Les derniers cabaniers de Beauduc ? Habiter avec vents et marées au bout de la Camargue

Par Laurence Nicolas, Ethnologue, Façons de dire, bureau d’études en ethnologie.

…s’approprier un lieu consiste à le  conformer à soi comme à se conformer à lui1

Introduction

Ils ne sont plus qu’une poignée à résister, à persister à habiter, avec vents et marées, tant que cela reste encore possible, la partie la plus exposée d’un territoire voué à la submersion. Flamboyante utopie populaire de la seconde moitié du XX ° siècle qui faisait vibrer les poètes, les urbanistes en mal d’inspiration et pâlir (de rage) les fonctionnaires zélés, Beauduc, territoire de cabanes au Sud de la Camargue, connaît un coup d’arrêt brutal à l’orée du XXI° siècle.2 Un à un contraints de démolir leurs installations de fortune, ces contrebandiers du bout du monde sont rapidement réduits à peau de chagrin.

La notion de propriété, entre communs, « perruque » et chose-milieu.

Leur renommée – à laquelle je consacrais une importante partie de mes travaux d’anthropologue3 – obligea cependant le législateur à reconnaître une part patrimoniale à cette pratique populaire de « cabaner » en bord de mer, dans un pays de grandes propriétés privées, la Camargue4, où seuls les confins, les limites, les interstices5peuvent être appropriables et assurer un rôle de « communs » en quelque sorte, aux couches populaires, aux moins fortunés. Entre « communs » et « perruque»6, pour être plus précis assurant une part de bien-être et de re-création sociale au sens proposé par Sarah Vanuxem7 à propos des communaux dans une stimulante réflexion sur La propriété de la terre, se référant à Graffin8 et Le Play9.  

Soixante-dix-sept cabanes sur les quatre cent cinquante installations qui se répartissaient jusque là sur 3 quartiers d’habitations, furent autorisées à perdurer. Le choix se porta sur les plus anciennes d’entre-elles au motif qu’elles avaient fait l’objet d’une tolérance ancienne (datant de 1969) et n’étaient rendues en rien responsables de la prolifération qui succéda à leur implantation. En fait, le partage fut fait en fonction d’un critère plus objectif, celui de la propriété du sol. Les heureux élus ne le furent qu’à la faveur d’une délimitation du Domaine Public Maritime (DPM) qui les plaça hors de portée des foudres administratives, à la seule merci du bon vouloir du propriétaire, les Salins du Midi, qui exploitait le sel dans cette partie Sud-Est de la Camargue (sur plus de 15000 hectares). Mais l’industriel vendit à partir de 2008 les étangs et marais de Beauduc, autrefois voués à l’exploitation salinière, excepté le terrain d’assise des cabanes ayant survécu à la démolition, car l’acheteur, Le Conservatoire du Littoral, n’en voulut point, peu intéressé par cette enclave humaine sise au cœur de lagunes dont il ambitionnait une renaturation de grande envergure. Les quelques cabanes restèrent ainsi la propriété des Salins du Midi qui réduisirent leur activité plus à L’Est de Beauduc, jusqu’à l’embouchure du Grand Rhône.

En dépit de conditions naturelles difficiles, sinon répulsives quant à l’installation humaine, et d’une réduction drastique des usages faisant suite à une écologisation du territoire (Nicolas, 2015, 2016 a et b), le village des cabanes de Beauduc résiste à l’anéantissement et à l’abandon. Quels sont donc les ressorts de l’opiniâtreté dont fait preuve une petite communauté de personnes en tentant de maintenir un habitat littoral menacé ? Qu’apprend-on de cette obstination têtue ?

Ces cabanes, installées sur un bout d’espace littoral camarguais approprié à partir de la seconde moitié du XX° siècle par des couches populaires locales, sont en effet fortement menacées par la montée du niveau marin. Sans connaître l’échéance précise qui fera de ce bastion de résistance populaire une Atlantide submergée, ses occupants, rassemblent beaucoup d’énergie et d’imagination à se maintenir sur place, bravant ce destin, bientôt digne de la légende du royaume de Pamparigouste10,  île merveilleuse, située au large de la Camargue, peuplée de fées et gardée secrète, inaccessible jusqu’à sa découverte, qui lui vaut son anéantissement.11 Que signifie exactement s’approprier ce bout de littoral aux yeux des habitants ? Cela ressemble t’il à une relation de petit propriétaire à l’égard de son bien ? Certes l’attachement au cabanon est vif, tant il est l’objet d’investissement personnel, familial, de convoitise aussi, l’habitation en tant que bien mobilier est bien rattachée à un individu mais il en va tout autrement du milieu dans lequel il s’insère dont on ne revendique pas la propriété mais l’usage, et ce en toute connaissance de cause. Du point de vue de la notion de propriété, en premier lieu, mais aussi par rapport à ce qu’il convient d’y faire, comment intervenir, jusqu’où, pour pouvoir y séjourner. J’ai pu observer également une autre dimension qui concerne directement le « partage » de l’espace, ou la cohabitation. J’en donnerai deux exemples :

Le cabanon de Nini, figure tutélaire des lieux, possédait deux entrées, l’une tournée vers les autres cabanes, l’autre orientée sur l’étang. Cette dernière assurait une issue plus rapide pour aller chercher de l’eau pour diverses activités dont celle, souvent renouvelée, quasi quotidienne, consistant à rincer le poisson. Mais la recommandation était stricte, lorsque les flamants investissaient l’étang, à partir du printemps le plus souvent mais parfois aussi en hiver pour les individus sédentarisés. Il était alors interdit d’utiliser ce passage vers l’étang, prévenait Nini, pour ne pas déranger ces grands oiseaux particulièrement craintifs. La recommandation était sans faille et gare à celui ou celle qui contrevenait à la consigne ! L’autre exemple je l’observais lors d’une pêche « miraculeuse » lorsqu’en saison d’été, dans un étang en proie à un manque d’oxygénation, des milliers de petits muges recouvrirent peu à peu la surface de l’eau. La nouvelle couru, telle une trainée de poudre, d’une cabane à l’autre et tout le village, ou presque, arriva sur les lieux du « miracle », sauf les plus anciens restés à l’abri du soleil et attendant patiemment leur tribut. Autour de l’étang, se pressaient hommes, femmes et enfants,  munis de toutes sortes d’engins de pêche, petit seau, épuisette, épervier, petit carrelé, fouine pour les quelques gros individus… mais l’étang n’était pas occupé que par les humains, l’une des extrémités l’était par les oiseaux, hérons, mouettes et goélands, qui s’adonnaient également à la pêche aux muges. J’étais subjuguée par cette cohabitation qui se jouait sur un mode d’indifférence réciproque mais qui offrait un spectacle des plus réjouissants tant les deux genres, notablement différents, hommes et oiseaux, offraient là beaucoup de ressemblances. Ces deux exemples illustrent le rapport que l’on pourrait qualifier « d’approprié au lieu », en multi propriété, défini par sa fonction d’usage.12

Lorsque s’installent les premiers pêcheurs, la langue de sable sur laquelle sont érigées quelques cabanes est alors une lagune, la lagune dite de Beauduc, ouverte sur la mer, propice à la pratique de la pêche et au ramassage des coquillages.

Groupe de gratte-plage13, années 1930, collection privée.

A partir de 1970, l’endiguement de la lagune pour les besoins de l’exploitation du sel dans cette partie sud-est du delta rhodanien, crée un espace interstitiel entre industrie et balnéarité dans lequel se glisse et prend corps l’appropriation grandissante de la plage. En quelques décennies elle devient l’espace même d’un fort investissement identitaire et social de la part des usagers qui s’y reconstruisent un entre soi égalitaire, un mode d’habiter ensemble, d’échanger, de s’organiser. Mais la déprise de l’industrie salinière conduit bientôt à la cession des terrains au Conservatoire du Littoral qui va opérer à partir de 2009 une renaturation du site, en laissant à l’abandon l’ensemble des digues de protections contre la mer. Le retour de la lagune s’accompagne en effet, dans un contexte de hausse du niveau marin, d’une intensité de l’entrée des eaux de la mer qui inquiète les cabaniers restants. Dès lors, l’expérience de l’auto-organisation et de l’adaptation ne tarde pas à se manifester : les cabanes les plus touchées par les eaux s’élèvent, des remblaiements sont apportés. Enfin un projet d’édification d’une digue autour de l’îlot des cabanes est à l’étude mais il se heurte dans le même temps à l’objectif de reconnexion biologique entre les étangs et la mer, ambitionné par le Conservatoire du Littoral et porté par le Parc naturel régional de Camargue, par ailleurs il contrevient à la loi littoral qui interdit tout aménagement sur la bande des 100 mètres. Le projet sera réduit à des confortements de galets apportés autour des groupements de cabanes.

Protections d’un cabanon. Image Laurence Nicolas.

Surélévation d’un cabanon. Image Laurence Nicolas.

Le territoire qui vient ou comment s’adapter pour survivre

En ce sens Beauduc ne nous dit-il pas quelque chose du « territoire qui vient » ? Pour reprendre l’expression d’André Micoud14. Revenons un instant sur la renommée du lieu. Il est d’ailleurs tout a fait important de noter que le lieu va être « renommé» par le nouveau propriétaire. Le Conservatoire du littoral désigne aujourd’hui l’ensemble des  terrains qui lui ont été vendus sous l’appellation suivante, de piètre accroche mnémotechnique: « Etangs et marais des salins de Camargue ». Exit Beauduc, le dé-tricotage de la renommée commence avec l’effacement de son nom. Ayant pourtant connu ses heures de gloire, à travers de nombreux reportages en tous genres, tv, radio, presse écrite… Beauduc a fait figure de haut lieu à partir des années 1980-90. Il était également connu en « haut lieu »15 en ce qu’il posait problème dans son existence même, en tant que phénomène social, qualifié tour à tour de zone de non-droit16sorte de ZAD avant l’heure, ou de petite république libre17, dans le meilleur des cas.  Le cadre de cette expérience sociale, qui sous-tend le « mode d’habiter » à Beauduc, peut-être également vu comme un lieu pour l’exemple en ce qu’il incarne une utopie, alors en plein rayonnement, en « train d’avoir lieu », se référant directement à une manifestation de la culture populaire, dans son expression la plus « brute » semblant avoir traversé les âges tel que dans l’œuvre de Rabelais18. Beauduc répond aux trois conditions énoncées par Micoud pour définir un de ces Hauts lieux, en ce qu’il est à la fois exemplaire, expérimental et exceptionnel.  Exemplaire, d’un point de vue éthique, car il incarne un modèle « digne » d’être imité – et cela encore aujourd’hui, peut-être même plus encore aujourd’hui – d’adaptation sociale au changement climatique, nous y reviendrons. Expérimental car face à ce problème inédit que se pose la société, il laisse place à une large participation sociale, « L’action sociale expérimentale est celle qui se donne pour objectif de vérifier qu’une autre interprétation des faits lui permettra seule d’atteindre à l’efficacité »19. Enfin le caractère exceptionnel de ce « haut-lieu » s’exprime à plusieurs niveaux, d’une part en ce qu’il laisse se déployer une expérience sociale, sorte de fait social total, à son échelle, mais d’autre part en ce qu’il fonctionne aussi comme un lieu inscrit dans la « marge du texte »20, comme suspendu, dans un temps et un espace presque fictionnels. Là encore sorte de Pamparigouste, royaume promis à l’anéantissement, du moins à la submersion, obligé à la prise en compte urgente d’un changement en cours. Et c’est bien de cela que ce territoire nous parle, de manière concrète et surtout vécue, de la dimension climatique dans son éventuel dérèglement, et plus largement de la question environnementale.

En matière de réponse de survie, pour penser le désastre, Barbara Glowczewski indique : « L’intelligence collective qui s’expérimente au niveau microsocial est un espoir pour l’avenir mondial »21. Pourtant dans son opération de renaturation le Conservatoire du Littoral ne laisse que peu de place à la participation de ces derniers habitants dans l’établissement des enjeux et objectifs de la renaturation, et encore moins dans les modalités pour y parvenir qui leur sont imposées notamment dans ce qu’elles prévoient de changements dans les usages qui avaient cours avant le rachat par le prestigieux Établissement public. « Nous n’avons pas tous les même attachements » nous dit Émilie Hache22 mais pour pouvoir vivre ensemble, cohabiter, que ce soit entre les différents règnes animal, végétal, humain ou au sein de l’un d’entre eux, humain en l’occurrence, il faut bien prendre en compte l’ensemble des protagonistes ?

Des fins différentes sont poursuivies, avec d’un côté des habitants recherchant bien-être et ressourcement, relâchement sinon laisser aller de soi, libéré des déterminations sociales, du paraître social notamment, tout en recouvrant une autonomie par rapport à l’habitat, à l’espace et à l’acquisition de ressources alimentaires. La recherche d’un lien aux autres est également poursuivie,  dans un entre soi, idéalement égalitaire, selon un mode d’habiter ensemble sous-tendu par de nombreux réseaux d’échange de biens et de services, et un type de relation sociale qui privilégie une confrontation directe entre les individus. Aspirant enfin à un moment suspendu, dans un hors-temps, où prédominent les réjouissances, sur un mode rabelaisien, celui de l’excès, privilégiant l’expérience du bas.

De leur côté, les gestionnaires de l’environnement,  visent quant à eux le retour le plus intégral de la nature, sans intervention humaine, ou le moins possible. Les digues ne sont ainsi plus entretenues, afin de favoriser les connexions hydrobiologiques et la restauration de la lagune.

Digue frontale à la mer submergée devant le phare de Beauduc, Image Alain Dervieux, 2020.

Un des objectifs consiste également à réduire la fréquentation humaine, ce qui fut rapidement obtenu avec la mise en place des restrictions d’accès et d’usages. En dépit de ce qui peut apparaître comme une distorsion dans la poursuite d’objectifs, ne peut-il néanmoins s’envisager, suivant toujours en cela la philosophe, de tenter d’établir un principe de symétrie et « mettre les différentes fins sur le même plan »23 ? Même si cela ne signifie pas de tout accepter de la part des uns ou des autres24 dans le choix des fins à poursuivre. Tout au moins « se mettre à la place de », « cela exige en effet de s’engager dans une relation, de s’intéresser, d’apprendre à connaître ceux à la place de qui l’on se met »25 et non pas « prendre la place de ». Or  c’est souvent la perception qu’en ont ceux qui n’ont plus accès au site lorsqu’ils voient « les nouveaux maîtres » des lieux, les éco-gardes, arpenter en 4X4 rutilants, les espaces qu’ils parcouraient librement auparavant, eux aussi au volant de leur véhicule.

Le « cosmobus »,voiture bricolée pour circuler sur la plage dans les années 1970, collection privée.

Il s’agirait donc plutôt de faire de la place à un autre point de vue… que celui de l’écologue, alors même qu’Émilie Hache dont nous suivons l’argumentaire, se réfère quant à elle à la mise en rapport de tiers animaux. L’addition de points de vue, la cohabitation entre individus, concerne ici une même espèce, humaine, toutefois pas de même statut, ni ne poursuivant les  mêmes fins : les uns visant de pouvoir « rester », les autres d’annihiler la présence de cet autre perçu comme prédateur, voire déprédateur de la nature. Ne peut-on cependant leur prêter quelque compétence, notamment en matière d’insertion dans le milieu, comme le suggère Émilie Hache à propos des moutons dans un exemple qu’elle puise auprès de Vinciane Despret26 ?  L’auteure indique bien entendu que cela vaut également pour les humains « Beaucoup ont eu l’occasion de faire l’expérience de la différence que crée la façon dont on s’adresse à eux – on devient compétant à la mesure de ce que l’on nous prête, comme démuni lorsque l’on nous prête rien. »27 La coévolution est à ce prix, qu’il s’agisse de confrontation entre différentes espèces ou entre individus de la même espèce, apprendre de l’autre ce qu’il sait du milieu, ou ce qu’il croit savoir, ce qu’il croit détenir : « partager le même monde sans [pour autant] partager un monde identique »28. Maintenir portes et fenêtres ouvertes afin de laisser potentiellement entrer un ensemble de possibles, multiplier les points de vue, élaborer des compromis, sauf, et c’est aussi le risque à prendre, en cas de demandes morales incompatibles. Concluons sur ce chapitre avec notre philosophe : « les propositions morales écologiques ne peuvent être formulées une fois pour toutes, sauf à tomber dans une posture moraliste »29.

Les ressorts de l’opiniâtreté et de l’action, ce à quoi l’on tient… 

Pour vivre avec vents et marées, perçus de plus en plus menaçants30, les cabaniers déploient des techniques, acquises par tâtonnement et par imitation aussi de celles pratiquées de longue date pour la protection des terres camarguaises des inondations du fleuve ou de la mer, et leur mise en valeur31. Inspirée par la culture du levadon32 et de la digue, par observation du milieu et par connaissance précise du terrain, cette gestion par le bas s’avère des plus efficaces pour mettre hors d’eau les cabanes. Ce faisant, les habitants prenant soin du lieu, de « leur monde », en se protégeant, proposent une métaphore très concrète du soin à apporter à « Gaïa », pour reprendre la fameuse hypothèse de Lovelock chère aux environnementalistes, à la planète, si l’on souhaite en réchapper. Émilie Hache rappelle que la perte de la biodiversité n’est pas la fin du monde mais de « notre monde », de même agir pour tenter de remédier à cela revient en quelque sorte à agir pour nous, humains, pour notre protection33.  Ainsi la perspective de la submersion n’est pas non plus l’anéantissement de ce littoral, tout au plus son changement, son évolution, mais le principe même des cabanes comme habitat léger, précaire, en tout cas suffisamment souple dans sa structure même, offre de pouvoir s’adapter,  en se surélevant  voire en se déplaçant. Dans son livre Effondrement, Jared Diamond qui fait de son propos central la question de la survie ou de la disparition des sociétés suggère: « Des sociétés peu nombreuses et occupant une petite île ou un petit territoire peuvent pratiquer une gestion par le bas des problèmes environnementaux. C’est à dire que tous les habitants œuvrent  ensemble à la résolution des problèmes qui leur sont spécifiques (…) Tous ont donc conscience du fait qu’ils tireront avantage de mesures environnementales intelligentes qu’ils prendront eux-mêmes et leurs voisins »34. On pourrait ajouter dans le registre des motivations conduisant à ce sens des responsabilités, la dimension de l’attachement au lieu pour tout ce qui a déjà été évoqué précédemment mais aussi pour ce qu’il compte de mémoire familiale, sociale qui y prend ancrage, tous les week-end, tous les étés, tout le temps libre, pour sa perception  aussi de dernier reliquat d’une Camargue originelle… Nombreux d’ailleurs sont les Beauducois qui souhaitent que leurs cendres y soient dispersées. D’abord gratte-plage, puis tour à tour ferrailleurs, entrepreneurs (organisateurs d’activités à rendement) et même ingénieurs des ponts et chaussées à leurs heures (digue, route, chemin, places, fosses pour collecter les WC individuels,…) les cabaniers de Beauduc ont peu à peu augmenté leur capital d’empowerment, leur capacités citoyennes en constante évolution permettant à tout le moins de les qualifier de gestionnaires d’espace. Notons enfin que dans ce rapport au lieu, régi par l’appropriation, celui-ci est perçu comme un espace « vivant », tel un grand corps ou un organisme, fluctuant au gré des empleins35 et des tempêtes, dont les installations humaines font partie intégrante, au même titre que les humains et non humains qui la peuplent. Ainsi sur la place de la République à Arles, en prélude  à une manifestation de contestation  réunissant plus de 1000 personnes au lendemain de la démolition de 2004 à propos des deux établissements à poissons Antoine, représentant associatif et chef de file du mouvement de défense déclarera « on nous a coupé les deux jambes, Beauduc ce n’est plus Beauduc dans ces conditions ». Dans la perspective de cette même perception de « l’habiter », l’une des victimes de cette démolition réalisera quant à elle une peinture allégorique, représentant les cabanons sous la forme de flamants abattus puis juchés dans la benne d’un camion.

Peinture-allégorie de la démolition. Image Laurence Nicolas.

En dépit de ce qui est annoncé comme l’inéluctable montée des eaux marines, on enregistre donc la volonté de non seulement résister aux flots mais aussi de perpétuer une certaine manière d’être, des façons de faire. Car enfin ne vaut-il pas mieux continuer d’habiter une zone à risque à défaut de savoir où vivre ainsi ailleurs ? Dernière forteresse, assaillie par les eaux, d’une utopie sociale dont on pressent qu’elle ne pourrait renaitre ailleurs ? La motivation à agir procède aussi de cela : la peur de perdre ce à quoi l’on tient.  Pourtant ces actions collectives représentent également une prise de risque au regard de la réglementation qui régit le littoral et ne sont pas toujours du goût des services maritimes.  On retiendra cependant ici leur rôle d’empowerment, d’augmentation des capacités citoyennes pour les habitants, agissant comme compensation à d’autres domaines de qualification où en revanche des « incapacités citoyennes » sont saillantes.36, comme lors des rapports directs avec les gestionnaires de nature durant lesquels les cabaniers sont plus passifs ou en incapacité de réagir face à ce qui leur est imposé, et tout ce qui relève plus généralement du registre de l’expression politique dans les échanges avec l’extérieur37. L’émancipation se révèle ainsi avant tout technique et s’applique aux réalités concrètes du terrain, à ce qui relève de l’acte même d’habiter, pour ce qui est du registre de son argumentation politique, la capacitation citoyenne fait parfois défaut. Mais pour mieux saisir les ressorts et les modalités de l’action peut-être convient-il de prêter l’oreille à la petite musique du lieu.

Ritournelle et territoire, comment apprendre à vivre sur le grill ou le risque dans la peau.

« De toutes façons Beauduc c’est fini, ça va fermer, c’est le dernier été ». Il s’agit là d’un refrain, d’une ritournelle que chacun a en tête et répète souvent lorsqu’est évoqué ce territoire.  Je l’ai entendu des centaines de fois. N’est-ce pas là la caractérisation de ce que représente Beauduc auprès de ses adeptes ? Un bonheur intense mais voué à l’éphémère, qui ne saurait durer, le temps d’un été, est-ce là le dernier ? À l’image de la vie même. Sans cette petite ritournelle le caractère « étrange » de cet attachement territorial, quasi passionnel, ne prendrait-il pas un caractère angoissant bien compréhensible ?

Panneau de sensibilisation placé à l’entrée du site en 1996. Image Laurence Nicolas.

« Sans cette ritournellisation du monde sensible […] les objets environnants perdraient leur « air » de familiarité et basculeraient dans une angoissante étrangeté. »38 nous dit Felix Guattari qui donné une place centrale (avec Gilles Deleuze) à cette notion dans son travail intellectuel.

Cette  ritournelle, existentielle et territoriale à la fois, dessinant ainsi les contours de l’espace approprié/ appropriable  apprend à vivre sur le grill, à vivre avec le risque, à favoriser le présent, à faire sienne la philosophie de vie qui incite à jouir de la vie comme si se jouaient là ses derniers instants, c’est re-vivre tous les étés.

Dans son très bel essai « Habiter en oiseau », Vinciane Despret invite les chercheurs à élargir leur vision du territoire et ses multiples façons de l’habiter, après avoir évoqué les territoires chantés des oiseaux elle ajoute : « il y a sans nul doute quantité d’autres modes d’être de l’habiter qui multiplient les mondes. Quels verbes pourrions nous découvrir qui évoquent ces puissances ? Y aurait-il des territoires dansés (puissance de la danse à accorder) ? Des territoires aimés (qui ne tiennent qu’à être aimés ? Puissance de l’amour), des territoires disputés [… ] partagés, conquis, marqués, connus, reconnus, appropriés, familiers ? Combien de verbes et quels verbes peuvent faire territoire ? […] multiplier les mondes peut rendre le nôtre plus habitable. Créer des mondes plus habitables, ce serait alors chercher comment honorer les manières d’habiter, répertorier ce que les territoires engagent et créent comme manière d’être, comme manières de faire, c’est ce que je demande aux chercheurs. »39

J’en reviens à la ritournelle que dit-elle ? On peut habiter la nature tout en intégrant la menace, le risque, en étant vigilant par rapport aux phénomènes naturels, en testant des solutions, en intégrant et en renforçant le sentiment de précarité de la présence humaine.  Or n’est-ce pas là une autre ritournelle, souvent entendue en ces temps de dérèglement climatique et environnemental, que la nécessité de prendre conscience de la précarité de notre présence au monde et à en reconsidérer notre rapport ? Prendre conscience aussi de la perpétuelle recomposition du monde sensible environnant, du fait que rien n’est figé ni immuable, si ce n’est l’objectif de survivre, témoignant d’une  inébranlable force vitale, d’une intense résilience. Ces hommes-sentinelles du littoral sont-ils si nombreux à agir et à se sentir concernés par le littoral à un moment où il semble falloir y accorder quelque importance ?

En guise de conclusion : reconstruire sur les ruines, retourner malgré tout sur le lieu du désastre

En 2012, le festival de Cannes récompense Benh Zeitlin pour son premier long métrage « Les bêtes du Sud Sauvage » (caméra d’or). Sur le mode du conte, le réalisateur campe son histoire dans le cadre évènementiel d’une submersion marine, celle survenue en Louisiane, après l’ouragan Katrina (2005). Le titre du film provient d’une image récurrente, celle de bêtes, sorte d’aurochs ou sangliers géants déferlant en troupeaux et dont la présence semble avoir été libérée par la catastrophe. Le film est tourné sur place et le « bassin » où se déroule l’action évoque « L’isle de Jean-Charles » qui existe bel et bien et où deux communautés indiennes ont refusé de partir en dépit de la menace des eaux. C’est cette situation qui a inspiré le réalisateur du film. L’action se déroule dans un bidonville lacustre, placé sous la menace des eaux mais où s’agite un monde grouillant de vie, de musique et de fête. Après l’évacuation des habitants, suite à l’inondation, la petite communauté d’habitants choisit cependant de revenir vivre là, envers et contre tout.

Bibliographie :

– Bakhtine, Mikhaïl, L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance, Paris, Gallimard, 1970.

– Bakhtine, Mikhaïl, Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, 1978.

– Certeau de, Michel, L’invention du quotidien – 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990.

– Despret, Vinciane, « Sheep do have opinions » in Latour, Bruno, Weibel, Peter (dir.), Making thing public. Atmospheres of democracy, Cambridge Mass, ZKM Center for the Arts/MIT press, 2005, pp. 360-368

 – Despret, Vinciane, Habiter en oiseau, Arles, Actes Sud, 2019.

– Diamond, Jared, Effondrement – Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, Paris, Gallimard 2006.

– Glowczewski, Barbara, Soucaille, Alexandre, Désastre, Cahiers d’anthropologie sociale n°7, Paris, L’Herne, 2011.

– Glowczewski, Barbara, « Résister au désastre : entre épuisement et création », Cahiers d’anthropologie sociale, 2011, n°7, pp. 23-40

– Guattari, Félix, Cartographies schizoanalityques, Paris, Éditions Galilée, 1989.

– Graffin, Roger, Le rôle social des biens communaux, Paris, Albert Fontemoing éditeur, 1899.

– Hache, Émilie, Ce à quoi nous tenonsProposition pour une écologie pragmatique, Paris, La Découverte, 2019.

– Micoud André. « Le lieu comme figure exemplaire de l’ordre du territoire qui vient. » Communications, 2010, vol 87 : Autour du lieu, pp. 109-119.

– Nicolas, Laurence, Beauduc, l’utopie des gratte-plage – Ethnographie d’une communauté de cabaniers sur le littoral camarguais, Marseille, Images en Manœuvre éditions, 2008.

– Nicolas, Laurence, « Vacances buissonnières sur le littoral camarguais », Nature et récréation  2015, n°2, p 16-27.

– Nicolas, Laurence a, « Pratiques de nature populaires et écologisation du territoire – les effets sociaux de la requalification d’un espace littoral », Norois,2016, n° 238-239, p 59-67.

– Nicolas, Laurence b,  « Beauduc, une pratique habitante « insaisissable » par le politique ? De l’utopie à la normalisation », in Cousin Grégoire, Loiseau Gaëlla, Viala Laurent, Crozat Dominique, Lièvre Marion (édité par), Actualité de l’Habitat Temporaire. De l’habitat rêvé à l’habitat contraint, Marseille, Terra HN éditions, 2016.

– Nicolas, Laurence, « La graine de riz, promesse d’un avenir durable pour la Camargue ? Graine, la promesse même. Actes du séminaire d’ethnobotanique de Salagon, année 2018. Mane, Musée de Salagon, 2020, pp 67-79.

– Picon, Bernard, L’espace et le temps en Camargue, Arles, Actes Sud, 2020.

– Vanuxem Sarah, La propriété de la terre, Marseille, Wildproject, 2018

  1. Vanuxem, 2018, p13 []
  2. En novembre 2004, une première série de démolition est organisée par la Préfecture des Bouches du Rhône []
  3. Une quinzaine d’articles, quelques chapitres d’ouvrage, deux livres sur le sujet entre 1998 et 2020 []
  4. Picon 2020 []
  5. Les berges du Grand et Petit Rhône offrent aussi refuge à de tels usages. []
  6. Cette « tactique populaire », ce phénomène « inscrit dans l’économie contemporaine », tel que le décrit Michel de Certeau, [1990, p44], relève de solidarités ouvrières et familiales et, plus largement, participe de l’économie du don. Voir Nicolas, 2008. []
  7. Vanuxem, op. cit., p 81 []
  8. Graffin, 1899, p 13 []
  9. Le Play, 1855, p 283 []
  10. Cette légende, imaginée par Jean-Paul Clébert ((sur la base de bribes d’expression glanées dans la culture occitane comme « va te faire voir à Pamparigouste ! » ou bien encore « il est parti à Pamparigouste » invoquant quelque lointain inconnu []
  11. De même, les usagers de Beauduc, fidèles au précepte « pour vivre heureux vivons cachés », gardaient volontiers secrète sa localisation géographique, parfois même jusqu’à la réalité de son existence… []
  12. Vanuxem, 2018, p 61. []
  13. L’appellation « gratte-plage » correspond à un sobriquet collectif dont s’affublent ironiquement les Beauducois. Il dérive de l’activité de ramassage de coquillages qui nécessite de « gratter » la plage mais désigne également toute activité de récupération de ressources naturelles ou plus largement de matériaux, notamment de construction. []
  14. Micoud, 2010 []
  15. Ibid. p 114 []
  16. Le lieu est également qualifié de tâche, voire de chancre en Camargue, notamment par les différents sous-préfets qui se sont succédés dans cette période et qui se sont évertués à mettre fin au « phénomène Beauduc » []
  17. Dixit le maire d’Arles Michel Vauzelle, durant les mêmes années, auteur d’une vision nettement plus positive qui sera à l’origine de la demande d’une mission interministérielle, diligentée sur les lieux, afin d’examiner d’éventuelles conditions de sauvetage de Beauduc à la suite d’une fin de non recevoir des revendications des associations de défenses par le sous-préfet. []
  18. Je me réfère ici aux travaux de Mikhaïl Bakhtine sur François Rabelais et à son œuvre de transmission de la culture populaire dans ses écrits. Bakhtine, 1970 & 1975. []
  19. Micoud, 2010, p 116 []
  20. Ibid, p 117 []
  21. Glowczewski, 2011, p 24. []
  22. Hache, 2019, p 47 []
  23. Ibid, p41 []
  24. Ibid. p 46 []
  25. Ibid. p 52 []
  26. Despret, 2005 []
  27. Hache, op. cit., p54 []
  28. Hache, op. cit., p 57 []
  29. Ibid. p 69. []
  30. En 2018, un emplein plus important qu’à l’ordinaire a déclenché une série d’actions de protection contre les inondations de la part des cabaniers []
  31. Nicolas, 2020, p 67-79 []
  32. Le levadon est une levée de terre assurant un rôle de protection des inondations, il s’agit d’un ouvrage moins monumental que la digue réalisée quant à elle au moyen de galets, de cailloutis et/ ou d’enrochements. []
  33. Hache, op. cit., p 98 []
  34. Diamond, 2006, p 334 []
  35. L’emplein est le nom local donnée aux mini-marées méditerranéennes, très sensibles sur les terres plates du delta rhodanien. []
  36. Ces incapacités citoyennes sont d’autant plus vives depuis que la figure charismatique du mouvement associatif, de guerre lasse, n’assure plus son rôle de chef de file. []
  37. Nicolas, 2016 , a et b. []
  38. Guattari, 1989, p 260 []
  39. Despret, 2019, p 41 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search