Quand les Haut-Alpins émigraient aux Amériques

Par Patrick Caffarel et Michel Clément

Les Hautes-Alpes ont été le creuset d’un mouvement migratoire significatif, débuté vers 1850 qui s’est poursuivi jusqu’au deuxième conflit mondial, avec pour destination finale le continent américain. Il concerne la majorité des cantons du département mais selon des degrés très disparates.

Les populations du nord du département, du Briançonnais, du Queyras partaient principalement vers l’Amérique du sud, il s’agissait de gens généralement instruits (libraires, enseignants). En revanche, pour les habitants du Gapençais, du Champsaur, la destination prédominante était l’Amérique du nord, leur origine social était plus diversifiée, avec un capital culturel moins prononcé.

Ainsi sur plus de 10 500 Haut-Alpins répertoriés, partis sur la période Outre-Atlantique, 80% sont issus du Champsaur avec pour destination finale essentiellement les États-Unis d’Amérique. L’apogée de ce mouvement migratoire se situant entre 1880 et 1910. Fort de ce constat, notre travail de recherche a donc pris en compte ces données objectives sans éluder les départs antérieurs à 1850, de pionniers partis aventureusement créer au Nouveau Monde des phalanstères, expériences sans lendemain, mais constituant autant de premiers points d’ancrage pour l’émigration future.

La recherche des éléments de base

Pour mener à bien notre étude sur ce mouvement migratoire et en restituer une synthèse par la réalisation d’un ouvrage, le plus étayé possible, portant sur cette thématique, « L’émigration des Haut-Alpins aux Amériques » (2016), nous nous sommes appuyés en priorité sur les documents conservés par les Archives départementales des Hautes-Alpes. Ainsi, ont été relevés pour la période étudiée : tous les registres d’État civil portant mentions de décès aux Amériques, les registres matricules militaires déclarant insoumis les jeunes hommes avec souvent une adresse américaine, les actes notariés où figurent les procurations des personnes ayant émigré outre-Atlantique, tous les passeports disponibles délivrés par la préfecture. Une difficulté majeure apparaît après 1874 pour les chercheurs : les passeports ne sont plus exigibles pour quitter le territoire national et sont délivrés à la demande, assurant de la sorte « aide et protection » de l’État français. Par ailleurs, la carence de données concernant les départs des passagers depuis le port du Havre suite aux destructions durant la dernière guerre est patente et oblige à trouver d’autres sources. Néanmoins, ce travail de recherche de données a pu être réalisé auprès des Archives des Bouches-du-Rhône, de Gironde ainsi que des Archives consulaires de Nantes dans le but de déterminer avec précision les départs depuis les autres principaux ports français vers l’Amérique ( Marseille, Bordeaux…). Malgré son éloignement par rapport au territoire alpin, Le Havre bien desservi par les Compagnies Transatlantiques, y compris anglaises, concentre la quasi totalité des départs. Les nombreux relevés des listes de passagers accostant dans les principaux ports d’accueil des États-Unis, notamment à New York (sites de Castle Garden ou d’Ellis Island) confirment cette prépondérance et nous ont permis de pallier en grande partie les lacunes. 

L’exploitation des « census » américains, en premier lieu ceux de la Californie : recensements décennaux riches d’informations détaillées sur les origines des immigrants, nous ont éclairé sur l’implantation géographiques des arrivants, leurs familles et leurs activités. La possibilité de consulter les registres des actes de naturalisation, les listes des électeurs ainsi que les fiches d’enrôlement des volontaires pour combattre en France lors des Première et Deuxième Guerres mondiales nous ont été précieux pour déterminer leur présence sur le sol américain. La presse américaine grâce à la numérisation de nombreux articles et les diverses publications françaises et américaines portant sur la période étudiée nous ont permis d’affiner nos connaissances. Ces travaux ont contribué à enrichir  notre base de données sur les immigrants haut-alpins dont le nombre, après les vérifications croisées de leur État civil, évolue sans cesse.

La bibliographie complète des textes consultés pour la réalisation de notre  ouvrage : « L’émigration des Haut-Alpins aux Amériques » figure en annexe. Des publications récentes : Pamela Banos : « Vivan Maier, a photographer’s life and afterlife »  University of Chicago Press (2017), Patrick CAFFAREL « Sur la route de Ten Sleep » Éditions Parole (2019) et Jean-Michel ESPITALLIER « Cow-boy » Éditions  Inculte (2020) démontrent par des études et traitements différents l’intérêt porté à cette thématique de l’émigration haut-alpine aux États-Unis d’Amérique.

L’action menée sur le terrain

Un travail simultané a été mené dans dans le Champsaur, le Gapençais, l’Embrunais lors de rencontres à notre initiative auprès des familles d’émigrés. Ce fut l’occasion de belles découvertes :  échanges de correspondances d’époque, découvertes d’objets (malles de voyage, jumelles de bergers, montres à gousset, bâtons de bergers…,) les reliant à l’Amérique ramenés par ceux rentrés au pays natal, mais également de documents iconographiques faisant revivre ces décennies de migrations intenses. Ces recherches pour empiriques qu’elles soient, nous ont permis d’établir des relations fructueuses avec des descendants d’émigrants résidant aux États-Unis et par leur intermédiaire d’accéder à des documentations nouvelles, livres ou des photos inédites.

Autre enrichissement de nos données : les nombreuses sollicitations dont nous avons été l’objet pour apporter notre expertise, au cours de cousinades organisées au fil du temps par les familles françaises et l’aide apportée à l’organisation de retrouvailles d’Américains descendants d’émigrés haut-alpins à la recherche de leurs racines alpines. Phénomène qui s’accélère, nécessitant de notre part des recherches généalogiques appropriées pour chaque famille concernée qui le souhaite et la mise en place de rencontres entre les descendants américains de Haut-Alpins et ceux de leurs familles d’origine restés au pays natal. Le tout étayé par des recherches cadastrales visant à déterminer avec précision les lieux de vie de leurs ancêtres. Lieux qui se révèlent être aujourd’hui  parfois réduits à l’état de ruines, dans des villages ou hameaux désormais abandonnés dans la haute montagne et qui restent les témoins visuels de l’ampleur de cette pandémie migratoire.

Notons que plus de 400 familles françaises concernées par cette émigration nous ont contacté depuis la publication de notre ouvrage. Leurs demandes portant sur la recherche d’informations plus précises sur leurs ancêtres exilés en Amérique. De fait, une interactivité s’est établie nous permettant d’accéder à bon nombre de documents épistolaires éclairants sur les conditions de vie à cette époque et à une iconographie de valeur. 

Un exode haut-alpin massif qui s’explique

Les raisons profondes de cet exode alpin massif découlent de la géographie des lieux : pays de montagnes escarpées aux faibles surfaces agricoles utiles, morcellement en petites parcelles à l’image du bocage champsaurin, accroissement des zones interdites au pâturage, difficultés d’arrosage l’été dans les parties hautes des vallées, avalanches, inondations, incendies des toits de chaume. Les familles nombreuses sont légions avec, pour corollaire, l’application d’un droit d’aînesse qui a pour finalité de privilégier l’aîné des garçons, le seul à pouvoir perpétuer la propriété des ancêtres.

Des éléments externes viennent alimenter le mécanisme de l’exode et l’amplifier : les retours de courrier des premiers partants sont élogieux sur le travail et les gains à en attendre, le service militaire amène bon nombre de jeunes gens à réfléchir (jusqu’à six années à passer sous les drapeaux ou à la merci du tirage au sort cantonal). La presse joue un rôle déterminant jusque dans les plus petits villages, les journaux locaux se faisant le relais des bonnes nouvelles qui arrivent d’Amérique. L’hebdomadaire  »le Petit Champsaurin » largement diffusé, créé une rubrique « Nouvelles d’Amérique » et informe sur l’actualité chez l’oncle Sam et les réussites et déboires des compatriotes expatriés.

Le voyage et la traversée du « grand tomple » *

Publicité d’une agence d’émigration parue dans la presse locale (1895)

Le mouvement est exponentiel et devant l’ampleur des demandes, des agences d’émigration dûment agréées par la préfecture fleurissent sur le territoire haut-alpin offrant des facilités pour les candidats au voyage : 450 francs pour un billet Gap-San-Francisco à la fin du 19° siècle, l’équivalent du salaire annuel d’un ouvrier agricole! Les familles s’endettent pour financer les voyages, hypothéquant leurs terres ou en vendant du gros bétail. L’itinéraire qui recueille la faveur des émigrés malgré son éloignement est Le Havre, qui supplante Marseille et Bordeaux du fait de ses liaisons régulières avec l’Amérique et siège de nombreuses compagnies transatlantiques. Les destinations pour l’Amérique latine se concentrent sur l’Argentine, l’Uruguay, le Brésil, le Chili et le Mexique, celles vers l’Amérique du nord concernent le Canada, mais ce sont les États-Unis qui absorbent la grande quasi-totalité d’entre elles.

La traversée du « grand tomple » varie selon les périodes. Il faut 45 à 50 jours, selon les vents et l’état de la mer pour relier Le Havre à La nouvelle Orléans en 1850, mais, au moment où l’émigration connaît son paroxysme, à partir des années 1890, les nouveaux bateaux à vapeur font la traversée vers New-York, la destination phare en 8 jours. Parmi les États américains que les Champsaurins plébiscitent figurent la Louisiane parce qu’on y parle encore le français, le Wyoming pour ses immenses pâturages et tous les États de l’Ouest américain. La Californie concentrera à elle seule les trois quarts de leurs implantations ; elle connaîtra un vif succès au point d’être dénommée par espièglerie, la « caille fournie », incarnant l’Eldorado où tout est réalisable.

*tomple : trou d’eau, mot occitan-alpin qui dans l’imaginaire des émigrants désigne l’Océan Atlantique.

Moutonniers et bergers reconnus

Troupeau de moutons en Californie (collection privée Athenour)

Très vite, pour les ruraux qu’ils sont majoritairement, un métier va s’imposer et devenir leur sauf-conduit. Ils seront moutonniers et leur réputation égalera celle des Basques aux dires de leurs employeurs. Pour réussir, il leur faut apprivoiser la langue, anglaise ou espagnole, la monnaie, les mesures métriques, mais aussi l’immensité du pays et des propriétés que l’on décline en acres et des troupeaux de plusieurs milliers de têtes à garder. Aguerris à la vie nomade, au service de propriétaires, ils évoluent dans des conditions difficiles propres aux contrées isolées. Les prédateurs (coyotes, grizzlis, loups, crotales) mais aussi les conflits violents avec les cow-boys éleveurs de bovins font partie du quotidien. Les transhumances sont éprouvantes et la persévérance est le seul gage de réussite. Les bergers qu’ils sont devenus se font payer en têtes de bétail plutôt qu’en dollars, une manière de voir concrètement grandir devant eux leur propre troupeau de moutons en même temps que celui de leur patrons, jusqu’au jour où ils adouberont un gars venu du pays natal pour les remplacer et reprendre eux-mêmes leur indépendance.

Le miracle américain

La sédentarisation va en convaincre beaucoup. La promulgation de L’Homestead Act (loi Abraham Lincoln promulguée en 1862 ) va leur permettre d’accéder à leur tour à la propriété à moindres frais, à condition d’avoir opté pour la nationalité américaine. Certains immigrants venus des Hautes-Alpes se reconvertissent dans la stabulation des bovins autour de leurs ranchs, dans de nouvelles cultures (celles de la vigne, des oranges, des citrons, du maïs ou de la canne à sucre) et exploitent de nombreuses régions, à l’image de la French Valley en Californie où l’on relève de nos jours la présence de nombreux patronymes haut-alpins.

D’autres deviennent chercheurs d’or en Californie, en Arizona ainsi qu’au Klondyke. La découverte du pétrole qui coule parfois de manière artésienne dans leurs terrains va propulser les plus chanceux vers une richesse rapide. Des laiteries, des crémeries voient le jour et nombreux s’y investissent. Les villes qui fleurissent dans toute la Californie les absorbent avec pour débouché, les professions commerciales. Dès lors tout semble possible, l’évolution des carrières, l’accession aux plus hautes destinées, la participation effective au miracle américain.

Des métiers urbains et variés

Après avoir réussi dans l’élevage et l’exploitation de la terre, leurs carrières évoluent par reconversion vers des métiers urbains : on les retrouve dans les blanchisseries qui emploient surtout des femmes ; dans des boulangeries à la française, dont il sont souvent les patrons, John Steinbeck s’en fera l’écho dans son chef d’œuvre  : À l’est d’Eden . Les immigrants Haut-Alpins ouvrent aussi des restaurants, des hôtels. À Bakersfield, sur Humbolt Street, on comptera en 1910 quatre hôtels tenus par des Champsaurins.

Café des Alpes à Los Angeles (1890)

Ils sont aussi présents à Delano, Tehachapi, San Francisco ou encore Los Angeles. Dans le French Quarter de la Cité des anges, le cadastre de 1890 mentionne L’Hôtel de Gap, le Café des Alpes sur Aliso Street qui sera tenu pendant plusieurs décennies par des gens originaires de la vallée du Drac. Ce lieu devient le point de ralliement des immigrants alpins où ils viennent se reposer entre deux transhumances, rechercher un meilleur emploi auprès de camarades, déposer et retirer leur courrier ou simplement avoir des nouvelles du pays natal en parlant la langue occitane-alpine, seul langage compris de tous ou en lisant des journaux de Los Angeles écrits en français, à l’instar de  »l’Union Nouvelle ».

Leurs métiers se diversifient : commerces de vins, ateliers de fabrication de harnais, coiffeurs, maréchaux-ferrants, banquiers…D’autres Haut-Alpins laissent leur empreinte dans le paysage tels Philippe Garnier ou des descendants de la famille de Germain Pellissier d’Ancelle qui érigent au centre de Los Angeles des immeubles Art Déco classés, visibles encore actuellement.

Vers l’intégration

Les mariages mixtes accélèrent l’américanisation des Champsaurins. Leurs enfants naissent avec la nationalité américaine, vont à l’école, apprennent une nouvelle langue. Cependant malgré la volonté de devenir américains, on perpétue à 10 000 Km de la mère patrie les coutumes : jeux de boules, rigodon, les spécialités culinaires tels que les tourtons du Champsaur. On commémore le 14 juillet, parfois avec un certain faste dans des défilés, ou plus simplement entre amis. Des dons sont faits et des collectes s’organisent outre-Atlantique pour aider financièrement à la réalisation de monuments : kiosques à musique, cénotaphes, monuments aux morts ou pour participer à la restauration de clochers au pays de son enfance.

Ce lien momentanément distendu avec la mère patrie, va se renforcer au cours du premier conflit mondial. Après l’entrée en guerre des États-Unis en 1917, des soldats originaires des Hautes-Alpes, devenus américains, viennent combattre au sein de l’US Army sur le sol français et s’ajoutent à tous ceux restés français qui rentrent au pays natal pour libérer la patrie.

La Grande guerre donne un coup d’arrêt à la forte émigration vers le nouveau monde, la tendance se confirme avec, quelques années plus tard, la politique des quotas.

Les retours définitifs au pays natal ne concernent qu’un quart de ceux qui ont émigré : le melting- pot et l’américanisation qui l’accompagne jouent pleinement leur rôle.

Les réussites sont nombreuses en Amérique en relation avec les ventes de terrains à prix d’or à proximité des villes, la découverte du pétrole, d’habiles reconversions. Cependant les échecs ne doivent pas pour autant être minimisés. Ceux qui rentrent au pays accèdent à de belles propriétés, de grandes fermes, signes de leur réussite. Mais combien n’auront pas d’autre choix que de se résoudre à acheter de petits domaines pour ne pas devoir revenir « aux gages », au service d’un patron et sauver la face, alors que leurs familles avaient placé tant d’espoirs en eux en les aidant financièrement pour franchir l’Océan.

Renouer les liens avec le pays d’origine

De nombreux villages ou hameaux ont vu leurs habitants s’exiler massivement, vidés de leur force vive, parfois du tiers de leur population : Ancelle fait partie de ceux-là. De ce mouvement migratoire d’ampleur subsistent aujourd’hui des souvenirs transmis oralement par ceux qui sont revenus après un séjour outre-Atlantique. Mais aussi des lettres et des photos échangées, des objets et les visites de personnes venues d’Amérique à la recherche de leurs racines ainsi que des traces bien visibles dans la paysage alpin, offrandes de généreux donateurs américains : le kiosque à musique de Saint-Bonnet, l’abri pour promeneurs de Bois-Vert avec un vitrail sur lequel Antoine Taix est entouré de deux chefs de tribu indiens, le monument aux morts de La Fare….en témoignent. Des rencontres s’organisent de manière empirique, des cousinades franco-américaines voient le jour. Chacun de son côté essaye de retrouver, tant bien que mal, les descendants des émigrants champsaurins partis à la recherche d’une vie meilleure, preuve que cette page de l’histoire de la contrée alpine vit toujours.

Ce constat nous laisse perplexes tant sont grandes les potentialités de recherches futures sur cet exil de population, comparable en pourcentage, pour la vallée du Champsaur, à celle de l’émigration d’un « comté irlandais » au temps de la grande famine.

Souhaitons qu’une prise de conscience collective et partagée puisse s’opérer, valorisant cette thématique humainement riche, débouchant sur la création d’un centre de ressources dédié, propre à assurer la valorisation de cette page d’histoire commune avec l’Amérique.

Crédits photographiques : images libres de droits issues de l’ouvrage L’émigration des Haut-Alpins aux Amériques, Patrick Caffarel et Michel Clément (2016).

   AMIJO BROTHERS & BORRADAILE, Albuquerque and Las Vegas Business Directory for 1883, Albuquerque, 1883.

   ARMOR Samuel, History of Orange County California, Los Angeles, Historic Record Company, 1921.

  AUSTIN, M., 2016 (1ère ed. américaine, 1906), Le troupeau. Bergers basques et alpins dans l’Ouest américain (traduction et préface, Jean-Luc Tendil), Avignon, Cardère éditeur.

  AUSTIN, M., 2001 (1ère ed., 1906), The flock, post-face de Barney Nelson, Reno, University of Nevada Press.

   BAKER Joseph E., Past and present of Alameda County California, Volume 1 and 2,Chicago, The S. J. Clarke Publishing Company, 1914.

   BANCROFT Hubert Howe, History of California vol VII 1860-1890, San Francisco, The Historic Company Publishers, 1890.

   BELANGER Albert A., Guide Officiel des Franco-Americains 1938, Providence, Rhode Island, Guide Franco-Americain Inc., 1938.

   BIOLETTI Frederic T. and TWIGHT E. H., Report on condition of vineyards in portions of Santa Clara Valley, Sacramento, A. J. Johnson, 1901.

Bibliographie

   BOYD Gregory A., Family Maps of Walla Walla County, Washington, Norman, Arphax Publishing Co., 2009.

   BRAME Jules, De l’émigration des campagnes, Lille, Béghin, Libraire, 1859.

BRETON Roland J., Géographie du français et de la francité de Louisiane,Quebec, Laval Université, 1979.

   BROOK Harry Ellington, The City and County of Los Angeles in Southern California, Los Angeles, Chamber of Commerce, 1903.

    BURDETTE Robert J., American Biography and Genealogy Californian Edition, Chicago, The Lewis Publishing Co, [191-].

   CAIRE CHILES Frederic, The Rise and Fall of a Californian Dynasty, Arthur H. Clark Company, 2011.

   CAIRE Helen, Santa Cruz Island A History and Recollectins of an Old California Rancho, Washington, The Arthur H. Clark Company, 1993.

   CHALMERS Claudine, French San Francisco, San Francisco, Arcadia Publishing, 2007.

   CLERFAYT Paul, Almanach Californien à l’usage des Français, San Francisco, Louis Grégoire et Co, 1890

   DAVIS John W., A vast amount of trouble, A history of the Spring Creek Raid, Norman, University of Oklahoma Press, 1993.

   DIONNE N-E, Les Canadiens-Français, Origine des familles émigrés de France, Québec, Laflamme & Proulx, Im., 1914.

   DUVAL Jules, Histoire de l’émigration européenne, Asiatique et Africaine au XIXe siècle, Paris, Librairie de Guillaume et Cie., 1862.

   BOMPARD Jean-Jacques, Libraires du Nouveau Monde, De Briançon à Rio de Janeiro, Grenoble, Presse Universitaire de Grenoble, 2015.

   EXPILLY Charles, La Traite L’Émigration et la Colonisation au Brésil, Paris, La Revue du Monde, 1865.

   FORTIER Alcée, Louisiana, volume 1, 2 et 3, Century Historical Association, 1914

   FOUCRIER Annick, Le rêve californien, Paris, Belin, 1999.

   GAZET Clément, Les Français dans l’histoire du Brésil, Rio de Janiero, 1923.

   GHERINI John, Santa Cruz Island, A History of Conflict and Diversity, University of Oklahoma Press, 2015.

   GONTARD Jean, A travers la Californie, Paris, Pierre Roger et Cie, , 1922.

   GONTARD Jean, Dans les Sierras de Californie, Paris, Pierre Roger et Cie, , 1923.

   GRANET-ABISSET Anne-Marie, La route réinventée, Les migrations des Queyrassins aux XIXe et XXe siécles., Grenoble, Presse Universitaire de Grenoble, 1994.

   GUINN James Miller, A History of California and an Extended History of its Southern Coast Counties, also Containing Biographies of Wellknown Citizens of Past and Present, Volume 1 et 2, Los Angeles, Cal, Historic record Co, 1907.

   GUINN James Miller, A History of California and an extented history of Los Angeles and environs, Volume 1, 2 et 3,  Los Angeles, Cal, Historic record Co, 1915.

   GUINN J. M., History of the State of California and biographical record of the San Joaquin Valley California, Chicago, The Chapman Publishing Co, 1905.

   GUINN J. M., History of the State of California, and biographical record of Santa Cruz, Benito, Monterey and San Luis Obispo Counties, Chicago, Tha Chapman Publisher Co, 1903

   HOLMES Elmer Wallace, History of Riverside County California, Los Angeles, Historic Record Company, 1912.

   INGERSOLL L. A., Century Annals of San Bernardino County 1769 to 1904, Los Angeles, L. A. Inglesoll, 1904.

   IRVINE Leigh H., A History of the New California, the ressources and people, volume 2, New York, The Lewis Publishing Company, 1905.

   KELLEY D. O., History of the Diocese of California, from 1849 to 1914, San Francisco, 1914.

   LAGNEAU Gustave, L’Émigration de France, Paris, 1884.

   LANDELLE (De La) G., Aventure et cascades, Histoire d’une colonisation au Brésil, Paris, René Haton Libraire Éditeur, 1883.

   LEVY Daniel, Les Français en Californie, San Francisco, Grégoire Tauzy&Co., 1884.

   LINSTANT S., De l’émigration européenne dans ses rapports avec la prospérité future des Colonies, Paris, France Editeur, 1850.

   LOYER Fernand et BEAUDREAU Charles, Le Guide français de Los Angeles et du sud de la Californie, Franco American Publishing Company, English Edition, 1932.

   MAGNAN D. M. A., Abbé, Histoire de la Race Française aux États-Unis, Paris, Librairie Vic et Amat, 1912.

   LYMAN W. D., History of Walla Walla County, state of Washington, W. H. Lever Publisher, 1901.

    McBURNEY William J. and MILHOLLAND Mary Rice, Greater French Valley, San Francisco, Arcadia Publishing, 2009.

   MERLE J. A., De l’émigration aux États-Unis d’Amérique, Genève, Imprimerie Ch. Gruaz, 1849.

   MILLARD Bailey, History of the San Francisco Bay Region, Volume 1, 2 et 3, Chicago, The American Historical Society, Inc, 1924.

   MOKLER Alfred James, History of Natrona County Wyoming 1888-1922, Chicago, R. R.Donnelley & Sons Company, 1923.

   MORGAN Wallace M., History of Kern County California, Los Angeles, Historic Record Compahny, 1914.

   MORRISSON Annie L. and HAYDON John H., History of San Louis Obispo County and Environs California, Los Angeles, Historic Record Company, 1917.

   NASATIR Abraham P., French Activities in California : an Archival Calendar Guide, Stanford, California, Stanford University Press, 1945.

   NEWMARK Harris, Sixty Years in the Souhtern California 1853-1913, New York, The Knickerbocker Press, 1916.

   NOBLE Edward M., History of Caroline County, Maryland, Denton, Caroline County Schools, 1920.

   OUTCALT John, History of Merced County California, Los Angeles, Historic Record Company, 1925.

   PAQUETTE Mary Grace, Lest We Forget : The History of the French in Kern County, Fresno, California, Pioneer Publishing Company, Kern County Historical Society, 1978.

   PARDONNET (De) Georges, Amérique du Nord et du Sud, Conseil Pratiques aux émigrants, Paris, 1877

   PARKMAN Francis, Pioneers of France in the New World, Part First, Toronto, George N. Morang, 1898.

   PETERSON Clarence Steward, Consolidated bibliography of Counties in fifty States in 1961. Consolidated 1935-1961, Baltimore, Genealogical Book Company, 1961.

   PIOLET J-B.,La France hors de France, Paris, Félix Alcan éditeur, 1900.

   RUBIN Mildred Stella, The French in Los Angeles, a study of transplanted culture, University of Southern California, 1936.

   RUPPDaniel T., A collection of Thirty Thousand Names of German, Swiss, Dutch, French, Portuguese and other Immigrants in Pennsylvania, Harrisburg, Book Publisher,1856.

   SAWYER Eugéne T., History of Santa Clara County California, Los Angeles, Historic Record Company, 1922.

   SOULE Frank, GIHON John H. and NISBET James, The Annals of San Francisco, New York, Appleton & Compagy, 1855.

   STEELE J. C., History of San Mateo County California, San Francisco, B. F. Alley Publisher, 1883.

   STRATEN PONTHOZ A. Van Der, Recherches sur la situation des Émigrants aux États-Unis de l’Amérique du Nord, Bruxelles, Meline, Cans et Compagnie, 1846.

   TINKHAM George H., History of San Joaquin California, Los Angeles, Historic Record Company, 1923.

   TROXEL Bennie W.  and MORTON Paul K., Mines and mineral resourcees ok Kern County California, San Francisco, California Division of Mines and Geology, 1962.

   VANDOR Paul E., History of Fresno County California, volume 1 et 2, Los Angeles, Historic Record Company, 1919.

   WILLIS William L., History of Sacramento County California, Los Angeles, Historic Record Company, 1913.

   WILSON  J. Albert, History Los Angeles County California, with illustrations descriptive of its scenery, Oakland, Thomson & West, 1880.

   WINSOR Justin, The Memorial History of Boston, Boston, James R. Osgood and Company, 1881.

   WOOD W., History of Alameda County, Oakland, Pacific Press, 1883.

Livres collectifs ou sans auteurs cités :

Annual Reports of the Commissioners of Emigration of the State of New York 1847-1860, New York, 1861.

Documents concernant la question de l’émigration au Brésil, Publié par ordre du Conseil fédéral,1858.

Great Register Kern County 1896.

Guide Franco-Californien 1931-1935, Cercle Commercial Français de San Francisco. 1931-1932.

History of Contra Costa California, with biographical sketches, Los Angeles, Historic Record Company, 1926.

Mémorial and Biographical History of the counties of Fresno, Tulare and Kern, California, Chicago, The Lewis Publishing Company, 1902 (?).

History of Litchfield County, Connecticut, with illustrations and biographical sketches, Philadelphia, J. W. Lewis and Co, 1881.

An illustrated History of Los Angeles California, Chicago, The Lewis Publishing Company, 1889.

History of Merced County California, San Francisco, Wallace W. Elliott & Co, Publisher, 1881.

History of Pomona Valley California, Los Angeles, Historic Record Company, 1920.

History of San Benito County California, San Francisco, Elliot & Moore, Publisher, 1881.

Les Combattants français de la guerre américaine 1778-1783, Ministère des Affaires Etrangeres, Washington, 1905.

Men of the Pacific Coast, containing portraits and biographies of the professionnal financial and business men of California, Oregon and Washington, 1902-1903, San Francisco, The Pacific Art Company, 1903

Memorial and Biographical History of Northern California, Chicago, The Lewis Publishing Company, 1891.

Resources of the San Joachin Valley, California, Fresno, Tulare and Kern Counties, San Francisco, Immigration Association of California, (1901).

Société Franco-Allemande d’émigration et de Colonisation en Virginie, Saint-Denis, Typographie de Drouard, 1855.

Almanachs, Annuaires, Plans de Villes :

California Blue Book or State Roster 1911, compiled Frank C. Jordan, Sacramento, Friend W. Richardson, superintendent of State Printing, 1913.

California Wine and Brandy Maker, Regional Oral History Office, The Bancroft Library, 1888

Directory of the Grape Growers, Wine Makers and Distillers of California, Sacramento, A. J. JohnsonSupt ; State Printing, 1891.

Great Register San Francisco 1866.

Hand-Book and Directory of the Pacific Coast : San Luis Obispo, Santa Barbara, Los Angeles, San Diego, San Bernardino, Kern and San Buena Ventura, San Francisco, Paulson L. L. 1875.

Hand-Book and Directory of Napa, Lake, Sonoma and Mendocino Counties, San Francisco, L. L. Paulson, 1874.

Illustrated Atlas and History of Yolo County, Cal. Official County Map. San Francisco, DE PUE & Company, 1879.

Le Franco-Californien courrier de San Francisco, journal du 7 décembre 1917 à juin 1918.

Los Angeles Cityu Directory 1916, Los Angeles, Los Angeles Directory Company, 1916.

Los Angeles Street and Business Directory, N. A. Wolcott & Co, Publishers, 1893.

Mery’s Block Book of San Francisco, San Francisco, California Block Book and Map Co, 1909.

Oakland Berkeley and Alameda Directory 1910, Oakland, Polk-Husted Directory Co. Publisher, 1907.

Oakland Berkeley and Alameda Directory 1910, Oakland, Polk-Husted Directory Co. Publisher, 1910

Obtuaries from the Kern Valley Sun’Newspaper. Master index to volume I-X, Clan Diggers Genealogical Society of the Kern River Valley, 1995.

Records from Tomstones in Laurel Hill Cemetery 1853-1937, San Francisco, Genealogical Records Comittee of California, 1935.

Register containing the Baptisms madein the church of the French Refugees at Mannikixtown, Virginia, 1721.

San Diego City and County Directory 1910, San Diego, San Diego Directory Co, 1910.

San Francisco Blue Book, season 1889-1890, San Francisco, The Bancroft Company, 1889.

San Francisco Cemetery Records 1848-1863, Compiled by Tamalpais Chapter Daughters of the American Revolution, 1938.

San Francisco Directory, Bishop’s Directory of the City and the County of San Francisco, 1878, San Francisco, B. C. Vandall, 1878.

San Francisco Directory 1899, San Francisco, H. S ; Croker Company, 1899.

San Francisco Directory 1905, San Francisco, H. S ; Croker Company, 1905

San Francisco Directory 1908, San Francisco, H. S. Crocker Co., 1908.

San Francisco, Laurel Hill, 1940.

San Joachim County, County Plat Book, 1900.

San Joachim County, County Plat Book, 1903.

San Joachim County, County Plat Book, 1918.

The San Francisco oiginal Handy Block Book, 1894, San Francisco, The Hicks-Judd Company,1894.

The San Francisco oiginal Handy Block Book, 1901 San Francisco, The Hicks-Judd Company,1901

The San Francisco oiginal Handy Block Book, 1909, San Francisco, The Hicks-Judd Company,1909.

Van Horn, David M.; White, Laurie S. » An historic resiurce report on the city of La Puenre downtown business district specific plan area, Los Angeles County, California.Archaeological Associates, Sun City, California, 1992.

Vital Statistics from Records in Trinity Episcopal Church of San Francisco, 1849-193

   DELAY Peter ?., History of Yuba and Sutter Counties California, Los Angeles, Historic Record Company, 1924.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15/05/2021

    […] : wikipedia – Laurence Salze – Patrick Caffarel et Michel […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search