Poissons d’avril ?

La relation homme-poisson est-elle pensable?1

Nous avons déjà évoqué dans un précédent billet l’ethnologue Annie-Hélène Dufour. En ce premier jour d’avril, le souvenir m’est revenu de ma surprise, lorsque j’ai découvert dans les boîtes d’archives, déposées à la phonothèque de la MMSH, un document dactylographié accompagné de planches de dessins représentant des poissons.

Ces planches étaient annotées de la main de la chercheure, qui avait indiqué les noms vernaculaires des poissons que l’on rencontre sur les rivages méditerranéens. Après quelques recherches, nous avons découvert qu’il s’agissait de la communication dans un congrès qu’Annie-Hélène Dufour avait faite en 1999. Ce texte a été numérisé et il est aujourd’hui accessible sur la plateforme HAL, les planches sont quant à elles disponibles sur la plateforme MédiHAL.

Le résumé par l’auteure

A la suite de ses travaux sur les savoirs relatifs à l’ espace et
l’environnement mis en œuvre dans l’activité de pêche, l’auteure s’attache ici a ceux qui concernent les poissons et les autres animaux marins susceptibles intéresser les pêcheurs. Dans Ie contexte méditerranéen qu’elle étudie – et qui exclut la pêche en haute mer-, les hommes qui exploitent un territoire étroit, le plateau continental, se trouvent confrontés a un environnement aux ressources très limitées.
Dans de telles conditions, pour pallier la rareté et l’aléa, la pêche se doit d’ être inventive et le pêcheur, savant. D’où la multiplicité et le raffinement des savoirs et des techniques utiles a la capture d’une faune  » capricieuse  » et mouvante. Pourtant cette faune fait aussi l’objet de savoirs plus désintéressés : connus dans leurs caractéristiques morphologiques, leur habitat, leurs cycles de migration et de reproduction, les animaux marins le sont aussi dans leurs dimensions « psychologiques « , ce qui dénote un mode de relations avec eux plus intime qu’on ne le soupçonne habituellement. On parle, par exemple, du « comportement « , des « habitudes », des « goûts » particuliers à certaines espèces ; certains poissons « s’apprivoisent », déjouant les pièges tendus par le pêcheur, manifestant de la « malice », d’autres sont doués de propriétés oniriques liées a leur alimentation, etc. Ainsi se dessine un tableau » anthropozoologique  » de la faune locale qui résulte de I’ observation patiente et minutieuse des faits et de leur interprétation par les pêcheurs, tableau qu’il convient de décrypter afin de tenter éclairer un pan peu exploré de la relation homme – animal dans laquelle le poisson – et plus généralement les animaux a sang froid – occupent une place ambiguë.

Annie-Hélène Dufour a consacré de nombreux travaux aux pratiques et représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois ;en accédant à la plateforme Calames2 présente sur le site de l‘ABES ((Agence bibliographique de l’enseignement supérieur)) vous pouvez consulter ses matériaux de travail et le résultat de ses recherches.

Et pour finir, une petite promenade en mer ?

Des yeux plus grands que les oreilles est un film, réalisé par Jean Arlaud et Annie-Hélène Dufour, qui a obtenu le prix de la Mission du Patrimoine Ethnologique en 1990. Il donne la parole à deux pêcheurs qui rendent compte, à travers leurs témoignages et leurs gestes, du « virus de la pêche ». Ils mettent en lumière l’importance de la transmission du savoir-faire, la nécessité d’une connaissance profonde de la faune et de la flore, l’attention visuelle de chaque instant pour l’accomplissement de leur métier. Le film témoigne des gestes méticuleux, de la sensibilité à tous les signes de la nature qui constituent l’univers du pêcheur. Pour retrouver les conditions du tournage on peut relire le billet De la 2CV en ethnologie sur les Carnets de la phonothèque.

Crédits photographiques : marcowdz on flickr, licence CC.

  1. Pour citer cet article: Annie-Hélène Dufour. La relation homme poisson est-elle pensable ?. Les activités littorales, Sociétés historiques et scientifiques, 1999, Nantes, France. ⟨hal-01856750⟩ []
  2. Catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. William dit :

    Bel article qui me rappelle l’histoire d’un qatari qui me racontait le métier de son grand père pécheur de perle avant l’arrivée des américains sur leur sol., puis de l’exploitation du pétrole qui s’en est suivi. Il me décrivait l’ingéniosité de ce grand père capable de plonger profondément pendant de longues minutes à la recherche de la perle rare..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.