Aimée Castain, peintre et bergère

La sortie récente1 du roman2 d’ Elisabeth Barillé, l’École du ciel, consacré à la peintre et bergère Aimée Castain nous a incité à vous faire découvrir la femme et l’artiste au travers des collections du musée de Salagon, d’autant plus que nous lui devons en partie l’image d’en-tête des Cahiers de Salagon3.

Aimée Castain dans la bergerie du Gubian en 1975 (Revest des Brousses).

Une femme et son rêve4

Aimée Puigdomenech est née à Banon en 1917 où ses parents sont métayers, ils n’ont pas de terre ni de maisons à eux. Aimée a une sœur plus âgée de 17 ans qui vit et travaille à Marseille. Elle passera donc son enfance seule avec ses parents, dans la campagne, loin du village qu’elle ne fréquente que pour aller à l’école. Ses deux dernières années de scolarité, elle les passe à trois kilomètres à pied de chez elle, à La Rochegiron, auprès d’une institutrice qu’elle affectionne. C’est une enfant craintive, timide, qui semble mieux s’épanouir dans cette petite école de village qu’à Banon, ville miniature dont l’école est fréquentée par la bonne société du canton et où elle se sent mal à l’aise. Son certificat d’étude en poche, elle se doit de rester auprès de ses parents âgés pour les aider.

Sa vie semble toute tracée. Elle se marie en 1936 avec Paul Castain, un paysan, et s’installe dans la maison de sa belle-famille au hameau du Largue. De 1936 à 1945 elle seconde sa belle-mère pour les travaux ménagers et s’occupe de ses enfants. Elle en aura quatre. Paul travaille sur l’exploitation avec son père et ses cinq frères. Au bout de quelques années, Paul et Aimée viennent s’installer au Gubian, une ferme qu’ils louent en métayage. La vie à la campagne n’a rien d’idyllique. La moisson n’est que chaleur et poussière. La garde du troupeau est une contrainte quotidienne. Les femmes en particulier sont à pied d’œuvre du matin au soir. Il faut savoir tout faire, être partout, toujours disponible. Les maladies sont une catastrophe. Aimée a appris avec sa mère à reconnaître et à utiliser les plantes sauvages et s’en sert pour soigner sa famille. Aimée assume cette condition de femme de la campagne. Désirs enfouis, révoltes rentrées, difficultés de la vie, Aimée a besoin de s’exprimer et va le faire par tous les moyens dont elle dispose : l’écriture, le dessin et la peinture. Avant même les tableaux, ses familiers se rappellent les décors fabriqués par fantaisie pour embellir la maison.


C’est au tournant des années 1960 que les choses vont peu à peu changer : les enfants sont grands et Aimée reprend la garde du troupeau jusque là confiée à un berger. C’est pour elle un plaisir d’être dehors, au contact de la nature. Ce temps passé à surveiller les animaux est fondamental pour son activité intellectuelle, pour l’émergence de son expression. Comme pour d’autres bergers avant elle, la nature est une source de méditation, de création. Elle emporte des cahiers pour écrire et réalise des croquis. Elle ramasse des silex, des vieilles souches aux formes bizarres, des cailloux, des fossiles. Ce n’est pas un hasard si elle dit « conduire un tableau » comme on dit en Provence « conduire un troupeau ».
En 1965, Aimée rencontre le peintre Jean-Claude Sardou, son voisin, et commence son œuvre de peintre. L’autre rencontre déterminante, c’est Pierre Martel, le fondateur et l’animateur de l’association Alpes de Lumière, alors curé de Simiane. Les tableaux d’Aimée retiennent son attention et il va les exposer. C’est lui qui va l’aider à aiguiser son regard et qui va la faire connaître. Elle commence peu à peu à vendre ses créations, améliorant ainsi un peu l’ordinaire. Aimée représentait sans doute aux yeux de Pierre Martel l’archétype de ce paysan apparemment simple mais riche d’un savoir caché, d’une créativité insoupçonnée, capable si on l’y encourage d’exprimer l’âme véritable de ce pays. Pierre Martel la présente au peintre Serge Fiorio qui a acquis une grande notoriété dans le milieu de la peinture naïve. Il se lie d’amitié avec Aimée et l’aide à vendre ses tableaux. Grâce à lui, une des toiles d’Aimée sera achetée par le musée d’art naïf de Nice. Deux autres toiles font partie des collections d’art naïf des musées de Laval.


Grâce à sa peinture, Aimée rencontre de nombreuses personnes, des gens que sa vie de simple paysanne ne lui aurait jamais permis d’aborder : des étrangers en vacances, des photographes, des artistes. Elle apprécie la compagnie des jeunes qui lui rendent visite au cours des stages de découverte de la Haute-Provence que Pierre Martel organise et qui viennent d’abord pour son musée. Peu à peu, les visiteurs seront de plus en plus des acheteurs de ses œuvres. Plus tard, Aimée aura son nom dans les guides et les dépliants touristiques. Cela la contraint à une certaine production. A défaut de sortir de chez elle pour découvrir le monde, c’est le monde entier qui vient chez elle. Dans le monde dans lequel évolue Aimée, un monde de paysan, on ne comprend pas son besoin d’expression. Sans doute la prenait-on pour une originale. Il n’a pas toujours été facile de peindre pour Aimée. Elle a du tout apprendre par elle-même. En même temps, la peinture lui a permis de satisfaire une formidable revendication d’autonomie. La vente de ses tableaux dans les années 1970-1980 facilite l’achat de la maison des Bourbons, une maison à elle, une maison comme n’en ont jamais eu ses parents, pauvres fermiers à la merci d’un patron. Elle décède en 2001.

Les archives sonores

Aimée Castain est présente dans les collections sonores du musée de Salagon. Cinq enregistrements sont consultables sur Ganoub la base de données de la phonothèque de la MMSH : le premier entretien en 1977 a été mené par Pierre Martel, suivi d’un second en 1983. En 1991, Laurence Miceli-Nicolas la rencontre pour évoquer sa passion de l’élevage des pigeons. Enfin, Danielle Musset la retrouve en 2000 pour deux entretiens intitulés Ou comment une bergère devient peintre, et revient sur son parcours personnel et d’artiste.

Les œuvres

Le musée de Salagon conserve six tableaux originaux5, huiles sur toile, réalisés par Aimée Castain et une collection importante de cucurbitacées mises en couleur par l’artiste.

1998.9.2 : « Les potirons », œuvre non datée (quatrième quart du XXe s)
« Les charbonniers », œuvre non datée (quatrième quart du XXe s)
1998.9.1 : « Courges et montagnes », œuvre non datée (quatrième quart du XXe s)
« Le village de Lurs », œuvre non datée (quatrième quart du XXe s)
1998.9.3 : « Potiron », œuvre non datée (quatrième quart du XXe s)

Deux expositions et des publications

Aimée Castain, bergère et artiste, Danielle Musset, Claude Martel, Sylvie Grange, Les Alpes de Lumière ( n°107), 2001

Aimée Castain a été mise à l’honneur en 2001 avec une exposition organisée par le musée de Salagon : de nombreuses toiles prêtées par des habitants des alentours dont Claude Martel et Serge Fioro ont été exposées ainsi que ses dessins de souches, ses collections de silex, ses courges peintes et d’autres objets emprunts de ses passions.

En 2016, elle est à nouveau présente, avec d’autres femmes anonymes ou plus célèbres, qui ont compté en Haute-Provence, dans une exposition organisée au musée de Salagon : SIMONE, ALEXANDRA ET LES AUTRES… Sortons les femmes de l’ombre.

Couverture du dossier de presse de l’exposition de 2016

La peintre bergère aimait aussi écrire des poésies, qui à notre connaissance n’ont pas été publiées, toutefois elle nous a transmis une autobiographie : Je m’appelle Aimée, je suis bergère, éditions Chandia, Toulon, 1980. Un ouvrage lui a été consacré en 2001 : Aimée Castain, bergère et artiste, Danielle Musset, Claude Martel, Sylvie Grange, Les Alpes de Lumière ( n°107), 2001. Les archives sonores font référence à nombre d’articles de presse, locale, française et étrangère qui ont donné ses heures de gloire à celle qui rêvait de devenir une artiste.


Crédit photographie à la une : Léon-Claude Vénézia, photographie libre de droit pour toutes représentations liées au musée de Salagon

Crédit photographies des œuvres : Jean-Michel D’Agruma, conservation départementale des Alpes de haute-Provence.

  1. mars 2020 []
  2. l’ouvrage sera en vente très bientôt à la librairie du musée []
  3. les oeuvres mises en scènes sont pour partie des cucurbitacées peintes par Aimée Castain []
  4. D’après un texte de Danielle Musset, « Aimée Castain, la liberté de peindre », p.17-30, « Aimée Castain, bergère et artiste », Les Alpes de Lumière, 2001, n° 137 []
  5. cinq sont présentés ici []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. MATHEWS dit :

    Très intéressant ! Envie de connaitre ses poèmes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search