L’acanthe – Une plante des jardins de Salagon, de la nature au monument

L’acanthe, une plante avant tout

L’acanthe fait partie de la famille des Acanthacées qui regroupe plus de 4000 espèces différentes, réparties en 250 genres. On compte dans le genre Acanthus, environ 30 espèces. L’acanthe provient des régions méditerranéennes du Sud de l’Europe, de l’Asie et de l’Afrique tropicale.

Vous croiserez dans les jardins de Salagon deux acanthes : l’acanthe commune, Acanthus mollis et l’acanthe de Hongrie, Acanthus hungaricus. Les deux plantes se distinguent l’une de l’autre par leurs grandes feuilles, plus profondément découpées chez l’acanthe de Hongrie. 

Acanthus mollis

On trouve l’acanthe commune du Portugal à la Yougoslavie et au Maghreb. « Cette espèce porte le nom de la nymphe Acantha, qui fut transformée par Apollon en une plante épineuse car elle le griffa alors qu’il désirait l’enlever » (A. Merry, 2015). Acanthus mollis vient du grec akantha, épine. À chaque fleur est associée une bractée (petite feuille) épineuse. L’épithète mollis évoque les feuilles d’un vert sombre molles au toucher.

Acanthus mollis

 C’est une plante vivace et robuste.  Si vous la plantez dans votre jardin, faites-lui une place assez grande afin que son feuillage s’épanouisse en toute quiétude. Pour que le système racinaire puisse bien s’enterrer, choisissez un sol profond, riche et calcaire. Elle apprécie les lieux ensoleillés et chauds, voire aussi mi-ombragés. Pour planter une acanthe, choisissez le printemps ou l’automne. L’arrosage naturel y est plus important.

Acanthus mollis

L’acanthe est cultivée autant pour son feuillage que pour ses fleurs. L’inflorescence, pouvant atteindre 1,50 m de hauteur, se compose d’un épis de fleurs blanches. Chacune de ces fleurs compte trois bractées. La bractée centrale est bordée d’épines peu piquantes. Le calice est à deux lèvres. La partie supérieure, de couleur pourpre, forme un casque qui coiffe toute la fleur. La corolle blanche est réduite à une lèvre inférieure formée de trois lobes qui se déplient au fur et à mesure que la fleur s’épanouit.  À l’intérieur, la fleur possède quatre étamines aux anthères poilues.

Acanthus mollis

En mai-juin, on observe facilement les abeilles charpentières qui soulèvent ce casque pour plonger au cœur de la fleur et prélever le nectar. En sortant, les insectes se frottent aux anthères poilues des étamines et se retrouvent entièrement recouverts de pollen. C’est ainsi qu’en passant de fleur en fleur elles assurent la descendance des acanthes.

Acanthus mollis

Au cours de l’été les grandes feuilles très découpées et les hampes de fleurs se dessèchent. Les graines se développent et sont éjectées sur plusieurs mètres pour permettre à la nouvelle génération de germer.

L’acanthe n’est pas vraiment réputée pour sa présence dans les jardins. On la trouve parfois un peu trop envahissante. Sa renommée, la plante l’a plutôt acquise en devenant « Muse » des arts, ses feuillages immortalisés, sculptés dans la pierre.

Un peu d’histoire des arts – Une inspiration millénaire

Des temples de l’Antiquité grecque et romaine à l’Art nouveau, en passant par les décors des églises médiévales, l’acanthe n’a jamais cessé d’être une source d’inspiration pour les artistes, sculpteurs, peintres et enlumineurs, architectes et décorateurs. L’acanthe est à l’origine d’un répertoire ornemental extrêmement varié. Quelques éléments clés d’une histoire de près de 2500 ans sont ici présentés, dans le but de susciter de la curiosité, un nouvel intérêt sur un si vaste sujet, et de porter un regard différent sur l’architecture du Prieuré de Salagon.  

À l’origine de cette inspiration, une légende qui nous a été transmise par l’architecte romain Vitruve dans le livre IV de ses écrits De architectura (terminés vers 25 av. J. C.). Le sculpteur grec Callimaque aurait observé sur la tombe d’une jeune fille une corbeille d’offrandes recouverte d’une tuile qui la protégeait des intempéries. Cette corbeille était posée « par hasard sur la racine d’un pied d’acanthe ». Les feuilles de la plante avaient poussé autour de la corbeille et se recourbaient en volutes en rencontrant les coins de la tuile. Vitruve raconte en fait l’origine du « chapiteau corinthien ». Le plus ancien exemple en est le décor sculpté des chapiteaux des colonnes du temple d’Apollon de Bassae-Phigalie en Grèce (fin du Ve siècle avant notre ère). Une haute corbeille circulaire est entourée de feuilles d’acanthe, d’où émergent quatre tiges formant volutes. Le chapiteau corinthien est au départ une variante ornementale dans l’ordre ionique. Ce type de chapiteau va supplanter peu à peu le chapiteau ionique dans l’architecture grecque. A l’époque de Vitruve, le style corinthien est devenu un élément majeur constituant progressivement un ordre, une règle d’ornementation à part entière, sous Auguste (autour de 27 avant notre ère et 14 de notre ère). Le chapiteau corinthien est alors composé  « d’un calathos entouré de deux couronnes d’acanthes, derrière lesquelles surgissent deux caulicoles par face, la collerette de ces caulicoles atteignant le sommet de la seconde couronne- d’où sortent des calices dont les feuilles supportent, vers l’extérieur, les volutes, et vers l’intérieur les hélices ; l’abaque est orné, au centre de ses quatre côtés, par un fleuron dont la tige dissimulée ou non par une feuille intermédiaire ou une palmette, monte entre ou derrière les enroulements opposés des hélices. » Le chapiteau corinthien reste la base du décor monumental pendant tout le Moyen Age. Il constitue souvent un modèle de référence à l’époque romane, participant à la création d’une nouvelle sculpture monumentale. C’est ainsi que peuvent en témoigner les décors architectoniques de l’église de Salagon.

Croquis d’un chapiteau antique d’après Jean-Pierre Adam, 1989, Vinciane Blanc, Musée de Salagon

L’acanthe et l’art roman à Salagon – Éléments d’une réflexion contemplative

Dès l’entrée de l’église, l’acanthe nous accueille, passant des colonnes qui encadrent la porte au mur de la façade, dans les frises sculptées de rinceaux. L’une des frises , la plus remarquable, se trouve à droite du portail : d’un motif central, un culot formé de trois feuilles, naissent des tiges qui s’allongent, s’enroulent et se terminent par une feuille stylisée aux rainures et à la découpe marquées.

Frise sculptée de rinceaux
Chapiteau 13

À l’intérieur de l’édifice, le feuillage de l’acanthe se déploie sur les chapiteaux des piliers, des quarts de colonnes engagées, des pilastres et des corniches. Les grandes feuilles très découpées de cette plante parent l’église d’un décor varié daté principalement du XIIe siècle. Il suffit de lever les yeux pour découvrir des motifs très différents les uns des autres, comme si chaque sculpteur s’était laissé porter par son imagination. L’acanthe est associée parfois ou même remplacée par des palmettes ou des feuilles ressemblant à celles de la fougère (13). Le chapiteau (13) comporte également un élément peu ordinaire qui ne se retrouve dans aucun autre chapiteau : à la place de la volute, un ruban s’enroule autour d’un œuf.

Commençons notre observation par une série de chapiteaux qui présentent des caractéristiques communes. Il s’agit d’un ensemble de six chapiteaux (ci-dessous : 3, 4, 5, 7, 8, 12) des angles de la nef et ceux des colonnes cylindriques de l’abside. Leur style montre l’influence de l’art antique dans la sculpture romane, bien que leur corbeille soit plus allongée. Le chapiteau corinthien antique romain que Vitruve décrit n’est pas copié fidèlement mais réinterprété. Rappelons que l’on trouve dans l’abside deux colonnes antiques réutilisées dans l’ouvrage médiéval de l’église de Salagon. Le réemploi est aussi un élément important de l’architecture médiévale. Mais à Salagon, il n’y a pas de chapiteaux antiques réemployés.

Chapiteau n°3
Chapiteau n°4
Chapiteau n°5
Chapiteau n°12
Chapiteau 8

Chapiteau n°1
Chapiteau n°2

Dans l’abside, les deux colonnes cannelées encadrant la fenêtre possèdent aussi des chapiteaux particuliers (1, 2). Ils se composent chacun de deux couronnes de feuilles d’acanthe. Le niveau supérieur comporte deux éléments centraux différents : un motif d’entrelacs simple et un motif spécifique de feuille d’acanthe donnant l’impression d’être « fouettée par le vent”.

Chapiteau n°6

Les chapiteaux des colonnes engagées de la nef (6, 9) font partie des exemples les plus remarquables en haute Provence, de motifs dérivés du corinthien. Sur le chapiteau (6) de la colonne engagée du mur de l’église, côté logis, les feuilles d’acanthe alternent avec des palmettes, entre des caulicoles formant des arcades. Sur la première couronne, les caulicoles partent directement de l’astragale. Leurs tiges sont lisses ou torsadées.

Chapiteau n°9

Le chapiteau (9) sur le pilier central de la nef se compose, en partant de l’astragale d’une première couronne de feuilles d’acanthe, la deuxième se constitue de caulicoles entre lesquels sont sculptés des têtes de personnages et une tête animale mordant un feuillage, sur le troisième niveau se développent d’imposantes volutes entre lesquelles, sur la face principale, figure un lion.

Enfin, dans l’intrados, la partie intérieure de la deuxième arcade de la nef, deux chapiteaux (10, 11) se font face et sont tout aussi intéressants. L’un semble inachevé (11) . On y observe le travail du sculpteur, l’ébauche des feuilles des deux couronnes et la mise en place des motifs supérieurs avec sur la face principale un fleuron central entouré de caulicoles et aux angles des colombes têtes en bas. Le second chapiteau de l’intrados (10) ressemble au chapiteau de la nef avec les deux niveaux de caulicoles entre lesquels se placent des motifs d’acanthe et de palmettes. L’échine est moins profondément sculptée.

Chapiteau 10
Chapiteau n°11

Emplacements des chapiteaux dans l’église.

Maintenant, venez découvrir ces décors ! Les jardins et l’église du prieuré sont ouverts au public tous les jours de 10h à 19h.

Bibliographie :

Jean-Pierre Adam. La construction romaine – Matériaux et techniques. Deuxième édition. Editions Grands Manuels Picard, 1989

Guy Barruol. Salagon, le prieuré médiéval et son environnement hier et aujourd’hui. Editions du Conseil départemental des Alpes-de-Haute-Provence, 2013

Jérôme Baschet, Jean-Claude Bonne et Pierre-Olivier Dittmar.  Chapitre IV – Notre-Dame-du-Port : un puissant végétalisme et sa relève architecturale. Images Re-vues, hors-série 3/2012

Collectif, L’Acanthe dans la sculpture monumentale de l’Antiquité à la Renaissance. Editions du CTHS, 1993

Pierre Gros, Aurea Templa. Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste. Bibliothèque des écoles françaises de Rome, 1976, fascicule 231

Pierre Gros. « VITRUVE (Ier s. av. J.-C.) ». Encyclopædia Universalis. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitruve/

Bernard Holtzman, Claude Mignot, Éliane Vergnolle. « ORDRES, architecture ». Encyclopædia Universalis. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordres-architecture/

Pierre Lieutaghi. Petite ethnobotanique méditerranéenne, éditions Actes Sud, 2006

Anne Merry. Que cachent les noms des plantes ?. Publications Naturalia, 2015

Gilbert-Charles Picard. « CORINTHIEN ORDRE ». Encyclopædia Universalis . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordre-corinthien/ Georges Raepsaet

Pierre Gros (Éd.), Vitruve. De l’Architecture. Livre IV. In: L’antiquité classique, Tome 65, 1996. p. 334 Maurice Reille. Dictionnaire visuel des plantes de la garrigue et du midi. Editions ULMER, 2016 Jacques Thirion. Sculptures romanes de Haute-Provence. In: Bulletin Monumental, tome 130, n°1, année 1972. pp. 7-43;

Éliane Vergnolle. Fortune et infortunes du chapiteau corinthien dans le monde roman. In: Revue de l’Art, 1990, n°90. pp. 21-34

Crédits photographiques: Jean- Michel D’Agruma, Conservation départementale; Vinciane Blanc, Musée de Salagon.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search