Grasse et l’industrie de la parfumerie française de la fin du XVIIIe siècle à nos jours

Gabriel Benalloul, chargé d’inventaire du patrimoine, spécialiste de l’histoire de la parfumerie.Service Ville d’art et d’histoire, Mairie de Grasse.


La production de matières premières servant à l’élaboration des parfums constitue une industrie spécifique. Loin d’être récente, cette branche de la parfumerie contemporaine trouve son origine en France durant les années 1770. Elle résulte de ruptures avec certaines pratiques de la parfumerie artisanale d’Ancien Régime.
Présente dans de nombreux centres urbains du royaume, cette parfumerie traditionnelle s’attachait autant aux questions de production que de composition ou de vente directe auprès du chaland. À cette approche généraliste propre au monde artisanal se substitue un modèle plus industriel qui s’incarne dans deux pôles interdépendants. D’un côté le vaste et puissant bassin parisien qui concentre l’essentiel des activités afférentes à la fabrication et à la commercialisation de produits finis de parfumerie. De l’autre, un pôle méridional fournisseur de matières premières, au sein duquel le territoire grassois parvient à s’imposer au détriment de villes concurrentes comme Montpellier.


Parfumerie et première industrialisation : 1770-1870

Industrie de Grasse. Parfumerie et distillerie. Ancien système de fabrication,
F. Souvain. Coll. privée. Reproduction Michel Graniou.


À l’instar d’autres cités du Midi, Grasse a connu le développement d’un artisanat de la parfumerie au moins depuis le XVIIe siècle. Les protagonistes de cette profession obtiennent l’autorisation de se rassembler dans une corporation indépendante en 1724. Ce changement permet aux parfumeurs de s’émanciper de la corporation des tanneurs qui contrôlait la production de matières aromatiques.
Avec le phénomène d’industrialisation, les divergences entre le monde dominant mais vieillissant de la tannerie grassoise et celui, conquérant, de la parfumerie s’approfondissent durant la seconde partie du XVIIIe siècle. Tandis que la masse des tanneurs de la ville ne parvient pas à s’ajuster aux mutations économiques de l’époque et disparaît, une nouvelle génération de parfumeurs, acquise au libéralisme des Lumières, adapte son activité avec succès. Se met ainsi en place l’organisation de la parfumerie grassoise de la première industrialisation qui prévaut jusqu’aux années 1870.
Cette organisation se caractérise, notamment, par l’aménagement, dans des bâtiments du centre-ville ou de ses abords, d’authentiques fabriques à parfums. En leur sein sont parfumés en grandes quantités des huiles, des pommades et des corps durs via la technique d’enfleurage. Des essences et des eaux parfumées sont obtenues par distillation. Dans l’ensemble, ce sont des produits semi-finis qui nécessitent de la part des clients soit un simple travail de reconditionnement pour une vente au détail soit quelques mélanges en vue de la création de compositions odorantes originales.

Exemple d’une fabrique de la fin du XVIIIe siècle encore en activité en 1908. Gravure.
© Archives Communales de Grasse.


Par ailleurs, cette mutation, freinée temporairement par les secousses révolutionnaires et impériales, conduit les Grassois à délaisser les foires commerciales traditionnelles, comme celle de Beaucaire, au profit d’un lien plus direct avec les parfumeurs détaillants de la capitale. Pour ce faire, une tournée commerciale parisienne d’environ un mois est réalisée chaque année par les patrons grassois et des dépôts de marchandises sont ouverts au moyen d’associations nouées avec des commerçants ayant déjà pignon sur rue.
Les marchandises sont expédiées par la route et plus tard par le train aux parfumeurs franciliens propriétaires de marques renommées. Il faut dire que, prescriptrice en matière de parfums, la clientèle parisienne aide à populariser internationalement les notes florales. Ceci favorise les productions grassoises issues des cultures de fleurs locales comme la rose, le jasmin, la fleur d’oranger, la violette ou la tubéreuse.
Parallèlement à cette organisation type qui donne un accès indirect aux marchés national, européen voire international, l’amélioration du réseau routier français permet aux Grassois de démarcher plus librement la clientèle des villes de province. Des partenariats avec des voyageurs de commerce sont tissés partout dans le pays.

Exemple d’une usine de parfumerie datant de la deuxième industrialisation. Bertrand Frères. Fabricants d’essences fines et de matières premières pour parfumerie. Grasse (Alpes-Maritimes). Spécialité d’extraits parfumés. Gravure signée A. Renard, fin du XIXe siècle. © Archives Communales de Grasse.


Le temps des matières premières : 1870-1939

Exemple d’une usine de parfumerie datant de la deuxième industrialisation. Bertrand Frères. Fabricants d’essences fines et de matières premières pour parfumerie. Grasse (Alpes-Maritimes). Spécialité d’extraits parfumés. Gravure signée A. Renard, fin du XIXe siècle. © Archives Communales de Grasse. (illustre la partie sur la 2ème industrialisation)
Vue du centre de Grasse et de la ville-basse, prise du pont du Sud. © Musée d’Art et d’Histoire de Provence, Ville de Grasse. (illustre la partie du la 2ème industrialisation).


Durant les années 1870, les transformations du commerce international conduisent à une marginalisation du modèle hérité de la première industrialisation. Les parfumeurs de Grasse sont amenés à faire évoluer leurs procédés de fabrication qui, jusque-là, avaient été rationalisés mais n’avaient pas connu de bouleversements techniques majeurs.
L’emploi généralisé de la vapeur produite par des chaudières à charbon change la destination des produits issus de l’enfleurage, avec l’expansion des lavages à l’alcool des pommades et huiles parfumées. L’injection de vapeur directe dans les alambics augmente en outre significativement les rendements de la distillation ce qui conforte l’utilisation des huiles essentielles à grande échelle. Ces innovations, conçues avec l’aide de chaudronniers locaux, stimulent les ventes de matières premières plus concentrées au détriment des fabrications semi-finies. Ceci implique de la part des clients un travail de composition qui se complexifie et se diversifie.
D’autre part, la concurrence étrangère qui se structure entame l’hégémonie parisienne. Ce phénomène induit par les progrès des transports maritime et ferroviaire et par l’évolution des goûts du public, incite les Grassois à se lancer dans des stratégies de développement à l’international. Sous leur impulsion, de grandes exploitations de plantes à parfums sont mises en place partout sur la planète et des succursales commerciales sont ouvertes par des entreprises en pleine expansion comme Chiris, Roure ou Lautier.


D’ailleurs, nombre d’entre elles délaissent les anciennes fabriques du centre-ville pour la construction de grandes usines en périphérie. Ces sociétés y sont d’autant plus encouragées que l’on parvient à mettre sur pied un nouveau mode d’extraction utilisant des solvants volatiles qui doit disposer d’ateliers adaptés.
Cette technique très efficace transforme les cultures florales locales dès son entrée en vigueur vers 1900. En effet, les pratiques culturales n’avaient pas connu jusque-là de révolutions malgré l’accroissement des quantités produites. Dès lors, les terrains de plaine affectés au maraîchage sont couverts d’exploitations florales. Le paysage rural traditionnel s’en trouve modifié, arborant le visage d’un grand champ de fleurs exhalant ses parfums.
Cette première phase de la deuxième industrialisation perdure jusqu’au second conflit mondial. Elle connaît aussi la montée en puissance de l’industrie des ingrédients odorants synthétiques à laquelle s’adonne le bassin grassois. Ce dernier reste néanmoins le spécialiste de l’extraction de produits d’origine naturelle, activité qui comporte la production d’arômes alimentaires depuis l’entre-deux-guerres.


Le retour des produits semi-finis : de 1945 à nos jours


Durant la première moitié du XXe siècle, les évolutions des procédés d’extraction auxquelles s’ajoutent également la distillation fractionnée et la composition de bases parfumées aboutissent à une concentration de savoir-faire assez unique. Toute cette connaissance accumulée, qui répondait avant tout à des exigences de nature technique, est le support de l’évolution profonde de la profession de la deuxième partie du siècle.
La guerre de 1939 à 1945 met durement à l’épreuve la parfumerie française, et le bassin grassois en particulier. De grands groupes de chimie américains ou suisses ont su s’imposer et se diversifier. Confrontés à une difficile reconquête de certains marchés, nombre d’industriels de Grasse trouvent des perspectives intéressantes dans l’élaboration de ce que la profession nomme des compositions parfumantes et aromatiques.
Dans le sillage de sociétés comme Roure et son célèbre parfumeur Jean Carles, nombre d’entreprises développent cette activité à partir des années 1950. Il s’agit désormais de créer des parfums ou arômes composés à destination de clients qui se chargent du façonnage et de la commercialisation. Un essor important est enregistré dans ce domaine à partir des années 1970, période de profonde restructuration de la profession. Les bouleversements alors à l’œuvre s’accompagnent d’un net recul des cultures florales du territoire et de la disparition de leaders historiques comme Chiris. À contrario, d’autres entreprises locales, demeurées familiales, connaissent dans le même temps des succès spectaculaires.
Dans les années 2000, les compositions parfumantes et aromatiques représentaient 4/5e de l’activité du bassin grassois. L’extraction des matières premières, notamment naturelles, n’en représentait donc plus que 1/5e bien que les quantités produites soient restées proches des valeurs très élevées du milieu du XXe siècle1.
Ainsi, tout en maintenant vivaces des modes d’extraction variés, le bassin grassois s’est enrichi d’un savoir-faire créatif. Les compétences techniques ont également évolué autours de procédés industriels de mélange des essences grâce à la robotisation et à l’informatique. Enfin, la préoccupation environnementale de plus en plus prégnante laisse pressentir un regain de la demande en ingrédients naturels adossé à une gestion écoresponsable des ressources végétales.


  1. Selon les données du syndicat PRODAROM. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search