Les photographies du marquis de Ripert-Monclar à Salagon : du château au musée.

Le Musée de Salagon conserve dans ses murs une photothèque importante : plaques de verre, tirages anciens, cartes postales. Toutes témoignent de la vie en Haute-Provence, depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours.


Le village d’Allemagne vu depuis une fenêtre du château. Dernier quart du XIXe s.
Négatif sur plaque de verre au gélatinobromure d’argent. Musée de Salagon.
François de Ripert-Monclar.

Le château d’Allemagne est situé face au village, dans la plaine traversée par le Colostre. C’est un des rares châteaux provençaux de la Renaissance. Il fut construit au XVIe siècle à partir d’un donjon attesté en 1380. Au début du XVIe siècle, François de Castellane restaura l’ancien donjon, fit bâtir la partie renfermant l’escalier, ensemble formant l’aile nord. L’aile en retour d’équerre fut achevée par son fils Melchior. Il fut ensuite successivement possédé aux XVIIe et XVIIIe siècles par la famille de Villeneuve, puis par celle d’Oraison, enfin par les Varages qui créèrent à Allemagne une faïencerie célèbre. Vendu comme bien national à la Révolution, il fut alors dévasté, pillé et transformé en grenier à foin. Amédée de Ripert-Monclar l’acheta en 1839 et le restaura, restauration terminée par son fils François.

Négatif sur plaque de verre du fonds Ripert-Monclar. Musée de Salagon. Cécile Brau.

En 1936, la veuve du marquis François de Ripert-Monclar meurt sans héritier. Elle a légué son domaine aux écoles libres des diocèses de Digne et Avignon. M. Dugas, ancien maire de Mazan (Vaucluse) et président de l’association qui gérait cette institution d’enseignement fait alors appel à Jean Barruol, historien, pour l’aider à inventorier et à vendre le mobilier du château, puis le château lui-même. C’est le syndicat des confiseurs d’Apt qui en deviendra propriétaire pour y installer sa colonie de vacances. Jean Barruol conserve cependant des papiers et objets alors sans valeur autre que documentaire, dont quelques tirages photographiques, des boîtes de plaques de verre et un album. Le marquis François de Ripert-Monclar était en effet photographe amateur. A la mort de Jean, son fils Guy, archéologue, très investi dans la création et les activités de Salagon[1],  donnera ce fonds au musée, avec le souhait qu’on puisse en faire un jour une exposition.

Mais ces photos n’étaient guère documentées : pas  de témoignage du marquis sur ses intentions ni sur sa démarche de photographe ; photos non datées ni légendées. Il a fallu procéder à un travail d’identification pour certains personnages et certains lieux, mettre en évidence les thèmes de prédilection du marquis : ses proches et son cadre de vie,  ses collections d’œuvres d’art et de pièces archéologiques. Très peu de paysages ni de scènes de la vie rurale.

Comprendre le cheminement du marquis, ses choix, replacer son activité de photographe dans le contexte de l’époque, familial, social, technique, en quelque sorte rendre vivant ce fonds, c’est le travail qui a abouti en 2013 à une exposition et l’édition d’un catalogue.

Le fonds est constitué de 98 négatifs sur plaques de verre au gélatinobromure d’argent ; un  album contenant 52 photographies ; 31 épreuves sur papier albuminé et 21 épreuves sur papier salé (très rare, le procédé ayant été abandonné en France à cette époque au profit du papier albuminé dont l’esthétique  – définition plus nette, plus de profondeur- était davantage appréciée) ;  7 tirages isolés.

En tout, 60 tirages d’époque qui font tout l’intérêt du fonds. On ajoutera à cette liste des portraits cartes de visite très en vogue à l’époque du marquis. L’ensemble a été inventorié, reconditionné et numérisé. L’album a été restauré par Bertrand Sainte-Marthe, restaurateur spécialisé en photographie.

Photographier c’est posséder

Le donjon du château d’Allemagne photographié depuis la cour intérieure. Dernier quart du XIXe s. Négatif sur plaque de verre au gélatinobromure d’argent. Musée de Salagon. François de Ripert-Monclar.

Le nom de Monclar vient du village de Montclar dans le département des Basses-Alpes. Cette terre est une possession des Ripert depuis le XVIIe siècle et elle le reste jusqu’à la Révolution. Amédée, le père de François, a cherché à récupérer ces terres et le château de ses ancêtres. Mais celui-ci étant trop onéreux, il achète celui d’Allemagne dans le même département, pour ne pas s’éloigner du souvenir familial. Lors de son mariage avec Marie-Clémentine de Jerningham, Amédée ne possède aucun bien immobilier, nécessaire d’un point de vue symbolique à la survie de la noblesse. Lorsqu’il achète en 1839 le château d’Allemagne, celui-ci est dans un état de délabrement avancé. Il entreprend de nombreuses restaurations, pas toujours fidèles à l’état d’origine. Cette pratique était courante à l’époque. Jadis entièrement couvert d’ardoises à la mode des châteaux de la Loire, les Ripert-Monclar font remplacer la toiture du donjon très abîmée par des créneaux dans le style Louis XII. Ils font également reprendre plusieurs éléments de sculpture, principalement au niveau des lucarnes. Les travaux vont s’avérer être un gouffre financier pour le couple qui va devoir s’endetter. « Ce que tu appelles mon antipathie pour Allemagne n’est que le chagrin d’y avoir vu enfouir sous diverses formes un capital qui était si nécessaire[2] ». De plus, Amédée va connaître un cycle d’échecs et des revers financiers successifs. La banque qu’il a créée fait faillite. Il subit une défaite aux élections législatives. Pour cette famille en voie de déclassement social, le château est un capital symbolique fort. La création des créneaux peut être interprétée comme la volonté d’accentuer le caractère castral du château et par la même occasion d’augmenter sa valeur financière et symbolique.

Autoportrait de François de Ripert-Monclar, ministre plénipotentiaire à Caracas (Venezuela). Vers 1892. Négatif sur plaque de verre au gélatinobromure d’argent. Musée de Salagon. François de Ripert-Monclar.

François va suivre de brillantes études et va connaître, contrairement à son père, la réussite grâce à son travail. Il mène une carrière diplomatique qui l’envoie aux quatre coins du monde. Il reste cependant très attaché au château d’Allemagne. A la mort de son père, il prend la suite des travaux de restauration, qu’il supervise de loin par échange de courrier avec des artisans et avec Casimir Laugier qui vit sur place et entretient le domaine. A la retraite, il choisit de s’installer à Allemagne. Il pratique la photographie en amateur. Le château est un de ses sujets de prédilection.

Le musée de Salagon conserve une vingtaine de clichés représentant des vues du château, photographié sous tous ses angles. Photographier n’est pas un acte anodin, c’est une prise de possession. Le marquis montre ainsi sa propriété et éternise sa représentation sur le papier. Au regard de ces images, la photographie peut être considérée comme un processus de « construction mémorielle ». Le photographe a la volonté de laisser une trace et de s’inscrire dans le temps et l’espace.

La photographie, un exercice élitiste

Cartulaire de la commanderie de Richerenches. Dernier quart du XIXe s.
Négatif sur plaque de verre au gélatinobromure d’argent. Musée de Salagon. François de Ripert-Monclar.

En 1854 se forme la Société française de photographie. La pratique de la photographie concerne initialement les grandes concentrations urbaines. Il faut attendre 1860 pour assister à la naissance de la Société marseillaise de photographie et de l’Office aixois de photographie.

Entre 1840 et 1890, on dénombre dans le Midi environ cinq cents ateliers et plus de la moitié sont concentrés à Marseille et à Nice. Digne, chef-lieu des Basses-Alpes, département dans lequel la population ne cesse de décroître, en marge des grands axes de communication, compte seulement cinq ateliers. La population des campagnes se rend en ville pour se faire photographier ou reçoit la visite des photographes itinérants. Dans les Basses-Alpes, les premiers photographes ambulants font leur apparition dans les années 1870. C’est à la même époque que des praticiens éclairés, appartenant aux élites sociales prennent leurs premiers clichés.

Dalle à entrelacs de Carpentras. Dernier quart du XIXe s.
Négatif sur plaque de verre au gélatinobromure d’argent. Musée de Salagon. François de Ripert-Monclar.

Si la révolution de l’instantané a favorisé le développement d’une pratique amateur, on ne saurait parler à l’époque d’une pratique populaire. L’amateur a la plupart du temps le profil d’un aristocrate ou d’un bourgeois cultivé, ayant pour passe-temps la photographie et désireux d’en maîtriser les principales étapes techniques.

Bachelier ès lettres à quinze ans, ès sciences l’année suivante, François de Ripert-Monclar obtient sa licence en droit à l’âge de vingt ans. Il sort premier de sa promotion de l’École des chartes en 1865 grâce à sa thèse en histoire médiévale régionale, « Essai sur la domination des empereurs d’Allemagne en Dauphiné et en Provence au Moyen-Age ».

Ses études achevées, il choisit rapidement d’embrasser une carrière diplomatique, mais en parallèle fait œuvre d’historien et se consacre à l’histoire de la Provence. A la retraite en 1901, il s’attelle à la publication du « Cartulaire de la commanderie de Richerenches », ouvrage pour lequel il reçoit, un an après sa parution, en 1908, une mention honorable au concours des Antiquités de la France à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Il est membre de nombreuses sociétés savantes.

Le marquis utilise le médium photographique à des fins de documentation. Il photographie et étudie des fragments archéologiques, mais également des monuments, comme la chapelle Saint-Marc à Allemagne. Ces images s’avèrent être aujourd’hui des témoignages de première importance quant à l’aspect de l’édifice aujourd’hui en partie détruit. Il se sert également de la photographie pour reproduire les pièces du cartulaire qu’il va publier.

Objets dans l’objectif

Le marquis François de Ripert-Monclar dans son salon. Troisième quart du XIXe siècle.
Tirage sur papier albuminé. Musée de Salagon. Anonyme.

François de Ripert-Monclar est un amateur d’art et un grand collectionneur. Il réunit au château une des plus importantes collections de faïences d’Allemagne. Outre son intérêt pour la faïence locale, le mobilier et les pièces d’archéologie, il acquiert de nombreux tableaux. Il possède entre autres une « Annonciation aux bergers » qu’il attribue à Jérôme Bosch. Bibliophile averti, sa bibliothèque comporte de nombreux livres marqués de son ex-libris et des manuscrits.

Tableau représentant saint Antoine de Padoue tenant l’Enfant Jésus. Dernier quart du XIXe siècle. Négatif sur plaque de verre au gélatinobromure d’argent.  Musée de Salagon. François de Ripert-Monclar.

Photographiés au plus près, les objets vont jusqu’à remplir entièrement la surface de l’image. Enregistrer les détails, la texture, la matière avec fidélité et précision est un des buts que l’on a donné à la photographie dès son origine : fournir aux spécialistes, aux collectionneurs, une documentation fiable et rapidement constituée, dresser des inventaires, reproduire des œuvres que l’on souhaite garder en mémoire. La valeur testimoniale de la photographie s’accompagne d’un protocole d’objectivité imposant un plan rapproché, un fond neutre et une vue frontale.

Pourtant cadrer serré demande paradoxalement une grande habileté technique. Il est difficile et pour ainsi dire, contre nature, d’arracher les objets au monde qui les contient. Les ombres portées, les reflets involontaires, les interférences de toutes sortes ont alors peu d’importance, tant que le sujet principal figure bien sur l’image. Notre vision est différente. Nous sommes habitués à une telle perfection en matière de photographie que ces indices du protocole de prise de vue, ces maladresses, ces intrusions nous frappent au point de modifier notre perception du sujet.

La représentation de soi et l’expression des sentiments : le portrait individuel et collectif

Couple d’adolescents. Dernier quart du XIXe s. Tirage sur papier albuminé. Musée de Salagon.
François de Ripert-Monclar.

Le portrait quelle que soit sa technique (peinture, gravure, sculpture) fut au cours de l’histoire l’apanage des classes sociales dominantes. Dès les premières décennies de son histoire, la photographie explore le genre du portrait qui ne sera plus réservé aux puissants et qui connaîtra à partir de 1840 un véritable engouement dans la société bourgeoise en plein essor.

« Faire faire son portrait » dans l’atelier d’un photographe devient un acte symbolique par lequel les individus de la classe sociale ascendante rendent visible à eux-mêmes et aux autres leur ascension.

Grâce à la simplification des procédés, la photographie sort du milieu des professionnels pour toucher les amateurs. Cette nouvelle pratique, indépendante de l’influence d’une clientèle, sera plus libre à l’égard des poncifs : pas d’atelier, pas de décor, liberté dans les poses. Le naturel va prendre le pas sur l’artificiel. Ces amateurs éclairés vont influencer de manière décisive l’esthétique de la photographie. Le marquis François de Ripert-Monclar va réaliser de nombreux portraits en plein air de sa famille et de ses amis, en s’attachant à l’expression des sentiments. Pour capter la personnalité du modèle, il faut le temps de la connaissance de l’autre. Une relation de séduction entre le photographe et son sujet doit se nouer pendant un minimum de temps, ce qui est rarement possible dans l’atelier des photographes de l’époque.

Deux jeunes femmes debout sur un tronc d’arbre déraciné. Dernier quart du XIXe s.
Tirage sur papier albuminé. Musée de Salagon. François de Ripert-Monclar.

Les Ripert-Monclar en quelques dates

1807 : Naissance d’Amédée, Comte de Ripert d’Artaud de Montauban, Baron de Barret, à Apt (Vaucluse), petit-neveu de l’illustre procureur général, le marquis François de Ripert, dont Voltaire disait qu’il était « l’oracle et la gloire du Parlement de Provence ».

1828 : Amédée obtient sa licence en droit.Nommé auditeur de la chancellerie de France.

1829 : Substitut du procureur du roi à Avignon.

1830 : Suite à la Révolution de Juillet, ne souhaitant pas prêter serment au nouveau roi Louis-Philippe, Amédée démissionne de son poste et abandonne la carrière administrative.

1834 : Voyage en Angleterre et rencontre Robert Browning, célèbre poète et dramaturge britannique, reconnu aujourd’hui comme l’un des plus grands créateurs poétiques de l’Angleterre victorienne. Les deux hommes se lient d’amitié.

1835 : Robert Browning publie Paracelsus. Ce poème lui a été inspiré par Amédée, auquel l’œuvre est dédicacée.

1838 : Mariage avec Marie-Clémentine de Jerningham, nièce de Lord Stafford. Fonde l’Omnium, association de crédit général.

1839 : L’Omnium est liquidé. Début des difficultés financières du couple.

1839 : Amédée obtient le droit de porter le titre de marquis de Ripert-Monclar, en souvenir du célèbre procureur général du Parlement de Provence, dont la branche s’était éteinte à la Révolution. Amédée achète le château d’Allemagne. Naissance d’Octave.

1841: Mort d’Octave. Naissance de Marie-Thérèse dite Nina.

1844 : Naissance le 31 mai à Paris de François (prénom donné en hommage à « l’ancêtre fondateur », le procureur général).

1848 : Amédée publie son Catéchisme financier et subit une défaite aux élections législatives dans le département des Basses-Alpes.

1864 : Décès à 54 ans de Marie-Clémentine de Jerningham, marquise de Ripert-Monclar.

1865 : François, sorti premier de sa promotion de l’Ecole des Chartes, soutient sa thèse et entame une carrière diplomatique.

1866 : François est nommé secrétaire à la légation de France à Mexico (Mexique) pendant le règne éphémère (1864-1867) du souverain Maximilien d’Autriche placé sur le trône par Napoléon III.

1867 : François épouse en premières noces Francisca Campero y Barrio. Maximilien d’Autriche est fusillé par les Mexicains le 19 juin. François est lui aussi condamné à mort et en réchappe.

1871 : Le 4 février, mort d’Amédée de Ripert-Monclar à l’âge de 64 ans. Sa fille, Marie-Thérèse, meurt la même année.

1873 : François est nommé consul à Tbilissi (Tiflis, Géorgie). C’est dans ce pays du Caucase qu’il contracte le paludisme, maladie qui va le tourmenter jusqu’à la fin de sa vie

1891 : François est nommé ministre plénipotentiaire à Caracas (Vénézuela).

1892 : Guerre civile à Caracas. François est victime de plusieurs attentats, se fait piquer au front par une araignée venimeuse et manque de perdre la vue.

1900 : Un affaiblissement de la vue le condamne pendant deux ans à ne plus lire ni écrire et lui permet de prendre une retraite anticipée dans les meilleures conditions de son grade.

1902 : François, à la retraite depuis 1901, s’installe définitivement au château d’Allemagne.

1908 : François épouse le 29 février dans la chapelle du château, sa cousine Françoise de Ripert de Barret, veuve d’Ernest Quarré de Verneuil (1854-1907), sans descendance.

1921 : Le marquis François de Ripert-Monclar meurt le 14 janvier à l’âge de 77 ans au château. Funérailles le 17 janvier au cimetière d’Allemagne.

1936 : Mort de la marquise Françoise de Riper-Monclar. La branche de Monclar s’éteint.

Bibliographie

BRAU, Cécile (dir.), Un loisir érudit. Le marquis François de Ripert-Monclar, photographe amateur (1844-1921), catalogue d’exposition, Mane, musée de Salagon, 2013.

LUCIANI, Audrey, La correspondance de la famille Ripert de Monclar : un exemple de déclassement social ? [document dactylographié],Mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine sous la direction de Nathalie Petiteau, Avignon, 2001.

MANTEYER, G. de, «Nécrologie de M. le marquis de Monclar», Bulletin de la Société d’Étude des Hautes-Alpes, 1922, p. 89.

Cécile Brau, Responsable des collections, musée de Salagon.

[1] Il a été président de l’association Alpes de Lumière, à l’initiative de la réhabilitation du prieuré de Salagon, de 1985 à 1993.

[2] Lettre de Clémentine à Amédée, 12 avril 1854, Archives départementales du Vaucluse, 1J690.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search