Toucher

Christian Bromberger, Professeur émérite d’ethnologie, Aix-Marseille Université.



« Prière de toucher », telle est la légende qu’a placée Marcel Duchamp en bas d’une de ses œuvres représentant un sein féminin en relief. Ce faisant, il invitait facétieusement les visiteurs à transgresser un double tabou : celui qui pèse sur certains gestes érotiques dans les espaces publics, celui qui encadre les comportements au musée, où « l’ on est prié de ne pas toucher », gardiens et alarmes le rappelant si nécessaire.

« Hands off ! », dit plus lapidairement l’anglais. Cet interdit n’est pourtant pas consubstantiel à l’idée de musée. Dans les cabinets de curiosités des XVIIe et XVIIIe siècles, comme dans nombre de musées jusqu’au milieu du XIXe siècle, la manipulation était le complément obligé de la découverte visuelle. Ne pas toucher les objets lors d’une visite, c’était un peu comme si, invité par quelqu’un à dîner, vous n’aviez pas touché à la nourriture servie, commente joliment Constance Classen (2005 : 275) dans un essai où elle rappelle, exemples à l’appui, la « tactile accessibility of early museums ». Il apparaissait d’ailleurs inconcevable, et le philosophe Johann Gottfried Herder le proclamait avec force, que l’on pût apprécier la beauté d’une statue sans l’avoir touchée. On ne peut être que frappé par le contraste entre la valorisation du toucher dans les « early museums » et l’interdit contemporain. J. Pais de Brito, qui a dirigé le Musée d’ethnographie de Lisbonne, a écrit un article (2010) où il montre qu’après une vie de passage de main en main, de réparation, de transformation, les objets entrent au musée et deviennent figés. On ne peut même plus les toucher, ou seulement et strictement avec des mains gantées. L’interdit contemporain ne traduit pas seulement un souci légitime de préservation de chefs-d’œuvre ou de trésors, mais aussi une dévalorisation croissante de la tactilité dans l’appréhension du monde, au fil de ce que Norbert Elias (1994) a appelé « le processus de civilisation » : manger avec ses doigts, se gratter, taper sur l’épaule d’un camarade, tâter la marchandise… apparaissent comme des gestes d’un autre âge, qui ont échappé à la discipline et à la bienséance tactiles qui se sont imposées. Le toucher a désormais mauvaise presse : il connote, au moins dans les classes septentrionales huppées1, le comportement enfantin, l’arriération, la rusticité, la vulgarité, voire le vandalisme ; associé à la sexualité, il peut prêter au soupçon de mauvaises intentions (la caresse sur la joue d’un enfant). Au musée, comme dans la vie sociale, les sens nobles de la vue et de l’audition ont relégué le toucher au rang des archaïsmes suspects, réservés à l’intimité. Cela dit, le toucher conserve une certaine ambivalence : il peut être le moyen de susciter ou de ressentir du plaisir (la caresse affectueuse) ou de causer ou d’éprouver la douleur (la fessée, la gifle, les coups) ; autre caractéristique : il peut être un moyen de connaissance, nous rappelant que la pensée n’est pas le seul moyen de connaissance, que les sens, et en l’occurrence la tactilité, sont aussi des moyens de connaître. C’est sur cet aspect que je voudrais commencer cette intervention, après quoi j’envisagerai le toucher dans les relations sociales, et comme moyen d’accès au surnaturel. Mais distinguons d’emblée deux types de toucher : l’un inintentionnel, passif, cutané où je touche ou je suis touché indépendamment de ma volonté ; l’autre intentionnel, haptique, tactilo-kinesthésique, actif où je mets en action volontairement des parties de mon corps (muscles, main, etc.) pour manipuler un objet. La médecine, comme les techniques les plus diverses, font du toucher un moyen d’appréciation et de transformation de la matière.


Le toucher comme moyen de connaissance et de traitement


La médecine occidentale, mais encore plus extrême-orientale, fait du toucher par les doigts et par la main un moyen de connaissance et de traitement du corps souffrant. Tout examen médical ou vétérinaire commence par une série de palpations qui permettent d’estimer le caractère normal ou anormal de la grosseur, texture, souplesse, température de la peau, d’un muscle, de ganglions, de glandes, comme la thyroïde, etc. C’est avec les doigts également que l’on prend le pouls. Moyen de détection, le toucher est aussi une méthode thérapeutique. Les massages en sont un exemple. Les gestes de réconfort des soignants peuvent aussi avoir un effet bénéfique. L’effet réconfortant et calmant du toucher sur les personnes âgées que l’on approche souvent avec répugnance a été, à plusieurs reprises, signalé (voir, entre autres, Andrieu 2012). C’est que le travail en gérontologie confronte à un tabou, celui du contact avec un corps meurtri, dégradé, en souffrance, avec un corps vieilli qui est à l’opposé de ce qui est habituellement promu dans notre société (corps jeune, beau, lisse). Le toucher dans les médecines extrême-orientales joue un rôle thérapeutique beaucoup plus important que dans la médecine occidentale. Roland Guilloux (2006) dans son article sur « Le toucher en médecine chinoise » note qu’on compte environ cinquante gestes de base dont les principaux consistent à frotter, presser, pousser, saisir, caresser, vibrer. Parmi les outils, la main n’est pas seulement utilisée comme un tout, mais aussi pour ses différentes parties (pointe de doigts, phalangette- dernière phalange qui porte l’ongle-, articulation phalangienne, tranchant – partie de la main la plus mince, opposée au pouce -, talon, paume). Dans le reiki japonais le soin par les mains a pour but de rétablir les vides (kyo) et les trop pleins (jitsu) des points d’énergies et de détendre les tensions musculaires empêchant les fluides vitaux et le courant de l’énergie interne de bien circuler dans tout l’organisme. Mais, pour revenir à notre médecine, ce qui est frappant, c’est le recul du toucher, au bénéfice du visuel, dans les techniques de diagnostic ou thérapeutiques. On recourt ainsi à la « palpation virtuelle » sans palpation réelle. Nous sommes encore à l’heure d’une médecine multimodale mais l’artificialisation du diagnostic et des soins approche. On voit bien cette avancée du visuel dans les techniques chirurgicales les plus en pointe : « la vidéo-chirurgie a représenté une première étape dans la dissociation du corps à corps fondateur de la chirurgie. L’usage (encore peu fréquent) de télémanipulateurs improprement appelés « robots » rajoute une distance qui peut être considérable entre le site opératoire et les doigts du chirurgien » (Pouchelle 2007).
À l’opposé, le toucher, faut-il le préciser dans le contexte sanitaire des années 2019-2020?, est vecteur de souillure, de pandémie. Dans le même article, Marie-Christine Pouchelle nous montre qu’aux yeux mêmes de beaucoup d’hospitaliers, la manipulation quotidienne des cadavres rend très suspects ceux qui s’en occupent et qui forment un corps professionnel marginal par rapport à l’ensemble des soignants. «Je ne veux pas qu’ils me touchent… Ils sont en contact avec les morts toute la journée». Les travaux regroupés dans l’ouvrage de Memmi, Raveneau et Taïeb (2016) sur les porteurs de pompes funèbres, sur les aides-soignantes en gériatrie, sur les ambulanciers privés, sur les soignants et leurs gants, témoignent de la même aversion tactile face à la souillure et au risque de contamination (voir, sur un plan général, Douglas 1971). Est sous-jacente l’idée que l’on est gagné par ce que l’on touche, une croyance qui peut susciter horreur comme ravissement (nous en reparlerons quand nous traiterons de la recherche du contact avec le surnaturel). Une croyance qui a mis du temps à s’imposer et qui n’est d’ailleurs pas universellement établie. Rappelons-nous les sarcasmes auxquels s’est heurté Ignace Semmelweis, ce médecin hongrois auquel L.-F. Céline a consacré sa thèse de médecine ; il avait diagnostiqué que la fièvre puerpérale qui emportait les femmes en couches provenait des médecins qui ne s’étaient pas lavé les mains à leur sortie de la salle de dissection des cadavres.
Dans le domaine des techniques, le toucher a une importance capitale, qu’il s’agisse d’apprécier la qualité d’un matériau ou de décider de l’action à entreprendre. Christel Sola (2015) répertorie 53 termes utilisés par les maroquiniers pour qualifier un cuir, 50 par les stylistes, modélistes, couturiers, ou encore 24 par les menuisiers. Les stylistes-modélistes-couturiers détectent à la main la qualité des tissus qu’ils travaillent (un textile « bloqué » – sans élasticité –, « nerveux », « feutré », « soyeux », etc.) ; les menuisiers sont aussi des « toucheurs professionnels » appréciant si un bois fini est « lisse », « poli », « raclé », « cérusé », « sablé », « bouchardé ». Même appréhension tactile par les maroquiniers : « Lorsque je vais choisir et acheter mes cuirs, le premier truc c’est d’aller toucher, confie un maroquinier. Y en a des rangées, je passe et je touche. Ce qui va m’arrêter, c’est parce que ça correspond à ce qu’on fait. Je cherche celui qui a le meilleur toucher au niveau de la douceur, de la souplesse. Mais le plus important c’est vraiment que ma main prenne du plaisir à le toucher. Parce que je me dis que si j’y prends du plaisir, le client ou la cliente va également y prendre du plaisir. Il sait que la meilleure partie de la peau, la plus belle, est le milieu du dos, l’échine, parce que c’est la plus ferme. Les flancs sont mous et moins résistants » ; ces artisans choisissent tel mode opératoire ou tel outil en fonction des propriétés tactiles qu’ils ont ressenties et vérifient avec les doigts si l’action qu’ils viennent d’accomplir est satisfaisante. Quant au menuisier, le toucher est également un critère essentiel d’appréciation décidant de la prochaine étape de travail. « Moi pour obtenir une surface parfaitement plane, confie un menuisier, je ferme les yeux, je me mets dans ma bulle et je touche délicatement le bois pour bien ressentir les défauts, les bosses et les creux à reprendre. » Ce réflexe de vérifier son travail par le toucher tous les apprentis ne l’ont pas. Un Compagnon du Devoir en ébénisterie ajoute : « Nous on a un apprenti depuis deux ans, et souvent on l’engueule parce qu’après avoir poncé il ne vérifie pas son travail. On lui dit : ‘ Touche ! Quand tu ponces tu regardes, mais tu ne sens pas ! Tiens là tu as une bosse ! Là aussi !’ ». Le toucher joue ainsi un rôle essentiel d’information, d’évaluation, voire d’alerte. Ces « happerceptions professionnelles » font l’objet d’un long apprentissage sur le tas et sont rarement verbalisées. Le plaisir de toucher les étoffes informe sur les tendances masculines et féminines. Les psychanalystes Serge et Yolande Tisseron ont réédité dans leur livre L’érotisme du toucher des étoffes (Garamont Archimbaut 1987) un texte de Gaëtan Gatian de Clérambault, paru au début du XXème siècle. « Les hommes, selon lui, recherchent dans les matières vestimentaires la mollesse surtout, ce que lui permettent notamment le velours, la peluche et les fourrures (…), un ensemble de caractères tout féminin, la femme demanderait, outre la douceur superficielle, une sorte d’énergie interne rappelant le muscle ou tout autre tension » (id. : 131). L’accent mis sur l’importance du toucher dans la médecine, les techniques de production ou l’érotisme des tissus ne doit pas faire oublier le rôle de ce sens dans les activités artistiques et ludiques. Au piano le toucher des notes contribue à distinguer les pratiquants. Le style d’exécution permet d’emblée de reconnaître un morceau de jazz joué par Thelonious Monk qui avait une manière bien particulière de frapper les touches du piano ; en sport, on se rappelle le « toucher de balle » de John MacEnroe et l’on s’extasie devant la précision des frappes avec le pied de Cristiano Ronaldo.


Le toucher et les relations sociales

Jeune Iranien embrassant le président Ahmadinejad 
(Prière du vendredi, Téhéran, Cliché Christian Bromberger).


La pudeur, la hiérarchie, l’hostilité ou la solidarité ont leurs expressions tactiles. De la chaleureuse poignée de main au baise-main ou à la salutation sans contact, de la danse en solo à la danse de couple – qui fut une innovation majeure dans l’histoire de l’Occident (Hess 2003) – , de la chorophobie affichée par l’islam rigoriste (Shay,1999) aux « corps associés » des ballets de Pina Bausch qui évoquent les différentes figures du désir et de l’attraction érotique, les contacts se modulent selon les relations entre les genres, les conceptions du corps et de l’espace, les différences de statuts, les intentions (Finnegan, 2005). Sur ce nuancier du tact, un parallèle pourrait sans peine être établi entre les gestes de salutation effectués et les termes d’adresse (pronoms, noms, titres…) employés. L’accord conclu (« Tope-là ! »), la réconciliation ou l’ouverture vers la paix (la poignée de main entre Yasser Arafat et Yitzhak Rabin, qui refusa cependant d’embrasser le leader palestinien), la manifestation, voire la sollicitation, d’un même engagement (lors des campagnes électorales), prennent la forme d’une tactilité ostentatoire, savamment graduée, en intensité comme en temps (la poignée de main, sèche ou interminable, les regards tournés vers la caméra, est devenue un rite politique incontournable et un objet d’exégèse). Le refus de toute tactilité signifie la rupture ou une distance hiérarchique maximale. On ne peut toucher le souverain ou la souveraine : une révérence ou une inclination expriment cette distance. Cette absence de tactilité peut être aussi une simple marque de respect. Pensons aux gestes de politesse en Inde et au Japon. La poignée de main en Occident mérite une attention particulière. Il semble que la poignée de la main droite soit, dans l’Antiquité comme au Moyen-Âge, un signe de confiance, à savoir que celui qui tend la main ne tient pas une arme. Elle est aussi symbole d’égalité ou, dans bien des cas, d’illusion d’égalité. Il y a la volonté d’exprimer une égalité de statuts, parfois aussi une réconciliation ou l’adoption d’un plan commun. Cet accord est scandé par plusieurs secousses des mains. Le « coude à coude », les accolades, les chaînes où l’on se donne la main ou, dans un autre registre, la mêlée des rugbymen sont les signes les plus manifestes du lien et de la solidarité orientée, de la « fiabilité des relations » (voir, sur ce thème, Marzano 2010).


Le toucher , comme moyen d’obtenir une grâce particulière, est plus ou moins valorisé selon les traditions religieuses. Si la « religious tactility », pour reprendre l’expression de David Chidester (2005) est centrale dans les mythes et rites chrétiens (l’imposition des mains, l’onction, le baiser de paix, le signe de croix, le toucher des statues et des reliques dans les pratiques populaires), elle demeure cependant marginale, dans les traditions catholique et orthodoxe au moins, par rapport à la contemplation visuelle des images. La dévotion des Gitans, lors de la semaine sainte en Espagne, offre un exemple remarquable de cette priorité accordée au regard qui cherche à croiser celui des statues portées en procession (Pasqualino 1998). Mais cette priorité accordée au regard est concurrencée par le toucher comme moyen d’obtenir une grâce particulière voire un miracle. L’Ancien et le Nouveau Testaments attestent de l’importance du toucher comme moyen miraculeux. L’Ancien Testament, dans Le livre des Rois, raconte l’histoire d’un miracle accompli par le contact avec les os du Saint Prophète Elisée : « Élisée mourut, et on l’enterra. L’année suivante, des troupes de Moabites pénétrèrent dans le pays. Et comme on enterrait un homme, voici, on aperçut une de ces troupes, et l’on jeta l’homme dans le sépulcre d’Élisée. L’homme alla toucher les os d’Élisée, et il reprit vie et se leva sur ses pieds ». Le pouvoir du toucher est confirmé dans le Nouveau Testament ; Même si parfois Jésus guérit d’une simple parole, bien souvent il touche les personnes. Il guérit ainsi la mère de Pierre en lui prenant la main (Marc, 1, 31) ; Dieu délègue aussi son pouvoir thaumaturge à ses apôtres : « Dieu accomplissait par les mains de Paul des miracles peu banals ; à tel point qu’on prenait, pour les appliquer aux malades, des mouchoirs ou des linges qui avaient touché sa peau » (Actes des apôtres, 19 :11-12). L’imposition des mains que le Christ pratiquait pour guérir « Femme, te voilà libérée de ton infirmité. Il lui imposa les mains : aussitôt elle redevint droite et se mit à rendre gloire à Dieu’ » (Luc 13,12-13) est devenue une étape majeure dans les rituels catholiques (baptême, ordination des prêtres). Pour les fidèles toucher une relique, la statue d’un saint est la garantie d’une contagion bénéfique. Au IVème siècle, Grégoire de Nysse indique que « si une personne a, à la fois, la chance et la permission de toucher les reliques, cette expérience est un prix de grande valeur et semble comme un rêve à la fois à ceux qui ont été guéris et dont le vœu a été accompli […] On implore le martyr qui intercède pour nous, et c’est un préposé de Dieu pour communiquer ces faveurs et ces bénédictions que les gens recherchent ». Les exemples sont encore à la période contemporaine très nombreux de cette tactilité bénéfique, qu’il s’agisse des baisers sur le pied de Saint Pierre au Vatican, le baiser et l’accolade que les pèlerins donnent à la statue de Saint Jacques à Compostelle ou encore la dévotion au « Nazaréen noir » aux Philippines qui se déroule tous les 9 janvier. De nombreux fidèles sont convaincus que la statue du Christ à taille humaine, qui porte sur son épaule une grande croix noire, est dotée de pouvoirs miraculeux et tentent de la toucher. Ces pratiques où le toucher a une importance primordiale sont aussi attestées dans l’Europe contemporaine, soit il s’agit de démonstrations massives soit d’usages folkloriques en déclin. Manifestation massive, je pense aux fidèles madrilènes allant embrasser les pieds du Christ de Medicaceli le premier vendredi de Mars. Usages folkloriques, je pense à bien des rites de cette nature, tels ceux recueillis par Patrice Brasseur (2012) en Normandie. Le toucheux et touchoux, c’est celui qui impose les mains (parfois touche avec le pied) le plus souvent en récitant des prières ou formules tenues secrètes, pour guérir certaines maladies. Pour guérir les enfants de l’impétigo on passe une chemise sur la statue de saint Barthélémy : l’enfant malade doit la porter pendant 9 jours ; pour les guérir du carreau, on frotte la brassière sur la statue de saint Martin ; des vomissements, ce sont alors les langes que l’on mettait en contact avec la statue de Sainte Vilbruge. Cette vertu du contact se prolonge, semble-t-il, dans les ritualités profanes : toucher une star, un grand joueur de football, est la quête par excellence de leurs fans.

Le toucher comme manifestation de solidarité pour une même cause.
Supporters des Bleus (équipe d’Esteqlal à Téhéran), du Torino (à Turin),
de l’OM à Marseille (clichés Christian Bromberger).

La tactilité peut aussi être le véhicule de relations d’inégalité par exemple quand un homme baise la main d’une femme de statut supérieur. Cette disparité des statuts se manifeste en particulier dans les sociétés très hiérarchisées. Tikopia en fournit un exemple (Firth, 2000). Deux égaux se salueront nez contre nez ou nez contre visage ; onf appelle cette relation de réciprocité songi ; un inférieur (un plus jeune ou une femme rencontrant un chef de lignage) posera son nez sur le poignet du supérieur ; lors d’une cérémonie, un subordonné appuiera son nez sur le genou du supérieur ou encore un jeune marié devant la parenté mâle de son épouse pour s’excuser d’avoir enlevé une femme de leur groupe. Firth synthétise ces observations dans le schéma suivant.

Le toucher dans les rituels religieux

Mariés scellant leur union main dans la main et dans le henné
(Gilân, Iran, Cliché Christian Bromberger).


Si toucher un saint peut être, dans la tradition chrétienne, une quête du sacré dont on entend bénéficier de la contagion, l’intouchabilité peut avoir une double signification : un rejet de l’impur ou, au contraire, une consécration de l’inacessibilité. Dans les traditions musulmanes les plus strictes la consommation d’aliments acquis ou touchés par des mains impures est condamnée. Si le Prophète a permis aux fidèles de manger la nourriture, composée de mets licites, préparée par les « gens du Livre » (ahl-al kitab), des juristes limitent fortement cette tolérance, déconseillant, par exemple, de manger un animal abattu rituellement par un kitabi non musulman. Ces interdits s’appliquent également aux ustensiles, qui ont pu être souillés par des aliments ou des mains impurs ; boire dans un verre encore humide où un incroyant aurait posé ses lèvres laisse ainsi planer le risque d’une contamination. Il n’est, par ailleurs, pas envisageable en islam de voir ou de toucher une représentation du prophète ou d’un saint personnage. Le contraste à ce sujet entre christianisme et islam avait frappé Jack Goody (2004) alors qu’il se trouvait à Chypre pendant la seconde guerre mondiale : il évoque ainsi ses souvenirs des Grecs et des Turcs : « Les premiers, écrit-il, érigent d’innombrables images de saints et de la Sainte Trinité, qu’ils adorent même en se courbant et en y déposant un baiser. Les autres (les Turcs) sont horrifiés par la barbarie de tels actes ». Si les chrétiens ne proscrivent pas de toucher la Bible, Musulmans et Juifs s’opposent à un tel traitement de leur livre sacré ; les Juifs utilisent un pointeur (yad) pour ne pas souiller la Torah avec les doigts, pour les musulmans on ne peut toucher le Coran qu’en état de pureté et si l’on est musulman.

Toucher la grille du mausolée d’un saint personnage
(Emâmzadeh Hâshem, Gilân, cliché Christian Bromberger).

La tactilité populaire transgresse les frontières confessionnelles mais ne permet pas en islam une trop grande proximité : ici le toucher (des portes des sanctuaires, des grilles des mausolées…) se substitue, dans la piété populaire, au contact direct que l’on observe dans le christianisme. Mais un trait commun réunit les traditions monothéistes : la divinité elle-même, son représentant sur terre (le Christ, le prophète), demeurent intouchables, la mère du Christ aussi. Un exemple frappant de cette intouchabilité nous est fourni par le culte de la Vierge de la Rosée en Andalousie (Molinié 2010). « Tout au long de l’année, la Virgen del Rocío reçoit ses fidèles derrière une grille de son sanctuaire. On s’agrippe au fer forgé et l’on passe son visage entre les barreaux pour la supplier, parfois en pleurs. Vers trois heures du matin (lors du pèlerinage en son honneur qui culmine le lundi de Pentecôte), un cri interrompt les prières : ¡Almonteños, a por Ella! (« Hommes d’Almonte, allons la prendre ! »). Les jeunes gens d’Almonte escaladent la grille du choeur, bousculent le curé, s’emparent du trône en argent de la Vierge et se ruent avec la déesse vers la sortie, dans une incroyable bousculade. La cohue est indescriptible et une lutte à mort s’engage pour porter la Vierge. Cependant, malgré le chaos indescriptible qui entoure le trône, jamais une main ne touche la déesse ». On peut toucher les vêtements ayant enrobé le corps de la Vierge et en tirer un profit sacramentel par contagion mais pas la divinité elle-même (la Vierge est à la fois une déesse et une femme).
C’est sur l’évocation de cette ambiguïté du toucher, vecteur de guérison et de pollution, de solidarité et de violence, de grâce et de souillure que je souhaiterais terminer cet exposé. Sens peu étudié, le toucher, dans sa diversité, mérite de devenir un véritable champ de recherche anthropologique.


Références


Andrieu B., 2012 « Du mythe de jouvence à la santé tactile, le temps du toucher sensoriel »
Gérontologie et société, 1 vol. 35 / n° 140 (pp. 179- 191).
Brasseur P., 2012 « Saints et toucheurs dans la médecine populaire », Annales de Normandie, 2 (pp.37-54).
Chidester D., 2005 « The American touch. Tactile imagery in American religion and politics », in Classen C. (ed.), The Book of Touch (pp.49-65).
Classen C. (ed.), 2005. The Book of Touch, Oxford / New York, Berg, coll. “Sensory formations”.
Douglas M., 1971 De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, Maspero, (édition originale en anglais, 1966).
Elias N., E. Dunning, 1994 Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard (édition originale en anglais 1969).
Finnegan R., 2005 « Tactile communication »in C. Classen ed. The Book of touch (pp.18-25).
Firth R., 2000 « Attitudes et gestes de respect », Communication, 69 (pp.37-60).
Goody J., 2004. « Différences méditerranéennes”. Le statut des images et la place des villes », texte rédigé pour la IIIème conférence Germaine Tillion, Aix-en-Provence.
Guilloux R., 2006. « Le toucher en médecine chinoise », Corps. Revue interdisciplinaire, 1/1 (pp. 99-106).
Hall E. T., 1971 La dimension cachée (édition originale en anglais 1966), Paris, Seuil.
Hess R., 2003 La valse : un romantisme révolutionnaire, Paris, Métailié.
Marzano M., 2010 « Qu’est-ce que la confiance ? », Études 1 (t. 412) (pp.53 -63).
Memmi D., Raveneau G. et D. Taieb, 2016, Le social à l’épreuve du dégoût, Rennes, Presses universitaires de Rennes.
Molinié A., 2010 La déesse intouchable : une Vierge andalouse, Mélanges de la Casa Velázquez, 40/1, (pp. 57-77).
Pais de Brito J., 2010 « L’objet, le musée et la main interdite », Mélanges de la Casa Velázquez, 40-1 (pp.143-145).
Pasqualino C., 1998 « Quand les yeux servent de langue. Regards gitans, actions payas en semaine sainte (Andalousie) », Terrain, 30, «Le regard» (pp. 23-34).
Pouchelle M.-C., 2007 « Comment « y » toucher sans se perdre ? », Terrain, 49 (pp.11-26).
Shay A., 1999 Choreophobia. Solo Improvised Dance in the Iranian World, Bibliotheca Iranica, Performing Arts Series.
Sola C., 2015 « Toucher et savoir. Une anthropologie des happerceptions professionnelles », ethnographiques.org, 31.
Tisseron S. et Tisseron-Papetti Y., 1987 L’érotisme du toucher des étoffes, Paris, Librairie Séguier Archimbaud.

Crédit photographique : image à la une, Prière de toucher, la Cambre, Porte Ouverte Lau.Rence on Flickr, licence CC.

  1. On peut opposer les normes des sociétés septentrionales où l’on doit éviter tout contact corporel en public à celles des sociétés latines où le toucher est de règle pour manifester affection, solidarité ou colère. Cette opposition, quelque peu stéréotypée, s’inscrit dans la foulée des travaux de Hall (1971). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search