Archiver la mémoire ?

Véronique Ginouvès, directrice de la Phonothèque de la MMSH nous présente dans les carnets de la Phonothèque le dernier ouvrage de Florence Descamps. Suivons-la.

La chose est bien connue maintenant. Dans l’historiographie française, la source orale s’est vue disqualifiée à la fin du XIXème siècle par les pères fondateurs de la première école historique française.

C’est par ces mots1 que débute le récit du long apprivoisement de l’histoire orale en France, qui se termine – comme un happy end – par une peinture d’une histoire orale à la française enfin reconnue : celle qui donne à entendre des corpus oraux où histoire, mémoire et patrimoine cohabitent. Un récit haletant, qui ne craint pas de relater les obstacles et l’adversité vécue par les historiennes et les historiens qui ont cru à cette discipline et à la force de la parole en histoire. Sous nos yeux défilent les portraits de celles et ceux qui ont jalonné cette histoire, même fugacement, et à travers les différentes phases de cette reconnaissance disciplinaire, ont permis la légitimation de cette source. On y retrouve ainsi Philippe Joutard2 et Jean-Claude Bouvier3, les deux fondateurs de la phonothèque de la MMSH, les grandes enquêtes pluridisciplinaires lancées par le CNRS4 mais aussi Anette Wievorka5, Danièle Voldman6 et bien sûr Dominique Aron-Schnappers7 ou encore les associations régionales qui ont constitué des réservoirs importants d’archives sonores ouverts à un large public…

Crédit photographique : BAE GN 4305 A, National Anthropological Archives, Smithsonian Institution


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.