Faire du bleu avec du jaune : le pastel des teinturiers

©JMDagruma

Le pastel1, qui fleurit en cette saison, est emblématique parmi les tinctoriales. Cette plante, que l’on rencontre à Salagon dans le jardin médiéval dans le parterre des plantes artisanales et tinctoriales, est bien connu des historiens et des ethnobotanistes.

Le pastel, fleur du printemps

Le pastel des teinturiers, également appelé en français « guède » ou « vouède », est une plante, le plus souvent bisannuelle, qui peut atteindre jusqu’à 1m50 de hauteur. C’est une plante commune à l’état sauvage. Elle pousse un peu partout, aux bords des routes, des voies ferrées, des terrains vagues, dans les prairies…Elle croît aussi bien sur le pourtour méditerranéen que dans des pays plus septentrionaux. Elle fleurit en avril-mai avec une couleur jaune remarquable.

Le pastel et le bleu, histoire d’une plante, histoire d’une couleur

Le pastel est connu pour ses usages tinctoriaux, célèbres depuis fort longtemps. L’historienne Dominique Cardon parle d’une « vertigineuse ancienneté » à ce sujet. Au Néolithique, déjà, en Provence, on savait teindre des fibres végétales en bleu clair, certainement en utilisant du pastel.

Les Egyptiens en faisaient aussi usage. Plusieurs auteurs romains en font mention. Dans ses mémoires de guerre, Jules César rapporte que les « barbares » de Grande-Bretagne recouvraient leur visage de pastel pour se rendre plus effrayants dans les batailles, ils s’enduisaient ainsi le corps également à l’occasion de cérémonies religieuses. Pour qualifier ces tribus, Ovide emploie les termes « Scoti » ou « Britanni » qui signifient « les hommes peints. » Le bleu est alors assimilé à la couleur des « barbares ».

Pendant tout le Moyen Age et dans presque toutes les régions d’Europe, il existait une production de pastel pour la consommation locale. Ces productions complétaient les apports massifs des grands pôles de production où le pastel devint un véritable modèle économique. Son commerce générait des échanges internationaux. Parmi ces grands pôles, la Normandie, la Picardie, la région de Thuringe (Allemagne) où le colorant approvisionnait les draperies flamandes. Le Languedoc, le Lauragais et l’Albigeois formaient une grande région de culture où le commerce et le négoce du pastel furent à l’origine de fortunes colossales, notamment au XVIe siècle. La mode du bleu qui saisit alors l’Europe favorise cet essor.

©JMDagruma

Déclin et renouveau du pastel

Mais l’importation d’indigo par les Flamands s’accroît au rythme des échanges avec les Indes orientales et le Nouveau Monde. Cette nouvelle donne menace la production de pastel. Des mesures de protectionnisme strictes sont mises en place dans les pays producteurs. Mais en vain, l’indigo est finalement autorisé au début du XVIIIe siècle. Les ports de Bordeaux, Nantes, Marseille s’enrichissent tandis que Toulouse et la région du Languedoc s’appauvrissent dramatiquement.

A la fin du XIXe siècle, les progrès de la chimie et l’avènement des colorants de synthèse, avec l’indigo synthétique, a donné un coup d’arrêt définitif à la culture du pastel… et à l’importation d’indigo naturel qui a finalement connu le même sort !

En ce début du XXIe siècle, la culture du pastel est toutefois de retour en Angleterre, en Allemagne et dans le Sud-Ouest de la France. Dans cette région, une filière du pastel s’est reconstituée, sous la forme d’une petite industrie, à l’heure où l’alliance des bleus du pastel et des fibres naturelles – comme le chanvre ou le mérinos – est utilisée par des créateurs textiles européens.

La technique ancienne d’extraction 

C’est bien la feuille qui a toujours été employée pour produire le fameux colorant bleu. Dès qu’elle était récoltée, elle était broyée dans des moulins (« moulins pasteliers ») puis réduite en pulpe. Cette préparation de la plante en pâte a donné le nom de « pastel » en occitan puis en français. Cette pâte était pressée, à la main, en boules appelées en Languedoc « cocagnes » de pastel, qui a donné, par extension, l’expression « pays de cocagne » pour désigner une région riche. Les coques étaient ensuite séchées à l’air avant d’être brisées avec des maillets de bois. La poudre alors grossière était stockée, en couches, régulièrement remuée, arrosée, mise à fermenter. Au bout de quelques semaines, la pâte s’agglomérait en gros grumeaux de forme ronde. Séché, le pastel était prêt pour la teinture.

A lire, pour aller plus loin : Dominique Cardon, Le monde des teintures naturelles, Paris, Belin, 2014. 

Crédits photographiques : ©JMDagruma

Mise en forme : Laurence Salze

Le Pastel, L’or Bleu Du Pays de Cocagne, DES RACINES ET DES AILES Ifrance3.fr/emissions/des-racines-et-des-ailes

  1. Isatis tinctoria []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search