Gens de l’Ubaye, Gens du Piémont, l’immigration piémontaise en Ubaye entre 1850 et 2017

Par Laura Fossati
Album personnel Louis Demaria.

La Vallée de l’Ubaye est au cœur de « Gens de l’Ubaye, Gens du Piémont », un projet de recherche qui interroge les parcours de vie autour de la frontière avec le Piémont.

Lancée le 1er mars 2014 et portée par l’association « Sabença de la Valéia »/Connaissance de la Vallée, l’enquête s’inscrit dans le nouveau Projet Scientifique et Culturel (PSC) du Musée de la Vallée à Barcelonnette, soucieux d’enrichir à la fois son parcours muséographique « Gens de l’Ubaye, Gens des voyages », et l’état des connaissances sur l’ensemble des mouvements migratoires à destination et au départ de la Vallée de l’Ubaye .

Les porteurs du projet, Sabença de la Valéia et le Musée de la Vallée se sont alors tournés vers les acteurs du territoire, le Parc National du Mercantour (jumelé avec le Parco delle Alpi Marittime), la Municipalité de Barcelonnette et le Pays Serre-Ponçon-Durance1 pour financer cette étude qui vient répondre aux attentes de la population locale désireuse de redécouvrir ses racines et retisser les liens avec les vallées frontalières voisines.

Les phases de l’enquête et les méthodologies choisies.

Le recueil de témoignages et récits de vie : 2014-2015

Les différentes étapes de l’étude (mars 2014 – mars 2017), ont été organisées en suivant deux pistes de recherche : d’un coté l’analyse des données issues des archives privées et publiques, et de l’autre la rencontre avec les protagonistes de l’immigration piémontaise et leurs descendants.

Recensements de population 1866-1954

La première phase a été presque entièrement dédiée à la collecte de témoignages : récits et parcours de vie, photographies, correspondances, papiers de famille. Les immigrés piémontais et leur descendants ont été sollicités pour raconter leurs histoires familiales et leurs trajectoires individuelles. Cette démarche auprès des acteurs de l’immigration a été fondamentale pour la constitution d’un réseau de personnes qui, intéressées par la problématique traité, ont apporté leur contribution au projet en mesure différente: de la médiation avec des nouveaux interlocuteurs à la participation à des activités ou à des laboratoires organisées dans le cadre du projet2. Cette première phase d’enquête a permis, en particulier, d’analyser la façon dont les habitants de la Vallée perçoivent aujourd’hui leurs racines piémontaises, de vérifier la présence ou non de réseaux sociaux, familiaux, mais aussi culturels et économiques qui relient les descendants piémontais de l’Ubaye avec leurs villages d’origine dans le Piémont italien.

Ces rencontres ont été aussi l’occasion d’analyser de près la façon dont les personnes racontent leur propre histoire familiale et, autrement dit, cherchent à se positionner – selon un jugement qui atteint à leur valeurs – à l’intérieur des trajectoires qui ont intéressé leurs ancêtres. Dans le cadre de ces rencontres on a pu observer, encore, l’intérêt pour la recherche généalogique porté par nombreux descendants piémontais qui depuis quelques années ont fait la démarche d’aller à la recherche de leurs ancêtres.

L’apport, en termes de connaissances et de relations instaurées, fourni par la participation active des habitants de la Vallée d’origine piémontaise doit, cependant, se compléter avec l’étude des donnée issues des archives historiques, publiques et privées, dont l’analyse permet de construire une sorte de toile de fond sur laquelle positionner les récits collectés auprès des interlocuteurs rencontrés.

Une large partie de l’étude a donc été destinée à la recherche, vaste et complexe, des sources historiques sur l’immigration piémontaise en Ubaye.

La consultation des recensements des populations des communes de l’Ubaye a permis une première estimation de la présence piémontaise – et italienne – dans la Vallée de la seconde moitié du XIXᵉ siècle jusqu’au second après-guerre ((Recensement de population, sources : Archives Départementales (04) – Alpes de Haute-Provence, Digne. Dans le cadre de cette enquête on a choisi de consulter les recensements de sept communes de la Vallée – Larche, Saint-Paul-sur-Ubaye, La Condamine-Châtelard, Jausiers, Enchastrayes, Barcelonnette, Le Lauzet – dans les années suivantes : 1866, 1876 (pour certaines communes 1872), 1886, 1896, 1906, 1921, 1931, 1946 (pour la commune de Larche les années analysées sont 1866, 1872, 1881, 1891, 1901, 1921, 1931, 1954)) .

L’analyse de ces documents a produit des informations précieuses sur les classes d’âge, la répartition des sexes et les professions exercées par les personnes d’origine piémontaise présents sur le territoire français au moment des recensements.

 Les registres de demande de naturalisation : dossiers des étrangers naturalisés de 1820 à 1891 et de 1892 à 1938

Une autre source très précieuse – tout en restant dans le domaine des données d’archives –  est constituée par les dossiers d’instruction de demande de naturalisation: consultables directement aux Archives Départementales de Digne, ils fournissent beaucoup d’informations relatives aux sujets originaires du Piémont – et de tous les étrangers résidents en France – demandant à être être naturalisés français3.

Les dossiers sont recueillis par ordre alphabétique, accompagnées par des listes nominatives qui en simplifient la consultation. Chaque dossier contient les pièces rassemblées pour l’instruction de la procédure: demande, renseignements sur les postulants – fournis par ceux-ci mêmes et par les préfets des communes de résidence, pièces d’état civil, états de service pour les militaires, justificatifs de résidence.  

Les actes d’état civil

Les actes d’état civil, enfin, permettent d’approfondir les aboutissement des trajectoires migratoires des Piémontais en Ubaye en focalisant l’attention sur certains des moments plus pertinents pour leur intégration en France.

L’analyse des données. Profils des migrants, professions et savoir-faire

La présence piémontaise en Ubaye est attestée déjà dans la première moitié du XIX siècle : à partir des années 1850 les recensements de population des communes de la Vallée enregistrent un nombre croissant de personnes originaires des vallées alpines des Provinces de Cuneo et Turin, qui ne cesse d’augmenter jusqu’au début du XXᵉ siècle pour se stabiliser seulement à partir des années 20.

Les vallées alpines du Piémont connaissent, à partir de la seconde moitié du XIXᵉ siècle, une forte crise économique et sociale: l’extrême parcellisation des terres et la pression démographique de plus en plus lourde mettent à l’épreuve le maintien du système pastoral sur lequel se fondent leurs sociétés. Le fait d’émigrer en France apparaît ainsi comme une des solutions possibles afin de garantir le maintien d’un équilibre entre population et ressources disponibles.

Malgré la considération de l’importance de la pauvreté parmi les causes qui incitèrent les départs des Piémontais vers la France, il ne faut pas oublier le caractère beaucoup plus complexe et diversifié qui caractérise l’expérience de chaque migrant. Parmi les facteurs d’attraction qui motivent les Piémontais à quitter leurs hameaux et villages, il faut surtout mentionner la perspective d’une amélioration du statut socio-économique, à réaliser une fois retourné au pays natal. La fortune économique produite à l’étranger signifie une double valeur au moment où le migrant retourne chez lui, fort du prestige social acquis. Il pourra ainsi contracter un meilleur mariage et investir son patrimoine dans l’achat de terres et de biens immobiliers.

Entre 1850 et 1880 l’émigration vers l’Ubaye est de type temporaire : les Piémontais arrivent en Ubaye pour répondre à une demande de main d’œuvre saisonnière, en large majorité dans les secteurs agricole et du bâtiment, et rentrent normalement chez eux à la fin de la période d’embauche. Il s’agit, comme on l’a dit plus en haut, d’une façon d’intégrer les entrées du groupe familial : les salaires en France sont meilleurs par rapport à l’Italie et la période de travail à l’étranger libère la famille du poids d’une bouche en plus à nourrir. Ce sont souvent les hommes qui partent ; les femmes restent au village pour s’occuper de la maison, des enfants et des animaux. Les hommes se font embaucher en tant que faucheurs, journaliers et domestiques dans les fermes de la Vallée; très souvent, cependant, ce sont les enfants qui sont placés par leurs parents dans les familles françaises : ils arrivent sur le marché de Barcelonnette en passant par les cols alpins – Sautron, Maurin, Larche – et il sont employés en tant que bergers4ou servantes.

À partir des années1880 on assiste à une rapide évolution des parcours migratoires qui, si jusqu’à cette époque là étaient pour la plupart caractérisés par une courte durée et étaient fortement saisonniers, deviennent dès maintenant permanents.

L’installation définitive en Ubaye se réalise, normalement, après quelques années d’aller-retours en tant que saisonniers : la disponibilité des fermes à louer, ainsi que les prix avantageux de la terre – en nette opposition avec la pression foncière typique du paysage montagnard italien – facilitent l’implantation des piémontais qui s’installent –  de préférence dans les hameaux et les vallons plus isolées et écartés. Ce sont les endroits, aussi d’où les Français étaient partis en masse vers le Mexique, mais aussi les États-Unis, pour s’investir dans l’industrie textile et le négoce.

À fur et à mesure que la vallée de l’Ubaye réalise ses fortifications, ainsi que les secteurs du bâtiment (privée et public) et de l’exploitation forestière se développent, les Piémontais sont embauchés dans les chantiers.

Malgré le nombre imposant des personnes originaires du Piémont – et d’autre régions de la péninsule – employées dans le secteur de l’artisanat et comptées dans les listes nominatives des communes de la vallée, échappent à celles-ci les ouvriers étrangers employés dans les chantiers des travaux publics temporaires qui ne peuvent pas être recensés lors du dénombrement de population ; le secteur du bâtiment, cependant, continue à employer des ouvriers piémontais et italiens tout au long de la première moitié du XXᵉ siècle.

Nombre de Piémontais, enfin, reprennent des activité artisanales et commerciales, surtout dans les communes plus peuplées et développées comme Jausiers et Barcelonnette. D’autres, encore, profitent du statut perméable de la frontière pour exercer leur professions de marchands rouenniers ou de colporteurs. La plupart d’entre eux sont originaires de la Vallée Maira, une des vallées piémontaises à forte vocation commerciale, comme le souligne l’activité du commerce des cheveux pratiqué à Elva jusqu’à la fin de la Seconde guerre mondiale.

L’immigration piémontaise en Ubaye : coordonnées géographiques et mobilité

En consultant les dossiers de demande de naturalisation on a accès à des données très intéressantes pour l’analyse des mouvements et des déplacements de personnes : le lieu de naissance du sujet demandant la naturalisation et son domicile au moment de la demande. Grâce à la comparaison entre le domicile au moment de la demande et les lieux de naissance des enfants, en outre, on peut parcourir les différentes étapes qui ont caractérisé l’expérience migratoire du sujet, en Ubaye, mais aussi dans le reste de la France.

En fait, il est très rare que les Piémontais arrivés en Ubaye n’aient pas changé plus d’une fois de domicile avant de s’installer définitivement dans la Vallée de l’Ubaye. Les Piémontais se déplacent très souvent selon l’offre de travail ; ils louent une ferme et ils en gèrent les terres : l’entente avec les propriétaires peut durer longtemps où bien s’interrompre après peu de temps et si une autre occasion se présente, toute la famille déménage.

L’une des ambitions initiales du projet de recherche était de parvenir à retracer un panoramique détaillé et fiable des mouvements et des déplacements des personnes entre Piémont et Ubaye dans la période considérée par l’étude. La complexité de cette tâche, liée surtout au grand nombre des données recueillies à travers l’analyse des documents, est facilitée par l’utilisation d’un logiciel pour la visualisation et la représentation des données et des informations : Circos5.

Bien que conçu à l’origine pour la visualisation du génome et de l’ ADN, le logiciel  – étant capable de créer des résultats à partir d’informations dans n’importe quel domaine – nous a permis de réunir toutes les informations extraites à partir des diverses sources et de les mettre en communication entre elles. Circos utilise une composition circulaire pour montrer les multiples connexions entre les objets ou entre les positions, qui sont difficiles à organiser visuellement lorsque la disposition sous-jacente est linéaire.

Le travail d’analyse des dossiers de demande de naturalisation a été conduit à travers la sélection d’une série d’éléments considérés plus pertinents pour la définition d’un profil de migrant ; la création d’une table regroupant toutes ces données nous a permis, enfin, de croiser les différentes entrées et d’en extraire des informations très précieuses.

Le résultat le plus intéressant est sûrement la réalisation du Circos concernant l’immigration piémontaise en Ubaye : un graphique circulaire dans lequel chaque ruban coloré représente un individu et son parcours migratoire, du lieu où il est né à celui où il a choisi de s’installer, seul ou avec sa famille, et où il demande la naturalisation française.

La représentation graphique à travers les rubans, en outre, nous aide à mieux comprendre la dimension humaine, mais aussi sociale et économique de chaque voyage : l’épaisseur des rubans indique le nombre de personnes qui ont effectué le même périple ; sa longueur, au contraire, indique la distance parcourue par chaque personne. Il s’agit, dit autrement, d’une fresque montrant l’ensemble des mouvements qui ont caractérisé la frontière franco-italienne à cheval entre le XIXesiècle et le XXe siècle.

La reproduction graphique de ces mouvements porte à l’attention la façon dont les réseaux migratoires se constituent et se renforcent dans le temps et l’espace : les personnes originaires du même village ou du même hameau ont tendance à s’installer dans le même endroit en reconstituant à nouveau une sorte de communauté d’appartenance que le processus migratoire n’a pas réussi à effacer ni à affaiblir.

Conclusions

L’analyse des recensements de population des communes de la Vallée dévoilent une présence massive des Piémontais dans la Vallée, qui dans des villages à certaines époques atteint des niveaux tout à fait remarquables6. Un tel mouvement de masse comporte inévitablement des retombées sur la dimension privée et sur les relations interpersonnelles : les réseaux sociaux des ubayens se modifient nécessairement en conséquence des départs et des arrivées des Piémontais dans la Vallée.

Malgré le fait que les rapports entre Français et Italiens n’ont pas été toujours faciles7, le cas de la Vallée de l’Ubaye est assez particulier : il s’agit, rappelons-le, d’une migration de proximité qui  intéresse deux peuples extrêmement proches par leurs traditions et leur culture, sans oublier qu’ils parlent une langue – le patois –  très similaire, et que les échanges  – commerciaux et professionnels – entre les deux versants de la frontière existent depuis très longtemps. C’est important de souligner encore une fois, aussi, que les sociétés des diverses vallées frontalières concernées par cette enquête sont extraordinairement proches et similaires : il s’agit, bien évidemment, d’une considération d’ordre économique – les populations qui habitent ces territoires vivent en large majorité d’une agriculture sur petite échelle destinée au maintien du noyau familial –  mais surtout sociologique. Il ne faut pas oublier que les coutumes et les mœurs qui règlent la coexistence pacifique dans les communauté piémontaises sont tout à fait les mêmes qu’ils retrouvent une fois arrivés en Ubaye. Pour nombre de Piémontais, l’Ubaye représente finalement un prolongement de leur propre village natal.

Les Piémontais qui partent pour chercher un emploi temporaire en France, trouvent, dans la plupart des cas un travail dans un milieu agricole tout à fait similaire à celui de provenance, mais qui, au contraire, peut leur garantir un revenu économique important pour le maintien de toute la famille. Il ne faut pas oublier, enfin, que la période passée à l’étranger soulage la famille du poids d’une bouche en plus à nourrir. C’est dans ce sens que l’émigration représente une sorte de soupape de sûreté capable de réguler la pression démographique exercée sur un territoire à un moment donné.

Les témoignages recueillis auprès des habitants de la vallée d’origine piémontaise ont mis en évidence l’importance de la narration dans l’expérience migratoire ((À partir des années 1960, les anthropologues s’orientent vers le concept d’écosystème : ceci – dans le cadre de l’anthropologie alpine – permet d’analyser « les réseaux d’interdépendance fonctionnelles entre populations humaines, institutions sociales et espace naturel » (Viazzo P. 2001 : 42))) qui favorisent une autorégulation vouée au maintien du système même.  En adoptant un modèle d’écosystème, l’analyse des dynamiques démographiques est indéniable : le rôle joué par la régulation de la population, en particulier, devient primaire ; d’autant plus que, en montagne les ressources agro-pastorales et la production qu’on en tire sont limitées.

L’immigration saisonnière et celle définitive représentent donc une des variables, avec la natalité, la mortalité et la nuptialité, capables de régler l’excès de population sur un certain territoire à un moment donné. Leur importance est d’autant plus significative si on considère que – à différence de la natalité et de la mortalité sur lesquelles les hommes ont peu de marge d’intervention – l’émigration est capable d’interférer sur la pression démographique d’une communauté dans une courte période.

Le voyage vers la France, le franchissement de la frontière, l’arrivée, l’installation dans une nouvelle maison, les premiers contacts avec les voisins, les difficultés et les incompréhensions dues à une nouvelle langue… Tous ces épisodes sont bien présents dans la mémoire des immigrés du Piémont, ou bien ils ont été racontés par ceux-ci à leurs descendants8. Malgré la proximité, à la fois culturelle et territoriale, entre l’Ubaye et le Piémont, l’émigration en France symbolise indubitablement une souffrance, mais aussi un nouveau début. Il ne faut pas oublier, en outre, que les parcours migratoires de ces piémontais sont bien plus complexes que cela, si on considère que nombre d’entre eux, une fois devenus adultes en Ubaye choisissent aussi de partir pour le Mexique en intégrant ainsi le réseau des Barcelonnettes ((C’est le cas emblématique de Lorenzo Bernardi – TLV n. 62. Une étude sur les Piémontais émigrés au Mexique associés au sein du réseau valéian, est en cours, portée par le musée de la Vallée qui fera l’objet d’un article, et sera intégrée au nouveau projet muséographique – Salle des Gens de la Vallée)).

L’émigration, cependant, est aussi un événement révolutionnaire, dans le sens où il bouleverse le rapport que chaque individu entretient avec un territoire. Sayad, éminence dans l’étude des phénomènes migratoires, introduit la notion de double absence : l’immigré est victime d’une double exclusion, d’une double isolement. Il est en même temps absent dans la société d’origine et dans celle d’accueil (Sayad 2002). Comme le souligne Laurence Fontaine, l’émigration signifie deux phases dans la vie d’une personne : l’avant et l’après (Fontaine 2005 : 27).

Dans une Europe de plus en plus faible et effrayée, qui a perdu ses repères et ses valeurs fondatrices, qui se sent menacée par l’arrivée de personnes de diverses couleurs de peau et religions, le projet « Gens de l’Ubaye, Gens de Piémont » représente un outil de compréhension de la réalité complexe, et parfois effrayante et brutale, dans laquelle nous vivons aujourd’hui. L’étude des parcours migratoires et des trajectoires de vie des Piémontais qui ont choisi la France peut mieux nous aider à comprendre les choix, les espoirs et les rêves des personnes qui aujourd’hui quittent leurs terres anéanties par la guerre et la pauvreté à la recherche d’un avenir meilleur.

En focalisant l’attention sur les stratégies que les individus adoptent pour négocier et interpréter leur propre appartenance à un territoire et à une culture, le projet de recherche « Gens de l’Ubaye, Gens du Piémont » permet de souligner encore une fois, le caractère fluide et mobile des territoires frontaliers, pensés à la fois comme un lieu de passage, d’échange et de communication.

Bibliographie

AA. VV. Les Barcelonnettes au Mexique. Récits-Recherches-Témoignages. Seconde partie – Les Barcelonnettes aux Amériques. Co-édition Sabença de la Valéia / Musée de la Vallée, Barcelonnette, juillet 2014.

CORTI P., «Les recherches sur l’émigration italienne. Historiographie, anthropologie et recherches comparatistes », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 11, n° 3, 1995, p. 5-18

CORTI P., L’emigrazione italiana in Francia: un fenomeno di lunga durata in “Altreitalie”, n. 26, gennaio-giugno 2003, pp. 4-26.

FONTAINE L., Pouvoir, identités et migrations dans les hautes vallées des Alpes occidentales XVIIe-XVIIIe siècle, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2003.

FONTAINE, L., Montagnes et migrations de travail. Un essai de comparaison globale (XVe -XXe siècles), Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2005/2 n° 52-2, p.26-48.

GRANET-ABISSET, A.M., Mémoire alpine et construction européenne, Revue de géographie alpine, 2004, Tome 92 N°2, pp. 39-48.

LEBAUDY G. 2000. Dans les pas des bergers Piémontais. Traces, parcours, appartenances, Le Monde alpin et rhodanien, 1er-3e trimestre. Migrances, marges et métiers : 151-174.

MUSSET D.,1998, La généalogie, de l’enquête à la quête, Passions ordinaires (C. Bromberger, dir.), Paris, Bayard, p 119-138.

SURMELY L., Le Traité d’Utrecht et ses conséquences en Ubaye, Histoire d’une frontière : 150ème anniversaire de l’annexion du Comté de Nice à la France, Actes du Colloque de Puget Théniers 9-11 octobre 2009, coédition Roudoule, Amont et ADTRB.

SAYAD, A., La doppia assenza. Dalle illusioni dell’emigrato alle sofferenze dell’immigrato. (Prefazione di P. Bourdieu. Edizione italiana a cura di S. Palidda), Cortina, Milano, 2002.

VIAZZO P.P., Comunità alpine. Ambiente popolazione, struttura sociale nelle Alpi dal XVI secolo ad oggi, Bologna, Il Mulino, 1990.

  1. Le Groupe d’Action Locale (GAL) – Programme LEADER. La Sabença de la Valéia, porteur du projet, participe également à son financement. []
  2. C’est le cas, par exemple, du projet photographique « Ex-patria » réalisé par le photographe Lorenzo Delfino, qui interroge le concept de familiarité et de frontière, où d’“Un après-midi enfariné”, des ateliers de fabrication des pâtes à la main destinées aux femmes d’origines piémontaise et à toutes les personnes intéressées par cette thématique, organisées par Florence Quellec []
  3. Sources : Archives départementales (04) – Alpes de Haute Provence. Collecte débutée en octobre 2015 et achevée en juillet 2016. Il s’agit de la série M. [6 M] – Dossiers des étrangers naturalisés de 1820 à 1891 et de 1892 à 1938 [6M 30]. []
  4. Pendant les années 1930 et 1940 nombre de piémontais viennent en Ubaye pour se faire embaucher en tant que bergers salariés pendant les mois d’été. Ils sont très réputés pour leurs compétences et leurs savoir-faire. Les plus jeunes ont entre 11 et 16 ans et ils gardent les troupeaux communaux qui pâturent sur les alpages locaux. À l’automne ils rentrent en Italie. Les enfants arrivent à Barcelonnette accompagnés par leurs parents où par quelqu’un originaire du même village : sur la place Manuel se discutent les prix et se stipulent les accords. Cette tradition migratoire s’insère dans le mouvement plus massif qui concerne les bergers alpins, originaires surtout des Vallées Stura et Maira qui partent faire berger dans la Crau. Pendant les mois d’été les troupeaux de la Crau montent sur les alpages des Hautes-Alpes et des Alpes-de-Haute Provence. C’est ainsi que nombre de bergers piémontais sont restés en Ubaye pendant plusieurs années, et certains ont même décidé de s’y installer. []
  5. “Circos: une esthétique de l’information pour la génomique comparative” Martin I Krzywinski , Jacqueline E Schein , Inanc Birol , Joseph Connors , Randy Gascoyne , Doug Horsman , Steven J Jones et Marco A Marra. Genome Res. Publié à l’avance le 18 juin 2009 , doi: 10.1101 / gr.092759.109. []
  6. Pour en donner quelques exemples, les personnes de nationalité italienne représentent 19,12 % de la population totale de Saint-Paul sur Ubaye en 1886 ; 11,13 % en 1896 à Jausiers ; 12,22 % en 1921 à la Condamine-Chatelard. Dans la même année, les recensements de population de la commune d’Enchastrayes enregistrent 31,34 % de la population totale comme étant de nationalité italienne –  le village est perçu comme une « colonie italienne », selon un rapport signé par l’Inspecteur de police spéciale de Digne, en date du 27 octobre 1933 []
  7. Il suffit de citer les faits d’Aigues-Morte en aout 1893, où encore la publication en 1903 par l’Imprimerie spéciale de la Ligue de la patrie française de Marseille, d’un document qui nous montre clairement les préjugés et les stéréotypes caractérisant une propagande xénophobe et craintive envers l’autre. Les italiens y sont décrits comme colonisateurs, usurpateurs des emplois des français, criminels, envahisseurs []
  8. Voir Rubrique “Cousins du Piémont”, [in] Revue trimestrielle Toute la Vallée. Editée par la Sabença de la Valéia []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search