Des vestiges archéologiques à la “maison” en Gaule méditerranéenne (Xe – IIe siècles avant notre ère)

Par Mélanie, Marcel, Université Paul Valéry – Montpellier III, Doctorante en Archéologie.

La Gaule méditerranéenne, des Pyrénées-Orientales aux Bouches-du-Rhône, se distingue par son paysage de bord de mer occupé par des sites de plaine et portuaire, et le relief de son arrière-pays où culmine un habitat de hauteur. Les habitations connaissent de nombreuses transformations entre le Xe et le IIe siècle avant notre ère, aussi bien dans le plan, les techniques de construction que dans l’usage. C’est ce que met en évidence le travail de l’archéologue, à partir des vestiges mis au jour lors de fouilles, malgré la complexité de l’identification d’une maison en raison de la fragmentation des données.

Le concept de « maison », peu employé en archéologie en faveur de la neutralité des termes « d’unité domestique » ou encore « d’unité fonctionnelle » (Py 1996), définit l’abri d’une unité sociale. Ces maisons changent en fonction du contexte économique, politique et social (ibid.). En anthropologie, c’est un lieu de communication marqué par les rapports sociaux, les structures sociales et les idéologies (Chombart de Lauwe 1979). Son apparence peut traduire un statut socio-économique, une identité (Joyce, Gillespie 2000) et son emplacement peut révéler une spatialisation de la structure familiale (Bromberger 1988). L’habitation n’est pas uniquement le reflet d’un comportement humain, mais d’une pratique et constitutive de l’ordre social (Hodder 1982 ; Hodder, Hutson 2003 cité par Chétima).

Ainsi comment à partir des vestiges archéologiques, le chercheur restitue-t-il la « maison gauloise, méditerranéenne » ?

Les fouilles archéologiques recueillent des données primaires. Une fois mises au jour, elles doivent être contextualisées chronologiquement et géographiquement afin de relier ces habitations à un contexte socio-économique et face à l’absence de discours ou d’observation des pratiques, l’analogie est une alternative pour dessiner des hypothèses sur l’action de l’homme dans son habitat.

1.      Les données archéologiques de l’habitat à l’âge du Fer et leurs limites

Face aux données, l’archéologue est confronté à un puzzle dont il manque des pièces. Ce sont 2 500 à 3 000 ans qui le séparent des habitants qui ont occupé ces lieux. Ainsi, les bâtiments construits entre 900 et 675 avant notre ère ont laissé peu de traces tangibles. Les plans sont généralement matérialisés par des différenciations stratigraphiques entre les espaces qui ont été couverts et ceux restés à l’air libre, puis par des « effets de paroi » marquant l’emplacement des cloisons disparues. Parfois des trous de poteaux alignés, ou des murets en pierres, viennent compléter ces limites. C’est à partir de ces éléments que sont reconstitués des plans au sol des constructions quadrangulaires ou absidiales (rectangulaire aux extrémités arrondies). La superficie couverte par ces bâtiments varie de 27 m² à 47 m², mais la moyenne est inférieure à 30 m². D’après l’analyse des éléments en terre crue conservés suite à l’incendie des bâtiments, ou bien les trous utilisés pour caler les poteaux porteurs, la technique dominante était la terre de garnissage (Fig. 1, 2). Plus ponctuellement était employé la construction en pierre sèche ou en terre massive.

Figure 1 : Plan de l’habitation 1d Ruscino, Château-Roussillon, Pyrénées-Orientales
Figure 2 : Photo de la restitution expérimentale de l’habitation de Ruscino, Château-Roussillon, Pyrénées-Orientales

Entre 675 et 525 avant notre ère, les sites ont changé de morphologie, les habitations d’une ou deux pièces sont légèrement plus grandes entre 20 m² et 40 m² (en moyenne). L’usage était de poser les murs en terre de garnissage sur ossature en bois ou en terre massive sur des soubassements en pierres. La brique de terre crue moulée fait son apparition de manière ponctuelle à partir du début du VIe siècle avant notre ère. Les aménagements internes conservés comprennent des foyers construits en terre ou bien lenticulaires (restes de charbons et traces de rubéfactions), des fosses utilisées pour caler des récipients, parfois des banquettes en terre crue, des silos et des fours.

Les données et les sites occupés entre 525 et 450 avant notre ère sont plus abondants d’après les découvertes. Du point de vue architectural, une certaine continuité avec la période précédente est ressentie, la surface couverte est maintenue entre 20 m² et 35 m² (en moyenne). En revanche, le nombre de bâtiments à deux pièces est plus important et les nouvelles techniques d’antan sont à présent une norme. Presque toutes les maisons sont construites sur des soubassements en pierre avec une élévation en brique de terre crue (Fig. 3, 4) au détriment de la terre massive. Les élévations en terre de garnissage sur poteaux porteurs persistent ponctuellement.

Figure 3 : Vue générale de l’UNF 46 avec le niveau d’effondrement d’adobes 12276 et les pierres affaissées du mur MR12223
Figure 4 : Plan général de Lattara

À la fin de l’âge du Fer (450 – 125 avant notre ère) l’occupation de certains sites perdure, alors que de nouveaux habitats sont créés sous la forme de grandes agglomérations urbanisées (Fig. 5). Celles-ci sont définies par une fortification, un réseau viaire et des îlots organisés selon un plan prédéfini. Les maisons absidiales ont quasiment disparu, ne répondant pas aux contraintes de la trame urbaine, et si la tendance est à la multiplication des pièces (une à quatre pièces) la surface couverte reste, quant à elle, constante (entre 20 m² et 40 m²).

Figure 5 : Restitution d’un quartier de l’Île de Martigues

Ces données issues de la fouille archéologique ne permettent pas toujours d’identifier la fonction du bâtiment et donc de lui attribuer le statut de maison. Les éléments définissant une unité domestique sont divers. Il s’agit de structures de cuissons, de banquettes (Fig. 6) qui pouvaient servir de lieu de repos ou de support afin d’isoler du sol certains éléments, des structures de stockage tels que des fosses servant à caler des récipients ou des aménagements en terre crue. Mais aussi, lorsque les sols ne sont pas nettoyés avant l’abandon du lieu, des fragments d’objets en céramique, des déchets carnés et végétaux, sont révélateurs des pratiques alimentaires et artisanales.

Figure 6 : Banquette et foyer dans la maison restituée à Lattes, Musée Henri-Prades

Lors de l’interprétation, le chercheur doit être vigilant, car certaines données présentent des biais. Tout d’abord, certains éléments peuvent être occultés en raison de la fenêtre de connaissance réduite à une partie d’un site, occupé à une ou plusieurs périodes. Le lieu de fouille est issu d’un choix ciblant une problématique de recherche, un type de site. Ainsi, pour les périodes anciennes, sont surtout connus des sites ruraux, alors qu’à partir du VIe siècle avant notre ère ce sont les grandes agglomérations qui sont explorées, au détriment des petites fermes isolées. Ce décalage entre les deux périodes est à rapprocher avec une transformation de l’habitat de manière globale, mais aussi avec une concentration des programmes de fouilles sur ces grands sites urbanisés. Par ailleurs, la recherche archéologique n’a pas la même dynamique dans toutes les régions, les fouilles et les données mises au jour sont inégalement réparties sur le territoire.

L’archéologue doit dépasser ces limites pour essayer de restituer ou d’émettre des hypothèses sur la manière dont pouvaient vivre et habiter ces populations, en liant l’objet découvert aux autres pièces du puzzle.

2. Contextualisation des données

Le travail primaire d’un archéologue est de contextualiser ses découvertes, car tout objet a une histoire, et celle-ci ne peut pas être analysée uniquement à partir de l’observation d’un artefact.

Depuis les méthodes de fouilles développées par A. Leroi-Gourhan, les étapes d’enregistrement, d’analyse et d’interprétation des données sont séparées de manière à créer un temps pour observer la spatialité des objets d’un point de vue planimétrique et stratigraphique. L’étude d’un objet par rapport aux autres découvertes sur le site donne lieu à des interprétations sur les pratiques de la société (Leroi-Gourhan, Brézillon 1972 ; Gallay 2003). Dans le cas de l’habitat, c’est la connexion entre les éléments d’architecture (trous de poteaux, soubassements en pierres, briques de terre crue, fragments de murs en terre) qui permet d’établir l’existence d’un bâtiment ; sa fonction sera quant à elle déduite par l’analyse des structures et du mobilier qu’il abrite.

Tous les éléments découverts sur un site sont liés les uns aux autres. En confrontant les résultats obtenus, pour l’étude de chaque objet, il est possible de formuler des hypothèses sur la chronologie du site et les formes d’occupation. Dans le cas des habitations, les dates d’occupations sont estimées selon une chronologie relative, plus rarement absolue, car cette dernière méthode requiert du temps et un certain budget (Demoule et al., 2009 : 91 – 100). Chaque couche de terre correspond à un niveau de réfaction du sol, d’abandon, de destruction, de remaniement de l’architecture ou des structures ; ainsi, il est possible d’identifier différentes phases d’occupation. C’est l’étude typologique du mobilier contenu dans les strates qui permet d’obtenir des datations puisque chaque forme d’objet, décor et technique appartient à une fourchette chronologique plus ou moins précise en fonction du contexte, avec un terminus ante quem (la date la plus récente après laquelle la couche archéologique n’a pas pu être formé) et un terminus post quem (la date la plus ancienne avant laquelle la couche archéologique n’a pas pu être formée). Même si ces données sont à prendre avec précaution, en raison de nombreux facteurs pouvant altérer la précision des datations, ces dernières donnent une estimation et peuvent ensuite être mises en relation avec des événements proches chronologiquement afin de connaître le contexte historique.

Le contexte géographique, l’interaction entre l’homme et l’environnement, le choix d’implantation des habitats et les ressources disponibles sont identifiés par l’étroite collaboration avec les chercheurs en paléoenvironnement (Demoule et al. 2009 : 101-102).

À une échelle plus globale, les données mises au jour sur le site sont confrontées aux découvertes locales afin de souligner les éléments caractéristiques de la région et ceux propres à l’identité du site. Cette analyse permet la formulation de synthèse sur les formes d’occupation du territoire. Par ces méthodes, l’habitat est inséré dans un contexte socio-économique et politique avec lequel il est lié par une forte interaction.

3. L’interaction ente l’habitat et le contexte socio-économique, politique

Si les vestiges archéologiques témoignent de nombreuses transformations dans la forme de l’habitat gaulois sur le littoral méditerranéen, entre le Xe et le IIe siècle avant notre ère, ces changements ne sont pas isolés et affectent tous les domaines de la société.

La multiplication des habitats au premier âge du Fer (Xe – VIe siècle avant notre ère) est interprétée comme les conséquences d’une hausse démographique (Py 2012 : 67). La population semble se regrouper dans des agglomérations de hauteurs, de plaines, aux agencements spatiaux lâches ou bien serrés et contraints par une trame urbaine stricte. Chacun de ces sites doit jouer un rôle défini dans la mise en place d’un réseau territorial dense (ibid. : 103).

À partir du VIe siècle avant notre ère, l’intensification des échanges commerciaux et la fondation de colonies grecques dont celle de Massalia (Marseille) en 600 av. n. è. vont accélérer l’accroissement et la diversification de la production par la mise en place de nouvelles cultures agricoles, la création d’ateliers artisanaux. Afin de protéger ces biens et de répondre à la nouvelle structuration économique l’habitat va être fortifié, les habitants vont se spécialiser et segmenter l’espace domestique afin d’organiser spatialement leurs activités (Py 2012 : 90). D. Garcia en s’appuyant sur les données paléo-environnementales et anthropologiques, notamment la classification des sociétés élaborée par A. Testart (Testart 2005), perçoit le passage d’une organisation de type tribal-acéphale à une structure de type chefferie. Son argumentaire s’appuie sur la transformation d’un « système sur abatis-brûlis » contraignant, en raison du faible rendement agricole et de l’obligation d’exploiter régulièrement de nouvelles terres, à un système politique plus structuré développant un réseau commercial et une production agricole diversifiée. L’autorité serait fondée sur un lignage, ou un pouvoir hérité, mobilisant une clientèle pour mettre en œuvre des projets communautaires comme la construction de remparts ou la mise en place de plan urbain régulier (Garcia 2014 : 53).

De nombreuses agglomérations vont être détruites en raison des tensions présentes entre le IVe et le IIIe siècle avant notre ère, conduisant à la domination de grands sites de hauteurs fortifiés, appelés oppida (Py 2012 : 211).

Ainsi, l’association des données de terrain à un contexte socio-économique est cruciale pour appréhender son impact sur l’habitat, et la façon dont celui-ci a été remodelé pour s’adapter. De la même manière, l’action de l’homme a des conséquences sur la maison et pour avoir accès à ce point de vue l’archéologue est contraint de recourir à l’analogie malgré les nombreuses critiques faite à cette méthode au cours de l’histoire de la recherche.

4. L’apport de l’analogie ethnographique pour l’étude de l’habitat protohistorique

L’ethnoarchéologie est une discipline développée aux Etats-Unis dans les années 1960 par l’entremise de modèles théoriques qui avaient pour vocation d’interpréter les régularités sociales (Coudart 2008 : 292 ; Aurenche 2013). Dans le cadre de la New Achaeology les comparaisons transculturelles et trans-chronologiques seront surexploitées jusqu’à obtenir des lois généralisantes et universalistes peu représentatives de la réalité humaine (Coudart 2008). La méthode de l’analogie va être fortement critiquée et rejetée jusqu’à ce qu’une alternative à ses limites soit élaborée. L’impossibilité de superposer deux sociétés dans leur totalité en raison du décalage culturel et temporel est acceptée ; en revanche, il est possible de confronter deux fragments de réalités à condition que les faits comparés soient choisis de manière raisonnée et dans un cadre délimité. La subjectivité de la discipline est inébranlable. Cependant, en identifiant le contexte socio-économique dans lequel le chercheur évolue, il peut prendre du recul par rapport à son analyse (Gosselain 2011 : 91-92). Il est communément admis que la vision universaliste des comportements humains n’est pas représentative de la réalité ; or « s’articulant bien souvent sur une problématique ciblée, voire sur des hypothèses qu’il s’agit de tester rapidement sur le terrain, elle conduit les chercheurs à aller au plus court, à ne pas s’embarrasser des nuances, des contradictions et de tout ce « bruit de fond » sociologique dont on ne sait trop que faire » (Gosselain, 2011 : 96). Le chercheur doit alors prendre le temps de formuler plusieurs hypothèses et de nuancer celles-ci enfin de respecter la diversité des sociétés humaines et le caractère parfois contradictoire de leurs actions.

Les chercheurs francophones ont rejeté ces méthodes jusqu’aux années 1980, puis ils vont utiliser l’anthropologie des techniques pour enrichir considérablement l’étude des chaînes opératoires, du transfert des savoir-faire, des modes de production et de distribution (Pétrequin, Pétrequin 2004 ; Coudart 2008 ; Gallay 2011 ; Aurenche 2012b). Aujourd’hui, cette discipline a apporté de nombreux résultats pour étudier l’habitat protohistorique.

L’analogie avec le monde contemporain permet de visualiser la dimension verticale des bâtiments. L’observation des constructions en brique des terres crue de la fin du XXe siècle, dans la région toulousaine a ainsi permis à C. – A. de Chazelles d’obtenir des informations sur les pratiques de l’auto-construction, d’observer les faiblesses de cette technique notamment dans les angles (Chazelles 1997 : 68-69), d’envisager la possibilité de constructions à plusieurs étages. Ces éléments ont toujours été absents des interprétations. De la même manière observer les édifices en terre massive ou en terre de garnissage sur poteau porteurs encore élevés aujourd’hui met en évidence toutes les variations dans la mise en œuvre de ces techniques (ibid. : 92-93 et 130-131).

La chaîne opératoire notamment le temps de production, le coût énergétique, la contrainte des transports sont des éléments qui ne peuvent pas être appréhendés sans un témoignage textuel ou oratoire. Leur observation est un moyen d’estimer l’investissement humain que requiert ce type d’entreprise, la nécessité ou pas d’artisans spécialisés, la durée des chantiers, les raisons qui motivent le choix des matériaux (Aurenche 1981 ; Delaigue 1992 ; Chazelles 1997). C’est également un moyen d’interroger la représentation que les habitants avaient de la maison d’un point de vue symbolique et identitaire (Marcel sous presse, Pelmoine sous presse).1

Cette méthode peut avoir pour fin de mettre en place des outils de travail tels que la manière de définir la fonction des espaces pour appréhender l’usage de l’espace domestique. Initialement, c’est l’étude comparative menée au Proche-Orient sur des pièces et, « leur position dans l’espace, associée lors de l’enquête ethnographique à l’observation de leur mode d’emploi, [qui] permet de définir la ou les fonctions de chaque espace » (Aurenche, 2012a : 122). Aujourd’hui, pour l’habitat protohistorique dans le sud de la France, est utilisée une typologie des fonctions à partir de notions contemporaines et des vestiges archéologiques découverts notamment à Lattes (Hérault) afin de pouvoir élaborer un vocabulaire compris par tous et développer des réflexions sur l’usage de ces espaces. Ce vocabulaire de cuisine, séjour, salle à manger est donc conventionnel. Ainsi, M. Py distingue dans les habitations (Py 1996 : 144) :

  • Des espaces polyvalents
  • Des cuisines équipées de structures de cuissons, de récipients de préparation et de cuisson
  • Des réserves avec des récipients céramiques de stockage (amphores, doliums) et de conditionnements, des vases en terre crue ou silo aériens
  • Des remises qui se distinguent par la présence de mobiliers divers
  • Des séjours indifférenciés composés de structures de cuisson et de banquettes
  • Des cuisines-réserves dédiées à la préparation et au stockage alimentaire
  • Des cuisines-séjours destinées à préparer les repas et à se reposer
  • Des cuisines/salle à manger pour préparer et consommer les repas
  • Des salles de séjour/salle à manger correspondant à un « espace de séjour présentant des aménagements immobiliers, semi-mobiliers ou des mobiliers susceptibles de témoigner de la prise des repas »
  • Des espaces pour des activités artisanales spécialisées

Ce travail a mis en évidence une complexification de l’espace au second âge du Fer, caractérisé par une spécialisation des activités et une segmentation de l’espace. Mis en parallèle avec les travaux de S. Kent, elle est interprétée comme le signe d’une complexification sociale (Kent 1993). Si certains voient cette transformation comme une rupture brutale, associée au phénomène d’urbanisation, les données actuelles montrent une forme de continuité dans les formes d’occupation des sites et quelques grands sites « proto-urbains » sont déjà présents avant cette phase de rupture. On serait donc dans une transformation progressive du système socio-politique (Gailledrat sous presse : 7).

L’usage de l’espace est un moyen d’accéder aux individus et à leur pratique quotidienne, mais plus l’archéologue s’approche de l’aspect immatériel de la maison plus l’analogie devient indispensable et risquée. Des travaux théoriques ont essayé d’identifier la famille protohistorique par diverses approches. Les considérations démographiques de certains chercheurs, partant du postulat qu’avant l’apparition des vaccins le taux de mortalité infantile était de 50 %, estiment que la maison abritait 4 à 6 personnes par famille afin d’assurer le renouvellement des générations et une stabilité démographique (Dedet et al. 1991 : 95-97). Cependant comme le souligne D. Isoardi, cette hypothèse fait abstraction des phénomènes imprévus qui agissent sur la régulation des naissances comme les facteurs psychologiques ou une conjoncture spécifique (Isoardi 2008). Un autre argument avancé est celui de la taille réduite des habitations, de 10 à 30 m², qui ne permet pas d’envisager plus de 5 personnes sous le même toit (Py 2012 : 230), argument mis en valeur par l’indice de Narroll crée en 1962 à partir d’une étude de corrélation entre l’espace d’habitation et le nombre d’habitants sur 18 sociétés actuelles. Cet indice estime à 10 m² la surface minimum par individu dans une maison (Isoardi 2008 : 24). Ces hypothèses sont justifiées mais ne fonctionnent pas dans toutes les sociétés, certains travaux – notamment ceux de Burguière sur l’histoire de la famille (Burguière André et al. 1994 : 81) – ont montré que plusieurs structures familiales peuvent cohabiter dans une même société. Ainsi, il est intéressant d’explorer des similitudes avec d’autres organisations sociales.

5. Conclusion

Pour formuler des hypothèses sur l’habitat et la société protohistorique à partir des vestiges archéologiques, l’analyse contextuelle des données et l’analogie ethnographiques sont essentielles.

Les traces des habitats sont très fragmentaires et l’obligation d’orienter les programmes de recherche, couplées à la contrainte de ne fouiller qu’une petite partie du site, peuvent conduire à d’importants biais. Pour interpréter et formuler des hypothèses de restitution de la maison « gauloise » méditerranéenne, le chercheur doit situer les objets par rapport à la stratigraphie, et aux autres découvertes. Seul l’assemblage du plan, des éléments d’architectures, des traces d’activités, permettent de restituer une habitation. La chronologie est définie en fonction du contexte stratigraphique et de la typologie des objets, la géographie d’après les études paléo-environnementales. Cette contextualisation à une échelle régionale permet l’établissement de synthèses plus globales.

De cette manière, les archéologues peuvent appréhender l’évolution de la forme de l’habitat au cours de l’âge du Fer en relation avec le contexte socio-économique. Au premier âge du Fer, l’augmentation démographique a suscité la multiplication des logements et le regroupement des individus au sein d’agglomérations. La diversité de structures d’habitats caractérise cette période. À la transition des VIe et Ve siècles avant notre ère, le développement des activités artisanales conditionne la division spatiale de l’espace domestique, favorise le développement de fortifications pour protéger la production et la mise en place de plan urbain. Au IVe siècle avant notre ère l’habitat majoritairement présent prend la forme d’oppida, ces sites de hauteurs fortifiés.

Pour dépasser cette synthèse globale et se rapprocher de l’être social, il faut faire appel à l’analogie. Son usage permet de restituer les techniques architecturales, mais surtout toute la chaîne opératoire et d’avoir une idée de l’investissement humain et de l’impact du choix des individus. L’observation d’autres sociétés incite à mettre en place de nouveaux outils, notamment un vocabulaire pour identifier la fonction des pièces. Surtout, c’est une discipline exploratoire avec laquelle de nouvelles hypothèses peuvent être proposées, sur la hiérarchie sociale et la famille notamment. Même s’il n’est pas possible de transférer des modèles contemporains à cette société du passé, cela permet d’ouvrir le champ des hypothèses et d’appréhender les humains qui ont occupé et utilisé ces habitations.

Bibliographie :

Aurenche 1981
Aurenche O., La Maison orientale : l’architecture du Proche-Orient ancien des origines au milieu du quatrième millénaire, V. 1, Paris, P. Geuthner, coll. « Bibliothèque archéologique et historique », 1981.               

Aurenche 2012a             
Aurenche O., « L’habitat dans le Proche-Orient ancien et actuel. Permanences et convergences ? », in Vous avez dit ethnoarchéologue ? Choix d’articles (1972-2007), Paris : Maison de l’Orient et de la Méditerranée, coll. « série archéologique » n°16, 2012, pp. 117‑129.

Aurenche 2012b             
Aurenche O., Vous avez dit ethnoarchéologue ? Choix d’articles (1972- 2007), Paris, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, coll. « série archéologique », 16, 2012. 

Aurenche 2013
Aurenche O., « Qu’est-ce que l’ethnoarchéologie ? », ArchéoOrient, revue en ligne, 2013, URL : https://archeorient.hypotheses.org/1459 [consulté le 12 février 2020].             

Bromberger 1988           
Bromberger C., « L’habitat et l’habitation : des objets complexes. Quelles directions pour une analyse ? », in Habitat et espace dans le monde rural, Paris, Maison des sciences de l’homme, 1988,pp. 3‑13.

Burguière André et al. 1994      
Burguière A., Klapisch-Zuber C., Segalen M., Lévi-Strauss C., Histoire de la famille. 1. Mondes lointains, Paris : Librairie générale française, coll. « Le Livre de poche Références », 1994.

Chazelles 1997
Chazelles C.-A. de, Les Maisons en terre de la Gaule méridionale, Montagnac : M. Mergoil, coll. « Monographies Instrumentum », 1997.

Chombart de Lauwe 1979

Chombart de Lauwe P.-H., « Appropriation de l’espace et changement social », Cahier internationaux de sociologie, 66, 1979, p. 141‑150.

Coudart 2008    

Coudart A., « Ethnoarchéologie », in Encyclopédia Universalis, revue en ligne, 2008, pp. 291‑296. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-ethnoarcheologie/ [consulté le 6 octobre 2020]

Dedet et al. 1991            
Dedet B., Duday H., Tillier A.-M., « Inhumations de fœtus, nouveau-nés et nourrissons dans les habitats protohistoriques du Languedoc : l’exemple de Gailhan (Gard) », Gallia, 48, 1, 1991, pp. 59‑108.

Delaigue 1992  
Delaigue M.-C., « Ethnoarchéologie et Histoire : l’habitat rural de la péninsule ibérique comme indicateur des modifications de peuplement », in Ethnoarchéologie, justification, problèmes, limites, actes de rencontres, Juan-les-Pins, APDCA, 1992, pp. 391‑409.    

Gailledrat sous presse
Gailledrat E., « From household to cities. Habitats and societies during the Early Iron Age in Southern France », sous presse.

Gallay 2011       
Gallay A., Pour une ethnoarchéologie théorique : mérites et limites de l’analogie ethnographique, Paris : Éditions Errance, 2011.

Garcia 2014       
Garcia D., La Celtique méditerranéenne : habitats et sociétés en Languedoc et en Provence, VIIIe-IIe siècles av. J.-C., Arles, Errance, 2014.

Gosselain 2011
Gosselain O., « A quoi bon l’ethnoarchéologie ? », in L’archéologie comme discipline, Paris, Seuil, coll. « Le genre humain », 2011, pp. 87‑111.          

Hodder 1982    
Hodder I., Symbols in action: ethnoarchaeological studies of materialculture, Cambridge, Cambridge univ. press, coll. « New studies in archaeology », 1982.

Hodder, Hutson 2003   
Hodder I., Hutson S., Reading the past: current approaches to interpretation in archaeology, 3e edition, Cambridge, Cambridge university press, 2003.

Isoardi 2008      
Isoardi D., Les populations protohistoriques du sud-est de la France : essai d’approche démographique, Aix-Marseille ? Thèse de doctorat Aix-Marseille-Université, 2008.        

Joyce, Gillespie 2000   
Joyce R. A., Gillespie S. D. (éd.), Beyond kinship: social and material reproduction in house societies, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2000.

Kent 1993          
Kent S., « A cross-cultural study of segmentation, architecture, and the use of space », in Domestic architecture and the use of space: an interdisciplinary cross-cultural study, Cambridge, New-York, Cambridge University Press, coll. « New directions in Archaeology », 1993, pp. 127‑153.   

Pétrequin, Pétrequin 2004        
Pétrequin P., Pétrequin A.-M., Il y a 5000 ans, les hommes des lacs, Mouans-Sartoux, P.E.M.F., 2004.

Py 1996               
Py M., « Les Maisons protohistoriques de Lattara (IVe-Ier s. av. n. è.) : approche typologique et fonctionnelle », Lattara, 9, Urbanisme et architecture dans la ville antique de Lattes, 1996, pp. 141‑258.  

Py 2012               
Py M., Les Gaulois du Midi : de la fin de l’âge du Bronze à la Conquête romaine, Paris, Errance, 2012.

Testart 2005      
Testart A., Éléments de classification des societies, Paris, Errance, 2005.             

  1. Communications lors des 5ème échanges transdisciplinaires sur la terre crue, actes en cours de publication. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search