(…) Qui a deux maisons perd sa raison ?

Par Sophie Chevalier, professeure d’anthropologie à l’Université de Picardie Jules Verne.

La question des « deux maisons »1 nous renvoie à une problématique centrale de nos sociétés contemporaines qui est, comment articuler stabilité et mouvement. Le confinement a montré l’actualité d’un tel questionnement, puisque tous les habitants des grandes villes, comme Paris, plutôt issus des classes moyennes, se sont précipités dans leur « autre » maison pour s’y réfugier. Et certains rechignent à revenir dans la capitale, et continuent, quand c’est possible, de pratiquer le télétravail qui leur permet de ne pas bouger.

Le thème de l’habitat traverse de manière récurrente mes travaux de recherche, sans nécessairement qu’il en soit toujours l’objet central. Sans entrer dans les détails de celles-ci, je vais reprendre ici certains certains éléments pertinents qui en sont issus, pour centrer mon propos sur les régimes des circulations entre « maisons » et les statuts des unes par rapport aux autres.

Parfois je me suis intéressée au contenu de l’habitat, comme dans ma recherche comparative menée au début des années 90. Celle-ci portait sur la façon dont des habitants de logements d’une part de la banlieue parisienne et d’autre part d’une banlieue de Londres, s’appropriaient leur logement par et grâce à leurs objets et leur mise en décor (Chevalier 1996, 1998, 2002, 2013). Dans ce cadre-là, je m’étais aussi intéressée à l’existence d’une maison de famille ou d’une résidence secondaire parmi ces habitants de tours HLM – une petite classe moyenne d’employés, de fonctionnaires et d’ouvriers spécialisés (Chevalier 1999, 2019).

Plus récemment, j’y suis revenue, dans une étude sur les résidences secondaires détenues ou louées par des étrangers à Paris (Chevalier&al. 2013 ; Chevalier 2014). Je me suis intéressée à l’élection de cette ville pour y passer de quelques jours à quelques semaines par année, à la manière dont ces résidents par intermittence créaient des liens avec leur environnement urbain et leur voisinage, et comment ils inscrivaient ce lieu dans les autres espaces dans lesquels ils habitent. Leur statut social et leurs origines nationales leur permettent, certes, cette mobilité et cette possibilité de créer plusieurs « chez soi », dans une circulation de pratiques et de représentations qu’il convient d’appréhender.

Quelques données quantitatives permettent de présenter le contexte général de cette double résidence en France, même si pour comprendre ce phénomène, il faut aussi l’inscrire dans un contexte historique et social plus large, que je n’ai pas la possibilité de le développer vraiment ici. J’examine ensuite les liens entre maisons de campagne et résidence principale urbaine. Je fais là l’hypothèse d’un lien entre la pratique de la résidence secondaire et le système de parenté. Enfin, je mentionne les étrangers qui possèdent ou conservent des logements à Paris comme pieds-à-terre, une résidence secondaire urbaine. En conclusion, je propose quelques pistes de réflexion sur mobilité et stabilité.

QUELQUES CHIFFRES

En 2018, la France métropolitaine compte près de 36 millions de logements, dont 82% sont des résidences principales et 10% de résidences secondaires2 (et 8% logements vides) (Arnold 2018). La grande progression de ces vingt dernières années est celle des logements vacants. Il faut noter que 58% des ménages est propriétaire de sa résidence principale. L’habitat individuel représente 56% des logements, la France se situe donc dans la moyenne européenne qui est 59%. La maison individuelle est donc majoritaire parmi les résidences principales comme secondaires, cependant l’habitat collectif augmente dans les deux catégories et en particulier pour les résidences secondaires. En effet, depuis 2013, la tendance s’est inversée, et la construction de logements collectifs augmente plus vite que celle de logements individuels.

La part des résidences secondaires est en légère augmentation depuis dix ans et celles-ci se situent majoritairement dans les zones rurales et dans les petites villes (moins de 100.000 habitants), après avoir connue une forte baisse dans les années 1990. En réalité, leur nombre varie sensiblement d’une décennie à l’autre, ce qui montre l’influence de la situation économique nationale sur la résidence secondaire qui est utilisée comme un élément d’ajustement dans les budgets des ménages, même si leur nombre reste toujours important. Il en va de même pour les résidences secondaires détenues par des étrangers : ma recherche parisienne a montré que la nationalité des acheteurs, dépend des aléas socio-économiques internationaux, ce qui entraîne un turnover important surtout dans les biens immobiliers de prestige. Cependant mon expérience ethnographique de Paris et de ses résidents secondaires étrangers montre que ces chiffres sont à prendre avec des précautions, la destination et l’occupation des logements sont parfois compliquées à saisir avec précision, sans données qualitatives.

CHEZ SOI A LA CAMPAGNE?

Depuis l’après-guerre, de nombreux citadins français – et ceci sans grande distinction de classes sociales – comme les chiffres mentionnés précédemment le montrent – ont cherché à être propriétaire ou sont propriétaires d’une résidence secondaire à la campagne, sur les littoraux ou encore à la montagne. Ces résidences héritées ou achetées ne sont pas destinées à être occupées à l’année. Dans ce projet de double résidence – voire plus, l’habitat urbain est la résidence principale, et l’autre est le lieu où l’on se retrouve pendant les vacances, elle symbolise souvent les retrouvailles familiales. Le propos serait plutôt l’ancrage symbolique de la lignée dans l’espace matérialisé d’une maison dont ils seraient les propriétaires, pour reprendre une expression utilisée par Annette Weiner pour décrire les relations de propriété dans la société maori (1985). Ce phénomène de citadins qui conservent des maisons héritées à la campagne peut sûrement être mis en relation avec l’histoire de ce pays, qui s’est industrialisé relativement tardivement si on le compare à la Grande-Bretagne par exemple. Ce n’est qu’entre les deux guerres, que le monde agricole va commencer à décliner et les campagnes se dépeupler, processus qui va s’accélérer après 1945 (Mendras 1971, Weber 1976), moment où la paysannerie va cesser de constituer la moitié de la population française. Et la campagne va donc devenir aux yeux de la plupart des Français, un espace de loisirs plutôt que de production.

Pourtant cette représentation n’est pas tout à fait la même que celle de la bourgeoise suédoise du 19ème siècle décrite dans les pièces de Strindberg, la maison de campagne comme paradis estival, et analysé par Frykman and Löfgren (1987); ou encore qui va se développer en Grande-Bretagne (Thomas, 1983), c’est-à-dire un sentiment romantique de la nature, que l’on retrouve aussi dans le rapport aux animaux et ensuite à l’alimentation3. En effet, pour de nombreux citadins français, la campagne reste encore un lieu de mémoire ou d’histoire familiale, attaché à une activité agricole des grands-parents ou arrières-grands-parents.

Bien sûr ce lien se transforme au fil des générations: lorsque j’avais conduit ma recherche à la fin des années 80, début des années 90, dans la banlieue parisienne, de nombreux habitants avaient hérité d’une maison dans laquelle ils avaient grandi. Ceux qui avaient plus de 50 ans faisaient parties des premières générations qui étaient venues s’installer autour de Paris pour y travailler. Et donc le lien qu’ils avaient avec la campagne et leur maison familiale était encore bien vivant.4

Madame Lemant était déjà âgée quand je l’ai rencontrée au début des années 90 ; elle avait travaillé toute sa vie dans une usine à Nanterre. Elle possédait une maison de famille avec ses frères et sœurs dans les Ardennes, dans laquelle personne n’habitait. Celle-ci était en mauvais état car elle avait subi des dommages durant la dernière guerre. Aucun membre de la famille n’avait d’argent pour la réparer, pourtant ils avaient décidé la garder avec son mobilier d’origine. Personne n’y passait ses vacances à cause du manque de confort. Madame Lemant m’en parlait souvent en m’en donnant des descriptions détaillées. Il n’était pas question de la vendre.

Cette maison avait été héritée avec son contenu: d’autres récits ont montré qu’il est rare de déménager de l’ameublement et des objets vers la résidence principale, tant le mobilier fait “corps” avec l’immobilier. Parfois, il y a bien sûr des raisons pratiques : faire entrer un buffet breton dans un petit appartement parisien tient du challenge…et les goûts ont changé.

Ce lien entre le contenant et le contenu conduit à interroger notre distinction entre la propriété mobilière et immobilière. Annette Weiner désigne certains objets comme était des richesses inaliénables, dans notre cas des meubles et objets qui deviennent “immobiles” car ils ne peuvent pas être détachés de leurs origines. Ils appartiennent à leurs propriétaires d’origine – ceux qui ont élaboré ce décor et qui ont vécu dedans – et ils sont, pour la plupart, imprégnés d’affection (Dassié 2010). Ils rendent le passé présent par leur dimension matérielle.

Weiner distinguait deux types de possessions inaliénables : celles qui ne devaient jamais circuler et d’autres qui, sous certaines circonstances, pouvaient être confiées comme des prêts. La maison de famille et son contenu seraient alors des possessions confiées à une génération, comme un prêt, à transmettre à la suivante. Chez les Maori, pierres et os ancrent le lignage dans un lieu particulier, qui assure matériellement les droits des descendants. Dans le cas français, la maison de famille fonctionne un peu comme les pierres et les os sacrés des Maori: elle ancre la famille, la lignée dans un lieu spécifique. Mais le marché permet de créer des “pierres” et des “os” lorsqu’on n’en a pas hérités. Sans compter que notre système de transmission permet d’avoir plusieurs lieux d’ancrage, suivant la lignée paternelle ou maternelle.

La résidence secondaire, considérée comme une maison de famille, un lieu de retrouvailles familiales, incarne un certain idéal de continuité et de sécurité le long des générations. La vente de ces lieux, soit pour des raisons financières soit le plus souvent à cause de conflits entre héritiers, est décrite comme un vrai déchirement, un vrai crève-cœur.

Je vais contraster ce que je viens de présenter avec une étude d’un autre type de résidence secondaire, urbaine, parisienne, qui concerne les étrangers. Je l’ai conduite avec deux collègues – sur appel d’offres de la mairie de Paris – à la fin des années 2000 (Chevalier&al 2013). Si la question de la résidence secondaires à la campagne (Barou, Prado 2000) a été bien étudiée par les sciences sociales, mais elle l’a été rarement, et que récemment, pour les grandes villes. Toutes les études avaient aussi noté d’ailleurs le caractère international des achats de résidences secondaires dans la France rurale.

UN PIED-A-TERRE A PARIS

Dans cette recherche, nous avions bien distingué les étrangers, qui achètent ou louent des logements à Paris, des Français. Même si, tous sont souvent issus des classes moyennes et prennent la décision d’une résidence secondaire urbaine vers la fin de la cinquantaine. La comparaison s’arrête là : car les Français le font le plus souvent en lien avec des raisons familiales, ce qui n’est pas du tout le cas des étrangers. Soit ce sont des Parisiens qui décident, à la retraite, les enfants partis, de quitter Paris et de transformer leur résidence secondaire en principale, mais en conservant leur logement dans la capitale ; soit des provinciaux qui achètent un studio ou un petit appartement pour permettre à leurs enfants d’y venir étudier – ils peuvent aussi l’utiliser pour des séjours touristiques.

Ainsi la différence majeure dans les représentations de Paris, entre celles des résidents secondaires étrangers et celles des Français, porte sur la place de la parenté, et surtout des enfants dans ce projet. Comme pour la résidence secondaire rurale, l’appartement/studio parisien s’inscrit dans une stratégie familiale qui favorise l’accès à la capitale, lieu de la centralité politique, économique et culturelle dans un pays qui reste très jacobin, et qui surtout concentre parmi les meilleures institutions d’éducation. Il est donc toujours bon d’avoir un « pied » à Paris. Alors que les étrangers achètent un appartement parisien dans un projet de couple qui n’inclut que très rarement les enfants.

Hillary et son mari, américains dans la cinquantaine, ont acheté avec quatre autres couples un appartement derrière les Champs Élysées avec un système de partage du temps organisé par un ami avocat de New York, pour qui il s’agissait surtout d’un investissement et qui ne vient jamais à Paris. Au contraire des trois autres couples qui utilisent régulièrement l’appartement (et la voiture). Le règlement fixé pour cet appartement interdit aux enfants des couples de l’utiliser.

Cela va rarement jusque là, mais clairement, ces appartements parisiens sont d’abord des projets de couples, même s’ils peuvent être prêtés et circuler au sein d’un cercle amical ou de la parenté. Ainsi un couple italien expliquait qu’il avait prêté leur petit appartement du 5ème arrondissement au fils d’un ami pour son voyage de noces. Même s’ils sont attachés à leur pied-à-terre parisien, ils n’hésiteraient pas à le vendre si nécessaire et peu d’entre eux envisagent de le transmettre ou du moins, ils n’y attachent pas grande importance.

Les deux exemples que je viens de donner montrent aussi qu’il n’y a pas un type de résidence secondaire à Paris, cela va du studio-chambre de bonne au grand appartement luxueux avec domestique et voiture dans le garage comme pour le couple américain mentionné plus haut. Cependant un trait commun à ces résidents secondaires est qu’ils possèdent leur résidence principale et qu’ils sont aussi souvent propriétaires ou copropriétaires d’une maison familiale, d’un appartement de vacances, en bord de mer ou à la montagne, en plus de celui qu’ils ont acquis à Paris. Donc ce dernier n’est que l’une de leurs résidences parmi d’autres, ce qui rend le terme “secondaire” un peu absurde…mais cela peut être aussi le cas avec les Français et leurs maisons familiales! Et souvent ils ont déjà passé du temps à Paris avant de se décider à acheter, et ils utilisent un réseau de compatriotes pour les aider (Chevalier, Lallement, 2014a).

Quant au choix du quartier de résidence, il est en lien avec la représentation de la ville: car choisir de venir résider quelques mois à Paris, c’est moins chercher à découvrir la capitale et ses quartiers qu’à les reconnaître et ainsi confirmer l’idée qu’on se fait de cette ville. En effet, le plaisir d’habiter la capitale réside souvent moins dans la découverte de nouveautés que dans la reconnaissance d’un Paris déjà familier, confirmant l’idée que ces résidents se font de la ville, la représentation qu’ils en ont, une image créée par des récits en tous genres : romans, films, campagnes de promotion touristique, photographies de mode ou encore publicités commerciales. Leur Paris entretient alors des liens avec le Paris touristique, le Paris des cartes postales. Mais aussi avec le Paris d’antan, sorte de réservoir à images. La fabrication de leur Paris obéirait donc à ce que Marc Augé (1997) a appelé la logique de reconnaissance : à chaque séjour, qui sont autant de rendez-vous, ils prennent plaisir à retrouver la ville, qui est aussi un peu leur ville. Pour le dire autrement, ces acquéreurs ne vont pas vers l’inconnu : ils veulent avoir un lien avec le quartier où ils achètent leur résidence.5, même s’il est imaginaire. Cette construction d’une représentation de la ville est possible grâce à la circulation des images et des récits sur Paris.

Ce rapport de reconnaissance identitaire à Paris s’exprime également dans les discours concernant le logement. Car cet imaginaire de la ville ne peut s’entendre en effet sans une autre référence, celle de l’appartement lui-même.  Certains résidents veulent un appartement « avec des fenêtres qui ont des volets » car ce serait à ce genre de détail architectural que l’on reconnaîtrait un appartement typiquement parisien, tandis que d’autres insistent sur la présence de tomettes et de poutres apparentes comme indices de l’authenticité de l’habitation. Une telle identification de l’appartement parisien rappelle la maison basque à partir de laquelle Barthes (1954) a forgé son concept de « basquité ». Une maison qui tient son caractère basque non pas à la présence d’éléments substantiellement basques, mais au regard extérieur qui lui est porté et la construit, par un processus d’exotopie, comme typiquement basque. Il y aurait alors une parisianité de l’appartement parisien, c’est-à-dire une sorte d’ethnicité qui ne se révélerait que dans le déplacement que les acteurs lui font subir. Certains résidents secondaires veulent « une vue sur les toits de Paris » à l’instar de l’universitaire milanais rencontré, sans trop se soucier de l’intérieur de l’appartement, insistant sur le caractère provisoire, improvisé voire fonctionnel du logement, préférant investir leur temps dans des activités extérieures. Alors que d’autres privilégient au contraire le charme intérieur du logement, prenant le temps de bricoler et de le décorer, et de ramener parfois des objets d’autres lieux de résidence, tissant un lien entre les différents espaces de vie.

Les résidents étrangers aiment donc Paris et son image, mais aussi la vie parisienne qu’ils performent en quelque sorte : aller prendre un café en terrasse en lisant Le Monde ou acheter du pain et du fromage ; mais d’autres fois dans sa forme la plus banale et triviale : aller chez Leroy Merlin ou encore éviter d’aller dans un musée au moment de pointe touristique. Une manière aussi pour eux de mettre à distance la figure du touriste à laquelle on les associe parfois, à leur grand regret. Malgré leur désir de vivre « à la parisienne », nos résidents secondaires n’en partagent bien évidemment pas les contraintes horaires et ils se construisent un quotidien souvent à leur guise, ce dont ils ne sont d’ailleurs pas dupes (Chevalier, Lallement, 2014a). Une vie à Paris un peu en suspension donc, sans véritable engagement, ce à quoi ils tiennent d’ailleurs. La place de la langue française et le fait de la maîtriser ou pas jouent aussi un rôle important dans la relation à la ville. Malgré tout, la figure de l’autochtone, en l’occurrence du Parisien, est au cœur de l’expérience urbaine de ces résidents. Il s’agit bien d’être Parisien par intermittence, voire de « jouer au Parisien ». Ni habitant permanent, ni touriste, le résident secondaire étranger est « une figure de l’entre-deux » comme l’avait déjà noté Urbain (2002), semi-permanente et semi-absente, « une population flottante, ni étrangère, ni indigène ».

Pourtant, malgré leur mobilité, l’existence de plusieurs lieux possibles de résidence, nos interlocuteurs sont de quelque part, où ils se sentent chez eux, « stables », qui est leur ancrage familial et social, voire politique (citoyenneté). Ils ont tous une appartenance à un territoire, ils considèrent qu’ils ont une résidence qui est bien leur principale et qu’elle se trouve dans leur pays d’origine.

La construction des identités s’inscrit toujours dans la stabilité et le mouvement, termes dont les significations peuvent être prises dans leur dimension d’expériences sensorielles, physiques de l’espace.  Ainsi les identités ne se construisent plus seulement dans l’espace national (si tant est que cela ait été le cas), même si le pays (ou la nation) reste encore un référent essentiel dans nos sociétés occidentales, certainement parce qu’il est lié à la citoyenneté, mais aussi à l’histoire intime de chacun.

QUELQUES REMARQUES CONCLUSIVES

Nous avons vu que réfléchir sur la relation entre les « différentes maisons », c’est s’interroger sur le mouvement et la stabilité. A travers nos deux cas d’études, j’ai essayé de poser des jalons pour penser l’articulation entre la mobilité et l’ancrage spatial dans nos sociétés, dans une dimension historique.

La « seconde » maison est souvent localisée dans un lieu qui a une signification pour soi : pour son histoire familiale ou personnelle (maison héritée, lieux de vacances ou d’origine) ou alors une signification construite par la circulation des images et des représentations de ce lieu qui fait qu’on le reconnaît plus qu’on le découvre, et souvent par une expérience préalable. Et elle s’inscrit dans un certain nombre de stratégies : la première dans une stratégie familiale et l’autre dans une histoire de couples.

Alors, qui a deux maisons perd sa raison ? Pas nécessairement, car cette circulation permet d’exprimer son identité entre « mêmeté et changement », d’un être-au-monde à la fois enraciné dans un lieu spécifique et en mouvement, et de multiplier les expériences d’habiter, et de vivre en général.6.

Bibliographie

ARNOLD, Céline, Le parc des logements en France au 1er janvier 2018, INSEE Focus, 2018, n°126.

AUGE, Marc, L’impossible voyage. Le tourisme et ses images, Paris, Payot&Rivages, 1997.

BARTHES, Roland, Mythologies, Paris, Seuil, 1954.

BAROU, Jacques, PRADO, Patrick, Les Anglais dans nos campagnes, Paris, 2000, L’Harmattan.

CHEVALIER, Sophie, « Transmettre son mobilier ? Le cas contrasté de la France et de l’Angleterre », Culture matérielle et modernité, Ethnologie française, 1996, XXVI, 1 : 115-128.

CHEVALIER, Sophie, « Destins de cadeaux » Les cadeaux : à quel prix? Ethnologie française, 1998, XXVIII, n°4 : 506-514.

CHEVALIER, Sophie, The French Two-Home Project. Materialization of Family Identity », Irene Cieerad (ed), At home. An anthropology of domestic space. New-York, Syracuse University Press. 1999: 83-94.

CHEVALIER, Sophie, « The Cultural Construction of Domestic Space in France and Britain”, SIGNS : Journal of Women  in Culture and Society, University of Chicago Press, 2002, vol.27, n°3: 847-856.

CHEVALIER, Sophie, « Construire son propre univers : décors domestiques comparés en France et en Angleterre », in HARISMENDY Patrick et GAUDIN Solène. Vivre la rénovation, les nouvelles façons pratiques d’habiter, Saint-Brieuc, 2013 : 125-141.

CHEVALIER, Sophie, « Two homes: revisiting a French type of dwelling », In: Christiane CANTAUW, Christine, CAPLAN, Anne and TIMM, Elisabeth. Housing the Family. Locating the single-family home in Germany, Berlin,

CHEVALIER, Sophie, LALLEMENT Emmanuelle, CORBILLE, Sophie, Paris résidence secondaire. Enquête chez ces habitants d’un nouveau genre, Paris, 2013, Belin, Collection Anthropolis, 159 pages.

CHEVALIER, Sophie, LALLEMENT Emmanuelle, « La ‘parisianité’ comme patrimoine partagé. La ville, ses résidents secondaires et son mythe », in DE SAINT-PIERRE Caroline. La mise en jeu du patrimoine dans la configuration de la ville d’aujourd’hui, Rennes, 2014a, Presses Universitaire de Rennes : 73-87.

CHEVALIER, Sophie, LALLEMENT Emmanuelle, « La résidence secondaire à Paris : un exemple de multirésidentialité à l’heure de la globalisation », in HAMMAN, Pierre, BLANC, Maurice, DUCHENE-LACROIX, Cédric, FREYTAG, Tim, KRAMER, Caroline. Questionner les mobilités résidentielles à l’aune de la multilocalité, Strasbourg, 2014b, Néothèque : 323-336

DASSIE, Véronique, Objets d’affection. Une ethnologie de l’intime, Paris, 2010, CTHS.

FRYKMAN, Jonas, LÖFGREN, Orvar,  Culture Builders. A historical anthropology of middle-class life, New Brunswick, London, 1987, Rutgers University Press.

MENDRAS, Henri, La fin des paysans: changement et innovations dans les sociétés rurales françaises, Paris, 1971, Armand Colin.

THOMAS, Keith, Man and the natural World. Changing Attitudes in England 1500-1800, London, 1983, Penguin Books.

URBAIN, Jean-Didier, « Le résident secondaire, un touriste à part ? », Ethnologie française, 2002, vol. 32, n°3 : 515-520.

Weber, Eugen, Peasants into Frenchmen: the modernization of rural France, 1870-1914, Stanford, 1976, Stanford University Press.

WEINER, Annette, “ Inalienable wealth”, American Ethnologist, 1985, XII (2), 210-27.


Crédits photographiques : Photo by HENCE THE BOOM on Unsplash

  1. Eric Rohmer, dans Les Nuits de la pleine lune (1984) : « Qui a deux femmes perd son âme, qui a deux maisons perd sa raison ». []
  2. Attention, beaucoup de ces résidences secondaires sont en copropriété, au moins appartiennent à un couple ! []
  3. Les premiers mouvements pour une alimentation végétarienne se sont aussi développés en Grande-Bretagne. []
  4. Dans mon enquête en banlieue parisienne, j’ai rencontré soixante habitants dont j’ai visité les intérieurs et parmi eux, une trentaine possédait une résidence secondaire. []
  5. Bien sûr des raisons financières conduisent à réduire ses ambitions et à choisir un arrondissement plus périphérique que l’on ne connaît pas. []
  6. Si ces expériences de la mobilité nous semblent légitimes, nous ne les considérons pas nécessairement de la même manière pour d’autres êtres humains en mouvement, comme les migrants… []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search