Des jouets au musée de Salagon

Le fonds Paul-Robion

Huguette Robion a fait don au musée de Salagon, des productions, outillages et matériaux utilisés par sa mère, Lucienne Paul, modiste à Saint-André-les-Alpes dans les années 1930, (plus de 80 chapeaux, des outils, des décorations, des rubans …). On trouve également des vêtements, du mobilier, mais aussi des jouets d’enfants. Cécile Brau, responsable des collections du musée, présente quelques exemples de ces jouets de Madame Robion, datant pour la plupart du milieu du XXe siècle, jouets “d’imitation”, véritables instruments de transmission de stéréotypes.

Fer à repasser miniature. n° 2000.19.133.

Le jouet, processus de socialisation

Jusqu’au XXe siècle, le jouet reste l’apanage des citadins de classe élevée, les autres n’ayant pas les moyens de s’en procurer et travaillant tôt. La production de masse va permettre la démocratisation de l’accès au jouet, mais également sa séparation typologique et sexuée : des objets volants ou à pédales symbolisant l’avenir technologique deviennent spécifiques aux garçons alors que les filles restent cantonnées à l’univers traditionnel maternel avec les poupées.

Cuisinière miniature. n°2000.19.128.

Chaque jouet, hier comme aujourd’hui, est un outil d’apprentissage permettant à l’enfant d’entrer en contact avec le monde qui l’entoure et de reproduire des comportements observés autour de lui.  Parce qu’il est culturel et social, le jouet n’est pas un objet neutre mais au contraire en dit long sur la société qui l’a produit.

Travailleuse pour fillette. n°2016.1.2.

Dans la société rurale de la première moitié du XXe siècle, les enfants connaissaient peu l’oisiveté et les filles étaient tenues à une conduite moins turbulente, plus modeste que celle des garçons. Lorsqu’il leur arrivait de jouer, elles empruntaient dans leurs jeux des ustensiles miniatures à usage domestique qui les cantonnaient à leur rôle féminin : laver, coudre, cuisiner… Les jouets reproduisaient en miniature le monde des adultes, dans lequel les enfants pouvaient se projeter : “Quand je serai grande, je serai … “. Les jouets donnés par Madame Robion reflètent bien cet état d’esprit. On retrouve entre autres dans cette collection une machine à coudre, un modèle réduit de cuisinière, un mini fer à repasser et  une petite travailleuse (boîte articulée pour le rangement du matériel de couture).

La machine à coudre

Machine à coudre jouet. n° 2000.19.132.

Pendant longtemps les pédagogues ont affirmé que l’enseignement de la couture devait faire partie de l’éducation de la jeune fille. La couture était alors plus qu’une occupation, elle était aussi une discipline, une obligation à valeur morale. Cette machine à coudre miniature de la marque Piq-Bien date du milieu des années 50. Sur la boîte est représentée une jeune fille utilisant une machine Piq-Bien et un chaton. Une inscription indique : “Un cadeau utile très apprécié”, une autre : “Pique comme celle de maman”. Tout est dit sur ce carton.

Tarraïettes. n°2000.19.135.

Des jouets en terre cuite : les tarraïettes (li terraïetto)

Le terme tarraïette, que l’on trouve également écrit terraïette ou terraillette, est le diminutif de terraïo qui désigne les pots en terre vernissée utilisés dans la cuisine. Les tarraïettes sont des dînettes provençales qui reproduisent les services de table et les ustensiles de cuisine que les petites filles, futures ménagères, remplissaient d’eau et agrémentaient de cailloux et de feuilles pour préparer entre autres la soupe au pistou « pour de faux ». Comme la plupart des jouets, les tarraïettes permettaient la transmission de savoir-faire, avec des gestes, des recettes et un vocabulaire spécifique en provençal. « Les jeux de cuisine sont universels, mais l’imitation des enfants colle à une réalité culturelle qui permet de distinguer les gestes de la Provençale de ceux de la Bretonne[1] ».  C’est ainsi que l’on retrouve des mortiers, tians, poêlons typiquement provençaux. Ces articles peu onéreux étaient rarement achetés en magasin mais plutôt dans les foires et sur les marchés, sur les stands des terraié. Beaucoup proviennent d’Aubagne. Cette production était liée à celle de la poterie culinaire. C’était un complément utile car ces petites poteries servaient de cales aux grosses pièces dans les fours à bois. On rencontrait également ces miniatures sur les étals des santonniers qui trouvaient ainsi au milieu de l’année la possibilité de gagner de l’argent en dehors des fêtes de Noël. La plus connue et la plus importante des foires aux tarraïettes se trouvait à Marseille sur le cours d’Estienne d’Orves au moment  de la fête de la Saint-Jean[2].

La poupée “Bella”

Des générations de petites filles ont joué avec des poupées de la marque perpignanaise “Bella”. C’est en 1946 que sort le premier modèle. Les poupées ont peu évolué au cours des années précédentes. Monsieur et Madame Parades, les fondateurs de l’entreprise, innovent en lançant des modèles aux membres plus charnus et aux expressions enfantines. Les matériaux aussi évoluent. Ils abandonnent le carton traditionnellement utilisé pour fabriquer les poupées pour le remplacer par du rhodoïd. L’entreprise va d’innovation en innovation. En 1955, “Bella” est le seul fabricant à utiliser une technique révolutionnaire d’implantation des cheveux. De nombreux brevets seront déposés par cette société[3]. Ces poupées ont disparu des rayons des magasins depuis 1984 pour se retrouver dans les bourses de collectionneurs. Outre cette poupée, Madame Robion a donné au musée de Salagon une poussette et une petite chaise haute.

La voiture à pédale

 Voiture à pédales., n°2016.1.5.

 Le seul jouet dit de garçon présent dans ce fonds est une voiture à pédale datant des années 1930. Il s’agit de la reproduction d’une Torpédo ayant appartenu à René Paul de Lambruisse, cousin de Lucienne Paul. Une photographie nous le montre posant fièrement à côté de son engin.

René Paul et sa voiture à pédales. (collection privée de Mme Robion)

Le jouet, support de conditionnement ou de créativité ?

                Cette réalité miniaturisée, offerte à la découverte de l’enfant par le jeu à l’identique de ce qu’il perçoit, traduit les stéréotypes de notre civilisation occidentale. Selon Roland Barthes, cette forme d’éducation serait un complet conditionnement : “Que les jouets français préfigurent littéralement l’univers des fonctions adultes ne peut évidemment que préparer l’enfant à les accepter toutes, en lui constituant avant même qu’il réfléchisse l’alibi d’une nature qui a créé de tout temps des soldats, des postiers[4]…”  Mais selon Roger Caillois, dans son essai Les jeux et les hommes[5], l’enfant qui joue n’est pas en situation d’apprentissage. Il imite plus ou moins des rôles qui existent dans lesquels il projette son imaginaire. L’enfant réinvente librement un monde à sa mesure et reste maître de son jeu. Il peut sortir des codes et des règles proposées par les adultes et ne s’en prive pas… en détournant le sens de ses jouets s’il le désire.

 On remarquera pour terminer que ces stéréotypes de genre restent omniprésents à l’heure actuelle dans les magasins de jouets et les catalogues qui inondent nos boîtes aux lettres avant Noël : les pages bleues pour les garçons, les pages roses pour les filles. C’est la thèse défendue par Mona Zegai, sociologue qui se penche sur le sexisme dans les catalogues de jouets : les stéréotypes de genre sont encore ancrés dans la société qui pourtant condamne les inégalités de sexes[6].

Cécile Brau, responsable des collections, musée de Salagon, Mane

Tous les jouets présentés font partie du Fonds Paul-Robion du musée de Salagon à Mane. Les photos de ces objets sont de Jean-Michel D’Agruma (Conservation départementale des Alpes-de-haute-Provence). Les numéros indiqués dans les légendes sont ceux de la classification du musée. Le dernier document nous a été prêté par Madame Robion.

[1] LOMBARD, Chantal, Jouets d’argile : les tarraïettes provençales, Marseille, P. Tacussel, 1987, p.11.

[2] Ibid., p.18-24.

[3] Vous pouvez retrouver toute l’histoire de ces poupées sur le site : http://www.poupees-bella.com/

Ce site a été créé par l’arrière-petite-fille des créateurs des Poupées Bella.

[4] BARTHES, Roland, Mythologies, Éditions du Seuil, Paris, 1957.

[5] CAILLOIS, Roger, Les jeux et les hommes, Paris, Gallimard, 1995, coll. Folio essais.

[6] ZEGAI, Mona, “Du jeu dans les catégories de genre ? Le jouet comme outil de socialisation sexuée et de définition du champ des possibles au centre des interactions familiales”, in SINIGAGLIA-AMADIO, Sabrina (dir.), Enfance et genre. De la construction sociale des rapports de genre et ses conséquences, Nancy, Ed. Presses Universitaires de Nancy, 2014.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.