Les tuiles en Provence : de l’artisanat à l’industrie

Par Christian Bromberger, Professeur émérite d’ethnologie, Aix-Marseille Université .

Théophile Gautier dans ses Portraits contemporains s’extasie en ces termes devant un tableau de Charles de Laberge.

« Il y avait dans ce tableau un grand toit de tuiles qui était bien la chose du monde la plus miraculeuse : chaque tuile était étudiée individuellement et faisait portrait, vous n’en auriez pas trouvé deux pareilles : celle-ci était rouge, celle-là rose, et l’autre, plus ancienne ou plus cuite, prenait des tons de bistre ; quelques-unes étaient tachées par la pluie, quelques autres présentaient des plaques de lèpre moussue que le temps et l’humidité donnent aux vieux toits ».

Comment mieux exprimer la diversité des tons et des nuances formelles de tuiles provenant de la fabrication artisanale1, une diversité qui contraste avec la monotonie et la monochromie des tuiles industrielles ? Récapitulons les étapes de cette évolution et les stratagèmes utilisés aujourd’hui pour renouer avec l’esthétique involontaire du passé.

Jusqu’au début du XXème siècle, dominent en Provence de petites entreprises à l’activité saisonnière (il faut que les tuiles sèchent avant d’être enfournées), gérées familialement par des tuiliers paysans, employant éventuellement deux ou trois ouvriers. Des entreprises un peu plus grandes produisent, outre des briques et des tuiles, toujours associées, de la poterie commune (terraio).

Carte 1: Les implantations des tuileries en Provence au milieu du XIXe siècle

La carte de la répartition de ces établissements au milieu du XIXème siècle montre la densité de ces tuileries artisanales dont les débouchés s’amortissent aux limites de la commune ou du « pays « . La diversité des formes et des couleurs qu’apprécie tout particulièrement Théophile Gautier provient de la diversité des modules, des qualités de l’argile, de l’intensité de la cuisson variables selon les lieux et les lots.

Avant d’aller plus loin, distinguons les tuiles creuses qui recouvrent les habitations rurales de la région des tuiles romaines qui demeuraient les matériaux de couverture au Moyen-Âge. La couverture romaine était composée de deux éléments : la tegula, plate, et l’imbrex, semi-tronconique venant recouvrir les rebords jointifs de deux tegulae. La tuile creuse apparaît comme la synthèse des deux éléments de la couverture romaine : de l’imbrex elle a repris l’arrondi, de la tegula la forme trapézoïdale qui s’est imposée à partir des Xème et XIème siècles.2. On distingue ainsi la tuile de courant (teule canau, gorgo dans la région marseillaise) de la tuile de couvert (la cuberto ou cabussèllo). Tuiles de courant et de couvert qui se chevauchent sont doublement inversées : la plus grande largeur des premières est vers le haut, celle des secondes vers le bas ; les premières présentent leur face concave, les secondes leur face convexe.

Figure 1: tuiles creuses

Le succès de la tuile creuse tient à cette plasticité, à sa facilité de pose mais aussi à ses faibles exigences de calibrage : « toutes les tuiles, même différentes par leurs dimensions et par leur courbure, pouvaient être utilisées dans la même couverture ».((C. Bromberger, J.Lacroix et H. Raulin, L’architecture rurale française, Provence, Die, Éditions À Die, 1999 (rééd.) (p. 57). ))

Le façonnage de l’argile pour obtenir cette courbure a donné lieu à une belle légende colportée par les maçons de la région : les femmes auraient modelé l’argile sur leurs cuisses, d’où les disparités de format. Les faits sont plus prosaïques : les tuiles creuses (figure 1) mesurent entre 43 et 60 cm de longueur, ce qui correspond à l’ancienne coudée, elle-même variable selon les régions de Provence, et  excède la taille moyenne des cuisses féminines; de plus, on voit mal comment on aurait pu se dérouler techniquement l’opération.

En fait, l’argile, une fois pourrie, broyée, criblée, trempée, pétrie en « pastons », puis découpée, était étendue dans un moule de forme trapézoïdale ; à l’aide d’une pointe en fer on décollait du moule les bords de la tuile et en tenant le moule par le manche on faisait glisser la tuile, sans la toucher, sur une forme (figure 2) qui donnait l’arrondi souhaité à la plaque trapézoïdale.

Figure 2 : formes pour la fabrication des tuiles creuses.

Portée sur la forme, la tuile était acheminée jusqu’à l’aire de séchage où elle était posée par terre. La forme était alors retirée d’un coup sec de dessous la tuile. Dans cette séquence d’opérations c’est le transfert de la tuile à la forme qui demandait le plus de savoir-faire : décoller la tuile du moule sans la déformer tout en la déplaçant latéralement et en étant prêt à la recevoir sur la forme nécessitait un tour de main qui faisait du façonnage une tâche qualifiée. Le séchage nécessitait aussi un savoir-faire particulier ; il fallait tenir compte de la qualité de l’argile (les terres maigres sèchent vite, les terres grasses, convenant mieux à la fabrication des tuiles, sèchent lentement) ; si le séchage est trop rapide et énergique, les produits se fendillent. Il fallait, dans ce cas, recouvrir les tuiles de claies de roseau ou de paillons, bref prendre toute une série de précautions pour que les tuiles « atteignent un degré de siccité convenable »3.

 L’enfournement, en faisant alterner des couches de briques formant planchers et des couches de tuiles rangées verticalement, la conduite du petit feu, du grand feu et du refroidissement qui doit être assez long pour que les tuiles ne se craquèlent pas sous l’effet du choc thermique, toutes ces opérations nécessitent savoirs et repères et ont des incidences sur la couleur, la forme, la qualité des tuiles. Ces incidences diffèrent selon que l’argile est calcaire ou ferrugineuse.

Figure3 : Tuiles vitrifiées avant coulée en raison d’une combustion trop forte.

Une argile calcaire peu cuite (en deçà de 900°) donne des produits qui sont d’un rouge assez soutenu. De  900 à 1050° on obtient des produits beiges ou rosés d’autant plus clairs qu’ils sont plus cuits. A partir de 1100° les produits deviennent verts et se contractent sous l’effet de la vitrification (figure 3). Les argiles ferrugineuses supportent des températures plus élevées et sont d’autant plus foncées qu’elles sont plus cuites.

Ces différences de module lors du façonnage, de qualités de l’argile, de modes de cuisson, de retrait lors du séchage ou du passage dans le four expliquent que la couverture d’un toit refaite avec des lots de diverses provenances présentent un tel chatoiement. Mais la mise en œuvre par le maçon de tuiles de modules différents ne pose pas, comme on l’a dit, de problème particulier, le pureau (figure 1) pouvant être plus ou moins important ; le recouvrement des tuiles de couvert sur les tuiles de courant se fait, en général, au tiers de leur longueur mais l’artisan peut jouer sur ce principe en fonction de la taille des tuiles dont il dispose. Parmi les savoir-faire du tuilier comme du maçon, notons ceux qui relèvent de l’ouïe ; il faut faire » dinder « , c’est-à-dire s’entrechoquer, les tuiles ; celles-ci doivent « sonner clair » et non pas « catalan », c’est-à-dire nasiller.

La tuile ronde de fabrication artisanale est le matériau de couverture dominant, voire exclusif, jusqu’à la fin du XIXème siècle. L’industrialisation va entraîner d’importants changements dans la fabrication de ce type de tuile mais, fait significatif, l’extraction de l’argile n’a été mécanisée dans les petites unités de production que tardivement. Tel fut le cas dans la tuilerie Savouillan à Banon qui a arrêté de fonctionner en 1979 ; la pelleteuse mécanique n’a été introduite que vers 1960. Pourquoi ? Une extraction à la pioche et à la pelle permet d’écarter les petites pierres qui à la cuisson se transforment en chaux ; or ces points de chaux provoquent des éclats dans les tuiles et, à ce titre, sont redoutés par les maçons. En dehors de l’extraction de l’argile, la mécanisation de la production a entraîné des changements importants dans la chaîne des opérations. Le concassage est effectué par un brise-mottes et par un broyeur à marteaux, entraînés, tout comme les autres dispositifs, par des courroies reliées à un moteur ; l’argile est ensuite mouillée par aspersion le long d’un convoyeur qui l’achemine vers la mouleuse ou extrudeuse mécanique .

Figure 4 : filière à tuile creuse.

C’est là l’innovation majeure ; cette extrudeuse4 comporte une vis sans fin qui presse l’argile au travers d’une filière ; des fils d’acier coupent ensuite la tuile à la longueur voulue. On a utilisé ce dispositif, plus ou moins perfectionné, dans les petites entreprises qui se sont éteintes dans les années 1970 ainsi que dans de grandes unités industrielles complètement automatisées comme dans l’usine des Milles 2 à Aix (le site des Milles a été fermé en 2006).

La construction de séchoirs couverts, voire chauffés et ventilés, ont mis un terme, partiel au moins, au chômage hivernal des tuileries et contribué à l’uniformisation des produits. Deux types de four correspondent chacun à une période  d’industrialisation : dans la seconde moitié du XIXème siècle et la première moitié du XXème siècle, c’est le four Hoffmann qui est le plus souvent utilisé ; c’est un four ovale à fonctionnement continu, comportant plusieurs chambres utilisées successivement.

Figure 5 : schéma d’un four Hoffmann.

Pour la première fois, les fours Hoffmann ont fourni des briques et tuiles de qualité à peu près constante, tandis que les briques et tuiles cuites dans des fours à chambre unique en usage précédemment étaient différentes à chaque cuisson. C’est encore deux fours Hoffmann qui étaient utilisés pour la cuisson des tuiles creuses et des carreaux dans l’unité des Milles I jusqu’à sa fermeture. Mais le dispositif utilisé dans l’usine des Milles 2 à partir de 1979 est de nature tout à fait différente. Après l’extrusion et la découpe, les produits verts sont empilés automatiquement et convoyés vers un séchoir où ils circulent et sont soumis à une ventilation à une température croissante et à un degré hygrométrique décroissant. Secs en huit heures, ils sont placés sur des wagons qui traversent un four tunnel et passent successivement dans un pré-four, un avant-four, un plein four et une zone de refroidissement rapide. Les températures (1000°dans le plein four) sont obtenues avec une précision de l’ordre de 5° alors que dans le four Hoffmann les différences de température peuvent être de 50°. Ces améliorations contribuent à l’homogénéisation des lots de tuiles. Pour éviter cette uniformité chromatique que récuse le goût contemporain, on panache des tuiles teintées dans la masse issues de lots différents ou encore on pose des tuiles vieillies (par exemple, par projection, avant la cuisson, d’un voile irrégulier de peinture).

Figure 6 : tuile Martin.

Cette uniformité, qui est perçue aujourd’hui comme un handicap esthétique, a au contraire été valorisée pendant la phase d’euphorie industrielle qui a couru du milieu du XIXème siècle au milieu du XXème siècle. L’emblème de cette révolution industrielle, c’est la tuile mécanique à emboîtement. Elle est inventée par les frères Gilardoni à Altkirch (Alsace) en 1840. Elle est introduite et développée à Marseille dans les années suivantes, sous la forme en particulier de la tuile Martin . 

Avec un poids au m2 de moins de quarante de kilos (la moitié de celui d’une couverture en tuiles creuses) et 13 à 15 éléments au m2 (contre 35 à 40 pour la tuile creuse), elle est économiquement très avantageuse. Elle est révolutionnaire par sa fabrication, par sa mise en œuvre, par sa diffusion. Elle est mise en forme par une presse mécanique alimentée en galettes provenant de la malaxeuse-extrudeuse (figure 7, 8) ; le séchage est accéléré grâce à la construction de séchoirs au-dessus des fours (figure 9). Ce sont des fours Hoffman à fonctionnement continu.

Figure 7 : Alimentation des presses sur un convoyeur à tapis roulant.
Figure 8 : L’ouvrier décolle la tuile pressée qui va être acheminée vers le séchoir.
Figure 9 : Séchoirs au-dessus des fours, Saint-Henri, Marseille.
Figure 10 : Carrière de Saint-Henri, Marseille, début du XXème siècle.

Cette industrialisation s’accompagne d’une modification des structures de production : c’est la grande entreprise, installée dans le bassin de Séon (figure 10) à Marseille et regroupant de 30 à 200 personnes. La tuile plate mécanique est stockée (figure 11) puis expédiée de Marseille (figure 12) comme fret de retour (pour lester les bateaux retournant vers les colonies ou les pays étrangers) à raison de 200 000 tonnes par an au début du XXème siècle, elle est distribuée sur les cinq continents (figure 13).

Figure 11 : Stockage des tuiles
Figure 12. Embarcadère de Mourepiane, Marseille, d’où étaient expédiées les tuiles, début XXème.
Figure 13. Exposition des-produits fabriqués par les Tuileries de Marseille dans les colonies.

Figure 14. Tuile romane.

Cette tuile que l’on a baptisée « tuile universelle » symbolise le modernisme et l’industrialisme. L’après-guerre récuse ce modèle universel et valorise le retour à l’ancien et au régionalisme. Une synthèse entre industrialisme et régionalisme est proposée en 1948 par deux architectes d’Auch, la tuile romane (figure 14) ; de la tuile creuse, elle reprend le profil arrondi, de la tuile plate mécanique la distribution des cannelures et nervures d’emboîtement. Il en faut 13,5 pour couvrir un m2, contre 35 à 40, rappelons-le pour la tuile creuse. Mais ce n’est là qu’un succédané du matériau originel.

Encore aujourd’hui la tuile creuse est l’élément de couverture dominant des maisons individuelles. Sans doute le goût pour l’ancien et le rustique s’est-il émoussé au fil des ans et la publicité des années 1980 apparaît bien vintage : « Par ton aspect, toi la tuile, la tradition millénaire te reconnaît pareillement confortable, rassurante, harmonieuse » ou encore « Une tuile, une vraie tuile belle comme l’éternelle tuile canal que l’on pose depuis des siècles ». Mais la tuile creuse ou canal, posée sur de nouveaux supports, l’onduline ou flexoutuile, demeure le matériau de référence, comme si l’industrie avait dû plier devant le modèle artisanal.

Ce texte est issu d’un travail mené en 1981 et 1982 par Christian Bromberger, Alain Chenu et Anne Massion. Cette étude a donné lieu à un rapport, La tuile en Provence. Production, distribution, consommation, Délégation régionale à l’architecture et à l’environnement Provence Alpes et Côte d’Azur et Syndicat des fabricants de tuiles, briques et carreaux de Provence Côte d’Azur, Corse, 1982.5.

Crédit photographique : image à la une par Antoine on Flickr, licence CC.

  1. « Artisanal » ne doit pas être confondu avec » fait main », comme c’est souvent le cas, par exemple dans la définition donnée par l’UNESCO ; pour cette institution un produit est artisanal si « la contribution manuelle directe de l’artisan demeure la composante la plus importante du produit fini « . En fait, comme l’explique Leroi-Gourhan (1971 : 42) l’artisanat, qui peut être isolé ou groupé (en atelier), désigne un mode d’organisation sociale de la production technique. Le garage, où on remplace des pièces plutôt qu’on ne les répare avec habileté manuelle, est une entreprise artisanale. []
  2. J.-.L. Massot, Maisons rurales et vie paysanne en Provence, Paris, Serg, 1975 p.32 []
  3. (Villeneuve-Bargemon (de), Statistiques du département des bouches du Rhône t. 1, Marseille, Ricard, 1821-1829 p. 549). []
  4. Le musée de Salagon a recueilli et exposé cette extrudeuse en 2018 []
  5. la plupart des images utilisées sont issues de cet ouvrage, note de l’auteur []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search