Des chapeaux chics dans un musée d’ethnologie rurale


Chapeaux du fonds Robion

Les collections du musée de Salagon ont été constituées à l’origine par l’association Alpes de lumière afin de sauvegarder des objets témoins d’un monde rural en train de disparaître. Rien d’étonnant donc à ce que ce musée d’ethnologie conserve un grand nombre d’outils agricoles et des objets de la vie quotidienne des paysans. Mais plus étonnamment le musée de Salagon conserve également des chapeaux féminins élégants fabriqués entre 1928 et 1934. En voici l’origine.

La famille Paul-Robion : une lignée de femmes fortes façonnée par des vies difficiles

En 1907, à Castellane, dans les Basses-Alpes comme on disait alors, Aline Paul se retrouve seule avec ses deux enfants en bas âge : son mari est parti sans laisser d’adresse. Elle a 24 ans. Il faut qu’elle subvienne aux besoins de sa famille. Elle décide de s’installer au bourg le plus proche, Saint-André-les-Alpes, où elle va exercer diffé­rents métiers : nourrice, épicière, mer­cière ; plus tard elle tiendra un bureau de tabac. Mais c’est une femme entreprenante : elle décide donc de suivre les cours de couture par correspondance d’une école de Paris, dont elle obtient le diplôme vers 1919. La voilà donc coutu­rière dans sa petite boutique de la Grand’rue.

Qui s’y frotte s’y pique!

La couturière est dépositaire de ce qui vient de Paris. Elle reçoit les journaux de mode. Elle possède cette qualité d’urbanité qui lui donne vocation de transmettre les règles d’une certaine civilité. Elle sait ce qui se fait en toutes circonstances. Ce sont des manières, des usages du monde que l’on vient chercher chez elle. L’atelier est au village le reflet de la ville, ville si attirante et parée de prestige. La couturière est généralement plus raffinée et mieux éduquée que les autres filles. La couture correspond à un temps de la vie, celui de la jeunesse. Beaucoup de couturières arrêtent de coudre au moment de leur ma­riage. Mais souvent, la fiho de courdura ou la fille de couture, «coiffait» ou fêtait sainte Catherine, c’est-à-dire ses vingt-cinq ans sans être mariée, afin d’assurer plus assidûment son métier qui devenait un sacerdoce. Ne disait on pas à leur sujet : «Courduriera maridado, Aguihe dispouchado»1 (Couturière mariée, Aiguille épointée).

Outre ces dictons, de nombreuses croyances sont attachées au maniement des instruments de la couturière. Se piquer le doigt fait entrer le métier. S’il sort du sang de la piqûre, la cou­turière sera embrassée dans la journée, ou bien trouvera un mari. Au contraire, renverser des épingles n’annonce rien de bon. C’est l’indice qu’une querelle éclatera prochaine­ment. Les outils de couture parlent d’amour. Un fil cassé ou noué rompt une relation amoureuse. Les aiguilles défendent des amoureux trop entreprenants.

Lucienne Paul, coiffeuse et modiste

Portrait de Lucienne Paul, photographe anonyme
Diplôme de coiffure de Lucienne Paul.

D’un naturel actif et autoritaire, très pieuse, Aline veut faire de ses enfants des religieux : son fils Baptistin entre au séminaire de Digne tandis que sa fille Lucienne est « placée» à Sisteron dans une famille. Rebelle à ce placement, elle revient à Saint-André et aide sa mère dans ses activités. A Saint-André, Lucienne apprend le dessin et la musique, mais c’est à Nice, où la mère et la fille descendent plusieurs hivers, qu’elle va suivre les cours de l’école de coiffure. Elle obtient son diplôme le 31 décembre 1928.

Objets du salon de coiffure de Lucienne Paul

Elle installe son salon de coiffure au premier étage de la boutique de sa mère. Elle y coiffe ses clientes, mais elle y vend aussi des chapeaux qu’elle confectionne elle-même ou qu’elle achète auprès de divers fournisseurs, puisqu’elle décore son salon suivant son goût ou à la demande de ses clientes.

Historiquement, les modistes dépendent des merciers et se regroupent avec les fleuristes (les fabricants de fleurs pour l’ornement des cha­peaux) et les plumassiers sous la même corporation, en 1776. Vers 1750, le dictionnaire de Trévoux définit les modistes comme « des personnes, sans distinction de sexe, qui s’attachent à suivre les modes”. Appelées «faiseuses» ou «marchandes de modes», elles réalisent des chapeaux, des bonnets, des fichus, des mantilles … [ … ] La maison de modes au sens moderne du terme apparaît à la fin du XVIIIe siècle. Le métier de modiste se développe considérablement au XIXe siècle et au XXe siècle, suivant ainsi l’essor du chapeau féminin.  Les modistes avaient une mauvaise réputation au XIXe siècle, réputation que leur avaient faite par jalousie les couturières, qui ne s’habillaient pas avec autant d’élé­gance. Ces dernières prétendaient que les modistes cousaient avec des épingles. La superstition voulait qu’une fois le cha­peau terminé, une ouvrière crache dessus en disant «pour qu’il plaise ». Et si elle oubliait une épingle dans la coiffe, cela portait malheur et le chapeau était refusé par la cliente.

Chapeaux du fonds Robion

De 1928 à 1934, Lucienne Paul, coif­feuse et modiste, confectionnera et ornera toutes les formes de coiffures à la mode : les chapeaux cloches sur­tout, mais aussi les capelines, les casquettes et les toques.

La silhouette “à la garçonne” des années folles et les chapeaux cloches

Dans les années 1920, les femmes adoptent une nouvelle silhouette, longiligne, expression d’une volonté de libéra­tion et d’émancipation. Les valeurs tradition­nelles sont ébranlées. La modernité est en marche. Les grands créateurs imposent la mode “à la garçonne”. Les robes sont raccourcies de façon audacieuse et les seins sont comprimés par des bandeaux. La taille est peu mar­quée, le corset étant abandonné.

Les chapeaux lourdement ornés disparaissent au profit du chapeau cloche, couvre-chef à bords rabattus (sa forme rappelant celle d’une cloche) porté sur une coupe de cheveux courte dite «à la garçonne». Ce type de chapeau a pour caractéristique d’envelopper la tête en venant se poser sur les sourcils tout en cachant le regard des femmes qui, pour pouvoir y voir, doivent marcher le menton en l’air. Cette démarche reste caractéristique des années folles.

A la fin de sa brève carrière de mo­diste, Lucienne Paul laissera un atelier complet comprenant des dizaines de chapeaux en cours de confection ou achevés. Le mariage en 1934, puis l’installa­tion à Grasse mettent fin à son activité de coiffeuse et de modiste.

Un fonds important, bien documenté et conservé avec précaution

Une première série de chapeaux issus de l’atelier de Lucienne Paul a été donnée en 2000 au musée de Salagon par sa fille, Hugette Robion. Celle-ci a souhaité que le travail pro­fessionnel de sa mère soit conservé dans un musée et puisse être présenté au public. Les dons ont continué plusieurs années de suite. Sa donation comprend à ce jour plus de quatre-vingt chapeaux, le fonds d’atelier (décorations pour chapeaux, rubans, moules en bois…), du mobilier et des accessoires pour la coiffure (chaise avec dossier réglable en hauteur, lave-tête, sèche-cheveux…), des archives, des photographies, des journaux de mode, des patrons mais aussi des vêtements et des jouets d’ enfants. En tout 614 objets font maintenant partie des collections du musée et forment un ensemble cohérent, bien documenté. En effet, plusieurs entretiens ont été menés auprès de la donatrice. L’équipe du musée l’a interrogée entre autre sur le parcours de sa mère et son activité professionnelle.

Le fonds Robion dans les réserves du musée de Salagon

Au musée, tous les objets ont été aspirés. Dans les réserves, les chapeaux et les petits objets ont été conditionnés dans des boites en polypropylène pour les protéger de la poussière. Les textiles sont conservés dans une armoire, soit pendus sur des cintres rembourrés, soit posés à plats dans des tiroirs. Des pièges à phéromone permettent de lutter contre l’attaque des mites. Un piège émettant une lumière verte attire et capture les insectes xylophages. Chaque item porte désormais un  numéro d’inventaire et est inventorié dans le logiciel de gestion des collections dont est équipé le musée : Flora2.

La mise en valeur

Ce fonds a fait l’objet de plusieurs expositions. Une exposition monographique à été présentée à Salagon dès l’arrivée des premiers chapeaux. Par la suite, certains couvre-chefs ont été prêtés au musée de la vannerie à Cadenet et montrés au sein d’une exposition temporaire intitulée «Chapeaux de paille, images de l’élégance féminine» qui a eu lieu du 29 août au 1er octobre 2012. En 2016 enfin, une évocation du salon de coiffure et une série de chapeaux prenaient place dans une grande exposition temporaire organisée par le musée de Salagon consacrée la place des femmes dans la société bas-alpine traditionnelle : Simone, Alexandra et les autres … Sortons les femmes de l’ombre3 , exposition accompagnée d’un catalogue.

Une sélection de notices issues de la base de données Flora est visible en permanence sur le site internet du musée dans l’onglet «collections». Chaque notice est illustrée d’une ou plusieurs photographies.

Enfin, l’équipe du musée travaille actuellement à la mise en ligne d’une grande partie des notices sur la base de données «Joconde», catalogue collectif des collections des musées de France, géré par la Direction des musées de France du ministère de la Culture.

Crédits photographiques : Jean-Michel D’Agruma, Conservation départementale des Alpes de Haute-Provence. Toutes les photographies sont issues du fonds Robion.

  1. En langue provençale []
  2. développé par la société DECALOG []
  3. voir le dossier de presse de l’exposition :http://salagonethno.hypotheses.org/files/2020/04/Dossier-presse-expo-femmes-salagon-2016.pdf []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search