De décombres en souvenirs. Archéologie du déchet industriel et anthropologie de la mémoire familiale

Par Thierry Bonnot, anthropologue, chargé de recherche au CRNS. IRIS-EHESS.
Evocation du chaos du dépotoir dans l’exposition à la Briqueterie, mars 2014. Photo écomusée Creusot-Montceau, Daniel Busseuil.

Avertissement : Ce texte est support de la communication prononcée en 2016 lors des Rendez-Vous Ethnologiques de Salagon. Il a paru difficile de le reprendre pour en faire un article original, car il s’agissait en quelque sorte d’un texte programmatique annonçant en grande partie les recherches menées par la suite. La plupart des idées et perspectives exposées ont été depuis développées et approfondies dans plusieurs articles et communications auxquels on pourra se reporter (voir références bibliographiques). Nous avons donc choisi de publier sans modification le texte de la communication, qui vaut en tant que synthèse, base problématique et jalon dans un parcours de recherche.

Hommes et choses

Nous pourrions partir d’une phrase de Marcel Mauss : « On mêle les âmes dans les choses ; on mêle les choses dans les âmes. On mêle les vies et voilà comment les personnes et les choses mêlées sortent chacune de sa sphère et se mêlent : ce qui est précisément le contrat et l’échange » (Mauss 2007 : 103). Ce qui concerne l’échange pourrait s’étendre à toute forme de commerce avec les choses, au sens large du terme commerce : dans sa définition de relation sociales, amicales, affectives et réciproque entre les êtres.

Ce mélange des personnes et des choses a été formulé de façon plus lapidaire par Fernand Braudel : « La vie matérielle, ce sont des hommes et des choses, des choses et des hommes » (Braudel 1993 : 19).

La coprésence des choses et des personnes, la permanente interaction entre les objets et les êtres humains constitue le cœur du travail de ceux qui, en sciences humaines et sociales, s’intéressent aux objets et aux techniques. Leurs travaux montrent, selon Pierre Lemonnier, que « les objets qui nous entourent agissent sur la matière et, simultanément, produisent du sens et sont constitutifs du lien social, sans qu’aucun de ces aspects soit isolable ou domine les autres » (Lemonnier 1996 : 22). On ne saurait mieux dire que tout est enchevêtré (entangled), mot-clé des travaux de Nicholas Thomas (1991) et de Ian Hodder (2014) entre autres.

Pour les ethnologues qui s’intéressent à ces questions et qui pratiquent régulièrement l’enquête de terrain, constater ce mélange revient à énoncer une évidence, à enfoncer une porte ouverte. Ce qui n’empêche pas qu’il y a là un point crucial et une vraie problématique pour la discipline et pour le musée.

De quelle nature est cet entrelacs complexe et comment en rendre compte ? Il y a mélange entre les choses et les personnes, mais aussi mélange entre différents types de choses (objets matériels, minéraux, végétaux…), entre différents types d’objets (objets utilitaires, décoratifs, de collection…), mélange entre sphères publiques et privées, mélanges entre valeurs (commerciales et autres). Nous allons tenter ici de caractériser ces différents types d’enchevêtrements et de proposer une voie de clarification, au croisement de l’archéologie, de l’histoire et de l’anthropologie.

Le dépotoir de Pont-des-Vernes

La friche couvrant le dépotoir de Pont-des-Vernes en 2011

Nous sommes en Saône-et-Loire, sur le territoire de la commune de Pouilloux, lieu-dit Le Pont-des-Vernes. Il y avait ici une manufacture de fabrication céramique, active des années 1820 à 1957. Nous savions depuis plusieurs années que cette entreprise avait déversé des déchets sur un terrain en friche, auquel nous n’avions pas pu avoir accès. Ce n’est qu’en 2011 que nous avons pu y prospecter avec Jacques, collectionneur avec qui je travaille depuis plusieurs années. Nous avons découvert une immense décharge recouverte par la végétation. Localement, les renseignements recueillis sur ce site évoquaient une « casse », des « déblais », une « verse ». On parlait aussi des « crasses ».1

Le décapage du dépotoir en novembre 2011. Photo écomusée Creusot-Montceau, Daniel Busseuil.

Nous avons adopté le terme « dépotoir » en janvier 2012, dans un courrier envoyé au service régional de l’archéologie de Bourgogne pour solliciter une autorisation de fouille. Le choix de ce terme est tout sauf anodin. C’est une concession à une terminologie spécialisée suggérée par un archéologue amateur. Il légitime notre démarche dans un cadre archéologique. Étymologiquement, le terme « dépotoir » vient de « pot » ; usuellement, il désigne le lieu où l’on met les objets au rebut2. En choisissant de transformer les « crasses » en dépotoir, nous prenions l’initiative de faire de ce terrain un objet de recherche et de transformer un lieu d’abandon de déchets en ressource archéologique et historique. Cette expérience de fouilles menées entre 2011 et 2015 était pour nous inédite. Dans le cadre de nos enquêtes associées à l’écomusée du Creusot-Montceau sur le patrimoine local, nous étions familiarisés à une certaine forme de déchets (objets et bâtiments déchus, abandonnés, oubliés, relégués). Nous n’avions pourtant jamais eu affaire à des déchets délibérément éliminés dès le moment de la production. Il nous a fallu appréhender le désordre du dépotoir, éprouver un autre rapport aux choses, plus incertain que notre habituelle relation aux objets de collection, par exemple.

Les fouilleurs au travail pendant le décapage. Photo écomusée Creusot-Montceau, Daniel Busseuil.

Un tel amas de déchets est par définition un mélange. Dans le sol du dépotoir, dans la cendre et la terre sont mêlés des restes de l’activité industrielle et des déchets domestiques (bouteilles et flacons de verre, débris alimentaires, couverts et vaisselle, résidus de vêtement et de chaussures). Ce mélange relève à la fois de la réalité matérielle de la trouvaille et du témoignage d’un certain mode de fonctionnement industriel : c’est une image de l’entremêlement quotidien de la vie familiale et de la vie professionnelle, une image de la mémoire des lieux. Le hameau était identifié à l’usine et inversement, le nom de la famille était aussi celui de l’entreprise. La raison sociale lisible sur les marques de fabrique associait toujours Langeron et Pont-des-Vernes. Les familles des patrons (les Langeron), mais aussi de certains ouvriers et contremaîtres, vivaient à proximité immédiate de l’usine. Leurs déchets quotidiens, du moins une partie d’entre eux, terminaient leur parcours dans le même lieu que les déchets industriels. C’est ainsi qu’ils nous apparaissent, dans un inextricable amalgame.

Les enseignements du dépotoir

Vue d’ensemble du dépotoir avant la fouille

Dans la couche supérieure du dépôt, juste sous la terre végétale et l’humus formé depuis 1957 se trouvaient des moules de plâtre. Ils étaient pour la plupart dans un excellent état de conservation. Grâce à la fouille, nous disposons désormais d’une importante collection de moules de coulage, calibrage et estampage, mais aussi de modèles et de matrices ou moules-mère, le tout destiné à la production en grande série d’objets céramiques. C’est l’un des apports principaux de cette expérience archéologique, car nous n’étions parvenus à retrouver et à conserver auparavant que de rares exemplaires de moules et aucun modèle. Le moulage a été adopté chez Langeron en 1920, mais la fabrication manuelle par tournage a continué simultanément jusqu’à la fermeture.

Les déblais de la fouille

Cette masse de moules et de modèles résulte de la dernière phase de déversement ayant alimenté le dépotoir : c’est l’élimination du contenu des ateliers après la fermeture de l’usine en 1957. En dehors de ce déversement particulier, nous avons identifié un déversement « ordinaire », lié au fonctionnement quotidien de l’usine : débris de défournement, moules usagés, défauts isolés ainsi, donc, que des déchets domestiques. Autre type de déversement, ceux qui sont associés à des accidents de fabrication. Ce sont des déversements exceptionnels, provoqués par un raté de cuisson, l’effondrement du contenu d’un four, voire un problème de matière première (stock d’argile préparée et non utilisée). Nous avons pu ainsi synthétiser les défauts rédhibitoires conduisant les poteries à la poubelle et reflétant les critères de tri et les exigences de la commercialisation de ces produits dans la première moitié du XXe siècle.

Un modèle en plâtre de tête de poupée découvert dans le dépotoir. Photo écomusée Creusot-Montceau, Daniel Busseuil.

Au-delà des seules données techniques concernant la production céramique, la lecture fine de ce site peut nous permettre d’accéder à l’histoire naturelle d’une friche (sa végétation, sa faune), à l’histoire post-industrielle (réinvestissement du bâti par un entrepreneur de travaux publics), au processus de ruine d’une construction datée (1897), tandis que le sous-sol garde les traces de l’activité céramique et de la vie quotidienne des habitants du hameau. Tout est écrit dans la matérialité des restes, mais les écritures se superposent à l’image d’un palimpseste. C’est la métaphore de l’archéologie qu’a proposée Laurent Olivier : « Un palimpseste, c’est une surface qui prend forme par quelque chose qui se répète, qui revient toujours au même endroit. C’est une très vieille peau pleine de signes ; c’est une écriture qu’on ne sait pas lire » (Olivier 2012 : 262). En effet, nous ne lirons pas tout, car nous ne savons pas tout lire ou du moins pas complètement.

Ainsi les moules et modèles de plâtre sont des éléments importants pour la connaissance du processus de fabrication. Ils sont l’envers de l’objet céramique, un objet en creux pour le moule, un fac-similé en plâtre pour le modèle. Mais ils peuvent remettre en cause ce que l’on sait du catalogue de l’entreprise : sont-ils des preuves infaillibles attestant de la fabrication de tel objet ou de tel modèle ? L’exemple de cette tête de poupée (ou de baigneur) est symptomatique. Nous avons découvert un modèle et les éléments du moule correspondant mais pas de tête de poupée en céramique : ni dans le dépotoir, ni dans les catalogues, ni dans les collections. Soit nous ne connaissons pas encore cet objet (le produit fini) et nous le trouverons un jour. Soit il s’agissait d’une expérience de fabrication sans suite. La plus troublée est Nicole, fille d’un des deux derniers directeurs de l’usine Langeron : « Mais c’est vrai, vous me dites qu’on a retrouvé une tête de poupée ? Alors ça, j’ai du mal à y croire. J’y crois, hein, mais…Quand même, s’ils avaient fait une poupée… » Au carrefour du souvenir familial et du patrimoine technique, l’objet pose question. « Alors ça, ça me surprend vraiment. Parce que je participais tellement, mon père me faisait participer tous les jours… et moi je suis beaucoup allée vers les tourneurs … et tous mes jouets d’enfants…j’ai toute ma dînette. [Les tourneurs] me faisaient ce que je voulais ! »3.

Il est clair que l’attachement sentimental de Nicole à l’usine est bousculé par cette découverte : comment est-il possible qu’une poupée de céramique ait été fabriquée à Pont-des-Vernes sans que la petite fille qu’elle était en ait eu connaissance ? Aurait-on fabriqué des poupées sans lui en fabriquer une ? Les moules et les modèles de plâtre sont les empreintes, au moins supposées, de ce qui a été produit par l’usine Langeron. Pour Nicole, dont les souvenirs de l’usine familiale sont émotionnellement très vivants, le moule et le modèle de la tête de poupée génère un manque affectif. Un doute subsiste sur la fabrication effective de cet objet en céramique.

Au cours de cette expérience, nous avons été confrontés à de multiples cas semblables : des moules ne correspondant à aucun objet céramique, des céramiques ne correspondant à rien de connu, des outils ou des accessoires dont on ne connaît pas l’usage. Ce que nous dit l’absence de la tête de poupée, ou sa présence « en creux », nous nous situons à l’articulation de l’histoire quotidienne d’une famille et de l’histoire d’une usine. Patrimoine industriel et patrimoine familial sont étroitement entremêlés et nous pouvons l’illustrer avec un autre projet, sur un terrain proche, à 15 kilomètres de là.

L’usine Chèze

L’usine Chèze à Palinges

C’est une petite manufacture de céramique, fabriquant des poteries de grès et des produits réfractaires, fondée en 1860 sur la commune de Palinges par Philibert Chèze et son fils Jean-Baptiste. Le petit-fils, Rémi Chèze prendra la direction de l’usine en 1924 jusqu’à sa mort en 1962. L’entreprise ne lui survivra qu’une année. C’était une entreprise n’employant jamais plus de 30 ouvriers, équipée de deux fours fonctionnels. ((Il y eut à la charnière des XIXe et XXe siècles jusqu’à six manufactures céramiques en activité à Palinges. Il en reste une, les Terres cuites de Bourgogne, spécialisée dans les accessoires architecturaux en terre cuite. Cf. Chronique des Amis du Passé de Palinges et de sa région n°25, Deux siècles d’industrie céramique, de Laujorrois à céramiques Ducrot, septembre 1998, multigraphié.))

Le “four neuf” de l’usine, construit au début du XXe siècle

Ce mystère, les héritiers nous ont demandé de l’éclaircir un peu. Nous avons déjà visité plusieurs fois l’usine avec eux, en expliquant ce qui nous était compréhensible, principalement au niveau des techniques de production et de la typologie des produits. Le site est un emboîtement étonnant entre vie familiale et production industrielle. La maison familiale, où résidaient les directeurs de l’usine, est devenue maison de vacances pour les descendants. Ils ont transformé un bâtiment annexe en gîte rural. Il y a aussi un hangar, où est entreposé du matériel, des meubles ; un ancien petit bureau, à l’abandon, qui renferme quelques archives. Il y a surtout les bâtiments de l’usine, d’une quarantaine de mètres de longueur, sur trois étages, abritant deux fours. Un autre four se trouve à l’extérieur, on l’appelle le « four neuf » car il est plus récent que les autres et n’a jamais fonctionné.

Le “labo” avant l’inventaire

Comme c’est le cas pour beaucoup de manufactures céramiques fondées au XIXe siècle, l’histoire de cette entreprise est donc celle d’une famille. Elle se prolonge aujourd’hui avec quatre héritiers âgés d’une cinquantaine d’années : petits-neveux et nièces de Rémi Chèze, ils n’ont jamais vu fonctionner les tours à potiers ni les fours, mais s’en retrouvent propriétaires presque malgré eux. L’une d’entre eux s’excuse presque : « Vous savez, c’est à nous mais c’est un peu par hasard ». C’est pour mieux comprendre ce lieu fantôme que Jean-Marc, l’héritier le plus intéressé par le site, m’a contacté en juin 2013 par message électronique : « Suite au décès de mes parents, en 2010 pour ma mère, 2012 pour mon père, je me penche sur mes racines, et surtout sur l’activité de la poterie de Palinges, dont je me retrouve, à mon tour, l’héritier. Je n’ai sans doute pas été assez curieux du vivant de ma mère pour la questionner suffisamment à ce sujet, ou sans doute, je pensais avoir le temps de le faire ». Il se définira (dans un autre message) comme un « témoin décalé ». L’obscurité de cet héritage ressemble au mystère des choses bien décrit par Roger-Pol Droit : « Plus je marche, plus je suis assailli par une horde d’énigmes. Ce qu’on nomme chose devient soudain opaque. Incompréhensible et coloré. Le grand mystère des choses dans leur ensemble, cacophonie de présences et d’agitations, se révèle brusquement innommable » (Droit 2003 : 16).

Statuettes de grès et terre cuite réalisées par Gabriel Chèze et leurs moules.

Entre l’espace industriel et la sphère familiale subsistent une multitude d’interférences montrant l’absence d’étanchéité entre les deux : les archives de l’entreprise sont entreposées dans le grenier de la maison. Dans chaque pièce se retrouvent disséminés des produits de l’usine. Dans les caves sont conservés des échantillons de produits de concurrents, des prototypes, des essais de fabrication. La décoration des pièces est constituée par des vases et moulages céramiques créés par le grand-père des héritiers, frère du dernier directeur, médecin qui s’adonnait à la céramique pendant ses vacances. Son atelier-laboratoire a été conservé comme un reliquaire à l’intérieur de l’usine. Nous y avons retrouvé le moule d’une statuette de « femme à la jarre », dont le positif en grès était oublié dans un vaisselier de la maison. Cette trouvaille nous a valu les remerciements de Jean-Marc : « Merci aussi à vous pour votre œil vif et curieux, nous redécouvrons ce que nous avions à nos pieds ». Le site est devenu un lieu d’échange entre enquêteurs et enquêtés, le travail des uns permettant aux autres de se réapproprier peu à peu leur mémoire familiale.

Statuettes de grès et terre cuite réalisées par Gabriel Chèze

Encombrement mémoriel et connaissance des objets

Ma réflexion porte d’abord sur la charge que peut, dans certains cas, constituer l’héritage patrimonial, à différentes échelles. L’exemple de l’usine Chèze m’a fait repenser aux mots d’une collectionneuse rencontrée il y a quelques années. Elle m’avait dit, au sujet de sa collection de céramiques : « Je pense que mes enfants ne s’encombreront pas de ça. ». Le terme utilisé n’est pas anodin : s’encombrer. Car l’héritage, parfois, est encombrant, aussi bien matériellement que symboliquement. L’héritage encombre, le patrimoine aussi, même s’il est reconnu, s’il ne soulève aucune discussion sur sa légitimité patrimoniale. De nombreux travaux l’ont montré à partir de cas liés à des enjeux locaux et institutionnels. Citons notamment le travail collectif dirigé par Daniel Fabre sur les « émotions patrimoniales » (2013). Les exemples de collectivités locales encombrées par leur patrimoine sont légion. Concernant l’usine Chèze, nous comptons mettre en place un projet interdisciplinaire avec des archéologues et un céramologue que j’ai invités à visiter le site début juin. Ce qui nous amène au deuxième point problématique soulevé par un tel cas : la question de la connaissance ; qu’est-ce que connaître un objet ?

Pour le Service Régional de l’Archéologie qui nous a accordé deux autorisations de sondage, la connaissance passe nécessairement par un inventaire détaillé du mobilier collecté durant la fouille. C’est-à-dire une connaissance classée, stabilisée, correspondant aux critères ordinaires de l’archéologie (données physiques, fonctionnelles, stratigraphiques, etc.). Ce type de connaissance correspond aussi à l’inventaire du musée et au travail de classement systématique des collectionneurs. C’est une connaissance des objets que nous pourrions qualifier d’objective, mesurable, matériellement stable. Dans le cadre d’une enquête anthropologique, quel rôle accorder à cette connaissance-là ?

La technologie culturelle a pu y voir la possibilité pour la discipline de s’endurcir scientifiquement en se dotant d’une fondation positiviste. Ainsi Robert Cresswell affirmait : « il est très difficile, sinon impossible, de tricher avec ce qui, inéluctablement, de par sa nature même, se manifeste matériellement » (Cresswell 1996 : 8). Le matériel et les techniques seraient d’un accès sinon plus facile, du moins plus stable, pour l’anthropologie sociale. C’est un matériau  solide et tangible, alors qu’il est admis que l’analyse des faits sociaux est toujours soumise à l’incertitude et à la subjectivité – du chercheur et des acteurs. Il a été reproché aux récentes études en anthropologie de la culture matérielle de ne s’intéresser aux objets qu’à travers les représentations et la symbolique, au mépris de la technique : c’est une critique récurrente par exemple chez Pierre Lemonnier vis-à-vis du renouveau des material culture studies (Lemonnier 2013). L’ethnoarchéologie théorisée entre autre par Alain Gallay (2011) est représentative de cette tension entre sciences sociales et savoirs techniques, reflétant une certaine attirance pour le positivisme des sciences dures. Mais dans le même temps, ces auteurs revendiquent qu’une articulation forte existe entre rapports sociaux, objets et techniques. Tout ceci n’est pas nouveau, rappelons seulement l’article pionnier de Christian Bromberger pour une sémiotechnologie (1979) et les différentes livraisons de la revue Techniques et culture (Bartholeyns, Govoroff et Joulian 2010).

Mais c’est une tension épistémologique qui se fait plus sensible lorsqu’on se consacre à un terrain comme ceux que j’ai évoqués ici. Cette difficulté est générée par l’enchevêtrement dont il a été question précédemment. Alors, y aurait-il une connaissance concrète et objective à distinguer d’une métaconnaissance, la connaissance de la manière dont les individus sont en prise avec les objets ? L’hypothèse, assez largement admise, est qu’il n’y a pas d’un côté une connaissance objective des objets matériels et de l’autre une connaissance sociale et symbolique de ces objets. Concrètement, en référence au projet exposé, il n’y a pas d’un côté l’histoire d’une manufacture de céramiques et de ses techniques de production, et de l’autre l’histoire d’une famille dont les héritiers sont encombrés par leur propre patrimoine.

Rencontres sur le terrain entre l’héritier du site Chèze et des spécialiste de l’histoire
de l’industrie céramique, novembre 2019

Il n’y a pas deux choses différentes parce que nous rencontrons tout cela d’un même mouvement. Il faut insister sur le mot de rencontre. Pour compléter la formule de Braudel (« la vie matérielle, ce sont des choses et des hommes… ») nous constatons qu’enquêter sur la vie matérielle, c’est rencontrer des hommes et des choses. Ceci est valable que nous soyons historiens, ethnologues, sociologues ou archéologues (et je me limite aux sciences humaines et sociales). Même pour une enquête purement archivistique ou pour une fouille archéologique s’intéressant exclusivement aux restes matériels, l’enquêteur rencontre aussi des hommes et des femmes (collectionneur, archiviste, propriétaire de terrain, conducteur de tractopelle). Et quand l’archéologue ou l’historien, généralement, écartent de leurs comptes-rendus d’enquête leurs échanges avec ces personnes rencontrées, l’anthropologue se doit d’en rendre compte.

Renouées du Japon poussant sur le dépotoir de Pont-des-Vernes

Nous pourrions même ouvrir ce compte-rendu aux paysages, aux végétaux et aux animaux : le dépotoir était principalement végétalisé par la renouée du Japon (Fallopia japonica), plante qualifiée d’invasive ; et c’est le terrier d’un renard qui nous a permis de localiser précisément les dépôts de déchets. La rencontre avec les héritiers de l’usine Chèze est difficilement dissociable de la rencontre avec les bâtiments, les archives, les produits de l’entreprise, ainsi qu’avec les figures de patrons successifs. Les « données objectives » ne sont pas autonomes, nous les construisons en enquêtant, donc en échangeant avec la famille des héritiers. L’enquête est une expérience humaine inscrite dans un temps historique et comme l’écrivait Bernard Lepetit, les sciences humaines « ne trouvent pas mais construisent leurs objets » (Lepetit 1990 : 337). Penser l’enquête comme expérience fait partie de cette construction.

Fouiller un site « en archéologue » et inventorier le mobilier ne nous affranchit pas de réfléchir à l’enquête comme expérience. Les relations sociales de toutes sortes qui conditionnent celle-ci ont un impact sur le devenir des objets et font partie de leur connaissance. Savoir nommer un objet, le mesurer, le doter d’une identité au moins partielle, matérielle et fonctionnelle, équivaut à une reconnaissance. Peut-on l’isoler d’une connaissance résiduelle qui serait faite de représentations, d’appropriations, de modes d’attachement, de mémoire intime ?

Restituer l’enchevêtrement…ou faire le tri ?

Évocation du chaos du dépotoir dans l’exposition à la Briqueterie, mars 2014.
Photo écomusée Creusot-Montceau, Daniel Busseuil.
Objets collectés lors des fouilles, exposés à la Briqueterie. Photo écomusée Creusot-Montceau, Daniel Busseuil.
Empilage de moules de plâtre dans l’exposition “Trésors de dépotoir”. Photo écomusée Creusot-Montceau, Daniel Busseuil 

Ce que j’ai essayé de dire aujourd’hui est assez simple : il existe forcément un écart entre une vision à la fois théorique et réaliste d’un monde social enchevêtré d’hommes et de choses, et une écriture (muséale ou non) cherchant à en rendre compte. On peut tenter de réduire cet écart par différents moyens, différentes recherches, mais il sera difficile de le combler totalement.

L’une des façons de réduire l’écart entre le désordre de la réalité sociale et le compte-rendu que l’on s’efforce d’en établir est de se concentrer sur des situations de basculement. C’est ici qu’apparaît le plus clairement l’intrication, dans les moments de transition et de mutation. Si la méthode biographique peut avoir un intérêt pour l’étude des objets, c’est pour saisir ces situations ambiguës, rompant la linéarité : l’intérêt principal n’est pas de dérouler le fil rectiligne d’une vie d’objet réussie, sa well-lived life pour reprendre la formule d’Igor Kopytoff (1986) mais d’insister sur les ratés et les bifurcations, sur les allers-retours et les impasses. Ce qui revient à étudier de près des situations cruciales dans le parcours et donc à s’intéresser davantage aux relations particulières sujet-objet à un moment donné.

Par exemple, pour rendre compte de l’imbroglio (Boissinot 2015) du dépotoir, nous nous sommes concentrés sur le moment de la fouille. Une exposition, Trésors de dépotoir, a été montée avec l’écomusée. Étaient exposés des restes d’objets céramiques, des outils, des moules, des images de l’expérience, une évocation de la situation de fouilles (déblai et débris entassés). La famille Langeron était présente par le portrait de l’ancêtre et des photos des dirigeants des années 1900-1957. La relation anthropologue/collectionneur était restituée par une interview illustrée d’images de la fouille, dans laquelle Jacques et moi expliquons nos façons de voir ce travail commun.

L’exposition s’accompagnait d’un ouvrage-catalogue (Bonnot et Gaudiau 2013), associant l’histoire de l’usine, de la famille Langeron, des techniques de production et le récit (partiel) de l’expérience archéologique. Nous avions envisagé d’adopter un mode d’écriture sous forme de chronique : ainsi les objets, les personnes, les archives, les récits apparaissent-ils au fil des jours et des rencontres. Cela reste en projet, et peut-être l’usine Chèze nous donnera l’occasion de le réaliser. Le monde réel est un enchevêtrement généralisé et permanent. Le musée peut-il être un centre de tri, de dénouement de la pelote ? Faire le tri, c’est prendre le risque de construire des catégories trop étanches et de perdre en substance. Mais d’un point de vue didactique, comment faire pour traduire sans trahir, comment restituer l’enchevêtrement sans embrouiller l’esprit du public ?

Bibliographie

BARTHOLEYNS, Gilles, GOVOROFF, Nicolas et JOULIAN, Frédéric (dir.), « Cultures matérielles. Anthologie raisonnée de Techniques & Culture », Techniques et Culture, 2010, n° 54-55, 2 vol.

BOISSINOT, Philippe, Qu’est-ce qu’un fait archéologique ? Paris : éditions de l’EHESS, 2015.

BONNOT, Thierry et GAUDIAU, Jacques, Trésors de dépotoir. Céramiques des établissements Langeron, Pont des Vernes, Le Creusot, Ecomusée Creusot-Montceau, 2013.

BONNOT, Thierry, « Une manufacture de céramique vue à travers ses déchets : expérience pluridisciplinaire autour d’un dépotoir », Artefact, techniques, histoire et sciences humaines, 2017, n°6, Presses Universitaires de Rennes, p. 11-28.

BONNOT, Thierry, 2018. « Anthropologie et culture matérielle : que faire des choses ? », in La culture matérielle : un objet en question. Anthropologie, archéologie et histoire, dirigé par Luc BOURGEOIS, Danièle ALEXANDRE-BIDON, Laurent FELLER, Perrine MANE, Catherine VERNA et Mickaël WILMART, Caen, Presses Universitaires de Caen (publications du CRAHAM), 2018, p. 175-185.

BONNOT Thierry, « Fouiller les déchets, patrimonialiser les rebuts. Un dépotoir mis en musée », in Iñaki ARRIETA URTIZBEREA (ed.) El patrimonio cultural en las sociedades liquidas, Bilbao: Universidad del País Vasco/Euskal Herriko Unibertsitatea, Argitalpen Zerbitzua, Servicio Editorial 2018, p.41-65.

BONNOT Thierry, « Enquête pluridisciplinaire sur une mutation industrielle », Revue d’histoire du XIXe siècle, dossier « Histoire et archéologie : que faire du XIXe siècle ? » sous la direction de Stéphanie SAUGET et Manuel CHARPY, 2019/1, n°58, p.41-58.

BRAUDEL, Fernand, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle, Les structures du quotidien, Paris, Le livre de Poche, 1993 [1979].

BROMBERGER, Christian, « Technologie et analyse sémantique des objets. Pour une sémio-technologie », l’Homme, 1979, vol. XIX, n°1, p. 105-140.

CRESSWELL Robert, Prométhée ou Pandore ? Propos de technologie culturelle, Paris, Kimé, 1996.

DROIT, Roger-Pol, Dernières nouvelles des choses, Paris, Odile Jacob poches, 2003.

FABRE, Daniel (dir.), Emotions patrimoniales, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, coll. « Ethnologie de la France », 2013.

GALLAY, Alain, Pour une ethnoarchéologie théorique. Mérites et limites de l’analogie ethnographique. Paris, Errance, 2011.

HODDER, Ian, « The Entanglements of Humans and Things : A Long-Term View », New Literary History, 2014, n°45, p. 19-36.

KOPYTOFF, Igor, « The cultural biography of things : commoditization as process », in APPADURAI, Arjun (ed), The Social Life of Things. Commodities in Cultural Perspective, Cambridge University Press, Cambridge, 1986, p. 64-94.

LEMONNIER, Pierre, « Et pourtant, ça vole ! L’ethnologie des techniques et les objets industriels », Ethnologie Française, 1996, vol. XXVI, n°1. « Culture matérielle et modernité », p. 17-31.

LEMONNIER, Pierre, « De l’immatériel dans le matériel…et réciproquement ! Techniques et communication non verbale », Journal de la Société des Océanistes, 2013, n°136-137, p. 15-26.

LEPETIT Bernard, « Propositions pour une pratique restreinte de l’interdisciplinarité », Revue de synthèse, 1990, n°3, p. 331-338.

MAUSS, Marcel, Essai sur le don, forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, édition présentée par Florence Weber, Paris, PUF coll. Quadrige, 2007 [1923-1924].

OLIVIER, Laurent, « Temps des vestiges et mémoire du passé. Traces, empreintes, palimpsestes », in BEAUNE Sophie A. de et Henri-Paul FRANCFORT (dir.), L’archéologie à découvert, Paris, CNRS éditions, 2012, p. 259-265.

THOMAS, Nicholas, Entangled Objects. Exchange, Material Culture, and Colonialism in the Pacific, Londres/Cambridge, Harvard University Press, 1991.

  1. Ce terme désigne localement les amas de déchets des usines métallurgiques et de matériaux stériles miniers. Il est employé au lieu de « crassiers » ou « terrils ». []
  2. Dictionnaire historique de la langue française, Paris, éditions Le Robert, 1992. []
  3. Entretien du 5 février 2013 avec Nicole V., à Bourg-en-Bresse. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search