Annie-Hélène Dufour : portrait d’une chercheure singulière



Fonds Annie-Hélène Dufour – Pêche et pêcheurs du Var : Annie-Hélène Dufour mesurant un bateau (Salins d’Hyères, Var) 1986.

Annie-Hélène Dufour (1947-2002) a commencé sa carrière comme psychologue, notamment auprès d’enfants autistes. En 1976, elle s’oriente vers des études d’ethnologie. En 1983, elle soutient sa thèse à l’Université de Provence : Pratiques et représentations de l’espace dans une commune du littoral varois. Elle a ensuite poursuivi ses recherches et a occupé le poste de conseiller à l’ethnologie à la DRAC PACA, de 1988 à 1994. Elle s’est engagée avec conviction dans une promotion de l’ethnologie au sein des institutions culturelles et ethnologiques locales, et tout particulièrement le musée de Salagon.

Fonds Annie-Hélène Dufour – Jeux et traditions enfantines (04) : Enfant qui montre ses billes (Provence, France) 1982-03

Au début de sa carrière, elle a réalisé des enquêtes dans les Alpes-de-Haute-Provence, dont certaines à Saint-Michel-L’Observatoire, sur les jeux et traditions enfantines. Elle a suivi des stages auprès de l’association Alpes de Lumière, et a ensuite participé à des séminaires organisés par l’IDEMEC. Enfin, elle a été membre du conseil scientifique du musée qu’elle a même présidé. Nommée maître de conférences à l’Université Aix-Marseille 1 (Aix-Marseille-Université depuis 2012) en 1994, elle intègre le LEMC1 puis, l’IDEMEC2. Elle avait émis le souhait de déposer ses archives sonores, et les matériaux de ses enquêtes ethnographiques, à la Phonothèque de la MMSH à Aix en Provence, le dépôt fut réalisé en 2007.

Annie-Hélène Dufour par ses pairs

En 2008, ses collègues ont tenu à lui rendre hommage dans un ouvrage3. Dès la préface, Christian Bromberger évoque, « en 1977 les premières armes d’ethnologue [qu’elle réussit] brillamment », pour mentionner plus loin qu’« Annie-Hélène entreprenait sa belle thèse sur Six-Fours ( Dufour 1985) ». Joël Candau, qui intitule son article, « Entre bouasque et bronde, un ouvrage pionnier en connaissance spatiale » affirme : « l’œuvre de notre collègue constitue un apport précieux pour les chercheurs intéressés par les savoir et les savoir-faire spatiaux ».

Il souligne « l’intuition lumineuse » qui a permis à Annie-Hélène Dufour de relier les notions « d’espace vécu » et « de grille mentale ». Il conclut : « En définitive, le projet anthropologique d’Annie-Hélène Dufour, fut fidèle aux principes fondateurs de la discipline : une ethnographie pénétrante et minutieuse des formes locales ou régionales du partage, des manières d’être ou de faire – reste constamment ouverte à ce qu’elles peuvent porter de pan-humain ». Danielle Musset, rappelle : « sa passion pour l’ethnologie », « qu’elle a eu à cœur de transmettre , notamment dans ses missions à la DRAC-PACA  : « On sentait qu’il lui importait de toujours rappeler partout la place de la démarche ethnologique. »  Elle relève aussi des traits de caractère et des attitudes :  «la rigueur et l’efficacité», «son sens de la pédagogie», «son obstination et sa force de persuasion»«son attention réelle pour tous, et sa capacité à créer des liens». Pierre Lieuthaghi, lui, se remémore « les platanes d’Annie-Hélène » : « Aussi, je ne regarde plus jamais un platane sans voir à ses côtés Annie-Hélène la rigoureuse et la sensible : elle va entre deux belles lignes d’arbres hauts et clairs sur un chemin d’attention au monde où, tout discrètement que ce soit , les ethnologues abandonnent ici et là un caillou blanc qui sera utile aux hésitations de l’avenir ».

Une méthode de travail, entre rigueur et passion

Je me réfère à nouveau à l’hommage rendu par ses pairs dans l’ouvrage déjà cité , et tout particulièrement au témoignage de Véronique Ginouvès4 et Mireille Meyer : « La minutie, la rigueur avec lesquelles elle transcrivait et classait ses documents d’enquête, font de ses archives non seulement un témoignage sur les manières de travailler d’une chercheuse de terrain mais se révèleront aussi très précieuses pour de jeunes chercheurs qui, poursuivant des travaux sur la Provence, trouveront là un matériau solide et fiable pour aborder cette région et mieux appréhender ses évolutions ».

Annie-Hélène Dufour utilisait plusieurs outils pour ses enquêtes de terrain : les enregistrements sonores, sur bandes ou cassettes, la photographie, la vidéo, parfois il lui arrivait de faire ou de collecter auprès de ses informateurs, des croquis et schémas.

Fonds Annie-Hélène Dufour – Pêche et pêcheurs du Var : Deux femmes âgées remaillant un filet de pêche lors de la fête de la Saint-Pierre au Brusc, 1980-06-29

Elle consignait dans ses carnets de terrain5 toutes sortes d’informations :  notes sur des recherches dans les services d’archives locales ou service du cadastre, transcriptions partielles de certains enregistrements, données chiffrées… Elle avait à cœur de s’imprégner de son terrain d’enquête et de lier des relations de proximité avec ses informateurs  : « Comme elle le disait, tout individu est intéressant quand on prend la peine de l’écouter et de dialoguer avec lui ». Corinne Cassé6 a a analysé finement la méthodologie d’enquête d’Annie-Hélène Dufour dans un billet remarquable : « Faite de patience, de connaissances précises de son sujet, d’observation participante et d’humilité, l’approche des témoins et de son sujet se fait progressivement, dans un espace relationnel où chercheur et témoin prennent simplement leur place et gardent leur identité ». Annie-Hélène Dufour a elle-même fait part de sa méthode de travail , dans un article7 en 2002. Elle aborde en particulier la méthodologie de l’enquête orale et souligne le nécessaire questionnement déontologique de l’ethnologue. « Peut-on, doit-on tout enregistrer ? L’ethnologue est souvent, pour ne pas dire toujours, un intrus dans les sociétés ou les groupes qu’il étudie. Au-delà de la simple pudeur et du respect d’autrui qui nous ont tous, à un moment ou à un autre, conduits à ne pas brancher ou à couper notre magnétophone, il est des terrains difficiles ou des sujets délicats qui n’en permettent pas l’utilisation ». Pour ce qui est de la transcription de ces enquêtes orales, là encore la rigueur s’impose, elle refuse que quelqu’un d’autre la fasse pour elle, trouve la transcription intégrale inutile et chronophage et préfère une organisation plus méthodique. « Je pratique donc une transcription partielle après avoir établi une fiche de dépouillement extrêmement détaillée, et même commentée, de mes enregistrements. Ces fiches me permettent de faire un premier classement thématique des données recueillies et, donc, déjà un premier inventaire des manques ou, au contraire, des sujets surabondants ». Vient ensuite le travail de classement et d’archivage : « Pour ma part, j’ai classé mes enregistrements par ordre chronologique à l’intérieur d’une même enquête, chaque bobine ou cassette portant un numéro d’ordre. Chaque cassette possède sa fiche de dépouillement qui, donc, porte le numéro de la cassette qui la concerne. Par ailleurs, des fichiers par thèmes sont classés par ordre alphabétique selon le principe du répertoire. Les fiches renvoient au numéro de la cassette, puis au numéro du passage intéressant dans cette cassette. Mais elles comportent aussi la référence de documents autres qu’enregistrés (notes, coupures de journaux, photos, etc.) ».

L’archive et la transmission

Pourquoi Annie-Hélène Dufour a-t’elle souhaité déposer ses archives ? Voulait-elle transmettre un relai aux jeunes chercheurs ? Voulait-elle s’acquitter du devoir de l’ethnologue, évoqué par Christian Bromberger dans un entretien avec Cyril Isnart8 « Pourquoi garde-t-on des archives ? On les garde et on les dépose à la fois comme moyen d’enquête pour d’autres, et aussi parce que c’est quand même un des devoirs de l’ethnologue que de constituer des archives pour les sociétés qui ne les ont pas constituées elles-mêmes et qui, un jour sans doute, souhaiteront les consulter ou les mettre en valeur. C’est pour moi un moyen de restitution de documents bruts. L’ethnologie est cette discipline très particulière qui créé ses propres documents de travail, contrairement à l’histoire ; on est, dans une interaction avec des gens, créateurs de nos sources. Il y a donc l’aspect patrimonial, la volonté de constituer des archives, le souci de restitution et celui de laisser des documents pour d’autres spécialistes […]. »

Le traitement des archives d’Annie-Hélène Dufour s’est déroulé pendant près d’une dizaine d’années et a donné la chance à plus d’une dizaine de personnes, chercheurs ou étudiants en stage à la Phonothèque de la MMSH, d’entrer dans le riche univers des archives d’une chercheure. Hélène Colombié, une des archivistes, a publié un billet intéressant sur le cas des archives de chercheur. Pour ma part9 j’ai d’abord connu le son de sa voix, à l’écoute de ses entretiens si bien menés, puis j’ai eu la curiosité d’ouvrir les boîtes de ses archives, qui m’ont révélé quelques surprises. Une de mes missions était de déposer sur la plateforme HAL – Hyper Article en Ligne10, les articles rédigés par Annie-Hélène Dufour. J’ai d’abord recensé et versé toutes les publications déjà accessibles, puis j’ai recherché dans les archives papier, les pré-prints, et manuscrits qui avaient un intérêt à être publiés.

Écouter, lire, voir Annie-Hélène Dufour

A la fin de l’année 2018, Claire Grégoire-Saint Pierre11, a achevé le traitement total des archives du fonds Annie-Hélène Dufour. Elle a entrepris un travail minutieux notamment pour la réorganisation des corpus audio, a poursuivi la numérisation et la mise en ligne des images sur la plateforme MédiHAL, 12 et surtout le catalogage qui est maintenant accessible sur la plateforme Calames13. En septembre 2019 elle a publié un billet sur les carnets de la Phonothèque dans lequel elle dresse le bilan de toute l’entreprise : A la découverte du temps et des hommes en Provence , à travers les archives d’Annie-Hélène Dufour. La totalité des publications est également accessible sur le moteur de recherche ISIDORE, l’assistant de recherche en SHS.

Ainsi , aujourd’hui on peut avoir un accès aisé à une recherche qui porte un intérêt singulier et occupe une place réelle dans l’histoire de l’ethnologie française. Alors écoutons, lisons, découvrons Annie-Hélène Dufour grâce à ses archives !

On ne peut qu’être saisi par moment par la qualité du style littéraire d’Annie-Hélène Dufour, au détour d’une page14

« 20-04-1980,le soir. Le vent souffle de plus en plus fort, la mer par paquets balaye la jetée. J’ai téléphoné les pieds dans l’eau depuis la cabine située sur le port ! Les fenêtres battent, les portes grincent, le lampadaire du quai, mal assuré sur son pied unique, prodigue une lumière ballotante. Les bateaux alignés contre la jetée surgissent et disparaissent à la vue au rythme saccadé du gros poumon qui les supporte. La mer halète ici. Je sais, pour l’avoir vue libre cet après-midi à la Fosse, que ce qui bat ici n’est que le prolongement soumis de ce grand souffle. La Fosse on y descend depuis la Lèque par un chemin étroit, pentu et sinueux taillé à travers les buis- sons d’argelas, de ronces, de genêts.. et creusé dans la roche sur l’essentiel de son parcours. Chemin griffu et difficile qui ne laisse à mon regard d’autre possibilité que de fixer le bout de mes pieds, précieux appendice qui demande une surveillance étroite à qui veut connaitre les délices de la remontée. Et c’est bien comme ça. Car quand le regard peut enfin se lever, ce qu’il découvre est d’une beauté surprenante (est-ce que surprenant serait le superlatif de prenant par hasard ?). J’en fus plus que prise en tout cas. C’est l’envers de Brusc, le côté qui ne se donne pas tout de suite. Bien trop inhospitalier et agressif pour être à prendre autrement qu’avec les yeux. Qui, à part les douaniers, dont cabane-vestige (Cette cabane n’est pas une cabane de douanier, mais un abri de bateau construit par le propriétaire d’une grande demeure située dans les [illisible] aux environs de La Lèque), demeure sur un coin de plage, aurait l’idée (et les tripes) de vivre ici ? Le quotidien se veut paisible et ce genre de beauté ne laisse pas en paix. Est-ce par hasard que les pêcheurs du Brusc qui, autrefois, passaient leurs nuits dans cette crique en attendant de relever leurs filets racontaient aux Nouveaux des histoires effrayantes que la danse des feux de Saint Elme éclairait d’une lumière étrange ? Car la colline ici est, paraît-il, peuplée de feux follets, visibles au large la nuit : les feux de Saint Elme. Mais comment appeler colline cette peau végétale, rugueuse et épineuse qui couvre la roche grise, parfaitement soumise aux désirs du vent et que l’on imagine craquante de sel comme l’échine d’un animal marin qui aurait séché au soleil ? Décidément les lieux secrètent des histoires et je me sens la veuve d’un pêcheur averti à qui manque un public de jeunes matelots. » 




  1. le Laboratoire d’ethnologie méditerranéenne comparative []
  2. l’Institut d’ethnologie méditerranéenne et comparative []
  3. De la nature sauvage à la domestication de l’espace Hommage à Annie-Hélène Dufour, textes réunis par Christian Bromberger et Marie-Hélène Guyonnet, Publication de l’Université de Provence, Aix en Provence ,2008 []
  4. directrice de la phonothèque de la MMSH []
  5. Certains ont été numérisés et font l’objet d’une transcription collaborative sur la plateforme Transcrire []
  6. qui a été archiviste à la Phonothèque de la MMSH []
  7. Dufour, Annie-Hélène : « L’ethnologue et l’enregistrement de terrain », Sonorités. Cahiers du Patrimoine Sonore et audio- visuel, no 4, Aix-en-Provence , AFAS, p. 13-24 []
  8. Isnart Cyril, « A propos des archives de terrain ; entretien avec Christian Bromberger », Carnets de la phonothèque,2006 []
  9. Dans le cadre de mon stage de Master 1, Histoire, option Métiers des archives et des bibliothèques, Humanités numériques. Médiation de l’Histoire []
  10. L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion d’articles scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, et de thèses, émanant des établissements d’enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés. []
  11. archiviste à la phonothèque de la MMSH []
  12. Archive ouverte de photographies et d’images scientifiques []
  13. catalogue en ligne des manuscrits de l’enseignement supérieur []
  14. Carnet de terrain, Le Brusc Les Salins d’Hyères 1980-1984, cote AHD-C-14, p11-13 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.