ des « enfants du pays » qui vont faire carrière dans une ville. Monsieur Rougier n’était pas berger mais avocat au barreau d’Avignon. Coupé de son territoire d’origine, l’achat de la cape sur un marché spécialisé marque l’importance du lien entretenu par les « gavots » (ceux qui sont « descendus » des montagnes vers les grandes villes de la plaine) avec leur village d’origine. De retour pour des vacances dans la maison familiale, Amédée Rougier se promenait dans les collines avec sa cape de berger, renouant pour un temps avec ses origines populaires et territoriales. L’acquisition de la cape de M. Rougier permet donc de souligner la continuité, au moins affective et symbolique, qui continue d’exister entre la société rurale traditionnelle et la société moderne, urbaine et aisée.

  • Objets collectés au cours d’enquêtes collectes du contemporain
Sac mural en lin crocheté en 2017 par Jocelyne Burthier. Photo : Jean-Michel D’Agruma, Conservation départementale.

Jocelyne Burthier fait partie des informateurs de l’enquête sur les Néoruraux menée par deux ethnologues, Katrin Langewische et Anne Attané entre 1998 et 1999 sur une commande de la DRAC. Elle appartient à la mouvance de ceux qui sont venus s’installer à Forcalquier dans les années 1980 à la recherche d’une nouvelle vie, fondée sur des valeurs d’économie, de solidarité, d’écologie, de libération de la société de consommation. Elle gagne sa vie depuis en fabriquant au crochet des objets à partir de fils de lin et de chanvre. Elle fabrique des objets utilitaires dont les motifs sont inspirés de l’art roman et de l’art indien. Salagon a acheté 9 de ces objets, qui ont été exposés en 2017 dans l’exposition « Terre du milieu, terre ouverte » consacrée aux mouvements de population dans le département. Ils témoignent de l’ouverture du musée à une collecte contemporaine sur des phénomènes de société qui ont fortement impacté le territoire et participé à la création de son identité actuelle.

Le premier projet, créé par Alpes de Lumières dès sa création en 1953, était essentiellement tourné vers le passé : le terme de « conservatoire » a défini le musée jusqu’à sa reprise par le Département en 2000. Il s’agissait alors de sauver la mémoire d’un monde qui disparaissait. Mais petit à petit le présent s’est invité dans la réflexion qui sous-tend l’activité du musée avec la création du jardin des temps modernes, qui raconte l’acclimatation des plantes exogènes sous nos climats, les enquêtes sur des phénomènes contemporains (2006, enquête d’Elise Bain sur le renouveau du blé meunier d’Apt par exemple) ont fait évoluer le rapport au temps. L’art contemporain s’est invité à Salagon dès 2005 (exposition des œuvres de Paca Sanchez) et y apparaît de plus en plus régulièrement. Le projet scientifique et culturel (PSC) écrit par la conservatrice et directrice du musée, Isabelle Laban Dal-Canto, validé en 2017 par la DRAC, accentue cette tendance en renversant le point de vue : le passé est désormais là pour éclairer le présent, voire préparer l’avenir.  Les habitants du département sont en même temps la matière, les acteurs et les visiteurs du musée ; on peut avec eux réinventer le concept de musée collaboratif : au-delà des dons ou des prêts d’objets, les habitants sont le sujet des expositions qu’ils sont invités à co-construire, par leurs témoignages et les informations qu’ils fournissent, par leur participation. L’idée est de proposer à travers les expositions des images de la société haut-provençale contemporaine ancrées dans l’histoire. L’ethnologie à Salagon n’est plus tellement une ethnologie de sauvetage mais elle est davantage centrée sur la société contemporaine : comment un territoire rural en marge d’une métropole, souvent perçu comme reculé et/ou passéiste, invente en réalité des propositions alternatives à la société urbaine (la prochaine exposition temporaire consacrée à l’habitat prévue pour septembre 2021 en est un exemple). Au fil des enquêtes qui sous-tendent chaque exposition à dominante ethnologique, le musée de Salagon tend un miroir à une société en pleine évolution. C’est ce projet qui donne sa colonne vertébrale à la politique d’acquisition du musée. En retour, Salagon présentera une image  valorisante de la région, dans laquelle la majorité des visiteurs locaux peuvent se reconnaître. C’est une image que l’on peut alors montrer à ceux qui visitent la Haute-Provence : Salagon devient la vitrine d’un territoire ancré dans son histoire mais qui est aussi vecteur de modernité.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à vous procurer l’ouvrage « Musée de Salagon, les collections » et plus particulièrement l’article écrit par Marie-Christine Braillard ancienne conservatrice départementale dont est tiré une bonne partie de ce texte. Vous trouverez ce livre à la librairie de Salagon ou sur la boutique en ligne.

Vous pouvez également consulter l’onglet « Collections » sur le site internet du musée .

Certaines notices issues du logiciel de gestion des collections ont été importées dans la base de données Joconde des musées de France (Ministère de la culture) et sont ainsi consultables par le grand public.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 06/06/2021

    […] BRAU, Cécile, « Les collections d’objets du musée de Salagon », In: Les Cahiers de Salagon, 25/05/2021. Consulté en ligne. URL : Les collections d’objets du musée de Salagon – Les cahiers de Salagon (hypotheses.org) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search