Être distillateur à Grasse

Jean-Marie Ghibaudo, distillateur à Grasse

Jean-Marie Ghibaudo a participé au stage PCI 2020, en tant que professionnel de la filière de la parfumerie grassoise. Il a présenté aux participants son métier de distillateur qui consiste à transformer la matière première en composés utiles aux créateurs de parfums.


Ce jour là, dans mon bureau à l’usine, je me suis accordé une pause. J’avais les yeux rivés sur l’écran de mon ordinateur et je suivais en direct la retransmission d’une réunion qui avait lieu à l’autre bout de la Terre. Sur l’île Maurice, les représentants des pays membres de l’Unesco étaient réunis pour inscrire ou non un certain nombre de dossiers candidats au patrimoine immatériel de l’humanité. Le président de séance a annoncé le dossier présenté par la France : « Les savoir-faire liés au parfum en Pays de Grasse », a écouté l’avis favorable du rapporteur, puis a fait procéder au vote.


Le 28 novembre 2018, j’ai eu 50 ans et à l’unanimité, mon métier de transformateur de matières premières, ainsi que ceux de cultivateurs de plantes à parfums et de compositeurs de parfums en Pays de Grasse, est entré au patrimoine de l’Humanité. J’ai regardé sur l’écran la joie de la délégation française menée par l’ambassadeur de France auprès de l’Unesco et j’ai écouté les mots très justes du sénateur Leleux qui avait porté pendant dix ans ce projet incroyable. J’ai fermé les yeux et j’ai pensé à mon père, mort dix jours auparavant, et qui avait passé toute sa vie à cultiver des roses, du jasmin, du mimosa et de l’estragon pour l’industrie de la parfumerie.


Un métier


Dans son remarquable roman Le Parfum, Patrick Süskind fait venir son héros, Jean-Baptiste Grenouille, à Grasse, non pas pour apprendre à composer les parfums, cela il l’a déjà appris avec Baldini, le parfumeur italien, dans sa boutique parisienne. Non, il le fait venir à Grasse pour apprendre à distiller et à capter les odeurs dont il est lui même dépourvu. Grenouille va mener à bien son entreprise criminelle non en se contentant de distiller des fleurs, mais en extrayant l’odeur du corps de jeunes femmes pour réaliser le plus beau des parfums.
Je m’appelle Jean-Marie Ghibaudo et lorsqu’on me demande mon métier, je réponds : distillateur, bien que la distillation ne soit qu’une des parties de mes activités. Mon métier consiste à transformer des matières premières naturelles odorantes en produits utilisables par les parfumeurs : c’est à dire ayant une odeur conforme aux desiderata des créateurs de parfums, et qui soient entièrement solubles dans l’alcool, support des parfums modernes. Des roses, des iris, des tubéreuses, du jasmin, de la lavande… Pour cela différentes méthodes s’offrent à nous, de la plus simple comme la macération à la plus technique comme l’extraction au CO2 supercritique.
Tout autour de l’usine Sotraflor qui m’emploie, s’étendent 20 hectares de terres cultivées par la famille Mul sur les communes de Pégomas et de la Roquette sur Siagne, et dont la production est exclusivement réservée à une grande maison de couture et de parfums française depuis le milieu des années 80. Cette maison fut soucieuse, à cette époque, de garantir une traçabilité des matières premières utilisées pour ses parfums et surtout de perpétuer l’utilisation des produits grassois déjà utilisés à l’origine de ses premières créations en 1921. Cette collaboration inédite entre un agriculteur et une maison de parfums s’est traduite par un contrat d’exclusivité puis, dans un deuxième temps, par la création d’une unité de transformation des récoltes dans une usine construite au cœur des champs. Sur ces 20 hectares sont cultivés des roses Centifolia, du jasmin, du géranium rosat, des iris Pallida et des tubéreuses. A cela s’ajoute, pour faire le lien entre les saisons de récoltes, le traitement de produits d’importation comme les fèves Tonka du Venezuela ou des vanilles de Madagascar.
Pour évoquer quelques techniques, j’ai choisi de parler des iris, dont la culture traditionnellement se faisait en Toscane et que nous réintroduisons à Grasse, de la fève Tonka qui depuis toujours est un des produits d’importation phare pour l’industrie des parfums et bien sûr de la reine des fleurs, la rose Centifolia ou rose de mai qui, avec le jasmin et la tubéreuse, sont les fleurs emblématiques du Pays grassois.

Olivier Pierre David, Université de Versailles.

L’iris Pallida

Champs d’iris de la plaine de la Siagne.

Récolte et séchage des rhizomes d’iris.

L’iris nécessite un soin très particulier. Sa culture dure trois ans et ce ne sont pas ses fleurs qui vont nous intéresser mais ses racines ou rhizomes.A l’issue de ces trois ans en terre, les rhizomes sont récoltés, lavés, tranchés et mis à sécher pendant…trois années supplémentaires. Au cours de ces trois années, des composés appelés irones vont se développer. Ce sont  ces composés et surtout leur teneur dans l’huile essentielle obtenue qui vont intéresser les parfumeurs.

Distillation des rhizomes d’iris.


Trois ans après leur récolte, le taux d’irones atteint son maximum au cœur des rhizomes, il est temps de les broyer et de les distiller. Une distillation à l’eau très lente (hydro distillation), quelques 30 heures seront nécessaires pour obtenir une huile essentielle qui a la particularité de se figer à température ambiante d’où son appellation de beurre d’iris. Le rendement est de 0,2 %.

Beurre d’iris issu de la distillation des rhizomes.


Ce beurre d’iris va avoir un parfum très poudré avec des notes de violette (un parfum de bébé propre…) et est une des matières premières les plus chères de la parfumerie, plusieurs dizaines de milliers d’euros par kilo.

La fève Tonka

Olivier Pierre David, Université de Versailles.


La fève tonka n’est pas cultivée mais récoltée dans les forets du Venezuela et du Brésil. Les indigènes l’appellent Coumarou, ce qui a donné son nom au composé que les parfumeurs recherchent : la coumarine.
Pour traiter ce produit, nous utilisons la technique de l’extraction aux solvants organiques, iso-hexane, acétate d’éthyle. Les fèves broyées sont étalées sur les grilles d’un panier et recouvertes de solvant chauffé. On dit que l’on procède à des lavages. Le solvant chargé des composés odorants va être envoyé dans un alambic pour être évaporé. Reste au fond de l’alambic un pré-concentré qui va être transféré dans une boule de finition, qui est un petit alambic où l’on peut travailler sous vide afin d’abaisser la température d’évaporation des dernières traces de solvant sans détériorer le produit obtenu, une oléorésine de tonka.

Chargement des fèves tonka et du solvant dans l’extracteur.


Finition de l’oléorésine de tonka dans une boule de finition sous vide.


.

La rose Centifolia

Cette rose rustique, est l’emblème de la parfumerie grassoise. Un mois de récolte au mois de mai. Tous les extracteurs et tous les alambics sont réquisitionnés pour traiter la récolte quotidienne. Une récolte qui se fait à la main.

Champs de roses Centifolia dans la plaine de la Siagne.


Récolte des roses Centifolia dans la plaine de la Siagne.


Dès que 250 kg de roses sont récoltés, ils sont immédiatement transportés vers l’usine pour y être traités sans délai.

Déchargement des sacs de roses à l’usine.
Les sacs de roses Centifolia prêts à être chargés dans les extracteurs.

Les 250 kg de roses sont chargés sur les grilles de l’extracteur afin qu’elles ne se tassent pas lors des bains de solvant qu’elles vont subir. L’extraction se fait par la mise en mouvement du solvant légèrement tiédi. Les lavages successifs chargés des composés odorants sont envoyés dans un alambic, où par distillation, on fera évaporer le solvant (qui servira aux lavages suivants) et où l’on obtiendra une pâte odorante appelée concrète de rose. Cette concrète est un produit stable qui peut se conserver toute l’année.Une fois la saison terminée, à la demande du parfumeur, la concrète sera, par lavage à l’alcool, purifiée pour éliminer les cires végétales et donner un produit entièrement soluble dans l’alcool et utilisable dans la composition des parfums : l’absolue de rose. 400 kg de roses donneront 1 kg de concrète et ensuite 600 gr d’absolue.

Absolue de rose centifolia.

Épilogue

Créer les plus belles matières premières pour les plus grands parfums et savoir qu’au coin de la rue ou au bout de l’univers, quelqu’un va éprouver une émotion grâce à notre travail, voici la plus grande des satisfactions.

« Les dieux créent les odeurs, les hommes fabriquent des parfums. Nus et faibles, ils ne peuvent survivre qu’avec des machineries (des machinations). Le parfum, c’est l’odeur plus l’homme. »
Jean Giono
Journal, poèmes, essais
Bibliothèque de la Pléiade 1995

Crédits des photographies sur site : Jean-Marie Ghibaudo


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search