D’un monde à l’autre ou l’expérience matérielle et mémorielle de la mobilité

Par Anne Monjaret, directrice de recherche, CNRS, IIAC (EHESS-CNRS).
Valise militante de Manuel Tavares -Musée national de l’histoire de l’immigration, Palais de la Porte Dorée Paris, © Photo Lorenzô

La thématique de la mobilité n’est pas nouvelle dans les travaux notamment d’anthropologie. Elle traverse les miens sur la société contemporaine française depuis un certain nombre d’années. Je me suis intéressée à de multiples situations de déplacements choisis ou subis – déménagement, mobilité pendulaire, immigration – et à leurs expressions autant ordinaires que muséales (Desjeux et al. 1998 ; Monjaret 2005, 2008, 2012 ;Guillard et Monjaret 2014 ; Guillard et Monjaret 2014 a et b ; Monjaret et Roustan 2015). C’est sous l’angle de la culture matérielle que s’est très vite focalisée mon approche pour étudier la circulation des humains et des choses, des humains avec des choses.

Il s’agira ici d’interroger l’expérience matérielle de la mobilité principalement lors du passage d’un lieu à un autre, d’un monde à l’autre pour dégager les logiques communes à tous ces déplacements. Que provoquent les déplacements ? Quels sont ces objets déplacés ou de déplacement ? Quels rôles ont-ils ? Comment sont-ils (re) présentés ?

1. Passer entre deux mondes : l’ancrage des objets pour panser le trouble d’un ordre

Se déplacer nécessite, quelles que soient les circonstances, de passer d’un monde à l’autre. Ce passage implique l’existence d’un entre-deux qui marque la séparation géographique et temporelle entre les deux mondes. Cette séparation ne rend pas toujours aisée l’idée de partir, et ce même s’il s’agit d’un déplacement ordinaire avec un retour. Cet entre-deux conditionne des représentations et des pratiques souvent associées au voyage mais un voyage qui n’est pas non plus sans provoquer à un chambardement.

L’ordre du monde bouleversé

Dans ce contexte de mobilité, l’ordre matériel du monde semble bouleversé, au moins momentanément, au point de s’apparenter parfois à un véritable désordre. Et ceci parce que tout passage implique un changement, le « retournement des choses » et des êtres (Monjaret 2014) voire, selon l’interprétation d’Arnold Van Gennep, un changement de statut (Van Gennep 1909).

Dé-placer (changer de place), dé-ménager (sortir du logis) supposent une action dont la conséquence transforme l’ordinaire, voire le chamboule. Si le monde semble alors sens dessus dessous, il n’est cependant pas le « monde à l’envers », provoqué par un « désordre des choses » rituel, comme a pu l’observer Florence Weber lors des Mais en Bourgogne. En effet, à cette occasion, la nuit tombée, les garçons changent la place des objets, les parsemant dans les espaces publics (Weber 1988). Ils opèrent ainsi un désordre, comme pour mieux souligner l’ordre social réservés habituellement ces objets. Aux propriétaires de retrouver leurs biens disséminés, d’en reconstituer le puzzle, comme dans un jeu de piste.

Bien que le contexte de toutes ces expériences de déplacements des objets soient différentes (rituel, quotidien, etc.), un point commun entre toutes peut être dégagé : celui de l’existence d’un avant et d’un après, d’un ordre puis d’un désordre, et surtout l’existence d’un entre-deux, marqué par une zone d’incertitude qui semble nous fragiliser avant de nous transformer, une épreuve en quelque sorte.

Faire avec l’incertitude du passage

Cette fragilisation tient au fait que cette phase de l’entre-deux semble couper les individus concernés de leurs mondes (un pays, une maison, etc.) passés et à venir. Ils vivent une sorte de débranchement plus ou moins long, plus ou moins lourd psychologiquement, selon les motifs du déplacement. Cet espace-temps de l’entre-deux ne se raccroche, d’une certaine manière, ni au monde qu’ils ont quitté, ni à celui qui les accueille. Les individus en mouvement se voient contraints de n’être plus d’un monde tout n’étant pas encore de l’autre.

Cette situation provoque des inquiétudes, conscientes voire inconscientes. C’est à ce moment précis du passage que se révèlent les relations que nous entretenons à nos objets, et le sens des usages que nous en faisons.

Le syndrome de la tortue 

Partir s’effectue toujours accompagner de nos biens, précieux ou non, volumineux ou non, fonctionnels ou non. C’est ce que nous avons pu observer Valérie Guillard et moi-même dans une étude consacrée aux objets circulant entre le domicile et le bureau ( Guillard et Monjaret 2014 ; Guillard et Monjaret 2014 a et b). Ainsi, nous nous rapprochons de la tortue qui porte sa maison sur le dos.

Deux catégories principales d’objets se rencontrent alors : les transporteurs et les transportés. Les premiers sont ceux qui servent à déplacer d’autres objets : ce sont des contenants comme le portefeuille, le sac, la valise, le carton, la malle, la voiture, le camion, etc. ou ce sont des supports comme le corps. Les seconds sont ceux qui sont déplacés et qui sont contenus dans les premiers. Je ne chercherai pas ici à en faire leur énumération tant ils sont multiples. Ce qu’il faut retenir, c’est que dès lors que nous nous déplaçons, nous développons peu ou prou, ce que pourrait être qualifié un « syndrome de la tortue », autrement dit le besoin de ne partir jamais à nu.

Un paradoxe

Ce faisant, je m’interroge sur la compatibilité entre mobilité et accumulation d’objets. La mobilité pourrait plutôt laisser penser à une pratique d’allègement matériel, l’idée étant de ne pas être trop chargé afin de faciliter le passage. Qu’est-ce qui explique cette propension à l’accumulation d’objets dans le cadre d’une mobilité ? Comment alors expliciter ce paradoxe ? Pourquoi donc les individus ont-ils cette faculté à l’encombrement ? Pourquoi les individus sont-ils si attachés à leurs objets ? Peu importe le nombre, le poids, le volume de ces objets car ils ont un rôle bien précis, celui d’un ancrage. Je peux dire que la thématique de la mobilité m’a conduite paradoxalement à revenir sur celle de la sédentarité. L’étude des situations de mobilité permet de révéler le désir d’un ancrage voire plus, sa nécessité, mobilité et sédentarité fonctionnant alors en écho.

« Territoire minimal »

En effet, je formule l’hypothèse que tout déplacement, quel qu’il soit, entraine le besoin de se constituer un « territoire minimal », c’est-à-dire pour reprendre une définition que j’avais élaborée dans un article en 2005, alors que je travaillais sur les archives personnelles lors des déménagements résidentiels : « un capital minimum constitué des biens personnels dont font parties certains documents utiles, donc précieux. Ils deviennent un point d’ancrage matériel, une borne administrative et mémorielle mobile qui forme un patrimoine » (Monjaret 2005 p. 64). Cette définition pourrait convenir à tous objets déplacés. Leur matérialité contribue un repère de soi, avec ou à travers les autres. Mais pourquoi ?

Si les manières de se séparer, d’être séparé d’un lieu peuvent se penser, se vivre et se faire différemment, les objets sont dans cette phase l’unique attache matérielle. Toute circulation place les individus en situation d’entre-deux, une situation sans territoire fixe, sorte de non-lieu (Augé 1992). Cela provoque, comme je le disais précédemment, un sentiment d’incertitude qui a pour effet une fragilité de l’être (l’objet signifie l’attachement affectif), fragilité renforcée par la contrainte de l’abandon, d’une séparation d’avec des choses : par exemple, lors d’un déménagement, l’arbitrage du tri peut être difficile. Il y a des objets dont nous nous débarrassons par indifférence, par désintérêt, ou par obligation, il y a ceux qui restent sur le bord de la route et ceux également que nous perdons en cours de route (disparus, cassés, abimés), autant de situations que nous appréhendons. Ainsi, les objets qui nous accompagnent tout le long du voyage – le plus ordinaire soit-il – deviennent précieux, non pas qu’ils possèdent tous une valeur marchande, mais bien parce qu’ils ont une valeur fonctionnelle et affective et surtout ils sont ceux qui nous aident à passer.

« Pont »

Ces objets de la mobilité assurent le passage : ils participent, d’une certaine manière, à la formation d’un « pont » (passerelle) permettant de franchir les obstacles rencontrés sur le chemin, d’atteindre les « portes », pour reprendre la métaphore simmelienne (Simmel 1988). Nous comprenons mieux le rôle de la culture matérielle au moment de la séparation spatiale, de cet entre-deux. Ce rôle de passeur d’un monde à l’autre voit son sens renforcé dès lors qu’il est aussi associé à celui de passeur de mémoire.

Passeurs de mémoire

En effet, les objets sont porteurs d’une matérialité à partir de laquelle peuvent se cristalliser les mémoires (Halbwachs 1950). Cette matérialité peut contribuer à se souvenir des expériences de déplacements. Leur présence renvoie encore et toujours au passage. À la manière du chant du coquillage, ils peuvent évoquer le « large », le temps du « voyage » (ici métaphorique) avec ce qu’il a de positif mais aussi, dans certaines circonstances, de négatifs (Monjaret 2012). Les traces conservées sur les objets – salis, usés, abimés – témoignent des conditions de ce voyage. Les souvenirs des lieux et des personnes quittés, voire abandonnés ou perdus, trouvent un ancrage physique qui les enracine dans le temps, les fait durer au-delà de la phase d’entre-deux. Le passage effectué, une fois retrouvés une place, les objets continuent à agir comme repères mnémoniques, offrant une stabilité matérielle et affective. En devenant les passeurs de la vie des individus d’un monde à l’autre, ils les aident à faire une passerelle entre le passé et le présent, à préparer l’avenir, autant qu’à faire rupture ou à ne jamais oublier le passé, et surtout à construire leur propre rapport entre les mondes, tout en rappelant les transformations qu’a provoqué le voyage. Ainsi, tous ces objets de la mobilité, transporteurs et transportés, se présentent comme un héritage à préserver, un patrimoine à transmettre, traversant les générations. Ils sont les symboles de ce vécu particulier, les porteurs du poids de l’histoire. Certains plus que d’autres deviennent les symboles de ces expériences du déplacement.

2. (Re)présenter matériellement la mobilité et accompagner le travail des mémoires

Ces objets sont les témoins de nos déplacements, de nos éloignements géographiques (Weber 2014) et temporels (avec ou sans retour, avec attachement et détachement). À travers eux, les histoires de vie se déploient, faisant résonner des mémoires individuelles et collectives, celles des petites et grandes migrations. Elles appartiennent à une rhétorique quasi stéréotypale du déplacement, facile à décoder. C’est ce qui explique certainement leur appropriation artistique et leur utilisation récurrentes dans les expositions consacrées à ces circulations et à leurs mémoires. Quels sont les objets emblématiques de la mobilité choisis dans ce cadre ?

Mémoires de malle, mémoires dans la malle 

« À l’image de la tortue qui ne se déplace jamais sans sa maison, certains objets nous accompagnent tout au long de notre vie », survivant aux déplacements, aux ruptures… (Le Menestrel, 2003, p. 150). Ce sont ces objets qui nous suivent toute notre vie qui peuvent donner lieu à un travail de réflexion. Cela a été le cas au début des années 2000, dans le cadre de la préparation d’une exposition sur le thème de la transmission avec des collégiens participant à un atelier d’initiation à l’ethnologie dans une commune de Seine-et-Marne. Il est intéressant de noter que c’est la malle qui a retenu toutes les attentions pour incarner scénographiquement les facettes de la transmission, une malle a été dédiée à chaque thème traitée. « Elle marque le passage de l’objet au souvenir. Plus qu’un réceptacle, elle incarne la mémoire : « mon souvenir, c’est ma boite » (Le Menestrel 2003, p. 151). Mais bien sûr d’autres objets symbolisent ce moment : un billet de transport ou encore des objets qui possèdent des références plus personnelles et qui, sans le témoignage des propriétaires, ne peuvent être associés explicitement au temps de l’immigration, c’est l’histoire qui les accompagne qui en apporte le sens. Mais ces sont bien les malles, les paniers, les boites, les valises, les coffres… qui contiennent « toutes les strates de la mémoire, protège, préserve l’intimité de ce qui est conservé […] ». Ils sont parfois plongés « dans l’oubli pour le plaisir de les retrouver ». C’est ainsi que, comme le souligne Sara Le Menestrel, la mémoire se retrouve en boite (Le Menestrel, 2003, p. 151)…

Une mise en vitrine ou la fin d’un cheminement ?

… ou en vitrine, comme c’est le cas dans les musées qui accueillent ces témoins de l’exil et notamment le Musée de l’histoire de l’immigration (MHI). Le musée pourrait apparaître comme le lieu incarnant la fin du voyage mais il est plutôt un lieu de médiation entre un passé personnel révolu et un avenir mémoriel partagé.

Dans l’exposition permanente, parmi les objets relatant l’histoire des populations migrantes, la valise est bien présente et également le bateau d’ailleurs. La « galerie des dons » propose elle des vitrines dans lesquelles sont spécifiquement exposés des objets déposés par des membres d’une famille, des objets phares pour la famille qui renvoient à une partie de son histoire. Biographie d’objets ou plus exactement biographie individuelle et/ou familiale autour des objets, sont les supports d’une narration par laquelle la mémoire familiale fraye avec la mémoire collective. L’expérience intime répond à l’expérience sociale, politique et esthétique.

« La valise militante »

Parmi les dons, je retiens « la valise militante »1 de Manuel Valente Tavares. Ce Portugais a connu plusieurs exils avant de s’installer en France, il a participé activement aux manifestations de 1997 contre la « loi Debré » qui visait à confisquer les passeports aux étrangers en situation irrégulière. Sa valise devient le support de slogans, et la façon de la porter sur l’épaule, une référence à la manière dont les Portugais, fuyant le régime salazariste, l’arboraient en arrivant en gare d’Austerlitz. Mais cette valise est plus, elle est celle de tous les exilés et en incarne la mémoire.

L’objet d’art comme actualisation esthétique et critique de l’exil

Ce sont ces mémoires inscrites dans des parcours migratoires que certains artistes contemporains explorent et dont certains œuvres appartiennent désormais aux collections d’art contemporain du Musée de l’histoire de l’immigration (Monjaret et Roustan 2015). Sans rentrer dans le détail de leur contenu, deux expositions2 sont intéressantes à étudier pour voir les objets utilisés par les artistes pour se saisir de la thématique et concevoir leurs œuvres, le plus souvent des installations. La migration a ses codes d’expression… Cartes du monde, bateaux, barques, voitures surchargée de paquets, ballots amassés, sacs (Tati à carreau) empilés, baluchons, etc. sont mis en scène afin de matérialiser l’idée du voyage qu’impose l’exil. La masse des charges et leur accumulation nécessitée par le départ renvoient plus métaphoriquement à la masse humaine en déplacement. Il n’est pas étonnant alors qu’incarnant si bien le déplacement, tous ces objets du quotidien se retrouvent dans des expositions traitant de la question d’exil, de transit, de traversée etc. Leur reprise témoigne de leur force symbolique.

Si les actes de création ne font que performer le déplacement (parfois l’histoire du déplacement de l’artiste et de sa famille), ils réactualisent cependant, en l’esthétisant, la dureté de la situation. La réunion de ces œuvres au musée a parfois conduit à l’énonciation de critiques portant sur la difficulté à se détacher d’une image misérabiliste de la migration, malgré son esthétisation.

Il reste que les musées ont compris l’intérêt de l’art contemporain pour faire passer des messages sur des sujets sensibles. L’art se fait médiation. Il construit notre rapport aux mondes, à l’ordre du monde.

Dans ces situations de déplacement, les objets – « objets d’affection » (Dassié 2010) – sont l’expression de notre relation matérielle, affective, sociale et mémorielle aux mondes. Ils permettent, selon les cas, à ne jamais oublier ou à faire rupture avec le monde quitté, à nouer ou à dénouer les liens entre les mondes, à signifier ou non des frontières entre les lieux. Ils sont les témoins de nos expériences de la mobilité – des plus ordinaires aux plus tragiques –  mais surtout ils reflètent notre façon de voir, de vivre et d’être entre les mondes. En cela, il existe une culture matérielle commune à toute mobilité.

Bibliographie

Augé Marc, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Le Seuil, 1992.

Dassié Véronique, Objets d’affection, une ethnologie de l’intime, Paris, Editions du CTHS, 2010.

Desjeux Dominique, Monjaret Anne et Taponier Sophie, Quand les Français déménagent ? Circulation des objets domestiques et rituels de la mobilité dans la vie quotidienne en France, Paris, Presses Universitaires de France, 1998.

Guillard Valérie et Monjaret Anne, « Le syndrome de la tortue, ou comment « trimballer » des objets entre domicile et travail. Se constituer un territoire minimal, protecteur et identitaire », in Valérie Guillard (dir.), Boulimie d’objets. L’être et l’avoir dans nos sociétés, préface de Serge Tisseron, Bruxelles, De Boeck, 2014a, pp. 107-121.

Guillard Valérie et Monjaret Anne, « Un voyage pendulaire peu ordinaire. La circulation quotidienne des objets entre le domicile et le travail », in Dominique Soulancé et Jean Louis Duhourcau (dir.), Quand l’Homme voyage. Les passeurs d’empreintes, Paris, L’Harmattan, SEH, 2014b, pp. 413-431.

Halbwachs Maurice, La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1950.

Le Menestrel Sara, « Recevoir et transmettre dans les familles du Mée-sur-Seine », in Monjaret Anne et Provost Gisèle (dir.), Apprentis ethnologues. Quand les élèves enquêtent. Editions SCEREN, CNDP-CRDP, Académie de Créteil (collections Repères pour agir (RPA)- série Dispositifs), 2003, pp. 146-155.

Monjaret Anne, « Déménager ou les affres des papiers domestiques. Un lieu minimal de l’archive », revue Sociétés et Représentations « Le Lieu de l’archive, une nouvelle cartographie : de la maison au musée», Philippe Artières et Annick Arnaud (dir.), n°19, 2005, pp. 53-64.

Monjaret Anne, Penser le continuum travail et hors travail : comment, pourquoi et sous quelle forme ? Mémoire pour l’obtention de l’habilitation à diriger des recherches, coordonné par Olivier Schwartz, université Paris Descartes, 2008.

Monjaret Anne, « Espaces d’espèces. Les coquillages ordinaires chez soi ou une invitation à un voyage intérieur », Revue Techniques & Culture « Itinéraires de coquillages », Elsa Faugère et Ingrid Sénépart (dir.), n°59-2, 2012, pp. 62-77.

Monjaret Anne (dir.), « Le retournement des choses », Revue Socio-anthropologie, n°30, 2014a.

Monjaret Anne, « Entrée en matière » (introduction), Revue Socio-anthropologie « Le retournement des choses », Anne Monjaret (dir.), n°30, 2014b, pp. 9-19.

Monjaret Anne et Guillard Valérie, « Objets bureaucratisés, objets domestiqués ? La fabrique ordinaire de la séparation entre le domicile et le travail », Revue Socio-anthropologie « Le retournement des choses », Anne Monjaret (dir.), n°30, 2014, pp. 47-63.

Monjaret Anne et Roustan Mélanie, Art contemporain et patrimonialisation de l’immigration, au prisme de l’interculturalité. L’exemple du Musée de l’Histoire de l’Immigration, à Paris, Rapport final CREAPATIM CNHI, Ministère de la Culture et de la Communication – Secrétariat général – Service de la coordination des politiques culturelles et de l’innovation – Département de la recherche, de l’enseignement supérieur et de la technologie, Association PAVAGES – recherche en sciences humaines et sociales, Laboratoire IIAC-LAHIC / CNHI, Paris, septembre, 2015.

Simmel Georg, « Pont et porte », in Simmel Georg, La Tragédie de la culture et autres essais, Rivages, 1988, pp. 161-168.

Weber Florence, « « Premier Mai fais ce qu’il te plaît ». Réinterprétations contemporaines d’éléments folkloriques dans une petite ville ouvrière de l’Auxois », Terrain, n° 11, 1988, pp. 7-28.

Weber Serge (dir.), 2014, « Géographie des objets », revue Géographie et cultures, n° 91-92.

  1. https://www.histoire-immigration.fr/collections/la-valise-militante-de-manuel-valente-tavares []
  2. « J’ai deux amours » (CNHI, Paris, 16 novembre 2011-24 Juin 2012) et « Rêver d’une autre monde » (Centre d’histoire de la résistance, Lyon, 4 février-26 mai 2016) []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search