Les artisans de la crèche provençale : dioramas, effigies et auto-représentations (fin XXème-début XXIème)

Par Valérie Feschet, Maître de conférence, Aix-Marseille Université. IDEMEC (UMR 7307 AMU-CNRS).
Santonniers au travail. Salon des santonniers d’Arles, 2013-2014. Dioramas de Gérard Cumin (Lei Santoun de Corto).

« Patrimoine vivant », l’art de la crèche est une pratique culturelle très partagée dans de nombreuses régions d’Europe et du monde (Mallé 2006 ; Roma 2006, Dilger, Vanja 2006), par les chrétiens qui voient en elle le support d’une dévotion à la naissance du Christ et des dioramas pédagogiques de catéchèse, mais aussi par des personnes qui se disent athées qui trouvent en la crèche une manière d’exprimer leur identité et leur humanisme.

La vivacité de cette ferveur, les bénédictions qui lui sont associées, les multiples usages socioculturels de la crèche de Noël (qui sont parfois très conflictuels), la variété des caractéristiques formelles qui la caractérise, les métiers et les représentations patrimoniales qui leur sont associées, appelle l’attention de l’ethnologue qui entrevoit dans cette hétérotopie ritualisée de nombreux axes de recherches.1 Certaines de ces thématiques sont en cours d’exploration (notamment, en qui me concerne, l’étude des dimensions socio-politiques des crèches du Noël du XXIème siècle). Dans ce premier article, je souhaite établir un « inventaire de population », au prisme des métiers et des artisans pour rester dans le thème de la journée d’étude, afin de mieux cerner « qui » peuple au juste les dioramas de Noël au début du XXIème siècle en Provence.2 sera également question du métier de santonnier, comme artisans, mais aussi comme sujet-santon (auto-représentation), de l’implantation régionale des ateliers et de la morphologie des entreprises. La dimension patrimoniale de leur savoir-faire labellisé « fait main » et « métier d’art » sera précisée en première partie3. Les principaux traits du triptyque crèche-santonnier-santon, éléments indissociables les uns des autres, ont donné lieu à de nombreuses études (Bertrand 1990, 1091, 1992, 2003, 2008, 2016 ; Lautman 1986). Les aspects formels de la crèche de Noël traditionnelle furent fixées, quant à eux, par des auteurs dits « créchistes » au fil des XIXème et XXème siècles (Bertrand 1992). Cela dit, sur les formes et les usages contemporains de ces dioramas qui représentent la Nativité nichée au cœur d’un village provençal préindustriel (pour l’immense majorité d’entre-eux), peu de données sont disponibles, alors qu’il s’agit sans nul doute d’un « folklore vivant » des plus dynamiques, aux contours multiples et aux significations requalifiées, caractéristiques des rituels de l’hiver (Lévi-Strauss 1952 ; Van Gennep 1997).

Implantation régionale des santonniers

            D’après les données de l’Institut national des métiers d’art, consulté en octobre 2020, la France compte 150 santonniers essentiellement regroupés autour de Marseille, Aix-en-Provence et Aubagne. Ce sont des entreprises de très petite taille qui emploient parfois un personnel saisonnier. Les santonniers pratiquent essentiellement la vente directe dans leurs ateliers-boutiques mais ils commercialisent également leur production sur les foires qui précèdent Noël. Certains d’entre eux ont aujourd’hui des boutiques en ligne et développent ainsi une activité à l’export à destination des États-Unis, de la Suisse, du Benelux et de l’Allemagne. 120 entreprises sont de très petites tailles mais il existent de grandes maisons comme Escoffier, Arterra, Carbonel, Bouvier, Tuffié-Douzon et Fouque. 80 % sont installés en Provence avec des pôles particulièrement actifs (Marseille, Aix-en-Provence, Aubagne, Arles) : 62 ateliers dans les Bouches-du-Rhône et 26 dans le Vaucluse. Néanmoins, on trouve des ateliers aujourd’hui dans toute la France4.

            Un tour à la Foire aux Santons d’Aix-en-Provence, carnet de notes en main, réalisé en décembre 2019 avec la collaboration d’Eric Pons à la caméra pour les archives filmiques de l’IDEMEC (MMSH), a permis d’établir qu’il y avait à cette date six stands occupés chacun par une maison bien implantée localement (les santons Mayans, Jouve, Fouque, Cavasse-Ferry, Girault, Richard). Chaque maison avait son style et ses personnages ou sujets singuliers, même si les collections rassemblaient à peu près toutes les mêmes figurines très codifiés évoquant, en tout premier lieu, la Nativité, puis les pastorales provençales et enfin les scènes emblématiques de la société locale campées par les écrivains régionaux (notamment Frédéric Mistral, Alphonse Daudet et Marcel Pagnol), pour peu que ces scènes évoquent la société préindustrielle (ce critère n’est toutefois pas toujours respecté, d’autres arguments identitaires légitimant la place de certains santons). Effectivement, malgré quelques exceptions justifiées par l’importance locale de l’évocation, pas de voiture ni d’avion, ni d’électricité (quoi que parfois certains des dioramas contemporains publics exposent des carrousels qui fonctionnent à l’électricité ou d’autres artefact de la modernité), mais par contre des moulins à vent ou à eau, des bergers à pied, des bœufs attelés, et un bestiaire de plus en plus étoffé évoquant les fermes d’antan où apparaissent non seulement les animaux domestiques et familiers, mais aussi les animaux sauvages, chassés ou pas, comme les sangliers, les lièvres, et même le loup depuis peu.

De petites entreprises familiales

Mais qui sont ces artisans-artistes ? Dans chaque maison de production, il y a un maître-santonnier, parfois formé aux beaux-arts, parfois sur le tas, éventuellement entouré d’assistants, de décorateurs ou décoratrices. C’est toujours le santonnier en titre qui modèle les nouveaux sujets qui seront ensuite déclinés en petites séries grâce à la fabrication de moules. Savoir-faire et apprentissage se transmettent dans un univers familial ou au fil de collaborations très étroites s’étalant parfois elles-mêmes sur plusieurs générations comme dans la maison Fouque.

Le stand Fouque lors de la foire aux santons d’Aix-en-Provence de 1937. Collection particulière.

  Les santons Fouque ((Deux entretiens ont été réalisés avec Emmanuel Charles-Gervais, qui représente la 4ème génération de santonniers. Le premier date de 2008. Il fut réalisé alors que je m’intéressais aux santons-boulistes par rapport à mon travail sur la pétanque ; le second date du 17 mai 2018.)) ont été créés en 1934. Jean-Baptiste Fouque avait obtenu quelques années plus tôt (en 1892), le « 1er Prix de Sculpture » et le « 1er Prix de Peinture » des Beaux-Arts d’Aix-en-Provence. Son fils, Paul, est alors âgé de 13 ans. Il acquiert les techniques de sculpture, de modelage et de peinture aux côtés de son père et de son frère aîné. En 1947, Paul Fouque se marie et s’installe au Pont des Trois Sautets à Aix-en-Provence. Il devient lui aussi santonnier et travaille avec son épouse. Il créé en 1952 le célèbre « Coup de Mistral © », un modèle qui sera déposé à l’I.N.P.I. Son originalité vient du fait que Paul Fouque a matérialisé dans l’argile le mouvement du manteau flottant dans le mistral. Dix ans plus tard, en 1957, la maison Fouque s’installe au 65 cours Gambetta à Aix-en-Provence, son emplacement actuel. La fille de Paul Fouque, Mireille, modèle également aux côtés de son père et créera son premier santon en terre cuite à l’âge de 15 ans. Ce santon appelé « la Vierge à l’Enfant » est présenté au Salon International des Santonniers, en Arles, en 1965. A sa retraite, Paul Fouque a transmis l’atelier à Mireille qui devint santonnière. En 2006, Emmanuel Charles-Gervais, son fils, ingénieur de formation qui modelait l’argile aux côtés de son grand-père et de sa mère, rejoignit à son tour l’entreprise et perpétua le savoir-faire comme maître-santonnier. Il se définit comme artisan-artiste, sculpteur-modeleur. Son épouse travaille à ses côtés s’occupant des relations clientèles et de la communication ainsi que de la peinture des sujets avec quelques employés. Le couple a plusieurs enfants qui sont susceptibles, à leur tour, de reprendre le flambeau, mais à ce niveau-là de l’histoire seul l’avenir le dira. La première création d’Emmanuel Charles-Gervais date de 2004. Il s’agissait du marchand de melon (décliné en 2, 4, 6 et 9 cm). Depuis son installation comme santonnier, il a fabriqué à peu près 15 à 20 modèles par an (toutes séries confondues), ce qui représente à la fin des années 2010 plus de 200 nouveaux modèles qui sont venus s’ajouter à la collection antérieure qui comprenait en 1990 déjà 1800 modèles différents (personnages, animaux, décors, bâtiments…).

Patrimoine vivant et métier d’art

            Cette transmission familiale des savoir-faire et des outils de production est caractéristique d’un artisanat dont la transmission est avant tout familiale. Presque toutes les maisons représentées à la Foire aux Santons d’Aix-en-Provence en 2019 sont dans ce cas de figure. Les santons Richard, par exemple, qui existent depuis 1968, compte déjà trois générations de santonniers et de santonnières. Bien sûr, les transmissions ne sont pas toujours en ligne directe mais les liens restent malgré tout très étroits entre les propriétaires de l’atelier et les repreneurs ou repreneuses, comme, par exemple, chez les santons Roger Jouve, installés à Luynes, où le beau-fils (Didier Quiley), boucher de formation, rejoignit l’entreprise familiale, secondé aujourd’hui par son fils Julien ; où encore comme chez les santons Mayans de Venelles chez qui femme et fille font les « petites décorations » aux côtés de Daniel Riera, le santonnier en titre qui prit la succession ; même chose chez les santons Cavasse qui existent depuis 1965, à Venelles également, où Agnès Féry, employée depuis 1985 a repris l’entreprise de Monsieur et Madame Cavasse en 2011, après 26 ans de coopération. Son mari aide et sa fille Séverine, âgée de 32 ans au moment de l’enquête, modèle également en s’étant spécialisée sur les modèles enfants. Quant aux santons Girault, dont l’atelier était dans la rue Bédarrides d’Aix-en-Provence, récemment déménagé à Fuveau, c’est toujours la première génération de santonniers qui « officie », Monsieur et Madame Girault produisant ensemble les figurines de la collection. Systématiquement, épouse et époux coopérèrent, filles et fils, belles-filles et gendres, petits-enfants. L’artisanat du santon ne peut-être autre qu’une aventure familiale, m’a-t-on répété souvent, sinon « c’est impossible ».

            Depuis une dizaine d’années, l’atelier Fouque, comme d’autres ateliers de santon, s’est vu attribuer toute une série de labels qui viennent attester de son « authenticité » et de la qualité du travail artisanal. Au-delà du prix très connu du grand public qu’a obtenu Paul Fouque en 1968 « la Médaille d’Or du Concours National du Meilleur Ouvrier de France », pour une crèche qui lui a demandé 1000 heures de travail, on peut noter les labélisations suivantes qui marquent une tournure dans les usages politiques de cet artisanat depuis une quinzaine d’années. En 2007, la maison Fouque est labellisée « Entreprise du patrimoine vivant » (un label donné par le Ministère de l’économie) ; en 2009, la Chambre des Métiers instaure la « Route des Métiers d’Art ». La Maison Fouque est choisie pour l’inauguration et le lancement de cet évènement ; en 2010, la voici nommée « Ateliers d’art de France » ; en 2015, « Métiers d’Art / Artisan /Provence Alpes Côte d’azur »… Les santonniers sont invités régulièrement par la mairie, le conseil général ou régional, la chambre des métiers, à de nombreuses manifestations dont l’objectif est de valoriser les métiers d’artisanat, pensés comme un patrimoine attractif et qualitatif. Par exemple, la veille de notre entretien réalisé en 2018, la Maison Fouque tenait un stand lors de l’inauguration de « La route des arts & gourmandises de Provence » (organisé par la chambre de Métiers et de de l’Artisanat) à Peypin-en-Provence avec des dizaines d’autres artisans, avec comme slogan promotionnel : « Consommer local, consommer artisanal ». Il y avait également un autre santonnier lors de cet évènement, Le Moulin à Huile d’Aubagne.

Made in Provence

 Si toutes ces étiquettes et labels sont aujourd’hui assez répandus, l’atelier Fouque, très ancien, a été l’un des premiers à les obtenir. Ils ont été immédiatement référencés et n’ont pas eu à les réclamer. A l’époque de Paul Fouque (2ème moitié du XXème siècle), ces reconnaissances n’étaient pas utiles. Un santonnier était forcément un artisan d’art travaillant l’argile à la main dans son atelier. Aujourd’hui, par contre, il est devenu essentiel de distinguer ‘les artisans’ ‘des fabricants’ dont l’objectif n’est que de vendre, quel que soit le processus de fabrication.

            Le label qui atteste d’un « patrimoine vivant » est très important aux yeux des santonniers actuels. Ils défendent le fait que les santons soient des figurines d’argile « faites à la main en Provence », « dans un atelier réel » où l’on voit le santonnier travailler. Pour eux, l’identification du santonnier par sa clientèle, qui peut le rencontrer, lui parler, le voir faire, est essentielle et participe de l’esprit de la production. « A quoi rime un santon de Provence fait en Tunisie ? » La crèche, pour tenir le propos qu’elle est censée tenir, à savoir l’évocation d’un lieu hétérotopique5 qui permet un passage dans un ailleurs idéalisé (grâce aux portes que sont les anachronismes), doit être « habitée » par des personnages faits localement pour que la magie s’opère (selon les explications données par les santonniers). Elle perd sinon de son sens, du moins aux yeux d’une certaine tradition très normative. Pour obtenir ces labels toutefois, des critères « communication » sont requis : être référencé sur Google, être visible bien au-delà du site de production via les réseaux-sociaux. Du local donc, mais du local exportable et du local montrable. « Ces dimensions prennent trop le pas sur les aspects artistiques proprement dits », selon les santonniers consultés. Afin de faire barrage à la délocalisation de la production, les santonniers français se sont fédérés en 2016 dans une « Union des fabricants de santons de Provence » (UFSP) pour obtenir une indication géographique protégée : le « Made in Provence ».

Les santons au prisme des catégories socioprofessionnelles

            Le petit monde de la crèche, vu sous l’angle d’une « population », se prête à une analyse ethnologique de la matérialisation, sous formes d’effigies, des catégories socioprofessionnelles renfermées dans les villages provençaux aux XVIIIème, XIXème et début XXème siècles. En effet, la société provençale se déclinait en différentes catégories socio-professionnelles parmi lesquelles les artisans tenaient une place importante. Les santonniers, davantage que les photographes, les peintres, les écrivains, ont fait une description très fine de cette population relativement oubliée des travaux scientifiques, littéraires et des représentations artistiques qui se sont davantage focalisées sur les notables et les paysans.

            Maurice Agulhon a dégagé les grands traits de la stratification sociale en Provence au lendemain de la Révolution française (Agulhon 1970). La typologie qu’il propose est une aide précieuse pour se repérer dans le petit monde de la crèche qui se veut être, justement, le miroir de cette époque. Au cours du XIXème siècle, la société en Provence se fragmente de la manière suivante : 1°/ Des propriétaires ancien nobles ou bourgeois enrichis et des notables locaux ; 2°/ Des négociants qui rassemblent les professions industrielles et commerciales les plus aisées. Ils sont propriétaires des moulins, des filatures, des ateliers de céramique, des savonneries… ; 3°/ Une population agricole avec des ménagers (c’est-à-dire des paysans propriétaires de leurs fermes) et des cultivateurs s’emploient au service des autres ; 3°/ et enfin des artisans, une catégorie qui regroupe dans les registres municipaux tous les petits fabricants et le petits commerçants, c’est-à-dire les boutiquiers (boulangers, bouchers, bijoutiers, chapeliers…), les gens de chantiers ( maçons, carriers, charpentiers) ; les gens d’ateliers (maréchaux-ferrants, tisserands, cordonniers, bourreliers, horlogers, sabotiers, couturières, potiers…). Cette dernière catégorie était démographiquement considérable. En 1836, par exemple, à Salernes, dans le Var, les artisans représentaient 1/5 de la population active.

            Dans la collection Fouque, comme dans toutes les autres collections ou presque, les références « métiers » (selon les termes utilisés par les santonniers) sont extrêmement représentés (882 références au catalogue Fouque en 2020 toutes tailles confondues). Parmi ces métiers, les paysans occupent une place de choix (agriculteurs et agricultrices, bergers et bergères, laitières, apiculteurs et apicultrices, valets de charrue, paysans et paysannes faisant les foins, jardiniers, moissonneurs, rabassiers (ramasseur de truffes), vendangeurs et vendangeuses, porteurs de brouette, éleveuses de poules et autres animaux de basse-cour… Il n’y a par contre que très peu d’ouvriers (gens de chantier), tout juste un mineur chez Fouque pour faire écho aux mines de Gardanne. L’usine avec ses patrons et employés, les aménagements modernes des territoires (routes, ponts, viaducs, voies ferrées…) qui employait pourtant bon nombre de personnes au XIXème siècle et au début du XXème siècle n’est pas en « odeur de sainteté » dans les dioramas traditionnels. Il existe par contre de très nombreux employés domestiques ou municipaux (nourrices, cuisinières, maîtres et maîtresses d’école, facteurs, gardes-champêtres, gendarmes, marins-pompiers, matelots). Les personnages d’église (prêtres, moines) et les gens de savoir sont aussi représentés : le sourcier, le médecin, l’infirmière, le notaire… S’ajoutent à cette liste des artistes musiciens anonymes (joueurs de bandonéon, de cornemuse, de galoubet, de tambourins, d’orgues de barbarie, de guitare, de vielle…), une chanteuse de rue appelée « la cantatrice » par les clients. Il y a également des personnages emblématiques de la société locale qui ont tous un métier bien identifié : le peintre Paul Cézanne (qui n’est pas nommé en tant que tel mais parfaitement reconnaissable), l’écrivain Frédéric Mistral, le couturier Christian Lacroix (arlésien), le savant local (un entomologiste) , ou même le Roi René « qui ne se promène pas cela dit avec les Rois Mages car il ne faut pas tout mélanger ». Le santonnier, en tant que sculpteur-modeleur, se donne le droit de créer des pièces qui n’ont pas vocation à rentrer dans la crèche. Depuis peu de temps, la population des santons compte aussi des personnages qui ne relèvent pas de la catégorie des métiers à proprement parler comme des écoliers qui jouent, des communiantes, des prieurs, des pénitents, des jeunes mariés, des danseurs notamment du quadrille sisteronais, et même des élèves des Arts et métiers (depuis 2018).

            La crèche traditionnelle met préférentiellement en valeur une société de labeur, de « gagne petit », dans laquelle chaque personnage ou presque joue un rôle dans l’économie locale. A part quelques exceptions assez récentes, tous les modèles reflètent des activités professionnelles par leurs postures, leurs vêtements ou par les offrandes qu’ils apportent ou qui suggèrent leur quotidien. « Les personnages qui n’apportent rien à l’Enfant Jésus, qui ne sont pas en chemin vers lui (les enfants qui s’amusent, les joueurs de cartes ou de boules, les personnages assis qui lisent le journal, les bons amis qui cassent la croûte en mangeant du fromage et en buvant un verre de vin) se justifient par le fait qu’ils font écho à  l’indifférence du monde à la naissance du Christ », selon les justifications recueillies lors de mes observations de terrain. Ils ne sont donc pas inutiles au récit religieux et donnent une certaine efficacité à la pédagogie en œuvre, tous et toutes étant susceptibles de mieux s’identifier. Toutefois, « il y a des limites à ne pas dépasser » par respect pour les « racines de la crèche ». Emmanuelle Charles-Gervais (Santon Fouque), par exemple, comme d’autres santonniers, n’a pas voulu faire rentrer dans sa collection « lou Cagaïre » (un santon déféquant) très à la mode depuis le début des années 2000, alors qu’ils étaient présentés en très bonne place sur les étals de deux autres santonniers de la foire de 2019, avec les toilettes au fond du jardin « lou pati » (Moulin à huile, Santon Richard et Santons Girault).

Les santons artisans

Santonnier au travail en plein air, puits, tonnelle, pots d’œillets et de giroflées. Musée du Vieux Marseille. Collection de Jean-Amédée Gibert (Marseille 1919).

            Parmi tous les métiers figurés par les santonniers au début du XXIème siècle, nombreux sont ceux qui peuvent-être mis dans la catégorie des « artisans ». J’ai assoupli les catégories socio-historiques proposées par Maurice Agulhon pour prendre en compte tous les santons rencontrés, associant à la notion de « métiers » la notion « d’activités ». L’éventail des « artisans » dans la population de la crèche méridionale se compose ainsi :

– Boutiquiers ou vendeurs ambulants qui façonnent eux-mêmes (ou du moins le conjoint) les produits (la boulangère, la marchande de légumes, le chiffonnier, le marchand d’huile d’olive, le marchand de marrons, le marchand de melon, le marchand de poterie, le marchand de vin, le marchand de fromage de chèvre, la marchande de brousse, la marchande de savon, la poissonnière, le marchand de poteries, la bouquetière, le boulanger dans son fournil, le calissonnier, le navetier, le charcutier…). A cette catégorie professionnelle doit-être ajouté celle des porteuses et porteurs (souvent marchands ambulants) qui livrent pour leur compte ou celui de leur patron et/ou font échos aux offrandes à l’enfant (la porteuse d’ail, de choux, de bois, de courges, de lavande, de poules, de langes, de berceaux, de fougasse ; du côté masculin, les porteurs de vin, d’eau, de bois, de jarres, de pain…).

– Gens de chantiers et de carrière (Tonin le maçon, le charpentier, le bûcheron, le mineur).

– Artisans proposant des activités relevant d’un processus de fabrication ou d’un service (la tricoteuse, la brodeuse, la fileuse, la glaneuse, le et la cuisinière, la bugadière (la lavandière), la blanchisseuse, le rémouleur, le ramoneur…).

– Gens d’ateliers (le réparateur de faïence et de parapluies, le meunier, le vitrier, le bourrelier, le cordonnier, le vannier, le couturier, le forgeron, le souffleur de verre, le tailleur de pierre, le tonnelier, le potier le menuisier et enfin « santonnier »…).

            Afin de ne pas se disperser dans l’immensité de cette liste, une sélection de six santons-artisans travaillant de leur main, en atelier ou en chantier, la terre, la pierre et le bois (le santonnier, le tailleur de pierre, le menuisier, le potier, la tuilière et le maçon) permettra de dégager, outre les traits morphologiques des figurines elles-mêmes, les représentations associées à ces métiers par les santonniers mais également par leur clientèle.

Le santon santonnier

Autoportrait de Paul Fouque créé dans les années 1980. Maison Fouque.

 Il est extrêmement rare de trouver des santons qui représentent des santonniers, ou des ateliers de santonnier, du moins parmi les santons fabriqués en série. Cela dit, il en existe quelques-uns, notamment depuis le 56ème salon des santonniers d’Arles qui a lancé en 2013-2014 « le concours du meilleur santon » sur le thème du santonnier. Toute une série de santons santonniers a donc été fabriquée à cet effet, respectant généralement l’ancrage temporel préindustriel. Le plus ancien diorama d’atelier de santonnier que je connaisse, appelé « Le santonnier au travail », a été exposé au Musée du Vieux Marseille en 2003 et 2004. Il date vraisemblablement de la fin du XIXème siècle ((Cette scène date sans doute de la fin du XIXème siècle car quand Jean-Amedée Gibert a réuni sa collection de santons, entre 1917 et 1919, on peut supposer que les santons étaient déjà anciens. Ces santons étaient présentés dans une vitrine du Musée des Beaux-Arts de Marseille dont il était le conservateur (à partir de 1909) afin de « faire connaître ces intéressantes figurines exécutées par nos paysans des environs de Marseille, aux personnes étrangères à la Provence. »6 . D’autres scènes plus récentes existent, comme les dioramas exposés en Arles en 2013-2014 mentionnés ci-dessus et l’autoportrait de Paul Fouque, réalisé pour commémorer les 50 ans de création du santonnier Aixois dans les années 1990. Bien que certains santons santonniers apparaissent parfois sur des sites internet comme pièce unique, aucun santon santonnier n’était proposé en 2019 sur les étals de la foire aux santons d’Aix-en-Provence, ce qui atteste du caractère unique des pièces en question.

Santonniers au travail. Salon des santonniers d’Arles, 2013-2014.
Dioramas de Gérard Cumin
(Lei Santoun de Corto),

Le tailleur de pierre

Le tailleur de pierre. Maison Fouque.

  Le santon tailleur de pierre est présenté comme une nouveauté dans le catalogue de la maison Fouque en 2017-2018 mais cette figurine existait déjà chez d’autres santonniers. A son propos, son créateur dit qu’il voulait faire ce modèle depuis au moins 10 ans car ce modèle lui tenait à cœur pour plusieurs raisons. Il a eu l’occasion d’expérimenter la taille de pierre alors qu’il n’était pas encore santonnier. Il a été impressionné par la rigueur du métier, sa beauté, sa technicité, qui a une toute autre dimension que ce qu’il fait lui comme sculpteur d’argile. Il avait une idée en tête à propos d’un geste précis. Afin d’être au plus près de la gestuelle, il a demandé à un compagnon du tour de France, Vincent Durit, de prendre la pose dans un habit des XVIIIème et XIXème siècles. Faire poser des modèles pour créer ses personnages est essentiel à ses yeux « car cela permet de travailler le drapé, le pli des vêtements »… Il ne leur demande pas de tenir la pose pendant des heures. Il fait des photos et il travaille ensuite à partir des clichés.

Emmanuel Charles-Gervais  présente son nouveau santon :
le tailleur de pierre. Maison Fouque.

Le menuisier

Menuisier à son établi en bois, 9 cm.Maison Fouque

La création du menuisier, qui figure aussi parmi les nouveautés du début du XXIème siècle dans le catalogue Fouque, a été également inspirée par une posture singulière et le souvenir de la physionomie d’un artisan qu’il a connu. Le menuisier représente un artisanat essentiel à ses yeux qu’il voulait valoriser, au même titre que le tailleur de pierre, mais ses motivations quant à la création de ce personnage étaient également bibliques : Joseph, en effet, était menuisier. Dans la fiche de vente, le menuisier est présenté également comme un clin d’œil à Joseph Sec (1716-1794), célèbre maître menuisier aixois, auteur d’un imposant monument allégorique, connu sous le nom de « Mausolée Joseph Sec », toujours visible au n°8 de l’avenue Pasteur, à Aix-en-Provence. Joseph Sec, menuisier et marchand de bois, a participé à la construction d’une grande partie du nord de la ville d’Aix-en-Provence. La présence d’un menuisier dans la crèche est donc triplement légitimée : il représente une société préindustrielle pensée comme une utopie identitaire ; il fait écho aux particularités des personnages mobilisés dans le récit biblique ; il incarne un personnage connu de l’artisan mais aussi un personnage incarné dans l’histoire locale. Pour le santonnier, « le tailleur de pierre et le menuisier représentent deux métiers essentiels à la vie sociale du village provençal puisqu’ils créent la charpente et les murs des maisons et des bâtiments ». Il ne s’agissait donc pas de faire un modèle simpliste. Le menuisier chez Fouque est en trois parties, sans assemblage (moulé, séché, détouré/ébarbé, lissé au pinceau, cuit, peint)7. Le tailleur de pierre est en deux parties avec assemblage (moulé, détouré avec un petit scarificateur, assemblé, collé à la barbotine, lissé, séché, lissé de nouveau, cuit, peint)8.

Le potier, la tuilière et le couvreur

            Contrairement aux deux précédents, le santon appelé le « potier au travail » n’est absolument pas un santon récent. Il appartient à la famille des petits métiers qui peuple la crèche depuis fort longtemps et il est fabriqué par tous les santonniers. Je n’ai pas vu de céramistes, ni de fabricants de tuile ou de brique dans les collections exposées à Aix-en-Provence en 2019. Ces santons rentreraient dans la catégorie de l’artisanat de la « terre cuite » emblématique des esthétiques architecturales des maisons provençales (les toits étant recouverts de tuiles de terre cuite et les sols de tomettes)… Ces savoir-faire sont néanmoins représentés par d’autres santonniers comme « la tuilière » et le « couvreur »(chez santon Arlatenco) participant à une crèche exposée en 2012. Tuilières et couvreurs travaillent de concert.

La tuilière- « La crèche de Sylvianne »Blog Santounette. 2012.

Conclusion

               Cet « inventaire de population » et ces quelques exemples de santons (le santonnier, le tailleur de pierre, le menuisier, le potier et la tuilière) montrent que les artisans de la crèche de Noël apparaissent en grand nombre dans dioramas représentés chaque année selon le même rituel dans de très nombreux foyers du Midi de la France. La majorité des personnages se caractérise par des métiers artisanaux (dont la plupart existe toujours aujourd’hui). Il ressort de cette analyse que la terre, la pierre, le bois sont les matières nobles d’un artisanat local dans lequel personnages et métiers sont mis en effigies, elles-mêmes supports de projections multiples (religieuses, culturelles, biographiques, collectives). Si tous les santons sont tournés vers le petit Jésus, ceux qui s’éloignent des thèmes originels en représentant par exemple des jeux ou des moments de loisirs (les joueurs de boules, les joueurs de cartes, les bons amis qui partagent un casse-croute…) sont de plus en plus appréciés par la clientèle et en très bonne place sur les étals.

Bibliographie :

Maurice Agulhon, La vie sociale en Provence intérieure au lendemain de la Révolution, Paris, Société des études robespierristes, 1970.

Bertrand, Régis, « Santons et santonniers de Provence, naissance et développement d’une dévotion et d’un artisanat depuis le XVIIe siècle, Provence Historique, T. XL, fasc.160 , 1990, pp. 211-216.

Bertrand, Régis, « Naissance du métier de santonnier à Marseille », Revue culturelle municipale, Marseille, n° 161, Marseille, 1991, pp. 60-65

Bertrand, Régis, Les crèches et santons de Provence, Éditions Barthémy, Avignon, 1992.

Bertrand, Régis, Quand les santons entrent au musée : la collection de Jean-Amédée Gibert (Marseille, 1919), exposition au musée du Vieux-Marseille, du 5 décembre 2003 au 29 février 2004, Marseille, Musées de Marseille, Aix-en-Provence, Édisud, 2003, 159 p.

Bertrand, Régis, « Quand des femmes créent des santons », Marseillaises, les femmes et la ville, des origines à nos jours, Knibiehler et al (dir.), Indigo, Coté Femmes, 2008, pp.

Bertrand, Régis, « La messe des santonniers de Marseille, du folklore à la ferveur », in Jean-Pierre Digard, Benoît Fliche et Christophe Pons dir. (dir.), Ethnologue, passionnément, Karthala, Paris, 2016, p. 133-144

Dilger, Julia et Konrad, Vanja, «  Crèches protestantes », in Faire la crèche en Europe, Mallé Marie-Pascale (dir.), 2006, pp. 137-143.

Lautman, Françoise , Crèches et traditions de Noël, Paris, Éditions de la RMN, 1986.

Lévi-Strauss, Claude, « Le père Noël supplicié », Les Temps Modernes, mars 1952, p. 1573-1590.

Mallé Marie-Pascale (dir.), Faire la crèche en Europe, Catalogue de collection de l’exposition du Mucem « Rêver Noël » de 2006-2007, Paris, Réunion des musées nationaux, 2006.

Provence, Marcel, Petite histoire familière de la crèche et du santon, Aix-en-Provence, Edition. du Bastidon, 1925.

Roma, Josefina, « Le pressebrisme en Catalogne », Rêver Noël. Faire la crèche en Europe, Mallé Marie-Pascale (dir.), p. 119-121.

Van Gennep, Arnold, Manuel de folklore français contemporain, Tome premier, VII, première partie, Le cycle des douze jours, Paris, Picard, 1987.

  1. A cette liste il faut encore ajouter les processus de création des nouveaux santons, le bestiaire de la crèche qui est en pleine expansion, le rôle des auteurs « créchistes » et des concours de crèches dans la fixation (ou redéfinition) de ses caractéristiques formelles ; les crèches domestiques et la transmission d’une tradition familiale ; les crèches publiques et les polémiques relatives à la laïcité. []
  2. Les données ont été recueillies lors d’une enquête de terrain réalisée à Aix-en-Provence à l’occasion de la foire aux santons 2019 ainsi qu’à l’occasion d’entretiens conduits auprès de santonniers dans les années 2010. []
  3. Cet article est issu d’une communication donnée lors des Rendez-vous ethnologiques de Salagon, « Fait main ? Artisanat : l’ordinaire et le remarquable », organisés en collaboration avec le CRIA et l’IDEMEC (UMR 7307 AMU-CNRS), à Salagon, Mane, le 26 mai 2018. []
  4. Comme par exemple les santons bretons de Gilles Parisot à Scaër dans le Finistère. []
  5. Concrétisation matérielle d’une utopie, selon le concept de Foucault (1967). L’utopie est ici la réactivation d’une Provence traditionnelle idéalisée. []
  6. lettre de J.-A. Gibert à Marcel Provence, publiée par ce dernier dans Petite histoire familière de la crèche et du santon, Aix-en-Provence, Edition. du Bastidon, 1925, p. 67).Cf. Régis Bertrand, Quand les santons entrent au musée : la collection de Jean-Amédée Gibert (Marseille, 1919), Aix-en-Provence, Édisud, 2003, 159 p. []
  7. Le modèle de 6 cm se vendait 26 euros en 2018, et 98 euros le 13 cm. []
  8. Le modèle de 6 cm se vendait 26 euros en 2018, et 99 euros le 13 cm. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search